Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles récents

Etat d'urgence permanent, déchéance de la nationalité, on n'en veut pas !

10 Février 2016 , Rédigé par NPA 27

Etat d'urgence permanent, déchéance de la nationalité, on n'en veut pas !

Ca commence: les députés ont déjà accepté que le gouvernement puisse faire voter l'état d'urgence pour des périodes de quatre mois sans limitation de durée dans le temps... Et ce n'est que le hors d'oeuvre de ce qu'il veulent nous faire avaler.

L’état d’urgence, c’est le règne de l’arbitraire

Amnesty international a publié un rapport qui confirme que les 290 assignations à résidence et 3335 perquisitions ordonnées depuis 3 mois sur simple soupçon et sans contrôle judiciaire n'ont donné lieu qu'à une seule mise en examen liée au terrorisme. La soixantaine de témoignages recueillis montre que les personnes perquisitionnées sans ménagement et sans raison en ressortent traumatisées et stigmatisées. Qu'importe au gouvernement, qui veut pouvoir utiliser ce dispositif comme bon lui semble, en particulier contre les mouvements sociaux, comme on l’a vu lors de la COP 21 lorsque les manifestations ont été interdites et des militants de l'écologie de terrain assignés à résidence.

Démagogie sécuritaire et xénophobe

La déchéance de nationalité reprend une des mesures phares du programme de Sarkozy et du Front national. Elle enrichit l’arsenal répressif pour réprimer, dans l’avenir, des personnes « mettant en danger la vie de la nation ». Une expression suffisamment vague pour pouvoir s’appliquer largement. La référence explicite aux binationaux a disparu du texte. Mais ceux-ci sont, dans les faits, les seuls concernés, puisque le texte précise que cette peine ne peut être prononcée « si elle a pour résultat de rendre la personne condamnée apatride ».

Tout ça ne sert à rien pour combattre Daech

Désigner celles et ceux d'entre nous qui ont des origines étrangères, comme des gens "pas clairs", qu'il faut traiter à part, comme une source potentielle de danger, ça ne sert à rien pour combattre les fascistes de Daech. Par contre, ça contribue à alimenter le racisme et la xénophobie. Et pendant ce temps là les militants Kurdes qui manifestent en France contre les massacres du du nouveau sultant Erdogan sont réprimés. Pourtant qui s'est battu avec plus d'efficacité qu'eux contre Daech ? Et pendant ce temps autour d'Alep, les combattants laïcs de l'Armée Syrienne Libre sont écrasés prioritairement par les bombardements aériens et l'offensive terrestre des troupes du nouveau tsar Poutine et de ses alliés de la dictature théocratique d'Iran, sauveurs du régime à bout de souffle du massacreur Assad. La population fuit par dizaines de milliers, les barbares de Daech se frottent les mains... Les hypocrites au pouvoir en France regardent ailleurs, les affaires sont les affaires.

Ni déchéance, ni état d'urgence, résistance !

Ils regardent ailleurs, car avec l'état d'urgence, ils ont eu ce qu'ils voulaient: les mesures racistes et liberticides sont autant de freins à l'expression de la colère sociale. Et pourtant elle s'exprime, cette colère: en soutien aux migrants désemparés, avec les opposants à et l'aéroport voulu par les bétonneurs et Vinci à Notre Dame des Landes, en solidarité avec les Goodyear ondamnés à 9 mois ferme pour avoir défendu leur emploi, il sert les intérêts des riches et des puissants; c Il est temps d'unir nos colères et de lutter tous ensemble pour montrer notre force, contre le démantèlement du code du travail, la macronisation du travail et la baisse des Assedics, contre le chômage organisé alors que dans nos boîtes, on on nous met la pression à s'en rendre malades parce qu'il y a trop de boulot. Le pompon, c'est l'annonce d'un "dégraissage" chez Sanofi, champion du XAX 40 !

. Dans l'Eure, la grève des lycéen-ne-s d'Evreux et de Louviers contre les coupes budgétaires a été une excellente nouvelle, qui rappelle à plus d'un la grande grève victorieuse contre le CPE il y a 10 ans. C'est ce chemin là qu'on peut reprendre.

Sur un autre plan, le développement du "Collectif départemental contre l'état d'urgence et pour les libertés ", parti petitement de Louviers, trace la voir d'un grand mouvement d'opposition à ce gouvernement. Le NPA défend la perspective d'une manifestation nationale..

