Liste des plans de licenciements et fermetures en France (actualisée juillet 2009)

Liste non limitative des plans de licenciements et fermetures d'entreprises en France, actualisée en juillet 2009.
Sources Mediapart et agences.



NEO SECURITE (Ile-de-France): 798 postes ( juillet 2009
)

La société de gardiennage, prévoit la suppression de 798 postes, via des licenciements économiques.

 

FNAC (Paris, Bastille) : fermeture du site et 400 emplois supprimés en France (13 mars 2009)

Dans le cadre du plan d'économie du groupe PPR, la Fnac va fermer le magasin place Bastille, où travaille 60 salariés, supprimer 200 emplois à Paris, 50 au siège et 150 en province.

 

LA NOUVELLE REPUBLIQUE (Tours) : 180 postes ( juillet 2009)

Le groupe de presse régionale basé à Tours va supprimer 181 postes : 125 au quotidien La Nouvelle République, 27 à Centre Presse (Poitiers) et les autres dans les filiales (communication, publicité, portage)

 

YAHOO (Paris, Grenoble) : 52 emplois ( janvier 2009)

52 salariés sont menacés sur les 251 postes que compte Yahoo! France, soit 20 % de la masse salariale. Les deux sites français, Paris et Grenoble, sont concernés. Six postes devraient être créés pour permettre le reclassement.

 

RANDSTAD-VEDIOR (Roubaix) : 40 à 60 suppressions de postes annoncées (mars 2009)

Un plan social du groupe prévoit la suppression de 500 postes sur toute la France (489 selon la direction), dont 40 à 60 dans le Nord-Pas-de-Calais. Les agences de roubaisiennes de Vedior et de Randstad sont concernées.

 

HEWLETT-PACKARD : 580 + 540 postes ( juillet 2009)

HP va supprimer 580 postes dont 500 au sein de sa nouvelle filiale Electronic Data Systems (EDS), qui a des sites installés notamment à Brest, Nantes, Rennes, Tours, Toulouse, Lyon et Nanterre.
Les salariés dénoncent un plan social «financier».

Le fabricant informatique a annoncé en juillet la suppression de 540 autres postes en France, dans le cadre d'un nouveau plan de restructuration.

 NEO SECURITE (Ile-de-France): 798 postes

La société de gardiennage, prévoit la suppression de 798 postes, via des licenciements économiques.

 

FNAC (Paris, Bastille) : fermeture du site et 400 emplois supprimés en France

Dans le cadre du plan d'économie du groupe PPR, la Fnac va fermer le magasin place Bastille, où travaille 60 salariés, supprimer 200 emplois à Paris, 50 au siège et 150 en province. (Libération)

LA Nvelle REPUBLIQUE (Tours) : 180 postes

Le groupe de presse régionale basé à Tours va supprimer 181 postes : 125 au quotidien La Nouvelle République, 27 à Centre Presse (Poitiers) et les autres dans les filiales (communication, publicité, portage)

YAHOO (Paris, Grenoble) : 52 emplois

52 salariés sont menacés sur les 251 postes que compte Yahoo! France, soit 20 % de la masse salariale. Les deux sites français, Paris et Grenoble, sont concernés. Six postes devraient être créés pour permettre le reclassement. (Le Point)

RANDSTAD-VEDIOR (Roubaix) : 40 à 60 suppressions de postes annoncées

Un plan social du groupe prévoit la suppression de 500 postes sur toute la France (489 selon la direction), dont 40 à 60 dans le Nord-Pas-de-Calais. Les agences de roubaisiennes de Vedior et de Randstad sont concernées. (La Voix du Nord)

HEWLETT-PACKARD : 580 + 540 postes

HP va supprimer 580 postes dont 500 au sein de sa nouvelle filiale Electronic Data Systems (EDS), qui a des sites installés notamment à Brest, Nantes, Rennes, Tours, Toulouse, Lyon et Nanterre.
Les salariés dénoncent un plan social «financier».

Actualisation (13/07/09):
Le fabricant informatique a annoncé la suppression de 540 autres postes en France, dans le cadre d'un nouveau plan de restructuration.

ADECCO : 600 emplois.

Le groupe de travail temporaire Adecco a annoncé jeudi vouloir supprimer 600 emplois en France d’ici le mois de juin 2009, en «privilégiant les départs volontaires», en raison d’un «retournement de conjoncture». (Jobetic)

L'EXPRESS (Paris) : 50 départs volontaires
Le groupe Roularta veut économiser 10 millions d'euros l'an prochain. Un guichet de départs volontaires va être ouvert.

