Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure
Articles récents

FOOTBALL ET RÉPRESSION.

31 Mai 2022 , Rédigé par NPA 27

Lire la suite

DÉCROISSANCE ET ÉCOSOCIALISME.

31 Mai 2022 , Rédigé par NPA 27

Lire la suite

NUPES: ENTRE FORMIDABLE ÉLAN ET LIMITES DÉJÀ PERCEPTIBLES, EST-CE L'OUTIL POUR S'ORGANISER ET LUTTER?

23 Mai 2022 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Politique

Nous sommes entrés dans une nouvelle phase de recomposition de la gauche.

Les scores de Mélenchon sont sans appel. Il s’agit d’un vote de gauche avec 50, 55 voire 60 % de voix dans les quartiers populaires et un soutien massif, gagné par les positionnements contre Macron et l’extrême droite, les mots d’ordre sociaux et un discours renouvelé contre le racisme et l’islamophobie. Des dizaines de milliers de personnes se mettent à agir et on fera tout pour que ça continue.

Un courant en rupture avec les gestions passées du capitalisme

Même si nous n’observons pas un soulèvement de millions de personnes, nous devons tenir compte de de la dynamique enclenchée dans le pays et analyser la situation marquée par la montée de l’extrême droite et du danger fasciste, la politique ultra-libérale et autoritaire de Macron et la faiblesse des mobilisations sociales.

Le capitalisme n'a plus les marges de manœuvre qui permettaient de redistribuer des miettes. Surtout avec les centaines de milliards investis pendant la crise sanitaire pour éviter le naufrage économique.

L’hostilité des éditorialistes bourgeois montre que la classe dominante ne souhaite pas intégrer Mélenchon et la NUPES à la gestion de ses affaires.

La tentative d’accord entre le NPA et la NUPES

C’est dans ce contexte que le NPA a souhaité un accord avec l’Union populaire. Pour accompagner la reconstruction à gauche qui s’opère par le vote Mélenchon.

Il s’agit pour nous d’aider à la victoire d’une gauche recomposée, même si certains éléments ont participé à la gestion du capitalisme, d'accompagner cet élan nouveau, nous lier à un milieu très large qui veut peser sur la situation, changer le rapport de forces et imposer des revendications sociales et prolonger la dynamique dans les luttes.

Hélas l’accord n’a pas pu se faire avec le NPA car la direction de l’UP a privilégié un accord avec le PS. Nous avions interprété cette formule comme une volonté de conquérir la majorité à l’Assemblée, ce avec quoi nous étions d’accord.

L’acceptation du cadre du système

Le programme de l’UP a été bâti sur la base des discussions au sein de groupes de travail, par des intellectuels, des syndicalistes, des chercheurs, des militants, mais pas discutés et votés par l'ensemble des adhérent.es de l'UP. L'Union populaire est un programme construit par le haut.

Le slogan « Mélenchon Premier ministre » vise à conserver la dynamique électorale de la présidentielle. Mais il revendique une continuité entre la fonction présidentielle, hautement antidémocratique, et la recherche d’une majorité parlementaire, effaçant au passage les critiques subversives de la Ve République inscrite dans le programme de Mélenchon autour de la VIe République. Exit la suppression de la fonction présidentielle, la proportionnelle intégrale, etc.

Au fond, la transformation de l’UP en NUPES, sous pression des enjeux des législatives et de la volonté d’être crédibles dans ces élections, correspond à une acceptation du cadre institutionnel de la Ve République.

Le rapport de la NUPES aux luttes sociales:

L’Union populaire a réussi à fédérer une grande partie des militantEs des dernières luttes significatives : des figures des grèves de TUI, de l’Ibis Batignolles, de la RATP par exemple, qui avaient pourtant créé dans l’action des liens avec l’extrême gauche. La plupart des intellectuels de la gauche radicale ont également rejoint les rangs de l’UP, contribuant d’ailleurs à sa solidité programmatique.