Lire la suite

Front national : Un parti trop ou pas assez Franc ? Front national (FN) [1] Notre presse: Hebdo L’Anticapitaliste - 321 (28/01/2016) [2] Lundi 1 février 2016

9 Février 2016 , Rédigé par NPA 27

Front national : Un parti trop ou pas assez Franc ?  Front national (FN) [1] Notre presse:  Hebdo L’Anticapitaliste - 321 (28/01/2016) [2] Lundi 1 février 2016

Quand la stratégie n’aboutit pas aux résultats escomptés, c’est le temps de la remise en question. C’est ce qui est en train d’arriver au Front national...

Après deux scrutins où le parti néofasciste a pu réaliser des scores très élevés au premier tour, mais n’a marqué aucune victoire au second – ce qui risque d’entraver sa dynamique –, les élections départementales de mars dernier puis les régionales de décembre, tout est sur la table. Principal accusé : le discours socio-économique du FN, accusé par certainEs dans le parti de dérive « gauchisante », par d’autres d’être un frein vis-à-vis des couches que le principal parti d’extrême droite se dispute avec la droite.

Le FN n’a pu prendre aucun département au printemps ni aucun exécutif régional à la fin de l’automne, malgré le fait qu’il a obtenu plus de 25 % des voix la première fois, et plus de 28 % en France métropolitaine la seconde. Avec dans les deux cas, une remise en cause de la ligne, notamment en matière économique, qui n’a pas tardé.

Ce débat a lieu avec toute la direction du parti réunie du 5 au 7 février prochain, avec les parlementaires et maires FN, ainsi que quelques « invités extérieurs » : un « séminaire de stratégie » initialement annoncé pour fin janvier. Le principal sujet sera « le programme économique » du parti, et les principales préoccupations, l’élargissement de son électorat vis-à-vis « des CSP+ (catégorie socio-professionnelles supérieures) et les retraités », sachant que ces derniers ainsi que les cadres continuent à voter massivement à droite, mais moins que la moyenne pour le FN.

Vers une nouvelle alliance ?

Le séminaire annoncé s’accompagne d’attaques en règle dans la presse, contre la ligne « étatiste » (et empreinte de démagogie sociale) dont l’invention est prêtée, par ses adversaires et détracteurs, à Florian Philippot. Ainsi Franck Allisio, un transfuge de LR au FN, réclame ainsi qu’« il faut arriver à convaincre de nouveaux électeurs de la classe moyenne, des professions libérales et des retraités ». Le même lie cette question à une autre, la façon de préparer (ainsi que le résume le Figaro du 20 janvier 2016) « un terrain plus favorable aux alliances »... Sous-entendu : avec la droite conservatrice et libérale.

Vice-président du FN, Louis Aliot se démarque aussi dans le Figaro de la ligne Philippot, avec des accents clairement libéraux : « Moi aussi je suis favorable à l’État stratège ou l’État fort » (des termes fétiches de Philippot aussi utilisés par Marine Le Pen), « mais cet État doit être au service des entreprises ». Le militant frontiste Daniel Gest, un ancien… du PS, propose lui de taper surtout sur « les fonctionnaires trop nombreux » et d’exiger une « baisse des charges sociales »...

Officiellement, le souci affiché porte surtout sur les relations avec le petit patronat et la petite bourgeoisie. Derrière se profile néanmoins un autre enjeu, à savoir celui des relations avec le grand capital. Car il est certain que ce dernier devrait, le cas échéant, donner son feu vert à la droite pour nouer une alliance éventuelle avec le FN. C’est dans cette optique qu’est aussi remise en cause au sein du FN la demande, jusqu’ici jugée prioritaire, d’une sortie de l’euro. Aliot se prononce en tout cas contre une « sortie brutale et non négociée », alors que d’autres pensent que Marine Le Pen devrait adopter la même attitude que le Premier ministre britannique David Cameron : menacer de sortir de l’euro, obtenir plus pour les prétendus « intérêts nationaux », puis envisager de finalement y rester.
Toujours est-il que le virage tel qu’il se profile risque d’éloigner le FN des fractions les plus populaires, qu’il avait réussi à gagner électoralement à fortes doses de démagogie sociale…

Bertold du Ryon

URL source: https://npa2009.org/actualite/politique/front-national-un-parti-trop-ou-pas-assez-franc

Liens
[1] https://npa2009.org/category/tags/front-national-fn
[2] https://npa2009.org/notre-presse/hebdo-lanticapitaliste-321-28012016
[3] https://npa2009.org/sites/default/files/progam.eco_.fn_.jpg