ALICE (Paris) : 330 à 350 postes.

Free supprime de 330 à 350 postes chez Alice, au siège, à Paris.

PRISMA (Paris) : 40 départs

Le groupe de presse Prisma (Géo, Capital, Ca m'intéresse...) va ouvrir un guichet départs volontaires. Il espère 40 départs (AFP)

MILAN PRESSE (Toulouse) : 32 suppressions de postes

Bayard supprime 32 emplois dans sa filiale Milan Presse. Le quotidien pour enfants Les Clés de l'actualité va être arrêté. (La Dépêche)

TELETOULOUSE (Toulouse) : 33 emplois supprimés

Un plan social touche la chaîne de télévision locale : 33 postes sont supprimés sur 53, soit environ 1 sur 10.
Source : Toulouse7

LA REDOUTE (Roubaix) : 672 licenciements dont 151 au siège

La Redoute (Redcats, PPR) va supprimer 672 emplois en 4 ans. Le plan prévoit une réorganisation du siège qui touchera 151 emplois, la fermeture étalée sur 4 ans des 81 points de contacts avec la clientèle qui emploient 430 collaborateurs et l’externalisation du traitement des commandes par courrier qui affectera 91 employés.

CAMIF (Niort) : 980 emplois

Cessation de paiement de CAMIF Particuliers et de CAMIF SA, la maison-mère. CAMIF Particuliers emploie 780 personnes et CAMIF SA, 140 personnes.
Le 27 octobre, Camif Particuliers a été liquidée. 900 emplois sont supprimés.
Une nouvelle secousse après le plan de licenciements dévoilé fin août qui prévoyait déjà 509 suppressions de postes sur un total de 1.370, dont un millier à Niort. Aujourd'hui, les syndicats parlent de « 940 emplois» rayés de la carte.
Source : La Charente Libre.

3 SUISSES (Croix) : Plus de 400 licenciements

Au moins 400 postes vont être supprimés dans le groupe de VPC. Des rumeurs dans le groupe parlent de 750 postes. Les annonces sont attendues dans les prochaines semaines. (La Voix du Nord)

HAPAG-LLOYD: 39 licenciements

La compagnie allemande, spécialisée dans le transport maritime, va supprimer 39 emplois, dont 15 au Havre, 9 à Marseille, 8 à Lyon et 7 à Asnières. Les bureaux de Lyon et Marseille vont fermer.

PONCIN YACHT (Vannes): 40 licenciements
La production de bateaux à moteurs est transférée à Marans (17). Sur les 68 salariés de l'usine de Kelt, près de Vannes, 40 perdront leurs emplois.

BENETEAU (St-Gilles-Croix-de-Vie) : 700 emplois

Le fabricant de navires de plaisance pourrait supprimer 800 emplois, annonce Le Figaro le 2 avril 2009.
Actualisation (17/07/09):
600 employés sont candidats au départ volontaire. Une quarantaine de licenciements auront lieu. 

YACHT INDUSTRIES (Mondeville) : 51 salariés inquiets

Yachts Industries (catamarans de luxe) s'est déclaré en cessation de paiements au tribunal de commerce de Caen le 12 novembre. Un client a annulé une grosse commande de 7 millions d'euros. La direction espère pouvoir vendre le bateau qui n'a pas été payé pour se relancer.
Source : maville.com

SEAFRANCE (Calais) : 650 suppressions d'emplois annoncées

Lors d'un comité d'entreprise extraordinaire, SeaFrance a annoncé, le 17 février, son intention de supprimer 650 emplois, à moins de trouver un repreneur. Mais LD Lines, approché par Seafrance, a retiré son offre de reprise le 17 mars.

CARLSON WAGONLIT (Evry) : fermeture du site

Les sites d'Evry et de Noisy-le-Grand, qui emploient 150 personnes, vont fermer dans le cadre d'un plan social. Au total, 440 suppressions de postes sont prévues sur toute la France. (France 2)

CARLSON WAGONLIT (Noisy-le-Grand) : fermeture de site

Les sites d'Evry et de Noisy-le-Grand, qui emploient 150 personnes, vont fermer dans le cadre d'un plan social. Au total, 440 suppressions de postes sont prévues sur toute la France. (France 2)

VALEO : 1600 postes en France

Valeo de prévoir une réduction d’effectifs de 5 000 postes dans le monde, dont 1 600 en France et 1 800 en Europe, soit 10 % des employés. Le détail du plan sera donné le 8 janvier lors du comité d’entreprise européen, mais le groupe annonce qu’il s’agira de «volontariat». (Libération)

