Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles récents

PHILIPPE POUTOU NE VEUT PAS CHOISIR ENTRE EMMANUEL MACRON ET MARINE LE PEN (Francetvinfo)

24 Avril 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU, #Antiracisme, #RESISTANCE

Lire la suite

CONTRE L'EXTREME-DROITE ET LES POLITIQUES LIBERALES, LA RIPOSTE COMMENCE LE 1er MAI!

24 Avril 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Antiracisme, #RESISTANCE, #COMMUNIQUES

CONTRE L'EXTREME-DROITE ET LES POLITIQUES LIBERALES, LA RIPOSTE COMMENCE LE 1er MAI!

Macron et Le Pen au second tour, c’est un résultat terrible pour les classes populaires. Le Pen se prétend la candidate du peuple, mais elle représente un danger mortel pour les libertés démocratiques, pour les populations d’origine immigrée et, de manière générale, contre tous les acquis sociaux. Macron est l’héritier direct de la politique libérale des gouvernements Hollande, le roi de la précarité, de l’uberisation.

Le Pen est notre pire ennemi. Pas une voix de plus ne doit se porter sur elle.
Dimanche 7 mai, beaucoup voudront faire barrage au FN en votant Macron, nous le comprenons. Mais ce sont bien les politiques d'austérité et sécuritaires, en particulier quand c'est la prétendue gauche de gouvernement qui les a portées, qui sont la cause de la montée du FN. Macron n’est pas un rempart contre le FN, sa politique ne fera que le nourrir. Pour faire reculer durablement ce péril, il n'y a pas d'autre solution que de reprendre la rue.

Reconstruire une perspective politique pour les exploités
Les partis au pouvoir depuis 60 ans, PS et Républicains, sont éliminés du second tour. C’est le signe d’une grande crise politique, du ras-le-bol de la population pour les politiques menées depuis des dizaines d’années, du ras-le-bol face au chômage, à la pauvreté, etc.

Mais ces déconfitures ne profitent malheureusement pas à une gauche plus combative, Le score de Philippe Poutou, notre candidat, est faible, avec 1,10% et 400 000 voix. C’est justement le reflet des difficultés des classes populaires à défendre leurs intérêts et à remettre en cause le système. Plus globalement, la gauche sort en grande faiblesse de cette élection, avec moins de 30% des voix. C’est fondamentalement le résultat de la politique du PS au pouvoir.

Mais nous sommes fiers d’avoir bousculé la campagne en dénonçant le FN, Fillon et Macron, en montrant que les exploités avaient quelque chose à dire dans cette campagne.

Tous ces éléments montrent l’importance et l’urgence de reconstruire un parti pour les exploités. Nous avons besoin d’un parti qui représente nos intérêts, un outil pour nos luttes quotidiennes, pour en finir avec le système capitaliste, pour porter le projet d’une société débarrassée de l’exploitation et de toutes les oppressions.

Cette bataille-là, ni Hamon ni Mélenchon n’ont voulu la mener dans cette élection, l’un ne voulant pas rompre avec l’Union européenne, les institutions et le PS, l’autre reprenant à son compte les drapeaux français et les « Vive la France » comme symbole de son aspiration à travail à l’intérieur du système.

L’heure est à la mobilisation
Nous souhaitons que, comme en 2002, des manifestations soient organisées contre le FN. La solidarité militante est la meilleure façon de faire reculer ce parti. Mais nous voulons aussi préparer les mobilisations nécessaires contre la future politique de Macron, qui a d’ores et déjà promis de casser le code du travail par ordonnances, c’est-à-dire sans passer par le Parlement. Une sorte de 49-3 permanent ! C’est cela que nous voulons construire, dans les quartiers populaires, dans les entreprises, dans les mobilisations, dans l’action quotidienne. La manifestation du 1er Mai sera la première échéance qui va dans ce sens, nous devons y être très nombreux pour commencer à construire la riposte. Au soir de ce premier tour, l'avenir reste bien à la contestation de ce système, toutes et tous ensemble.