Mais, en pratique, ce sont naturellement les couches supérieures qui dominent le Parlement de l’UP : enseignantEs, éluEs, permanents politiques ou syndicaux, car la place des travailleurs/ses du bas de l’échelle est mécaniquement réduite par la faiblesse des luttes sociales, et qu’ils et elles doivent faire face à l’impossibilité de libérer du temps pour s’investir dans les discussions stratégiques.

Cette tendance est renforcée par la méthode de constitution des candidatures pour les élections législatives : l’appareil naissant a dû donner une place aux figures militantes qui se sont investies dans les présidentielles, qui animent les structures et aspirent à avoir une place à l’Assemblée nationale. Ainsi, la NUPES n’échappe pas à la tendance habituelle de parachuter des figures dans des circonscriptions populaires, facilement gagnables, indépendamment d’équipes militantes qui pourraient exister. La caricature est encore plus forte quand les candidatures sont issues du Parti socialiste, voire des recyclages du macronisme.

Au point que des ruptures avec les engagments affichés de l'UP s’opèrent. Comme avec le collectif « On s’en mêle », qui constate que la place des candidatures et équipes militantes issues des quartiers populaires a été fortement réduite.1

Les rapports aux militantEs issuEs des luttes sont donc contradictoires : d’un côté la NUPES se nourrit des luttes, leur donne la parole et est une occasion de donner confiance aux classes populaires pour en créer, de l’autre elle absorbe certainEs, en écarte d’autres, ce qui renvoie à la capacité de la démocratie bourgeoise,à faire entrer la contestation dans les institutions pour la sortir de la rue.

Les institutions limitent la NUPES sur deux fronts

Le premier est ainsi l’absorption de milliers de personnes dans la gestion quotidienne : les députéEs, les attachéEs parlementaires après les conseillers régionaux ou départementaux, les maires, les conseillerEs municipaux, sont autant de militantEs détachéEs de leur milieu, de leurs attaches collectives et de leurs combats.  La radicalité attirée dans les institutions risque de s’y noyer.

Le second est l’entrée dans la danse du Parti socialiste et d’Europe Écologie Les Verts, qui a modifié la dynamique de la coalition électorale, son équilibre global. Les éluEs du PS et d’une grande partie des Verts constituent une force incontournable au sein de la NUPES, d’autant qu’ils sont les plus rodés à l’exercice. C’est le nombre de circonscriptions données au PS qui a provoqué concrètement la rupture des négociations entre le NPA et l’UP : tout pouvait se discuter en termes programmatiques à partir du moment où nous conservions notre indépendance, on pouvait également fortement rogner sur le nombre de circonscriptions qui nous était proposé. Mais proposer 70 circonscriptions au PS et 100 à EELV signifiait offrir un tiers des places aux courants sociaux-libéraux, les plus intégrés au capitalisme et à la gestion des affaires, non seulement par le passé dans les gouvernements de Jospin et Hollande, mais aussi aujourd’hui dans de multiples collectivités locales. Donner autant de circonscriptions au PS, c’était garantir à ce parti des postes à son aile la plus droitière.

Un gouvernement NUPES serait directement sous pression de ces courants sans lesquels il n’y aurait pas de majorité parlementaire, et par le biais de ministres. L’intégration de la droite du PS à la coalition est comme un nœud coulant que l’UP a enroulé autour de son propre cou pour l’empêcher de mener son programme à terme. Comment désobéir à l’Union européenne en partageant le pouvoir avec le PS ? Comment contrôler les hauts fonctionnaires et l’appareil de répression en ayant avec soi un courant qui est autant lié aux politiques libérales et répressives de ces dernières décennies ?