Lire la suite

SYRIE : un peuple face à Assad, face à Daesh et face aux interventions étrangères

9 Février 2016 , Rédigé par NPA 27

SYRIE : un peuple face à Assad, face à Daesh et face aux interventions étrangères

Le peuple syrien s'est soulevé pacifiquement en 2011 contre la dictature des Assad, père et fils, exercée depuis plus de 40 ans. Durant ces cinq années écoulées, le régime de Bachar al-Assad n'a eu cesse de réprimer férocement ce peuple, avec le soutien militaire du régime russe de Poutine et iranien de Khamenei. Alors qu'en Syrie les interventions étrangères se sont multipliées, au nom de la lutte contre Daesh, la résistance contre Assad et contre Daesh se poursuit.

Comment les interventions étrangères actuelles entravent-elles le droit du peuple syrien à décider de son propre avenir ? Quel est l'impact aujourd'hui du jeu politique international sur la situation en Syrie ? Quelles appréciations porter sur la réunion à Riyad d'une partie de l'opposition, sur les dernières déclarations de l'ONU et sur les pourparlers qui se profilent ?

Quelles formes de résistance, d'organisation de la vie civile existe-t-il aujourd'hui en Syrie ? En zones non contrôlées par le régime (dans la région d'Alep, d'Idlib...), mais également en zones contrôlées par le régime ou par Daesh ?

En France, à quels problèmes sont confrontés les réfugiés syriens et comment s'entraident-ils ?

Réunion organisée par le collectif Avec la Révolution Syrienne :
Alternative Libertaire, Cedetim, Émancipation, Ensemble, NPA, Union Syndicale Solidaires
Avec la collaboration de : Naskoune
Avec le soutien de :
Attac

site : www.aveclarevolutionsyrienne.blogspot.com


Lire la suite

"COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE", MERCI HOLLANDE ET LA CFDT ?

6 Février 2016 , Rédigé par NPA 27

 

Depuis janvier, tous les employeurs du secteur privé doivent faire bénéficier leurs salariés d'un contrat collectif de "complémentaire santé" et en financer au moins la moitié. Celle ci couvrira une partie des soins non remboursés par la Sécurité sociale. Alors, faut-il pour une fois dire merci au gouvernements et à ses syndicats aux ordres pour l’ANI ?

Cette mesure ne concerne que 400 000 personnes sur les 2,5 millions qui ne disposent pas d'une mutuelle, mais rien ne changera pour tous les autres, jeunes, étudiants, salariés du secteur public, personnes exclues ou ne pouvant accéder à la complémentaire.
Ces contrats collectifs, souvent négociés a minima, et dont le coût risque d'augmenter très vite, laisseront à la charge du salarié une partie parfois très importante des soins. A l'arrivée la facture restera salée!
Quand le salarié partira en retraite, l'aide de l'entreprise disparaîtra. Alors que ses revenus baisseront, son assurance santé augmentera considérablement.
La Sécurité sociale, victime des politiques d'austérité, des exonérations de cotisations sociales pour les employeurs (60 Milliards par an) ne couvre plus que 54% des soins hors hôpital. C'est dans cette brèche que s'engouffrent les sociétés d'assurances et des mutuelles chaque jour moins "mutualistes". La généralisation de la complémentaire santé est un nouveau pas vers un système "à l'américaine", ou l'on ne se soigne pas en fonction de ses besoins, mais de ses possibilités offertes par son contrat d'assurances et du "risque" que l'on représente.
 
A LOUVIERS OU AILLEURS, DE QUOI LES MUTUELLES LOCALES SONT-ELLES LE NOM ?
Une association, 2AH, va faire jouer la concurrence entre les assureurs pour obtenir un « meilleur » tarif sur le marché pour un paquet de »clients » potentiels. Voilà un autre résultat du démontage de la Sécu, depuis les ordonnances de Gaulle en 1967 jusqu’à la récente loi Touraine. Au point que l’article 1 de la loi Santé ne fait plus la distinction entre Sécu et complémentaires, déjà rendues obligatoires pour leur plus grand profit par l’ANI. Jusqu’au point où les complémentaires seront assez fortes pour organiser leurs propres réseaux de soins concurrentiels au détriment de la santé publique.
Les 70 ans de la vieille dame remettent à l’ordre du jour l’objectif du remboursement à 100% de tous les soins par la seule Sécu. C’est ambitieux, mais les profits faramineux de l’industrie pharmaceutique, tels que Sanofi Pasteur chez nous, le rendent réaliste. Plus besoin alors de replâtrages locaux à la sauce marchande !
"COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE", MERCI HOLLANDE ET LA CFDT ?
Lire la suite

Création d'une association d'usagers de la sortie Criquebeuf

3 Février 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

Création d'une association d'usagers de la sortie Criquebeuf
Lire la suite

LYCEENS PAS D’ACCORD AVEC LES RESTRICTIONS !