PSA (Sochaux) : 900 précaires pas reconduits

La direction de Peugeot Sochaux annonce le 6 janvier que les 900 intérimairess du site ne seront pas reconduits à la fin de leur contrat. L'équipe de nuit sera supprimée.
Source : LePays.fr
Le groupe prévoit aussi un plan de 2.700 départs volontaires pour les «salariés de structure», c'est-à-dire les ouvriers professionnels, les employés, les techniciens, les agents de maîtrise, les cadres, selon un communiqué du 20 novembre.
Source : L'Alsace

PSA (Rennes) : 1150 emplois supprimés

PSA supprime 1150 emplois à Rennes, sa plus grande usine qui emploie 8000 salariés. (Ouest-France)
Actualisation 17/03 : la direction souhaite également le départ volontaire de 850 ouvriers professionnels, techniciens et cadres. (Ouest-France)

CONTINENTAL (Clairoix) : 1120 salariés menacés

La fermeture de l'usine de pneumatiques, qui a fortement réduit sa production, menace 1120 salariés.
L'annonce provoque une grève des salariés, et un violent conflit avec la direction. Le directeur de Continental est bombardé d'oeufs, comme les participants du Comité central d'entreprise (CCE), le 16 mars.
Sources : Le Courrier Picard et 20minutes

Actualisation, juillet : Les 1120 licenciés seront bien licenciés. Après six mois d'un conflit dur, ils ont obtenu des conditions de départ avantageuses, dont une prime de 50.000 euros.
Sur Mediapart
, le témoignage de Xavier Mathieu, leader CGT du conflit, l'enquête sur la désindustrialisation de l'Oise, et  le reportage sur le voyage revendicatif des "Conti" à Hanovre.

MICHELIN (Clermont) : 1093 postes

La production va être arrêtée pendant une semaine à la fin de l'année dans deux ateliers Michelin où travaillent 500 personnes à Clermont-Ferrand, fief du fabricant de pneus, en raison d'une baisse de commandes. (Le Figaro)
Actualisation (13/07/09):
La direction a annoncé la suppression de 1093 postes en France, "sans licenciement". Un plan de départ volontaire est prévu.

RENAULT (Guyancourt) :1000 postes de prestataires

Renault profite du repli du marché actuel pour tailler dans les effectifs de ses sous-traitants en ingénierie et en informatique. Au 1er janvier, selon la CFDT, plus de 1000 ingénieurs et techniciens employés par des sociétés d'ingénierie ou de service informatique (SSII) vont voire leur contrat suspendu pour une durée indéterminée. Ces prestataires travaillaient sur des programmes de développement pour le technocentre de Guyancourt (Yvelines), pour celui de Rueil (dédié aux motorisations) ou de Villiers-Saint Frédéric (dédié aux véhicules utilitaires) (Usine Nouvelle)

GOODYEAR (Amiens): 820 emplois

Le plan social mis en place par la direction de Goodyear vise finalement 820 emplois, à l'usine d'Amiens-Nord, sur les 1.400 salariés qui y travaillent.

TYCO (Pontoise) : 620 emplois

Le groupe électronique annonce le 4 septembre qu'il va fermer trois usines en France et en Espagne d'ici 15 mois, dans le cadre d'une restructuration de ses activités européennes. En France, quelque 620 emplois devraient être supprimés suite à la fermeture des usines de Chapareillan (Isère) et de Val-de-Reuil (Eure), qui produisent des composants électroniques pour l'industrie automobile, ainsi que du regroupement des activités administratives du site de Cergy-Saint-Christophe avec celles de Pontoise (Val-d'Oise).
Source : Les Echos

FAURECIA (Brières) : 415 emplois supprimés

405 emplois seront supprimés sur le site, où travaillent actuellement 1200 salariés. Faurecia a annoncé le 11 décembre un vaste plan de départs volontaires de 1200 personnes. (Le Parisien)

BOSAL (Annezin) : 398 emplois

Le fabricant de pots d'échappements Bosal réclamait, dès janvier, une mise en redressement judiciaire. Le 13 mars, un appel d'offre à repreneur est prévu. Les salariés entament une grève le même jour.
Source : La Voix du Nord
Actualisation (13/07/09): La liquidation judiciaire de l'unité de production de l'usine de Bosal a été prononcée et a pour conséquence la suppression de 398 emplois. 88 emplois ont pu être sauvés au sein de l'unité de distribution.