Peser sur la crise qui s’annonce

Les résultats possibles dans ces élections législatives sont multiples. Le plus probable est que Macron acquière une majorité pour continuer sa politique de destruction. La moins probable est que la NUPES obtienne la majorité, même si on ne peut pas écarter cette possibilité du fait de la dynamique militante , quand l’extrême droite semble ralentie par la défaite de la présidentielle et Macron en difficulté pour constituer un nouveau gouvernement. Une troisième étant une configuration inédite où il n’y aurait pas de majorité à l’assemblée. La pression serait alors maximale sur les éluEs PS et EELV de la NUPES pour constituer un gouvernement d’Union nationale avec Macron sous la pression de l’extrême droite. En tout cas, des évènements importants se produiront dans les prochains mois, la polarisation entre les trois blocs – l’extrême droite, la gauche recomposée et le bonapartisme de Macron – étant la représentation d’une instabilité croissante de la situation et du fait que des conflits aigus se préparent.

Pour nous, la victoire de la gauche serait un élément important pour aiguiser les contradictions de la situation et accélérer les clarifications. Si LREM gagne, Macron démarrera sa politique de casse sociale. Alors que si la NUPES venait à gagner, ou au moins à empêcher Macron d’obtenir une majorité à l’Assemblée, l’initiative politique serait déplacée dans le sens des classes populaires – l’extrême droite et la bourgeoisie s’en retrouveraient désorientées.

Philippe Poutou est la deuxième personnalité la plus appréciée par les électeurs de gauche derrière Jean-Luc Mélenchon2… même si son score a été de 0,77 % à l’élection présidentielle. Poutou à l'assemblée ? Ca aurait eu un sens politique !

Mener les batailles politiques

Nous conservons notre programme de rupture. Nous avons réussi à expliquer à une échelle large, pourquoi la NUPES n'a pas voulu nous intégrer. Il n’a jamais été question de proposer une circonscription gagnable à Philippe Poutou car l’UP ne veut pas que s’exprime une politique trop différente de celle de sa direction. C’est pour des raisons similaires que le collectif « On s’en mêle » n’a pas été intégré, parce que l’UP voulait rogner son indépendance politique. Les milieux militants ont compris que le programme avait été rogné, particulièrement sur les retraites avec le renforcement de l’ambiguïté sur la possibilité de décotes dans le cadre de la retraite à 60 ans, sur le SMIC (même si Mélenchon a ensuite unilatéralement remonté le curseur à 1 500 euros…), sur le positionnement vis-à-vis de l’Union européenne.

 

Cette bataille ayant été perdue, le NPA a décidé de soutenir les candidatures de la NUPES là où elles sont en rupture avec le libéralisme, et de tenter de construire des candidatures alternatives là où elles ne le sont pas.

La participation à des campagnes NUPES se combine avec quelques points sur lesquels nous pouvons marquer notre différence sans tirer en arrière la dynamique. Nous refusons toute dérive sur les fonctions régaliennes, en étant particulièrement attentifs à ce qui s’exprime sur la police, l’armée, les frontières et l’impérialisme. En particulier, nous défendons la régularisation des sans-papiers, le droit de vote des immigréEs. Nous défendons également une campagne démocratique, dont le contenu ne doit pas être décidé par les candidatEs et leur directeur/rice de campagne, mais par des cadres collectifs associant le plus grand nombre. De plus, nous insistons sur la nécessité de construire les luttes sociales et pour que les collectifs militants construits dans la campagne soient capables de se convertir en outils de lutte après la campagne, particulièrement pour la défense des retraites et les salaires. Enfin, nous insistons sur les mesures radicales à prendre pour sortir de la crise écologique majeure.

Le NPA présente des listes alternatives dans une dizaine de circonscriptions, en particulier contre des candidatures NUPES issues du Parti socialiste, d’EELV… voire de LREM. Les équipes sont comprises, souvent soutenues plus ou moins discrètement par des militantEs LFI ou PCF. Notre boussole dans cette activité est la défense de revendications qui posent le problème de l’action, du contrôle des travailleurs/ses sur le capital, de l’indépendance vis-à-vis des institutions, des mesures sociales et écologiques transitoires nécessaires, dans l'immédiat.