3 Février 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Jeunes NPA, #Education

Lundi 2 février, c’est à Aristide Briand à Evreux que les lycéen-ne-s ont signifié qu’il faut compter avec leur avis, en restant toute la matinée à 4ou 500 devant les grilles. On parle de « blocus », alors que l’entrée reste possible. Le chiffre est d’autant plus significatif. ...

Motif : la baisse de ce qu’on nomme la « dotation horaire d’enseignement », soit 80 heures environ, représentant quatre postes de professeur en moins. Comme il se doit, la direction prétend le contraire en triturant les chiffres. Son discours a semé le trouble parmi les lycéens reçus par la direction, et le mouvement a cessé mardi matin sur un engagement bien vague de maintien des moyens si les effectifs restent constants, ce qui a suscité le mécontentement d’un nombre non négligeable d’élèves.

Aux Fontenelles à  Louviers, c’est ce mercredi que le mouvement, qui couvait depuis la veille,  a pris une forme visible aux portes de l’établissement. Si la baisse de la DHG de près de 100 heures est la cause principale du mouvement de protestation, s’y rajoute la suppression de la traditionnelle journée de Carnaval organisée par les délégués à la vie lycéenne, sous prétexte "d’état d’urgence*, mais sans que ce soit une décision rectorale. Cette journée aura lieu ailleurs sans problèmes !  Le mouvement a enflé dans la matinée, malgré  une tentative du proviseur d’étourdir les délégués de classes sous les chiffres. A suivre...

LYCEENS PAS D’ACCORD AVEC LES RESTRICTIONS !
Lire la suite

GOODYEAR: RASSEMBLEMENT-BARBECUE jeudi de11h à 14h devant le tribunal d'Evreux​ POUR LES LIBERTES SYNDICALES

3 Février 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Luttes Ouvrières, #EMPLOIS - LICENCIEMENTS, #REPRESSION

GOODYEAR: RASSEMBLEMENT-BARBECUE jeudi de11h à 14h devant le tribunal d'Evreux​ POUR LES LIBERTES SYNDICALES

La condamnation des 8 de Goodyear à une peine de 2 ans de prison, dont 9 mois fermes, est un scandale, qui comme par hasard tombe en plein état d'urgence.
Comme la très grande majorité des 1142 salarié-e-s de l’usine, ils luttaient pour ne pas être condamnés au chômage et à l’exclusion sociale. Ils étaient en légitime défense. Les cadres séquestrés ont d’ailleurs retiré leur plainte.
Cette opération cynique est téléguidée par le pouvoir politique en pleine offensive contre le droit du travail et les indemnités de chômage. Ce gouvernement macronisé est aux antipodes des besoins des travailleurs confrontés à une nouvelle vague de suppressions d'emploi et de fermetures d'entreprises: l'interdiction des licenciements (cela n'empêche en rien de se battre ne parallèle pour les indemnités les plus élevées possibles, au contraire, comme l'ont prouvé les luttes d'Energizer à Caudebec, de De Carbon à Andé, de M-real à Alizay). Cet objectif, s'il était repris par une boîte phare, pourrait servir de cri de ralliement pour coordonner un mouvement massif qui fasse enfin peur à la classe dominante et à ses laquais. Nous n'y sommes pas. L'ordre du jour, c'est de construire un mur de solidarité autour des Goodyear.

GOODYEAR: RASSEMBLEMENT-BARBECUE jeudi de11h à 14h devant le tribunal d'Evreux​ POUR LES LIBERTES SYNDICALES
Lire la suite

Un appel aux dons de la famille de Rémi Fraisse

2 Février 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION, #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Un appel aux dons de la famille de Rémi Fraisse
Lire la suite

Sanofi : des réductions d’effectifs dans l’ombre des bénéfices (Libé 2 février)

2 Février 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

Sanofi : des réductions d’effectifs dans l’ombre des bénéfices (Libé 2 février)

Rappel : Sanofi a touché de l'État 27 millions d’euros de Crédits d’Impôts en 2014 ; pour les 6 400 salariés de Sanofi Pasteur (vaccins), l’offensive porte aussi sur la suppression pure et simple de 9 jours de RTT

Par Jean-Christophe Féraud

Le groupe pharmaceutique, très confortablement bénéficiaire, prévoit d'annoncer ce mardi de nouvelles suppressions de postes.