NEW FABRIS (Châtellerault): 366 postes

372 emplois sont menacés chez Fabris (groupe Zen) en cessation de paiements. (Les Echos)
Actualisation 13/03 : 200 emplois seront finalement supprimés sur les 372 du site de Châtellerault (Ouest-France)

Actualisation (13/07/09)
: 366 salariés seront finalement licenciés suite à la fermeture de l'usine New Fabris de Châtellerault. Les salariés, réclament aujourd'hui le versement d'une indemnité de 30.000 par travailleur, sous peine de faire exploser l'usine.

HEULIEZ (Cerizay) : 380 licenciements

L'équipementier automobile en difficulté a été racheté en juillet 2009 par Bernard Krief Consulting. Des investisseurs du Moyen-Orient, l'Etat (via le FSI) et la région Poitou-Charentes ont participé au tour de table. BKF a emprunté le reste auprès des banques. 380 salariés (sur 1000) seront licenciés.

MECACORP (Valreas): 368 postes

L'équipementier automobile annonce la suppression de 368 postes sur ses deux sites d'Izernore et de Valreas.

TRELLEBORG (Carquefou) : 327 postes

L'équipementier automobile basé à Carquefou annonce, fin décembre, la suppression d'une quarantaine de postes dans sa branche Modyn. Environ 450 licenciements avaient déjà été prévus : 287 suppressions de postes permanents, et 140 intérimaires non reconduits. (Ouest-France)

SEVELNORD (Hordain) : 350 suppressions d'emplois

La filiale de PSA Peugeot-Citroën et de Fiat annonce la suppression de 350 emplois, sous la forme de départs en pré-retraite, de reclassement ou d'aide dans un projet de création d’entreprise.
Source : 7h10.com

MOLEX (Villemur-sur-Tarn) 300 emplois menacés.

Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) : Le groupe américain Molex, spécialisé dans la connectique électrique, fermera son site haut-garonnais, Molex Automotive en juin 2009. A la clé : la suppression de 300 postes, dont 275 CDI.
Source : La Dépêche.

Actualisation : 15 juillet. L'usine pourrait finalement fermer en octobre. Les salariés sont à la recherche d'un repreneur. lls ont lancé un appel sur Mediapart.

BARRE-THOMAS (Rennes) : 248 emplois supprimés

L'équipementier automobile SPBT (Société de polymères de la Barre-Thomas, 1300 salariés) à Rennes, en Ille-et-Vilaine, a annoncé un plan de départs volontaires : une centaine de salariés sont concernés. La SPBT travaille à 85% pour PSA Rennes. (L'Usine Nouvelle)
Actualisation 15/12 :
248 emplois seront finalement supprimés a décidé la direction : les commandes ne cessent de chuter.

JOHNSON CONTROLS (Gd Quevilly) : 280 salariés

Johnson Controls (batterie pour l'automobile) va fermer son usine d'ici à six mois. A Grand Quevilly, c'est la stupeur. L'annonce a été faite en dix minutes aux salariés.
Retrouvez
notre reportage avec les salariés de Johnson Controls.

Source : Les Echos.

... et à Sarreguemines : 365 emplois

Le groupe de batteries américain avait justifié la fermeture du site de Seine-Maritime par un déplacement d'une partie de l'activité à Sarreguemines. Mensonge : quelques mois plus tard, le groupe a aussi annoncé la fermeture de l'usine de Sarreguemines. 365 emplois vont être supprimés, la production sera répartie sur d'autres sites européens.

KLARIUS (Dreux) : 238 postes en mois

Le fabricant de pots d'échappement a été placé en liquidation judiciaire. Source : La Nouvelle République de Centre.

Le fabricant de pots d'échappement a été placé en liquidation judiciaire.
Source : La Nouvelle République de Centre

NXP (Caen) : 280 postes en moins

La direction de NXP France a présenté le 29 septembre son plan social final. 280 postes (sur 300) seront supprimés dans l'usine de circuits intégrés mise en vente au début du mois.
Source : L'Usine Nouvelle.