Militer pour faire évoluer les consciences

La phase de recomposition de la gauche ne fait que commencer. Toutes les questions vont se poser pour des dizaines, voire des centaines de milliers de militantEs : la défense du climat, de la biodiversité, la façon d'habiter la planète qui n'en peut plus de l'exploitation de ses ressources, la lutte contre toute forme de domination et d'oppression, contre le fascisme, pour bâtir un projet émancipateur de sortie du capitalisme, l'urgence ne permet pas les demi-mesures.

Le parti dont nous avons besoin dans la prochaine période doit être prêt à se plonger dans l’action, avec un programme de rupture avec le système mais aussi pour dialoguer Le NPA a pu le faire avec la campagne Poutou ou pendant les négociations avec la NUPES, il faut réussir à le faire dans la configuration actuelle, on transformant en force militante les idées

  •  

  • 1.Mathilde Goanec, « Dans la société mobilisée, l’union à gauche fait aussi des perdants », Médiapart, 5 mai 2022.

  •  

  • 2.Baromètre ELABE pour Les Échos et Radio classique, 5 mai 2022.

 

 

Lire la suite

À PROPOS DE LA CANDIDATURE DE LA NUPES DANS LA 4eme CIRCONSCRIPTION:

23 Mai 2022 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Présidentielles2022

À PROPOS DE LA CANDIDATURE DE LA NUPES DANS LA 4eme CIRCONSCRIPTION:

Alors que Philippe Brun, investi par la NUPES dans la 4eme circonscription de l'Eure, vient de lancer sa campagne, nous publions ici la déclaration que les représentants du NPA aux discussions unitaires ont faite le 12 mai pour expliquer en quoi la démarche de dépassement de la LFI était politiquement juste et pourquoi nous ne nous reconnaissons pourtant pas dans cette candidature  :

Le NPA s'est engagé, dès l'invitation de LFI, dans les discussions pour trouver un accord autour du programme de l'Union populaire. Nous avons ainsi reconnu le travail efficace fait par les militants et militantes de LFI dans la campagne présidentielle qui a permis non seulement à Jean Luc Mélenchon d'obtenir 22% des suffrages, mais aussi de mobiliser les jeunes, les classes populaires et dans les quartiers, là où depuis longtemps l'abstention domine.

Le bon score de JLM est un levier pour reconstruire, à gauche, une vraie opposition à Macron et à l'extrême droite, mais aussi pour mettre sur pied un projet émancipateur, social et écologique qui réponde aux enjeux et aspirations qui s'expriment dans le pays, dans les élections et dans les luttes.

Le NPA a accepté les règles fixées par LFI et 4 camarades ont discuté au cours de 5 réunions. LFI a proposé dès le départ une base de programme qui nous convenait (retraite à 60 ans, abrogation loi El Khomri...) et 13 circonscriptions dont 2 éventuellement « gagnables ». Avoir 2 députés sur 577 nous convenait.

Une majorité de camarades du NPA s'est investie, localement, comme nous ici, dans des réunions unitaires pour échanger sur la situation, pour chercher à construire des candidatures possiblement victorieuses, sur la base du programme de LFI. Nous avons même accepté que le national dicte ses conditions de répartitions, si c'était le prix à payer pour avoir une union pour gagner.

Au fur et à mesure du temps, les discussions ont changé. L'arrivée du PS dans le cercle des négociations a modifié le fonds de la discussion. Sans retour critique sur le quinquennat Hollande et la politique menée, un minimum auquel on se serait attendu pour donner des garanties sur la sincérité des intentions et chasser tout soupçon de manœuvres électoralistes pour sauver un groupe un l'assemblée, le PS a poussé LFI « sur la droite » et fait modifier certains points de l'accord qu'il a signé. Exemples sur les retraites, sur la désobéissance aux traités européens, sur le SMIC... Nous regrettons que l'accord signé entre EELV, le PCF et LFI ait été modifié. Nous regrettons que LFI ait changé ses propositions concernant le NPA. De 13 circonscriptions dont 1 gagnable en Gironde nous sommes arrivé.es à 5 circonscriptions dont aucune gagnable. La proportionnelle pour la répartition des circonscriptions qui devait s'appliquer fut abandonnée à notre détriment, en revanche à l'avantage du PS . C'est un signal qui nous a été lancé et nous l'avons pris comme tel.

