Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles récents

IL Y A 40 ANS, LA LOI VEIL

6 Février 2015 , Rédigé par NPA 27

IL Y A 40 ANS, LA LOI VEIL

La loi Veil, qui rend légale l’IVG (interruption volontaire de grossesse), a été votée par les députés en 1974. Un droit essentiel pour les femmes, pour leur liberté de disposer de leur corps et de leur vie.

Quarante ans après, ce droit continue pourtant d’être menacé par des réactionnaires de tout poil, comme l’église catholique, les illuminés des « Manifs pour tous », ou encore Marine Le Pen, qui dénonçait les « avortements de confort » pendant la présidentielle de 2012 et menaçait de suspendre le remboursement des IVG. Il est aussi menacé par le gouvernement socialiste, qui le défend hypocritement mais le rend de plus en plus difficile, en fermant les centres IVG ou en les privant de personnel. Ce qui oblige des milliers de femmes à avorter à l'étranger.

Lire la suite

Le peuple grec ne doit rien ni à l’Etat français ni à la BCE

6 Février 2015 , Rédigé par NPA 27

Le peuple grec ne doit rien ni à l’Etat français ni à la BCE

En décidant d’augmenter le taux et les garanties exigées de la Grèce, la Banque Centrale Européenne tente un coup de force contre le peuple grec et veut lui imposer la poursuite des politiques d’austérité qu’il a massivement rejetées.

Les 315 milliards de la « dette » grecque, dont les 40 milliards donnés par la France aux fonds européens, ont essentiellement servi aux banques d’Europe de l’Ouest, avec à leur tête les banques françaises, pour se rembourser des prêts consentis dans la dernière décennie, avec la bénédiction de la Banque centrale. Auparavant, c’étaient les contrats de ventes d’armes et des JO d’Athènes qui avaient profité aux principaux groupes capitalistes européens.

Cette « dette » n’a évidemment jamais profité au peuple grec qui n’a aucune raison de la rembourser. Ce sont au contraire les groupes capitalistes européens qui ont extorqué ainsi des milliards.

Le gouvernement français doit cesser d’exiger le remboursement de la dette grecque.

L’annulation totale de la dette grecque, ou même partielle comme le demande aujourd’hui le gouvernement grec, ne doit pas être payée par les contribuables français qui devraient « supporter » 700 euros comme le prétendent en chœur de nombreux dirigeants politiques du PS, de l’UMP ou du FN. C'est aux banques et aux financiers de payer la dette dont ils ont été et sont les principaux bénéficiaires.

Cela, il faudra l'intervention des travailleurs et des peuples pour l'imposer.

La crainte de tous les capitalistes européens et des partis qui les soutiennent est évidemment que l’exemple grec fasse tache d’huile et que les classes populaires de tous les pays d’Europe cessent de payer pour accroître les profits des banques et du patronat. Nous exprimons notre solidarité totale avec le peuple grec face aux capitalistes européens et ferons tout pour accroître les craintes de ces derniers.

Pour le NPA, la prochaine réunion de l'Eurogroupe, consacrée à la Grèce, devra être l'occasion d'une mobilisation européenne en soutien au peuple grec et pour l'annulation de la dette.

Montreuil, le 5 février 2015

Lire la suite

Des reculs sociaux au nom de l'unité nationale

5 Février 2015 , Rédigé par NPA 27

Des reculs sociaux au nom de l'unité nationale

Pour le gouvernement, il s’agit de profiter de la confusion semée dans les esprits et dans les positionnements politiques par les attentats contre Charlie hebdo et l’Hyper Cacher pour faire passer ce projet de loi ultra libéral. Il tente de prolonger sur le terrain social l’unité nationale largement réussie au niveau politique. Pour Macron, il s’agit de montrer que «les Français sont capables de bouger» Le Medef ne cache pas sa joie: «Ce que propose aujourd’hui Emmanuel Macron va dans la bonne direction. (...) Oui, le texte est intéressant. Il va dans beaucoup de directions dont l’assouplissement des règles du travail du dimanche, autrefois tabou», dixit Thibault Lanxade, président du pôle entreprenariat du Medef.