Actualisation 18/03 : L'entreprise cherche toujours un repreneur. Si le site de la côte de Nacre ferme, 371 postes seront supprimés. Le centre de recherche NXP à Colombelles, près de Caen est touché par la suppression de 90 postes sur 630. (L'Usine Nouvelle)

FAURECIA (Redon) : 265 emplois

Les 130 salariés de l’usine Faurecia-Siebret de Redon sont au chômage technique entre le 3 décembre et le 7 janvier.
L’équipementier automobile continue de subir les conséquences de la baisse d’activité de PSA, à Rennes.
(Usine Nouvelle)
Actualisation 11/12 : 265 emplois seront supprimés, dans le cadre d'un vaste plan social (Ouest-France)

.... à Sandouville : 130 postes supprimés

Conséquence de la suppression de 1000 emplois à Sandouville, l'équipementier Siemar (Faurecia) va supprimer 120 postes (sur 280). Le site est au chômage technique entre le 12 décembre 2008 et le 5 janvier 2009. Les guichet de départs volontaires est ouvert, mais les salariés veulent obtenir de meilleurs conditions d'indemnisation.
Source : L'Usine Nouvelle

... à Flers : 271 emplois supprimés

Les trois usines flériennes de l'équipementier (1650 salariés) automobile Faurecia vont subir du chômage partiel en décembre. (Ouest-France/MaVille.com) Actualisation 27/11 : entre une semaine à un mo...

Les trois usines flériennes de l'équipementier (1650 salariés) automobile Faurecia vont subir du chômage partiel en décembre. (Ouest-France/MaVille.com)

Actualisation 27/11 : entre une semaine à un mois de fermeture entre décembre et janvier. (La Tribune)

Actualisation 11/12 : 271 emplois sont supprimés à Flers, dans le cadre d'un vaste plan social de 1215 personnes (Ouest-France)

PLASTIC OMNIUM (St Romain) : 219 emplois supprimés

Le fabricants de pare-chocs annonce la fermeture de l'usine de Saint-Romain-de-Colbosc en juin 2009, et le licenciement de 219 salariés.
Source : Usine Nouvelle

LEAR (Lagny-le-Sec): 209 licenciements

Le (long) conflit s'est terminé en juin. Finalement, 209 salariés ont été licenciés. Ils ont obtenu 8 500 euros de prime en plus des 15 000 euros déjà négociés en février.

... et Offranville : 150 salariés sur le carreau

L'usine Lear qui fabriquait des garnitures de portières en lin n'avait plus qu'un client, Opel. Elle a fermé le 15 octobre. La direction justifie cette fermeture par des coûts trop élevés par rapport aux sites d'Europe de l'est.
Source : L'Usine Nouvelle

FULMEN (Auxerre) : 314 salariés menacés

La fermeture du site de l'entreprise Fulmen à Auxerre a été annoncée le 22 janvier. L'usine compte 314 salariés.
Source : L' Yonne Républicaine

Actualisation (13/07/09):
Le PDG de Steco pourrait reprendre l'usine auxerroise. Après que la première offre ait été refusé, les négociations continuent.

LAJOUS (Compiègne) : 180 Postes supprimés

PEUGEOT (Dannemarie et Mandeure) : 200 emplois supprimés

La direction a annoncé, début octobre 2008, un plan de suppressions de 200 emplois sur la base du volontariat.
Source : l'Humanité

TIMKEN (Colmar) : 185 suppressions d'emplois

Le spécialiste américain des roulements et aciers alliés va supprimer 300 emplois dans toute la France, dont 185 sur le site de Colmar. 20 postes administratifs sont concernés. L'usine de Colmar emploie 980 personnes.
Source :
L'Alsace.fr

MBF TECHNOLOGIES: 166 emplois

L'équipementier automobile a annoncé la suppression de 166 emplois, sur les 546 salariés de son usine basée à Saint-Claude, dans le Jura.

TREVES CERA (Reims et Paris) : 145 postes supprimés

Le sous-traitant Treves (3800 salariés en France/textile pour l'automobile) subit la crise de l'automobile. 145 postes seront supprimés à Paris et Reims, chez CERA.

AUTOLIV FRANCE (Gournay-en-Bray) : 140 postes supprimés

L'équipementier automobile annonce la suppression de 140 postes sur les 1000 que compte l'usine, sur le mode du départ volontaire.
En 2008, 87 CDI et une centaine d'emplois intérimaires avaient été supprimés.
Depuis février 2009, les salariés subissent deux jours de chômage partiel hebdomadaire.
Source : Usine Nouvelle

KPI (Rochefort) : 139 emplois supprimés

Key Plastics supprime 139 emplois sur son site de Rochefort. Seul l'atelier de peinture (58 salariés) est maintenu.
Source : L'Usine Nouvelle
Actualisation 18/03 : Le 13 novembre 2008, l'équipementier automobile s'est déclaré en cessation de paiement et a annoncé la suppression de 139 emplois sur 197 à Rochefort. (Les Echos)

MAHLE (Persan) : 132 postes en moins dès la fin de l'année

L'équipementier allemand Mahle a annoncé la femeture du site qui fabrique des filtres à gaz dès la fin de l'année. 132 postes seront supprimés.
Source : L'Usine Nouvelle.