C'est avec un grand regret que le NPA a décidé de quitter l'accord national, vu son évolution. Néanmoins, nous nous sommes engagé.es à appeler à voter et soutenir, y compris de façon militante, les candidat.es de gauche de rupture de la NUPES, face auxquels nous ne présenterons pas de candidat.es. Philippe Brun n'est pas ce candidat. Un jour il s'affiche « sans étiquette », le lendemain il se dit « de gauche » sachant bien que ça ne garantit rien (voir le PS au gouvernement), il n'incarne pas la candidature de rupture avec le social-libéralisme que nous combattons. Il dit ne pas être au PS, mais est assis au premier rang avec l'équipe de campagne d'Anne Hidalgo lors de son allocution le soir du premier tour et s'affiche, dès l'investiture obtenue, avec un Marc-Antoine Jamet qui n'en finit plus de dire pis que pendre sur un accord pourtant favorable au PS. Nous nous interrogeons sur les démarches entreprises avec l'aide de la direction du PS auprès de LFI pour réussir à être désigné candidat d'un territoire où il était inconnu il y a 3 ans.

Ici dans l'Eure, au-delà des législatives, nous nous engageons à participer à toute démarche et action de construction d'une vraie opposition sur le terrain, à prendre notre part dans les discussions pour bâtir un barrage contre les politiques de droite. La politique a besoin de renouveau. Les enjeux de notre époque ne nous autorisent pas à prendre de demi-mesures, mais au contraire à exiger un vrai changement de nos modes de production et de consommation. Cela passe, selon nous, par un changement de système économique, social et politique. Les aspirations sur le terrain sont fortes, nous sommes ouvert.es pour travailler à réunir celles et ceux qui s'engageront dans cette bataille.

Le NPA Seine Eure

 

 

Lire la suite

LA PANDÉMIE DE L'AGROALIMENTAIRE.

20 Mai 2022 , Rédigé par NPA 27

 