Sanofi, l’entreprise qui fait de gros profits et qui licencie, épisode 2… Trois ans après la bronca qui avait entouré les projets de fermeture des centres de recherche de Toulouse et Montpellier, le géant pharmaceutique français prend le risque de rallumer le feu social. Ce mardi, la direction doit en effet détailler aux représentants du personnel un nouveau plan de restructuration prévoyant «plusieurs centaines de suppressions de postes» par an jusqu’en 2018. Le principe de ce plan avait été annoncé en novembre, mais les syndicats s’attendent «à ce qu’on rentre dans le dur» avec le chiffrage détaillé et l’annonce des sites menacés. Des plans de sauvegarde de l’emploi devraient en effet cibler trois entités : SWI (production pharmaceutique), SAF (visiteurs médicaux), SAG (siège et fonctions supports). La CGT et la CFDT s’inquiètent aussi de possibles mesures d’économies visant Sanofi Pasteur (vaccins), l’activité chimie (principes actifs) et la Recherche et développement dans l’Hexagone (285 postes restés vacants après les derniers plans sociaux ne seraient pas remplacés). Le nouveau patron de Sanofi, Olivier Brandicourt, qui a bénéficié d’un «golden hello» de 4 millions d’euros à son arrivée début avril, a en effet promis aux marchés de réaliser 1,5 milliard d’euros d’économies d’ici à 2018 au sein du groupe qui emploie 27 000 salariés en France, sur un total de 110 000 personnes dans le monde. D’où ce nouveau ciblage des activités françaises.

Furieuse, la CGT rappelle que «plus de 5 000 emplois directs ont été détruits en France depuis 2008» chez Sanofi qui dit «non aux licenciements boursiers». Le syndicat a écrit au gouvernement pour qu’il défende «l’outil scientifique et industriel français» et refuse «de nouvelles coupes dans les effectifs». Pour le délégué central CGT Thierry Bodin, ces nouveaux licenciements en vue chez Sanofi «sont proprement scandaleux venant d’un groupe qui a réalisé 7 milliards d’euros de bénéfices et versé 3,8 milliards de dividendes à ses actionnaires en 2015». L’entreprise, qui croule sous le cash, a aussi dépensé 730 millions pour racheter ses propres actions sur le seul mois de janvier… On attend de savoir ce qu’en pense le ministre de l’Economie, Emmanuel Macron.

 

Lire la suite

EURARMA-LOUVIERS: UNE LECON DE RESISTANCE !

31 Janvier 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Luttes Ouvrières, #Les nôtres

EURARMA-LOUVIERS: UNE LECON DE RESISTANCE !

Les boîtes où chaque petite revendication doit être arrachée de haute lutte ne sont pas rares. Mais il en est qui méritent la palme : Eurarma Louviers est du nombre. C’est une filiale de Fimurex (14 sites), la branche armatures métalliques pour le bâtiment du groupe Experton Revollier (2250 salarié-e-s, 42 sites). On se doute qu’un tel éclatement permet de rendre les comptes particulièrement difficiles à dominer. Du coup la direction joue tellement souvent la carte de la « situation difficile » que ça en devient ridicule. Alors qu’elle investit dans du matériel nouveau, l’état de délabrement d’une partie de l’usine est devenu un scandale sanitaire : ainsi, deux cas de cancer dû à l’amiante ont été reconnus en maladie professionnel, dont celui de notre camarade Patrice Lepesqueur, décédé cet été. Tout est bon pour grappiller sur le dos du prolo : la remise en cause des 10mn d’habillage-déshabillage en entrée et en sortie de poste a fait l’objet d’un bras de fer quotidien de trois années et demi. L’un de ses épisodes en dit long : l’arrêt de la fourniture de trois bleus par an et de leur nettoyage hebdomadaire. La protestation la plus éclatante fut celle du secrétaire du CE CGT, qui a gardé le même bleu infâme pendant 9 mois ! Cette des nerfs vient de trouver une conclusion dans la victoire totale des 15 premiers plaignants devant la cour de cassation (15 autres suivent). Cela suffira-t-il à calmer la direction locale ? Pas sûr, mais avec un syndicat de combat en face, elle a affaire à forte partie !

Lire la suite