RIETER (Rémy) : 135 suppressions d'emploi

136 des 185 salariés de Rieter (isolation pour poids-lourds) vont être licenciés. Une cinquantaine de postes sont menacés au siège du groupe à Aubergenville (Yvelines)
Source : Le Parisien.

HARMAN BECKER (Château-de-Loir) : 134 licenciements

Ce sous-traitant automobile va licencier en décembre 135 salariés. Un choc pour cette ville de 5000 habitants. Source : maville.com

Ce sous-traitant automobile va licencier en décembre 135 salariés. Un choc pour cette ville de 5000 habitants.
Source : maville.com

WESTAFLEX (Roubaix) : 130 licenciements

INFO D'UN INTERNAUTE :
Un salarié de Wastaflex qui tient à garder l'anonymat nous indique que 130 employés de ce sous-traitant auto seront licenciés en janvier.

EMT (Caudebec) : 120 postes supprimés

L'équipementier EMT (278 salariés) va êtyre repris par son ancien propriétaire Autoliv, mais avec 120 suppressions d'emploi à la clé.
Source : L'Usine Nouvelle.

COOPER STANDARD (Vitré) : 116 licenciements  

Les syndicats de l'équipementier automobile Cooper Standard Automotive annoncent un plan de restructuration portant sur 200 salariés, dont 116 à Vitré (Ille-et-Vilaine) où l'usine emploie 700 personnes. (Usine Nouvelle)

SCHAEFFLER (Calais) : 115 emplois supprimés

L'usine de production de chaînes de transmission pour moteurs prévoit la suppression de 115 postes sur les 372 à Calais. Un redressement judicaire serait confirmé. Les salariés subissent un plan de chômage partiel depuis plusieurs semaines.
Source : La Voix Eco

KEY PLASTICS (Voujeaucourt) : 114 licenciements.

Key Plastics supprime 114 emplois siur son site du Doubs.
Source : AFP.
Actualisation 18/03 : Après deux semaines de grève en mars, 37 emplois vont être maintenus auxquels s'ajouteront 13 contrats de transition professionnelle avec promesse d'embauche au sein de la future entreprise ou dans le bassin d'emploi. 61 licenciements sont toujours prévus. L'usine cherche actuellement un repreneur. (Reuters)

DUPONT (Le Mans) : 110 emplois menacés

Coatings envisage la fermeture en 2009 de son usine du Mans (Sarthe) qui emploie 110 personnes. Le groupe américain va supprimer 2 500 emplois dans le monde. (L'Usine Nouvelle)

VISTEON (Rennes) : 109 emplois

L'équipementier automobile annonce la suppression de 109 emplois sur son site rennais, au lieu des 18 initialement prévus. (Le Télégramme)

VISTEON (Gondecourt) : 101 suppressions d'emplois

L'équipementier automobile envisage la suppression de 101 emplois sur son site de Gondecourt. Des négociations sont en cours pour envisager une sortie de crise. (La Voix du Nord)

PAULSTRA AUTO (Chateaudun) : 102 suppressions de postes

L'équipementier automobile annonce la suppression de 102 postes sur son site de Chateaudun, dans un plan qui prévoit 183 départs en tout (avec le site de Vierzon).
Les départs devraient se faire sur la base du volontariat.
Source :
La Nouvelle République

LOHR (Duppigheim) : au moins 100 licenciement

Le fabricant d'équipements de transport Lohr Industrie prévoit un plan social qui entraînera au moins 100 suppressions de postes. La mauvaise passe de groupe alsacien s'explique par la crise du secteur automobile, qui a entraîné des reports ou des annulations de commandes. (L'Usine Nouvelle)

SKF (Saint-Cyr) : une centaine d'emplois menacés

La direction de l'usine SKF de Saint-Cyr-sur-Loire (1400 salariés) a annoncé aux représentants du personnel l'arrêt progressif de la fabrication des roulements à bille de type HBU sur le site de Saint-Cyr-sur-Loire. Cette décision prendra effet dans un délai de 12 à 24 mois, c'est-à-dire avant la fin 2010.
Une centaine de postes est concernée, mais la direction affirme ne pas envisager de départs contraints.=
Les intérimaires (200) n'ont pas été renouvelés.
Source : La Nouvelle République

VERNICOLOR (Arbent) : 96 emplois

Vernicolor (220 salariés), spécialiste de la décoration sur pièces plastiques pour PSA, Renault.. vient d'être placée en redressement judiciaire, à la demande de la direction. La PMI dispose de six mois pour rétablir la situation.
Source : L'Usine Nouvelle

Actualisation 12/12 :  L'administrateur judicaire envisage la suppression de 96 postes soit près de la moitié des effectifs.Vernicolor a vu son chiffre d'affaires moyen quotidien fondre de 70 000 euros à 20 000 euros en l'espace de deux mois ! Les salariés ont un jour de chômage partiel par semaine et l'entreprise va fermer ses portes du 19 décembre au 5 janvier.