Lire la suite
Lire la suite

PHILIPPE POUTOU NE SE LAISSE PAS INTIMIDER SUR LCI

21 Avril 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU, #International, #Antiracisme, #ETAT D'URGENCE

Lire la suite

EN PLEINE DÉFERLANTE SÉCURITAIRE, GARDER LE CAP

21 Avril 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES, #Antiracisme

EN PLEINE DÉFERLANTE SÉCURITAIRE, GARDER LE CAP

Philippe traité d'ordure par des policiers à la sortie du studio télé. Cela va bien au-delà du choc émotionnel causé par la tragédie des Champs Elysées. C'est une indication de l'état d'esprit dans les corps de répression, à qui la fuite en avant sécuritaire des gouvernements successifs et la satisfaction de leurs revendication suite à des manifestations factieuses conforte dans l'idée qu'il faut toujours plus de la même chose. Fillon et Le Pen ont très bien compris dans quel sens il faut souffler.
Alors, en pleine déferlante sécuritaire, garder le cap:

-l'état d'urgence ne permet en rien de combattre les ennemis de la liberté djihado-fascistes

-la surenchère dans l'armement des policiers n'empêche pas un criminel terroriste de faire son oeuvre barbare

Lire la suite

ANTICAPITALISTE, ANTIRACISTE, INTERNATIONALISTE: PHILIPPE POUTOU REVE D'UN MONDE SANS FRONTIERES! (Petit Quotidien, 18.04.17)

21 Avril 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Antiracisme, #International

Alors qu'un nouvel attentat a eu lieu hier, on redit qu'une société sécuritaire ne protège pas du terrorisme. DAECH fait campagne pour le FN et tous les crispés de la détente, c'est vers l'autoritarisme qu'ils veulent nous amener. Répondons autrement: un moyen efficace pour lutter contre le fléau de la radicalisation serait de garantir des conditions d' existence digne à toutes et tous avec un revenu décent, un accès à la santé et au logement, une meilleure éducation. On persiste et signe: fermer les frontières ne résoudra rien!

Lire la suite

Faisons entendre l'anticapitalisme, préparons les mobilisations, votons Philippe Poutou

20 Avril 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU

Lire la suite

NPA Lettre écosocialiste

19 Avril 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

 

Mercredi 19 avril 2017

À l’occasion de la campagne présidentielle nous avons reçu de nombreux questionnaires d’associations, de collectifs, d’individus, de syndicats, de revues…

Nous avons profité de cette occasion pour rappeler notre programme et développer nos idées écosocialistes qui apportent des réponses aux crises actuelles qui se nourrissent mutuellement de leurs effets désastreux. La première de ces crises, c’est la crise écologique qui menace l’humanité de disparition et qui a commencé à frapper partout, mais plus durement au sud. La perte dramatique et irréversible de la biodiversité, révélée par la 6e extinction massive des espèces, et le réchauffement climatique en sont le moteur. Le NPA, conscient de l’urgence, apporte ses réponses, anticapitalistes et écologiques. C’est le sens de l’écosocialisme.

Que l’on parle du vélo, du nucléaire, des gaz de schiste, des grands projets inutiles, des grands prédateurs, de l’agriculture, des déchets, de la pollution, des transports, de l’énergie… on y défend notre vision d’une société débarrassée de l’exploitation et de la prédation capitalistes, d’une société libérée de la domination d’une caste de puissants qui impose sa loi, celle des profits, à la grande majorité des populations, d’une société basée sur le partage des richesses sans gaspillage, sur la solidarité entre les peuples, sur la planification économique et écologique où usager•e•s, consommateur•e•s, habitant•e•s, ouvrier•e•s, travailleur•e•s, producteur•e•s élaborent, discutent et décident ensemble.

Votez utile, c’est voter pour ses idées, c’est défendre nos vies contre les profits, c’est voter écosocialiste. C’est le sens de la candidature de notre camarade Philippe Poutou.

PS. Notre précédente lettre écosocialiste est ici et notre programme détaillé de sortie du nucléaire .

Philippe Poutou : « La conscience écolo progresse dans les milieux prolétaires »

Une interview de Philippe Poutou par Émilie Massemin pour Reporterre.

Poutou2017. Réponse à l’ARDEVA et au Comité Anti-Amiante Jussieu

Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle. 4 avril 2017
Catastrophes sanitaires et environnementales : 3 propositions pour mettre fin à l’impunité
La catastrophe sanitaire de l’amiante est la plus importante catastrophe sanitaire que la France ait connue : plus de 3 000 décès par an et de l’ordre de 150 000 décès au total. C’était aussi une catastrophe sanitaire évitable. L’usage massif de l’amiante a précisément eu lieu à une époque où on connaissait tout des risques liés à ce matériau (...)

Poutou2017. Réponse au Réseau national d’éducation à l’environnement et au développement durable

Je vous remercie d’avoir porté à notre connaissance votre action dans le domaine de l’éducation. Le rythme de la campagne électorale ne me permettra pas de vous rencontrer mais je veux vous présenter notre projet écosocialiste, un projet politique émancipateur pour répondre aux différentes urgences, sociales, écologiques, féministes, démocratiques, humanitaires et humaines, auxquelles l’humanité est confrontée et fédérer celles et ceux qui se mobilisent dans les différents mouvements.
Il me semble (...)

Poutou2017. Philippe Poutou contre l’A45 entre Lyon et Saint-Etienne

Réponse de Philippe Poutou et du NPA à la sollicitation des associations en lutte contre l’autoroute A45 .

Poutou2017. Réponses au programme Veggie 2017

Nous partageons le constat que, globalement, nous mangeons trop de viande et nous sommes favorables au développement du végétarisme et du véganisme. Mais nous ne pouvons ignorer le fait que beaucoup de gens ne peuvent pas manger de viande par manque de moyens et non pas par choix et que beaucoup de ceux qui le peuvent, mangent de la viande de mauvaise qualité (gustative, nutritionnelle ou environnementale).

Poutou2017. Réponse au questionnaire du Collectif 3R - Incinérateur Ivry

Nous mettons en avant la nécessaire réduction des déchets à la source. 350 kg de déchets ménagers par an par habitant, c’est trop.
Produire moins de déchets c’est s’interroger sur nos modes de production et de consommation. Les règles du capitalisme qui régissent les sociétés ce n’est pas satisfaire les besoins sociaux en nuisant le moins possible à la planète et ses habitants. Au contraire ! C’est produire toujours plus, aller toujours plus vite, plus loin, obliger les populations à consommer toujours (...)

Poutou2017. « Le loup, l’ours et le lynx révèlent notre capacité ou incapacité à maintenir la biodiversité »

Réponses de Philippe Poutou et du NPA au questionnaire de l’association FERUS sur les grands prédateurs, la biodiversité et l’élevage.

Poutou2017. Sortir de la chasse et du piégeage ! Réponses au questionnaire du Collectif du 21 septembre

Si vous êtes élu en 2017 Président de la République, prendrez-vous les mesures suivantes ?
Reconsidérer la composition des instances consultatives concernant la faune sauvage, pour mieux représenter les attentes citoyennes :
Oui, dans quel délai : immédiatement.
Non
Intégration de l’ONCFS au sein de l’Agence de la Biodiversité
Oui, dans quel délai : immédiatement.
Non
Instaurer des jours sans chasse sur tout le territoire, à commencer par le dimanche
Oui, dans quel délai : immédiatement. (...)

Poutou2017. Réponse à la lettre des enfants des victimes des essai nucléaires

Bonjour,
Je suis la fille d’un vétéran des essais nucléaires dans le Sahara. Mon père, par chance et contrairement à beaucoup de vétérans, n’est pas ou peu malade.
Ce qui n’est pas le cas de ses enfants et petits-enfants… Nous multiplions les problèmes de santé comme les malformations congénitales, les maladies rares, les maladies du sang, les maladies auto-immunes, les infections à répétition, les fausses-couches, etc.
Je ne suis pas un cas isolé. Nous sommes nombreux en France à partager ce lourd (...)