La consommation de pizzas surgelées Buitoni Fraich’up contaminées par la bactérie E.Coli a provoqué
une insuffisance rénale chez 14 personnes. Deux enfants sont morts. L’activité de l’usine de Caudry
dans le Nord (200 salariéEs) a été stoppée par le préfet il y a plus de 6 semaines.
Ce n’est que le 12 mai qu’une information judiciaire a été ouverte. Tard, très tard pour les constats
d’insalubrité... Il est cependant intéressant de noter les mots des magistrats : « ...tromperie sur une
marchandise entraînant un danger pour la santé de l’homme ou de l’animal, exposition ou vente de de
produit alimentaire servant à l’alimentation falsifié ou corrompu et nuisible à la santé, mise sur le marché
d’un produit dangereux pour la santé et mise en danger d’autrui. »
Justice très lente...
L’émotion est immense. L’affaire fait scandale. Des photos sont virales. Et l’impression de répétition
s’impose : Buitoni a été mis en cause plus d’une fois déjà, mais aussi les chocolats Ferrero-Kinder, mais
aussi Lactalis. L’affaire des salmonelles chez Lactalis (2017) n’est toujours pas jugée. On peut parler
d’une quasi impunité de fait des grands groupes de l’agro-business.
Faire profil bas un moment
Et quand ils sont sous les feux d’une actualité dramatique, leur armada d’avocats organise une
communication de crise : « le pire serait de ne rien dire ». « Il faut communiquer sur les rappels, adopter
de nouveaux codes sanitaires, faire profil bas sur le reste ». « Surtout ne pas donner l’impression de ne
rien faire ». En ne changeant rien ou si peu...
Ambiance lourde à l’usine de Caudry
La presse rapporte qu’il n’est pas simple d’obtenir un témoignage d’une personne y travaillant. Ce constat
n’est pas très étonnant. Terrible aussi car il met en lumière la parole entravée de personnes pour qui le
salaire lié à cet emploi est vital alors qu’elles sont les mieux placées pour dire la réalité de la production.
Certain.e.s ex salarié.e.s ont pourtant témoigné de l’insalubrité chronique dans cette usine. Le site
Reporterre rapporte les paroles de Maryse Treton, responsable de la fédé agroalimentaire de la CGT :
« L’objectif, c’est de diminuer tous les temps qui ne sont pas la production. La maintenance préventive, le
nettoyage sont souvent réduits au strict minimum. Ils tirent sur toutes les cordes, donc fatalement, ça finit
par craquer ». Signalons aussi que de 2012 à 2022, 442 postes ont été supprimés à la Répression des
fraudes.
Sortir de l’agro-industrie
Ce système a une très forte cohérence, c’est à la fois la recherche du profit maximum et la fuite en avant
dans la quantité au prix le plus bas. Et ce qui est produit est de piètre qualité nutritive. C’est
l’envahissement de toutes les activités par un machinisme effréné, l’artificialisation des sols et
l’appauvrissement des terres cultivées. Paradoxalement, toute la filière agroalimentaire s’accompagne
d’un hygiénisme que ne viennent pas contredire les scandales comme celui des pizzas Buitoni. Mais
l’hygiénisme, d’aucune manière, n’est synonyme de santé ! L’agro-industrie a généré les fléaux mondiaux
de l’obésité et du diabète.
Dissidence à Agro Paris Tech le 10 mai (1)
Huit apprenti.e.s ingénieur.e.s sont allé.e.s droit au but lors de la remise des diplômes: « Nous pensons
que l’innovation technologique ou les start-up ne sauveront que le capitalisme », « Nous ne voulons pas
faire mine d’être fières et méritantes d’obtenir ce diplôme à l’issue d’une formation qui pousse
globalement à participer aux ravages sociaux et écologiques en cours », « Nous ne voyons pas les
sciences et les techniques comme neutres et apolitiques », « Nous ne croyons ni au développement
durable, ni à la croissance verte, ni à la transition écologique [...] ». La radicalité d’un appel à la
« bifurcation » absolument bienvenue !
Sécu de l’alimentation : que le débat s’ouvre
Pour mettre en échec la force destructrice de l’agriculture productiviste, nous n’avons d’autre choix que
d’opposer la radicalité d’un système au service du vivant en général et de l’humanité en particulier. Nous
mettons en discussion, avec d’autres forces (3), la « sécurité sociale de l’alimentation », système

universel, projet macro-économique. Pour parvenir au basculement complet vers une agriculture et une
alimentation bio, il faut des financements immenses et pérennes à l’opposé de tout objectif de profit, donc
indépendants des « apporteurs de capitaux », des « investisseurs », des « banques ». Sur le modèle du
Régime général de la Sécu, une cotisation sociale « alimentation » peut remplir cette fonction de
financement. Toute personne vivant sur le territoire serait alors détentrice d’une carte « Sécu de
l’alimentation » créditée de 100€/mois à faire valoir auprès des paysan.ne.s agrémentés. La campagne
des législatives, où il est tant question de la nécessité de ruptures écologique et sociale peut être le bon
moment pour lancer ce débat en grand !


1) AgroParisTech est l’institut national des sciences et industries du vivant et de l’environnement, fondé en 2007, sous tutelle des ministères en charge de l’agriculture et de
l’enseignement supérieur est une grande école d'ingénieurs.
2)https://www.youtube.com/watch?v=SUOVOC2Kd50 ou le texte reproduit sur le site de Reporterre :
https://reporterre.net/Desertons-des-jeunes-ingenieurs-appellent-a-refuser-les-jobs-3)destructeurs https://securite-sociale-alimentation.org/

 

Dessin Agoravox.

Dessin Agoravox.

Lire la suite

BORNE PREMIÈRE MINISTRE: MOBILISONS-NOUS!

20 Mai 2022 , Rédigé par NPA 27

Lire la suite

LE RACISME TUE!

17 Mai 2022 , Rédigé par NPA 27

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>