MCA (Maubeuge) : 91 postes en moins, 25 jours d'arrêt

MCA assembla la Kangoo pour Renault. 91 postes vont être supprimés, il y aura également 25 jours d'arrêt de la production d'ici janvier.

RANGER (Theillay) : 80 emplois supprimés

Les 442 salariés ont appris, le 23 octobre la mise en cessation de paiements de l'usine Ranger de Theillay, près de Salbris.
Actualisation 6/12 :
80 emplois vont être supprimés. RangerPlast, le propriétaire, cherche un repreneur. (Usine Nouvelle)

EUROCEL (Dives-sur-Mer) : 80 postes

Spécialisée dans la fabrication de feuilles de cuivre, Eurocel, filiale du groupe Green Recovery, va fermer d'ici quelques mois. 80 salariés y travaillent.
Source : L'Usine Nouvelle

PAULSTRA AUTO (Vierzon) : 81 suppressions de postes

L'équipementier automobile annonce la suppression de 81 postes sur son site de Vierzon, dans un plan qui prévoit 183 départs en tout (avec le site de Chateaudun).
Les départs devraient se faire sur la base du volontariat.
Source :
La Nouvelle République

SOTIRA (Pouancé) : 80 postes supprimés

80 des 276 emplois seront supprimés. (CarFree)

RAGUET (Monthermé): 73 licenciements

Le sous-traitants automobile va supprimer 73 emplois sur les 187 que compte le site de Monthermé. Fin juin, les salariés avaient séquestré leur direction, pour protester contre le plan de licenciement.

ST BOIS CONCEPT (La Chevrolière): 70 licenciements

La menuiserie, spécialisée dans l'aménagement de camping-car, a annoncé le licenciement de 70 personnes, soit de la moitié de ses effectifs.

OTOMOTIVE (Amiens) : 60 et plus?

Cette usine de compteurs automobiles licencie une première tranche de 60 ouvrières dès le 23 novembre. Mais à brève échéance, c'est la suppression des 145 emplois qui est programmée. (Lutte ouvrière)

CONTINENTAL AUTORADIOS (Rambouillet) : 400 emplois délocalisés

Après l'annonce début septembre d'un plan de restructuration sur l'usine de Rambouillet (Yvelines), Continental Autoradios a décidé de délocaliser  sa production vers la Roumanie en 2009.
Source : L'Usine Nouvelle.

TREVES PTPM (Ay) : 40 postes supprimés

Le sous-traitant automobile Treves (textile/3800 salariés en France) supprime 40 postes chez PTPM, à Ay.
Source : Les Echos

... et Montcornet : 40 postes supprimés

Treves, sous traitant automobile (textile/3800 salariés en France) supprime entre 35 et 45 postes chez MATT. 140 avaient été supprimé en 2005. Ces dernières semaines, les contrats de 70 intérimaires n'ont pas été reconduits.
Source : Les Echos

... et Ploërmel : de 38 à 53 postes supprimés

Treves a annoncé mi-novembre entre 38 et 53 emplois supprimés. La MPAP avait déjà annoncé une période de chômage partiel en décembre (du 12 décembre au soir au 6 janvier au matin). L'équipementier travaille à 80% pour PSA Rennes.
Sources : Ouest-France et Les Echos

VALEO (Bout Pont de l'Arn, Bobigny) : 28 licenciements

Dans la branche VLS (Valeo lightening systems de Valéo) il y aura 28 licenciements : 16 dans les services à Bobigny, et 12 sur le site Tarnais. (La Dépêche)

... et Brognard : entre 12 et 15 postes supprimés

Le sous-traitant auto Treves (textile, 3800 salariés en France) supprime entre 12 et 15 emplois chez Trevest, usine très ptroche de l'usine PSA de Sochaux.
Source : Les Echos

... et Crépy : 14 emplois supprimés

Le groupe Treves (textile pour l'automobile, 3800 salariés en France) supprime 14 emplois chez Sodimatex
Source : Les Echos

GEVELOT (Toucy) : 14 licenciements

Gévelot Extrusion va licencier 14 salariés à Toucy. C'est le plus gros employeur de la commune. (L'Yonne Républicaine)

JTEKT (Dijon) : plusieurs dizaines d'emplois

L'équipementier automobile japonais JTEKT Europe (4200 personnes en France) va supprimer 200 postes en France. sans ses usines de Dijon et de Saint-Etienne (Loire), qui fabriquent des directions assistées.
Source : L'Usine Nouvelle.