Poutou2017. Réponse à l’interpellation du Collectif pour le Triangle de Gonesse et le projet EuropaCity

Si vous êtes élu président de la République, donnerez-vous la priorité aux terres agricoles fertiles ainsi qu’au maintien et à l’évolution de l’agriculture en refusant le projet EuropaCity ainsi que tout projet d’urbanisation du Triangle de Gonesse ?
Je suis entièrement d’accord avec votre analyse et votre combat, auquel le NPA se joint (autant que le peuvent ses militants, peu nombreux dans la région...).
Nous avons bien sûr inscrit EuropaCity et le triangle de Gonesse dans notre carte des GPII, car (...)

POUTOU 2017 | LGV : Philippe Poutou répond à Jean-Luc Moudenc

Pour le NPA et Philippe Poutou, la LGV fait partie de la catégorie des grands projets inutiles et imposés. Réponse au Maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc.

Poutou2017. Réponses au questionnaire Pacte Arbre 2017

Questionnaire Pacte Arbre 2017 : 7 engagements d’honneur pour l’Arbre
Je conserve le quota d’arbres existants. Je préconise des règles de protection de l’arbre pour les sous-traitants lors des travaux ainsi que lors d’appel d’offre. Je fais classer tous les arbres de ma collectivité ayant un ou plusieurs intérêts « remarquables » (taille, âge, port, rareté, ...) qu’ils soient sur le domaine public mais aussi privé au sein du PLU ou PLUI (exemple : Ville de Niort).
Je favorise la plantation (...)

Poutou2017. Réponses aux 11 demandes de la section bio de la Coordination rurale

En préambule, nous tenons à souligner que le NPA souhaite le passage de toute l’agriculture au bio. Nous pensons que l’état de notre environnement et le réchauffement climatique en cours ne permettent pas de procrastiner et que des mesures radicales doivent être prises, tout en tenant compte des spécificités propres à chaque production agricole. Ainsi, la conversion peut être effectuée plus rapidement en maraîchage qu’en arboriculture.
Redonner de la rentabilité aux productions bio
Nous pensons que les (...)

Poutou2017. Réponses au questionnaire de la Coordination rurale, section viande

Comme vous le dites, il s’agit de 11 revendications avant une réforme totale de la PAC. Nous pensons qu’il est urgent de réformer la PAC et qu’il est urgent que la France réforme les aides de la PAC dont elle a la responsabilité.
En particulier, nous pensons que les aides agricoles doivent être plafonnées, que ce soit en nombre d’hectares ou de bêtes. Comme dans tous les autres secteurs agricoles, il faut aider l’installation de jeunes paysans en leur facilitant l’accès au foncier et avec des aides (...)

Poutou2017. Réponses au questionnaire de la Coordination rurale, section horticulture

Coordination rurale : 4 propositions pour l’horticulture
Aires urbaines de production agricole (AUPA)
Il existe une proposition de loi en cours à l’Assemblée nationale pour mettre en place les AUPA.
Nous sommes favorables au maintien et au développement de l’agriculture en zones urbaines. Mais plutôt que de créer un énième statut, il nous semble que le statut de fermage pourrait être adapté pour les petites structures. De plus, s’il est contraignant, le statut de fermage est aussi protecteur pour (...)

 

...

Lire la suite

Dominique Cellier, président de l’association Sciences citoyennes, explique comment la compétition entre chercheurs pour obtenir des budgets pousse à la surenchère technologique. Quitte à ne pas se préoccuper des conséquences, en particulier écologiques, de leurs innovations.

19 Avril 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Nouveau Parti Anticapitaliste, #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Dominique Cellier

Dominique Cellier

Si l’Union européenne se gargarise de promouvoir la RRI (Responsible Research and Innovation), nous sommes loin d’une mise en question systématique des projets soutenus à coups de millions d’euros. L’association Sciences citoyennes dénonce au contraire la surenchère technologique dans laquelle les chercheurs se trouvent enrôlés, du fait du système de compétition exacerbée qu’est devenu le monde de la recherche. Bataillant souvent au quotidien pour obtenir les moyens d’exercer leur travail, les chercheurs sont dépossédés de leur pouvoir décisionnel et déresponsabilisés, tandis qu’au loin, beaucoup plus loin, la société civile assiste impuissante au déferlement d’innovations qu’elle n’a pas désirées, pour un progrès qui souvent n’en porte que le nom.

L’attitude générale du monde de la recherche reflète bien sûr l’irresponsabilité et le manque de réflexivité [réflexion sur sa propre activité] de la majeure partie des acteurs quant à la dégradation inexorable de nos conditions de vie et à la destruction de la biosphère. Les États misent sur la croissance pour résoudre les maux sociaux, et pour cela, s’enferrent dans des compétitions économiques et sécuritaires. Les entreprises, mues par le profit, s’exonèrent de toute responsabilité en l’absence de cadre contraignant ou de risques pleinement démontrés, et privilégient le principe d’innovation sur le principe de précaution. Les décideurs politiques s’abritent derrière les avis d’experts rarement indépendants, pour prendre des décisions allant souvent à l’encontre de la santé des populations et de la protection de l’environnement. Enfin, les chercheurs estiment que leur responsabilité n’est engagée ni comme experts ni comme scientifiques.

Il ne s’agit en aucun cas d’une « liberté de recherche » 

Au regard des risques, le chercheur peut-il décemment se désintéresser de la finalité de ses travaux pour se consacrer à la seule quête de la connaissance pour la connaissance, en revendiquant une liberté totale, créatrice de découvertes inattendues ? Ceci renvoie à l’existence postulée d’une science neutre et de chercheurs indépendants, et à la croyance que science et chercheurs, quoi qu’ils fassent, contribuent par essence au progrès de l’humanité.

Or, c’est ce postulat, cette « neutralité » selon certains, qui a permis et continue à permettre la mainmise des acteurs dominants sur la science. En contrepartie, les chercheurs peuvent se prévaloir d’une certaine reconnaissance sociale, d’un degré de liberté dans l’organisation de leur recherche et d’une protection face aux conflits d’intérêts et aux conséquences de leurs travaux. Dans le cadre contraint des financements et des institutions, il ne s’agit en aucun cas d’une « liberté de recherche ».

La société civile n’est pas impliquée dans ce pacte faustien, car elle est jugée incapable de participer à la discussion des choix de recherche. Tout au plus son soutien est-il demandé de temps à autre pour « sauver la science » (comme prochainement pour la Marche pour la science du 22 avril) ou pour cautionner l’acceptabilité d’innovations non demandées. Mais quelle science soutenir quand la recherche actuelle n’a pas comme objectif premier le bien commun, mais encourage la fuite en avant vers les technosciences et nous entraîne dans une impasse sociale et écologique globale ?

Un nouveau contrat entre la science et la société doit être passé 

Partant de cet ensemble de constats, l’association Sciences citoyennes dénonce cette conception de la science qui a pour corollaire une irresponsabilité assumée, tout autant que le système d’organisation actuel de la recherche qui la perpétue. Elle récuse l’affirmation selon laquelle les dégâts causés par la technoscience seront corrigés par les futures recherches de cette même technoscience. Elle dénonce une forme d’impunité dont bénéficient ceux qui, d’un côté, vantent les promesses d’une innovation afin d’obtenir le financement de leur recherche, mais qui ne se sentent plus concernés par les dégâts ultérieurs de cette même innovation, dégâts qui peuvent être irréversibles... La responsabilité doit donc être imprescriptible et proportionnelle au savoir de chacun. Nul ne peut s’exonérer de sa responsabilité au nom de son impuissance s’il n’a pas fait l’effort de s’unir à d’autres, ou au nom de son ignorance s’il n’a pas fait l’effort de s’informer.

Une page doit se tourner pour que les chercheurs et les institutions scientifiques admettent leurs responsabilités et prennent part à la transition écologique et sociale vers des sociétés durables et de bien-être. Pour cela, un nouveau contrat entre la science et la société doit être passé. Une recherche scientifique responsable se caractérise par l’élaboration démocratique des objectifs généraux et du budget de la recherche, par le développement de la recherche participative, par l’ouverture de l’expertise et de l’évaluation scientifique, et par l’autonomie et la réflexivité critique des chercheurs. Pour permettre cette transition, nous devons engager les changements qui s’imposent dans les missions des chercheurs et les fonctions des institutions de recherche.

  • Retrouvez le Manifeste pour une recherche scientifique responsable sur le site de Sciences citoyennes.
Lire la suite
Lire la suite