C’est pas au Parlement...

Les médias et la majorité des
prétendus opposants au projet
ont réussi à focaliser l’attention sur l’extension du travail du dimanche dans les commerces et la libéralisation des professions réglementées (notaires, huissiers,etc.). Les commissions se sont multipliées pour tenter de déminer ces thèmes et Macron de répéter «Le texte peut encore être amélioré... Chaque proposition qui visera l’intérêt général trouvera auprès du gouvernement une oreille attentive.»

Toutes les négociations de couloirs, comme l'introduction d'une compensation d’au moins 30% pour les salariés travaillant le dimanche matin dans les supermarchés, ont comme finalité de neutraliser les «frondeurs» et les députéEs d’EÉLV qui avaient faits de fortes déclarations contre le projet. L’autre enjeu est aussi d’exacerber les contradictions au sein de la droite, une droite dont les dirigeantEs affirment eux aussi que les mesures Macron vont dans le bon sens, mais sont partagés sur l’idée de soutenir, même momentanément, même au nom

de l’unité nationale, le gouvernement PS. Les députés Front de gauche, derrière Chassaigne, espèrent «un sursaut de la gauche de l’hémicycle pour rejeter» ce texte, qui consacre le principe du «renard libre dans le poulailler libre».

Pas de temps à perdre!

Ce qui manque gravement dans le décor, ce sont les mobilisations, seules en mesure de faire reculer le

gouvernement. Si c’est sans surprise que CFDT, CGC et CFTC soutiennent largement le projet Macron, l’invisibilité des autres forces syndicales nationales tourne à la caution coupable. L’enjeu reste donc créer les conditions de la mobilisation. Il reste quelques semaines. Il y a donc urgence, d’autant plus que l’absence de riposte pourrait donner de mauvaises idées au gouvernement sur la question des seuils sociaux...

Lire la suite

LE CHIFFRE : 30,3%

5 Février 2015 , Rédigé par NPA 27

LE CHIFFRE : 30,3%

EN 2013, LES RÉMUNÉRATIONS DISTRIBUÉES AUX ACTIONNAIRES ONT AUGMENTÉ DE 30,3 %. CE RÉSULTAT PLACE LA FRANCE COMME LE PAYS D’EUROPE QUI A VERSÉ LE PLUS DE DIVIDENDES. ET L’EUROPE A ELLE-MÊME ÉTÉ LA ZONE LA PLUS PRODIGUE DE LA PLANÈTE. CHERCHEZ L’ERREUR !

Lire la suite

AUTOROUTES = POMPES A FRIC!

4 Février 2015 , Rédigé par NPA 27

AUTOROUTES = POMPES A FRIC!

Quel coup de gueule du gouvernement contre les sociétés d’autoroutes qui s’enrichissent sur notre dos... Ca a fait pschitt ! L’Etat prévoit de prolonger de 2 à 4 ans les contrats de concession. Pour ça, les sociétés d’autoroute devront faire des travaux (3,2 milliards). Pas de problème vu qu’elles empocheront près de 15 milliards ! Le taux de profit de ces pompes à fric est de 20 à 24% ! Qui dit mieux ? Nul ne doute que la SAPN se frotte les mains de la confirmation du contournement Est de Rouen par Royal...

Que ce soit pour les autoroutes (Vinci, Eiffage, Bouygues), le carburant (Total) ou l’automobile (Renault, PSA), la socialisation de ces secteurs est plus que jamais une nécessité économique et leur expropriation sans indemnités une simple mesure de justice sociale.

Lire la suite

La politique du gouvernement ouvre la voie au FN

4 Février 2015 , Rédigé par NPA 27

La politique du gouvernement ouvre la voie au FN

Comme pouvaient le laisser prévoir les sondages donnant Marine Le Pen en tête du premier tour des élections présidentielles, la candidate locale du FN est arrivée en tête du premier tour de l’élection législative partielle dans le Doubs dimanche dernier. Le premier enjeu pour le PS est de stopper son recul électoral après la perte de 12 élections partielles sur 13. Une nouvelle perte lui coûterait celle de la majorité absolue à l’Assemblée nationale.

Le gouvernement et le PS tentent de profiter de l’embellie de popularité de l’exécutif, résultant de sa gestion des attentats de janvier, pour mettre fin à cette érosion. Pari difficile dans une circonscription dont l’élu PS sortant n’est autre que Pierre Moscovici, ex-ministre de l’Économie, des finances, du commerce extérieur, avant de devenir commissaire aux Affaires économiques et monétaires, à la fiscalité et l’union douanière de la Commission européenne. Une carte de visite lourde de sens dans une région où l’industrie dominante de l’automobile est durement frappée par la crise économique et les politiques sociales française et européenne en pleine connivence avec le patronat de la branche. Un ex-ministre qui ne cache pas son soutien au projet de loi Macron, qui serait pour lui « un pas substantiel (…) dans la bonne direction ».

Dans ces conditions, pas très étonnant qu’une majorité très relative, avec plus de 60 % d’abstention, ait porté en tête une candidate du FN qui ne cache pas son soutien aux pires délires de Jean-Marie Le Pen sur les races ou l’islam. En face, le candidat du PS apporte un soutien sans faille à la politique gouvernementale, appelant « sans état d’âme pour que l’arsenal législatif antiterroriste soit renforcé » et pour étudier la possibilité de retirer la nationalité française à « celles et ceux qui ont quitté la France pour participer à des actes terroristes »...

Soutenue localement par le NPA, la candidature du Front de gauche a obtenu près de 1 000 voix, 3,66 %, et appelle à mettre en œuvre l’impératif : « pas de députée frontiste supplémentaire à l’Assemblée nationale le 8 février. » Lutte ouvrière a recueilli 400 voix (le double du score de 2012, avec 40 % d’abstention), 1,57 %, et affirme qu’« il faut rejeter le Front national, qui sème le poison de la division entre les travailleurs ».

Dans le même sens, nous réaffirmons que c’est pour une large mesure la politique du PS qui nourrit le FN, mais que pas une voix ne doit aller à un parti qui porte le pire, le racisme et la régression sociale. C’est par une mobilisation de l’ensemble du monde du travail, capable de faire reculer le patronat et le gouvernement, qu’on pourra stopper l’engrenage infernal de la misère et des divisions au sein de la population.

Robert Pelletier .

Notre presse:

Hebdo L'Anticapitaliste - 275 (05/02/2015)

Lire la suite

Médicaments malades

4 Février 2015 , Rédigé par NPA 27

Médicaments malades

La chaîne de production et de mise sur le marché des médicaments est largement gangrenée par des logiques de profit, fondamentalement les mêmes que celles qui ont conduit au scandale de la viande de cheval il y a quelques mois.

Fin de semaine dernière, l’Agence européenne du médicament a demandé la « suspension » de commercialisation de plusieurs dizaines de médicaments génériques en Europe suite à des « manipulations » de données par une société indienne chargée d’en certifier la qualité. La recommandation s’appuie sur les résultats d’une inspection remettant en cause la façon dont la société GVK Biosciences conduisait les études nécessaires à l’obtention des autorisations de mise sur le marché de ces médicaments pour le compte des fabricants, explique l’Agence européenne dans un communiqué.

Cette demande de suspension découle d’une inspection réalisée par l’Agence française du médicament sur le site de la société GVK à Hyderabad en Inde. L’inspection a révélé des manipulations de données d’électrocardiogrammes durant la conduite d’études dites de bioéquivalence destinées à garantir que l’action thérapeutique d’un médicament générique est identique à celle du médicament de référence. Au total, jusqu’à près de 700 génériques pourraient être concernés par cette suspension.