SONAS (Guéret): fortes incertitudes

55 emplois restent menacés, mais ils pourraient correspondre au nombre de départs volontaires. Le groupe Halberg s'est porté repreneur de l'entreprise Sonas.

Actualisation, juillet : le tribunal de commerce de Guéret a prolongé la période d'observation de 6 mois, jusqu'en novembre.

JTEKT (St-Etienne) : des dizaines d'emplois menacés

L'équipementier automobie japonais JTEKT Europe (4200 personnes en France) va supprimer 200 postes en France dans ses usines de Dijon et de Saint-Etienne (Loire), qui fabriquent des directions assistées.
Source : L'Usine Nouvelle.

COOPER (Bolbec) : 75 suppressions de postes

L'équipementier automobile Cooper Standard Automotive annonce la suppression de 200 emplois sur 4 sites français, dont 75 à Bolbec et 6 à Lillebonne.
Source : Paris Normandie

MAHLE (Colmar) : 69 postes supprimés

Mahle Pistons de Colmar à Ingersheim a annoncé, jeudi, la suppression de 69 postes de travail (sur 535) pour le 1er novembre. La direction motive cette décision par une chute de 20 % des commandes pour le trimestre en cours et une baisse prévisionnelle de 15 % pour 2009.
Source : L'Alsace

AB (Limay) : 64 emplois supprimés

AB industries, équipementier automobile, a fermé. 64 salariés sont sans emploi.
Source : Le Parisien

WILOF (Pont-l'Evêque) : 62 salariés sur la sellette

Equipementier de second rang travaillant à 90 % pour Valeo, Wilof  (Calvados) va fermer ses portes à la fin de l'année. La PME ne reçoit plus de commandes de son donneur d'ordre en raison de la crise qui touche la filière. Wilof compte 62 salariés. (L'Usine Nouvelle)

TIMKEN (Maromme) : 58 suppressions d'emplois

Le spécialiste américain des roulements et aciers alliés va supprimer 300 emplois dans toute la France, dont 58 sur le site de Maromme, en Seine-Maritime. L'usine emploie 240 personnes.
Source : L'Alsace.fr

TIMKEN (Vierzon) : 44 suppressions d'emplois

Le spécialiste américain des roulements et aciers alliés va supprimer 300 emplois dans toute la France, dont 44 sur le site de Vierzon, dans le Cher. L'effectif de cette usine est de 208 salariés.
Source :
La Nouvelle République

VISTEON (Flins) : 32 suppressions d'emplois, 18 transferts

L'équipementier automobile prévoit 32 suppressions de postes et 18 transferts de son usine de Flins.
Sont également touchées les usines de Gondecourt (101 postes sur 874), dans le Nord, et de Rennes (18 postes supprimés sur 345).
Source : La Tribune

IGA (Hénin-Beaumont) : 33 emplois supprimés

Le sous-traitant automobile, frappé par la crise, annonce le licenciement de 33 personnes.
Source :
CFTC et La Voix du Nord

INERGY (Nucourt) : l'usine va fermer

Inergy, qui fabrique des réservoirs pour les voitures, va fermer son usine de Nucourt. 65 salariés sont concernés.
Source : Le Parisien

 

GEVELOT (Laval) :17 + 30 emplois supprimés

Le sous-traitant va supprimer 17 postes à Laval et fermer son usine entre le 12 décembre et le 5 janvier. Les 30 intérimaires ont été remerciés.
Ailleurs en France, Gevelot supprime 30 postes.
(Ouest-France)

FONDERIE GM (Ponts-de-Cé) : 20 emplois

20 suppressions d'emploi sont prévues dans cette fonderie spécialisée dans la sous-traitance automobile.
Source : L'Usine Nouvelle.

FONDERIE LORRAINE (Grosbliederstroff), 19 licenciements

La fonderie qui travaille pour l'automobile traverse une passe difficile. L'entreprise (310 salariés) ne fait plus de bénéfices depuis plusieurs années. La direction s'engage à ne laisser «personne sur le carreau».

Source : Le Républicain lorrain

 

Choses à savoir

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés