Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles récents

Olivier B dans l'émission " On n'est pas couché" sur France 2 (24.10.15)

25 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #OLIVIER BESANCENOT, #CULTURE

Pour en savoir plus ou commander le livre de O.Besancenot "Le véritable coup du capital", cliquez sur le lien ci-après:

http://www.la-breche.com/catalog/product_info.php?products_id=3344

Si vous n’avez pas le temps la vidéo intégrale, voyez au moins celle-ci:

Lire la suite

MORT DE L’AIDE JURIDICTIONNELLE (COMMUNIQUE DES AVOCATS DE L'EURE)

23 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27

Le 22 octobre 2015

MORT DE L’AIDE JURIDICTIONNELLE

La profession d’Avocat qui compte pour le département de l’Eure 140 avocats, 89 salariés outre des emplois induits a toujours apporté son aide au plus démunis.

Des interventions et des consultations gratuites ont toujours été assumées par la profession.

Pour permettre l’accès à tous et au nom de l’égalité des citoyens devant la loi, l’aide juridictionnelle dont le financement était pris en charge par l’Etat, consistait à rétribuer les avocats en fonction des frais de fonctionnement de leurs cabinets.

A ce titre, l’avocat intervenait gratuitement, il était simplement indemnisé de ces frais.

Or pour réduire ses déficits, l’état remet en cause l’aide juridictionnelle, au travers de son financement.

Ainsi l’Etat français n’est que 37ème sur 43 des Etats Européens selon les dernières données statistiques pour le montant consacré à la justice sur le plan budgétaire.

En refusant d’assumer le financement, en augmentant le nombre de missions nouvelles, en réduisant le coût de l’Unité de Valeur, l’Etat fait porter son désengagement sur la seule profession d’avocat.

Fait-on payer les primes de rentrée scolaire par les enseignants ?

Fait-on payer la CMU par les médecins ou le déficit du budget de la Sécurité Sociale ?

Fait-on payer les allocations chômage par les salariés de POLE EMPLOI ?

Fait-on payer les prisons par les Policiers ?

Avec le projet de réforme,

L’équilibre financier est définitivement rompu puisque l’intervention de l’avocat au titre de l’aide juridictionnelle conduit à une paupérisation de la profession.

Avec la nouvelle réforme, elle devient suicidaire.

A titre d’exemples :

  • Pour un référé prud’hommes (obtenir le paiement d’un salaire, d’une attestation POLE EMPLOI), nécessitant 7 heures de travail, l’avocat est indemnisé à hauteur de 196 euros.
  • Pour un référé devant le Tribunal d’Instance (travaux d’urgence, logements insalubres, expertises), nécessitant 7 heures de travail, l’avocat est indemnisé à hauteur de 148 euros.
  • Pour une constitution de partie civile pour une personne victime de violence, de vol, nécessitant plus de 16 heures de travail quand une expertise est ordonnée sur intérêts civils, l’avocat au bout d’un an voire deux percevra 194 euros,

Ces indemnités forfaitaires ne couvrent même pas les frais de fonctionnement d’un cabinet.

Aucune profession n’accepterait de devoir payer pour exercer son métier au quotidien.

Que veut-on ?

Supprimer la justice en sabrant le contentieux de masse (Juge aux Affaires Familiales, locatif, consommation, prud’hommes).

Déshumaniser en supprimant l’accès au droit, pour un nombre croissant de justiciables.

Nier les réalités économiques et sociales.

En conclusion,

Avec cette réforme, l’état voudrait imposer que les Avocats travaillent quasi gratuitement et à perte, au détriment des citoyens.

Les Avocats du Barreau de l’Eure

Lire la suite

Hollande à la Conférence sociale : arnaque et chantage

22 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27

Hollande à la Conférence sociale : arnaque et chantage

Hollande à la Conférence sociale : arnaque et chantage

Le Président de la République l’a dit haut et fort, il faut choisir entre la «réforme ou la rup- ture». Osant se féliciter de la loi Rebsamen censée simplifier le fonctionnement des insti- tutions représentatives du personnel et qui ne fait que de donner toujours plus de pouvoir au patronat.

Hollande a clairement affirmé sa volonté de poursuivre les contre-réformes. S’ins- crivant dans la filiation De Gaulle-Sarkozy, tout son projet politique, celui de son gouver- nement, se résume à ce chantage: le dialogue social ou la violence sociale, nouvelle version de «moi ou la chienlit».

Les réformes évoquées continuent d’aller dans le même sens. Après s’être félicité du nouveau recul mis en place, par le dialogue pour les régimes de caisses de retraites com- plémentaires, Hollande à confirmé la simplification du droit du travail qui ne vise qu’à donner plus de pouvoir aux employeurs, si possible avec la complicité des organisations syndicales qui accepteront des reculs ou par chantage à l’emploi pour les salariéEs.

L’enfumage autour du compte personnel d’activité, du développement de l’appren- tissage, n’ont d’autre objectif que de faire baisser artificiellement le nombre de chômeurs en précarisant toujours plus l’emploi.

Les discours pompeux sur le numérique et le transition écologique sonnent creux ou plutôt sonnent comme un appel aux capitalistes: investissez dans la capitalisme vert et dans le numérique, vous pourrez compter sur la sollicitude et l’aide financière du gouvernement.

De la mobilisation des salariéEs d’Air France, Hollande ne tire qu’une leçon : dialo- guez entre représentants d’intérêts différents. Nous, nous n’en tirons qu’un autre, radicale- ment opposé : la nécessité d’un affrontement pour arracher nos moyens d’existence à ceux qui détiennent tous les pouvoirs sur notre travail et nos vies. Montreuil, le 19 octobre 2015

http://npa2009.org/communique/hollande-la-conference-sociale-arnaque-et-chantage

Lire la suite

Air France, solidarité

22 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27

Air France, solidarité

Air France, solidarité

Un beau rassemblement à proximité de l'Assemblée nationale en soutien aux 5 salariés d'Air France mis en examen suite aux bousculades à l'occasion du Comté central d'entreprise, le 5 octobre. Parmi les 2000 manifestantEs, une large majorité de salariéEs d'Air France, toutes professions réunies. Pilotes, hôtesses, personnels au sol échangent leurs colères avec les militantEs venuEs les soutenir. Une colère alimentée par le rappel des mises en examen, des sanctions et surtout le maintien de l'annonce le matin même devant le CCE de 1000 suppressions de postes dans le cadre du « plan A à l'origine de la mobilisation des salariéEs de la compagnie.

De nombreuses délégations venues des quatre coins de l'Ile de France sous les banderoles et les drapeaux de la CGT, de Solidaires, de FO, de l'UNSA , quelques délégations de régions proches dont les militantEs CGT de Renault Cléon. Après les interventions de tous les syndicats de l'entreprise, les représentants des confédérations ont réaffirmé leur soutien à celles et ceux d'Air France, contre les suppressions d'emplois, contre répression. Le rassemblement s'est terminé par des prises de paroles des organisations politiques LO, Nouvelle Donne, Front de Gauche et PCF et une mention particulière pour Olivier Besancenot, porte-parole du NPA , ovationné pour les interventions dans les médias en défense inconditionnelle des otages contre les patrons voyous et leurs adjoints sans chemises.

Lire la suite

A 13 : signez la pétition : "La sécurité avant tout !"

22 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27

A 13 : signez la pétition : "La sécurité avant tout !"

"La sécurité avant tout !"

http://petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2015N48274

Pour: Maître Verdier, avocat à Louviers (Eure)

Mesdames, Messieurs,

Comme vous le savez, la sortie 20 de l'autoroute A13 est extrêmement dangereuse du fait de sa très faible distance et d'aménagements qui n'ont pas été réalisés par la SAPN.

Nous ne l'acceptons plus et avons engagé une action en justice contre cette société avec notre avocat Maître Verdier (de Louviers - 27). Nous avons donc porté plainte collectivement pour mise en danger imminent de la vie d'autrui à la gendarmerie de Pont de l'Arche mardi 6 octobre 2015.

Nous voulons que cette action d'intérêt général soit la plus large possible.
Si, comme nous, vous êtes excédés des longues files d'attente tout au long de la journée, si vous n'acceptez plus d'avoir peur de l'accident et si vous jugez que la SAPN se doit d'assurer la sécurité pour les usagers que nous sommes, alors rejoignez-nous !

Aimez cette page et plus encore, adressez-nous par message votre nom, votre prénom pour que nous puissions ajouter votre plainte à notre liste d'usagers mécontents mais responsables.


Les signataires

Lire la suite

CONTRE LA GUERRE, POUR LE CLIMAT, 
LE NPA PROPOSE UN SAMEDI 7 NOVEMBRE MILITANT A LOUVIERS

21 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27

CONTRE LA GUERRE, POUR LE CLIMAT, 
LE NPA PROPOSE UN SAMEDI 7 NOVEMBRE MILITANT  A LOUVIERS

CONTRE LA GUERRE, POUR LE CLIMAT, LE NPA PROPOSE UN SAMEDI 7 NOVEMBRE MILITANT A LOUVIERS

A prendre en tout ou en parties:

-à 11h sur le parvis de l’église: ce traditionnel « contre-11 novembre » nous donnera l’occasion, 101 ans après le début de la boucherie impérialiste, de dénoncer les ventes d’avions et de matériel militaire aux sanguinaires cheikhs du pétrole et à la brutale dictature militaire d’Egypte. Nous dirons non aux bombardements en Syrie qui préservent les bourreaux du régime Assad sans porter de coups efficaces aux barbares de Daesh. Des armes efficaces, les combattants de l’opposition laïque en auraient eu bueb besoin depuis 3 ans, mais tous les gouvernements "démocratiques" les leur ont refusées !

On chantera « la butte rouge », « le déserteur », « la chanson de Craonne » entre des prises de parole. Le PCF de Louviers, la LDH et la Libre pensée seront avec nous.

-à partir de midi, apéro, puis repas-partage, on apporte du sucré ou du salé, et ses couverts (le lieu sera précisé)

-13h, remue-méninges. Nous avons choisi le thème du "climat" pour avoir un moment de réflexion et d’échanges afin d'aider chacune et chacun dans les discussions pour convaincre que sans sortie du capitalisme, il n’y a aucune chance d'éviter le basculement climatique. Nous voulons aussi préparer les mobilisations à venir pendant la COP21, en particulier la montée nationale à Paris du samedi 12 décembre. Plan de l’exposé introductif, par une membre de la commission nationale écologie du NPA :

I) la crise climatique :

- sa réalité : quelques données pour avoir une idée de l'urgence de la question climatique.

- les causes du réchauffement et pourquoi ça s'accélère.

- les effets et les conséquences (la question des réfugiés climatiques)

II) les réponses des uns et des autres (des verts à la droite)

III) nos réponses écosocialistes appliquées à différents domaines : le logement, l'énergie (nucléaire, voiture électrique), l'agriculture, les transports.

IV) Ecologie et emploi : comment défendre l'interdiction des licenciements et en même temps se battre pour supprimer les productions inutiles, dangereuses, nuisibles, polluantes...?

Inscrivez-vous par mail auprès de piervand@wanadoo.fr ou au 06 88 16 08 65

Lire la suite

AIR FRANCE : FAIRE PARTOUT COMME A LOUVIERS, IL FAUT UN MUR DE SOLIDARITE !

20 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27

AIR FRANCE : FAIRE PARTOUT COMME A LOUVIERS, IL FAUT UN MUR DE SOLIDARITE !

Décision prise dans l'urgence samedi matin, et c'est une bonne cinquantaine de personnes qui a défilé du Palais de justice au parvis en soutien aux salariés d'Air France poursuivis pour avoir déchiré la chemise du DRH alors que 2900 suppressions de postes sont prévues! Soutien inconditionnel face à la violence des licenciements. Soutien indéfectible face à la criminalisation de celles et ceux qui relèvent la tête, qui refusent le mépris et l'arrogance patronale, qui défendent leur gagne pain. Ce rassemblement organisé par l'union locale CGT, la LDH, le NPA, le PCF et le "collectif Maintenant ça suffit" a permis, à travers les prises de parole, de réaffirmer le nécessaire arrêt des poursuites et du plan de suppressions d'emplois qui heurte les salariés d'une entreprise, cinquième groupe mondial, qui fait des profits et dont les 10 plus gros salaires ont augmenté de 19% en deux ans. Construisons un mur de solidarité autour des salariés : nous sommes comme les Air France!

Lire la suite

Conférence sociale : la mascarade

19 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27

Conférence sociale : la mascarade

Alors que la question principale des mois à venir est le projet du gouvernement d'engager, à partir des propositions du rapport Combrexelle, une vaste réforme pour changer la nature du code du travail et transformer la fonction de la négociation collective, cette question n'est pas à l'ordre du jour de la conférence sociale du 19 Octobre. Pourtant les questions en jeu autour du droit du travail et de la négociation sont très importantes, car le Gouvernement et le Medef entendent franchir un seuil qualitatif dans la dérèglementation.

Le Code du travail avec ses 3000 pages serait devenu trop complexe, obscur et inquiétant. Il faudrait donc valoriser la négociation collective comme un levier efficace de progrès et d'innovation. Mais le mot "simplification" dissimule .... la dérèglementation.

Le droit du travail n’a jamais été aussi complexe que depuis que se sont multipliées les possibilités de dérogations à la loi en faveur du patronat. L'offensive de dérèglementation a contourné les principes en les vidant progressivement de sens. Ainsi le principe de faveur, qui prévoit que les accords d'entreprise ne peuvent être que plus favorables aux accords de branche, eux-mêmes plus favorables à la loi, est consciencieusement détricoté depuis 1982. S'accumulent les exceptions, les cas particuliers, les possibilités de dérogations. Le rapport propose d'amplifier encore la place de la négociation, alors que c'est elle qui complexifie le droit applicable. Le but n'est donc pas de simplifier le droit du travail. Il est de mettre en cause la légitimité de la loi, de liquider définitivement le principe de faveur.

Le mot "démocratie sociale" masque le pouvoir patronal sur l'élaboration des textes applicables, car il faut cacher qui est responsable des reculs sociaux. La "baisse de compétitivité des entreprises" est convoquée pour imposer des objectifs de rendements toujours plus inaccessibles, des "efforts" sur les salaires, la durée du travail. Cela dans un pays où la part des revenus détenus par les 1% les plus riches est passée de 7 à12% entre 1980 et 2010. Mais qui va prendre les mesures ? C'est là qu'entre en jeu la fameuse "démocratie sociale". Ce n'est pas la loi, ce n'est pas l'Etat, ce ne sont pas les patrons : ce sont les "partenaires sociaux" qui vont décider "démocratiquement" de faire travailler plus pour le même salaire, de flexibiliser le travail, et d'engager toutes les régressions sociales.

Or l'entreprise n'est pas un lieu de démocratie et de liberté. Dans la fonction publique où le gouvernement applique sa réforme malgré le fait qu'elle n'ait pas été approuvée par les syndicats représentant la majorité des personnels, à Air France où la négociation vise non pas à répartir les profits de cette compagnie, mais à imposer aux pilotes de travailler plus pour le même salaire !

C'est élégamment exprimé dans le Rapport Combrexelle : "La question de fond est posée aux organisations syndicales : considèrent-elles que, par nature, la négociation collective est un instrument distributif d'augmentation des salaires, de réduction du temps de travail, d'amélioration des conditions de travail? Ou admettent-elles qu'elle peut être aussi un instrument adapté dans un contexte de crise économique et sociale ?".

Négociation : de quoi parle-t-on ?

Le rapport de force obtenu par la lutte permet d'imposer des avancées. Mais la négociation à froid donne aux employeurs non seulement le pouvoir de blocage, mais les moyens d'imposer des reculs sociaux en amenant les syndicats à négocier le pistolet du licenciement sur la tempe, violence silencieuse insupportable. Le but du gouvernement est d'imposer une modification fondamentale de la place de la négociation collective en faveur du patronat.