Ce sera à chacun des pays membres de l’UE d’apprécier les situations particulières. En France, l’ANSM a suspendu dès décembre la commercialisation de 25 médicaments génériques (dont certains contenant de l’ibuprofène). À cette liste, l’agence française a ajouté vendredi 25 janvier huit autres médicaments.

Les constatations faites ne signifient pas que les médicaments en question sont dangereux, mais elles jettent une lumière crue sur des chaînes de sous-traitance gouvernées par le profit : faire tester des médicaments en Inde, c’est bien sûr moins cher ! Économies d’un côté, profits faramineux de l’autre, oui l’industrie du médicament est bien malade. Il faut en finir avec l’emprise des intérêts privés, ça urge !

Notre presse: Hebdo L'Anticapitaliste - 274 (29/01/2015)

Lire la suite

Tribunal : « Nique la France », notre « devoir d’insolence »

2 Février 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Antiracisme

«  Nique la France et son passé colonialiste, ses odeurs, ses relents, ses réflexes paternalistes. Nique la France et son histoire impérialiste, ses murs, ses remparts et ses délires capitalistes. »... Mardi 20 janvier, pendant cinq heures, ça a balancé au tribunal de Paris, devant une salle comble...

Saïdou, rappeur de ZEP (Zone d’expression populaire) et Saïd Bouamama, sociologue, comparaissaient suite à une plainte de l’Agrif pour « injure publiques » et « provocation à la discrimination, la haine ou la violence » pour la chanson et l’ouvrage Nique la France - Devoir d’insolence. Avec leurs témoins, ils ont transformé la salle d’audience en tribune contre le racisme et l’impérialisme. La salle s’est même levée quand leur avocat a conclu sa plaidoirie en citant le poète martiniquais anticolonialiste Aimé Césaire pour s’adresser au président de l’Agrif : « Le nègre vous emmerde »...
L’Agrif, dont le nom est déjà un poème, Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française, est sans surprise une association d’extrême droite. Son président, Bernard Antony, est un vieux routier du fascisme français, nostalgique de l’Algérie française, ancien du Front national et fondateur du quotidien Présent. Il dira explicitement que son problème, c’est que les deux Saïd sont « algériens » et reprendra les thématiques du « racisme anti-blanc » et du danger pour « nos valeurs et notre civilisation ». 
Ce sera rappelé : Saïdou, né en France, est de nationalité française, tandis que Saïd, arrivé en France à l’âge de 1 an, refuse d’avoir la nationalité française tant que le droit de vote ne sera pas accordé aux résidentEs étrangers. Chaque attaque de l’Agrif sera ainsi l’occasion d’une offensive qui porte plus loin.

Le racisme en procès
Le procès s’est retourné en argumentation contre les thèses qui nourrissent le racisme ambiant et les thématiques de la « guerre de civilisation ». Parmi les témoins, Olivier Le Cour Grandmaison est revenu sur les méfaits de la colonisation en Algérie, tandis que Christine Delphy a expliqué que l’expression « Français de souche », concept utilisé par les fascistes, était une invention... de l’administration coloniale française pour justifier la discrimination. À partir de 1958, elle permettait en effet de distinguer les « Français de souche européenne » des « Français de souche nord-­africaine ». Journaliste et militante, Rokhaya Diallo expliquera que cela traduit aujourd’hui une « vision racialiste de la France ».
Saïd Bouamama a démonté le concept de racisme anti-blanc car « le racisme est toujours le fait du dominant à l’encontre du dominé », expliquant que l’intolérance envers les blancs peut exister mais n’a rien de systémique. Et nier cette dimension systémique du racisme, c’est nier son histoire et son rôle pour justifier un système de domination coloniale et raciste. Le concept de racisme anti-blanc est lui-même raciste : rien d’étonnant à ce qu’il soit propagé par l’extrême droite.
Pour Saïdou, il y a une unité à construire, celle qui est basée comme le texte de sa chanson l’exprime, sur l’anti-impérialisme, l’antiracisme, l’antisexisme, l’anticapitalisme et la solidarité avec le peuple palestinien, celle qui se reflète dans le public des 300 concerts qu’il a faits depuis la sortie de Nique la France.
La procureure a requis la relaxe, appelant par ailleurs à ne pas retenir « comme catégorie juridique celle des Français de souche », tout en enjoignant aux juges de relire Renaud, Brassens et Zebda. Le délibéré sera rendu le jeudi 19 mars.

Denis Godard

Lire la suite

École : non à leur morale rétrograde et stigmatisante !

2 Février 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Education

L’enseignement moral et laïc dans la bouche de l’ancien ministre Peillon, ça n’avait déjà pas franchement le goût de l’émancipation mais plutôt celui du retour à l’ordre, tant prêché par Sarkozy qui en son temps conspuait l’héritage dégradant de Mai 68 sur la jeunesse. Pourtant, depuis septembre 2012, le projet peinait à imprégner les esprits...

Et voilà que, non content d’instrumentaliser jusqu’à l’écœurement l’émotion suscitée par les assassinats des journalistes de Charlie hebdo et la tuerie de l'Hyper Cacher, le gouvernement envoie son Premier ministre et sa ministre de l’Éducation nationale en mission.
Valls s’est donc fendu d’un terme aux lourds relents de colonisation : « le peuplement » des quartiers pour lutter contre la radicalisation... Eh bien oui : ce gouvernement ne veut paraît-il stigmatiser personne, mais en même temps, il insinue sans trop prendre de pincettes que c’est plutôt des quartiers populaires que viendrait la menace (?), puisque ce serait eux qu’il faudrait « peupler pour éviter la ghettoïsation »...

Morale laïque et valeurs républicaines...
Pour être sûr de bien se faire comprendre, Valls appelle Najat Vallaud-Belkacem à la rescousse. Non contente de déblatérer des analyses peu probantes sur l’éventuel lien entre éducation et actes meurtriers, celle-ci enfonce le clou de l’instrumentalisation.
C’est à l’école de partir en croisade contre les extrémismes religieux en ouvrant ses portes à « des réserves citoyennes », des groupes de volontaires qui interviendraient dans les écoles à partir de la rentrée 2015 à raison d’une heure par semaine afin d’enseigner la morale laïque...
Pire encore, la ministre a annoncé que 1 000 enseignantEs seraient formés à la laïcité pour septembre 2015 et que les candidats professeurs seront évalués sur les valeurs de la République !
Prenant appui sur le refus de quelques dizaines d’élèves de faire la minute de silence ou de la provocation d’autres invoquant des théories complotistes et antisémites, le gouvernement entend déployer tout un arsenal répressif et normatif à l’école.

Formater les élèves ?
250 millions d’euros sur trois ans seraient débloqués, mais pour transmettre quoi déjà ? Parce qu’à dire vrai, les valeurs de la République ne suscitent ni envie ni attrait : impérialisme en Afrique, guerre sociale et projet Macron, flics et armées redéployées, racisme d’État à l’égard des musulmans… Les enseignantEs ne se mettront pas en ordre de bataille pour formater les élèves à ce discours réactionnaire.
Le 3 février, les enseignantEs seront en grève contre l’asphyxie programmée de leur secteur et de leur salaire. Unir les revendications des personnels aux inquiétudes et ras-le-bol d’un certain nombre des élèves sera le seul moyen de relever la tête, afin de ne pas devenir les instruments de la propagande du gouvernement !

Denise Sarraute

Lire la suite

A la Une!

2 Février 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Nouveau Parti Anticapitaliste

Lire la suite