Le rapport Combrexelle va même jusqu'à prévoir qu'un accord collectif puisse primer sur "l'intérêt individuel" du salarié concrétisé par son contrat de travail.

Sont donc remis en cause tant les acquis collectifs des salariés que les avantages individuels des contrats de travail.

Il faut défendre l'existence de protections légales qui permettent de protéger d'une concurrence outrancière et assurent un minimum d'égalité entre toutes et tous. Ces protections sont des choix politiques qui concernent toute la société, la convention collective ayant une légitimité complémentaire, un droit des salarié-e-s pour la défense de leurs intérêts, et non une machine au service des employeurs.

Version abrégée d'un article de Patrick Le Moal sur le site du NPA national

Lire la suite

JAURES, FACE AU MINISTRE DE L'INTERIEUR CLEMENCEAU, LE DISAIT DEJA EN DEFENSE DES GREVES DE 1906

18 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27

JAURES, FACE AU MINISTRE DE L'INTERIEUR  CLEMENCEAU,  LE DISAIT DEJA EN DEFENSE DES GREVES DE 1906

"Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclat de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continueront la lutte seront exclus, seront chassés, seront désignés par des marques imperceptibles, mais connues des autres patrons, à l’universelle vindicte patronale. Cela ne fait pas de bruit ; c’est le travail meurtrier de la machine qui, dans son engrenage, dans ses laminoirs, dans ses courroies, a pris l’homme palpitant et criant ; la machine ne grince même pas et c’est en silence qu’elle le broie"

Lire la suite

Levée immédiate des poursuites et des procédures disciplinaires à l’encontre des salarié-e-s d'Air France !

18 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27

Levée immédiate des poursuites et des procédures disciplinaires à l’encontre des salarié-e-s d'Air France !

Levée immédiate des poursuites et des procédures disciplinaires à l’encontre des salarié-e-s d'Air France !

Rassemblement unitaire mardi 20 octobre à 17h30

devant le tribunal de Louviers

Le samedi 17 octobre ont eu lieu devant des dizaines de préfectures du pays des rassemblements pour dénoncer la manière dont les manifestant-e-s d'Air France ont été traités dans "l'affaire de la chemise" et la justice de classe.

La mobilisation continue !

Près de 23 000 signatures sur la pétition lancée par la CGT-archives nationales:

https://www.change.org/p/premier-ministre-p%C3%A9tition-lib%C3%A9ration-des-6-d-air-france-halte-aux-poursuites?recruiter=402245028&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

On continue mardi à Louviers, dans l'unité

Le lundi 12 octobre 2015, six salariés d’Air France ont été arrêtés à leur domicile comme de vulgaires trafiquants de drogue par les policiers de la police de l’air et des frontières (PAF). Ils sont maintenant onze de plus, poursuivis pour des « violences volontaires en réunion » et « entrave au déroulement d’un comité d’entreprise », des faits commis le 5 octobre dernier et passibles de cinq ans de prison.

De quoi seraient-ils coupables ? D’avoir laissé exploser leur colère parce que leur vie et celle de leur famille est en danger ? D’avoir dit non aux 2 900 licenciements secs annoncés par la Direction ? Plutôt que de mesures Macron et de criminalisation, c'est de droits nouveaux et d'écoute de leurs revendications que les salarié-e-s ont a besoin !

Ne laissons pas faire !

Liste provisoire des signataires:

Union locale CGT - Ligue des Droits de l'Homme - NPA - "Maintenant ça suffit !" - PCF - ....

Nous vous invitons à participer à ce rassemblement sous la forme que vous déciderez. Nous aurons un mégaphone à la disposition de qui voudra s'en servir.

Rendez-vous mardi 20 octobre à 17h30

devant le tribunal de Louviers, symbole d'un lieu de justice.

Puis nous irons devant l'église, sur le Parvis

Lire la suite