Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles récents

L'abandon, c'est maintenant: 4 pages du NPA sur Notre Dame des Landes

9 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

NDDL-4Ptest5.JPG

Pour accéder au contenu, cliquez ici!

Lire la suite

NDDL : l’abandon c’est maintenant !

7 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

 

WP_20140706_005.jpgLe rassemblement des 5 et 6 juillet doit servir à renforcer les résistances à l’ensemble des Grands projets inutiles imposés (déchetterie de Nonant-le-Pin, EPR de Flamanville et Penly, LGV, autoroutes comme la liaison A13-A28, …) et à les faire converger. Ces luttes diverses ont toutes un point commun : faire passer les intérêts de la population avant ceux des grandes entreprises du béton.

 

La victoire est possible !

 

Gagner contre le projet d’aéroport redonnera confiance et relancera l’ensemble des luttes qui symbolisent le refus des projets inutiles que les potentats locaux alliés aux grandes entreprises veulent nous imposer.

Il est grand temps de se poser la question : « Quels projets utiles pour l’humanité ? ». Il faut des Grands projets utiles aux populations, décidés par elles, qui s’accompagnent d’une création massive d’emplois. Nous avons besoin de construire et d’isoler nos logements plutôt que de pistes d’aéroports, de transports collectifs publics gratuits plutôt que d’avions et de TGV, d’emplois durables plutôt que des bénéfices pour les multinationales parasites comme Vinci.

 

Toutes et tous ensemble !

 

A l'automne 2012, la défense de la ZAD contre l'opération César a marqué le premier affrontement avec le gouvernement Hollande-Ayrault. Aujourd'hui l'abandon du projet constituerait la première victoire contre ce gouvernment tout dévoué aux bétonneurs et autres capitalistes. Une victoire qui donnerait force et espoir à toutes les autres luttes contre ce gouvernement promoteur d'un monde dont nous ne voulons pas.

La convergence des luttes est possible et urgente contre le TAFTA -ce traité qui donnerait tout le pouvoir aux multinationales-, contre les privatisations pour des services publics décentralisés contrôlés par les salariés et les usagerEs, pour défendre et étendre la protection sociale, pour réduire massivement le temps de travail comme réponse au chômage privilégiant le temps libre par rapport à la course à la croissance.

 

Lire la suite

De nouveau en grève, les avocats font monter la pression (PN, 06.07.14)

7 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

http://www.paris-normandie.fr/documents/10157/0/mod01/image_content_general_17090742_20140603225320.jpgPlusieurs barreaux, dont celui de Rouen, poursuivent leur mouvement de grève pour réclamer au gouvernement des garanties sur le financement de l’aide juridictionnelle. Demain lundi, les audiences devraient être fortement perturbées.


Plusieurs tribunaux devraient être très fortement perturbés lundi par la grève des avocats, la troisième en un mois à l’appel du Conseil national des barreaux (CNB), qui réclame au gouvernement un financement pérenne de l’aide juridictionnelle. Le CNB prévoit une mobilisation massive des barreaux de Rouen, Créteil, Montpellier, Toulouse, Strasbourg, Grasse ou Bordeaux.

Après une première journée de mobilisation le 5 juin, celle du 26 juin avait déjà été très suivie. Plusieurs tribunaux avaient ainsi été totalement paralysés.

À Nantes ou à Blois, le barreau a décrété la grève de toutes les audiences lundi, à l’exception des comparutions immédiates et audiences des juges des libertés et de la détention. Au-delà, les avocats de ces juridictions ne pratiqueront aucune consultation dans leurs cabinets.

Nouveauté, un cortège parisien doit se former lundi vers 14 h place d’Estienne-d’Orves, dans le IXe arrondissement, à deux pas des locaux du CNB, pour gagner les abords de l’Hôtel Matignon.

Le CNB table sur la participation d’environ 2 000 avocats à cette manifestation.


Un projet qui fâche


« Le CNB compte bien être reçu par le cabinet du Premier ministre », indique son président, Me Jean-Marie Burguburu.

Les avocats ont choisi de se rendre à Matignon plutôt qu’à la Chancellerie, soit « là où les arbitrages (budgétaires) se font, au moment où ils se font », a-t-il expliqué.

La profession souhaite, en effet, faire pression sur le gouvernement pour qu’il abandonne définitivement le projet de financer l’aide juridictionnelle par une taxe sur le chiffre d’affaires des cabinets d’avocats.

L’aide juridictionnelle permet la prise en charge des frais de justice des personnes les plus modestes. En 2013, 787 289 missions rémunérées par l’aide juridictionnelle ont été assurées par 25 663 avocats sur les quelque 60 000 que compte la profession.

Au total, l’État a pris à sa charge 240 millions d’euros d’honoraires hors taxe au titre de l’aide juridictionnelle.

Le CNB oppose au projet de taxe sur les revenus des avocats d’autres sources de financement possibles : une augmentation des droits d’enregistrement (perçus sur des actes juridiques et des mutations), une taxation des actes juridiques déposés non enregistrés (par exemple dépôts de brevets, de marques ou de comptes de sociétés) et une taxe sur les contrats d’assurance.

Le 27 juin, reçue par les représentants de la profession dans une ambiance électrique, Christiane Taubira, la garde des Sceaux, avait indiqué que le Premier ministre, Manuel Valls, avait accepté le principe d’une taxe qui pourrait abonder l’aide juridictionnelle, assurant « qu’aucune piste (n’était) exclue ».

De sources concordantes, le député PS Jean-Yves Le Bouillonnec devrait être prochainement nommé officiellement médiateur dans le dossier de l’aide juridictionnelle, pour faire l’interface entre gouvernement et avocats.

« Je n’ai eu aucun contact avec la Chancellerie depuis le 27 », a déploré toutefois Jean-Marie Burguburu.

Lire la suite

Notre Dame des Landes: le NPA27 y était

7 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

WP_20140706_006.jpg

Le rassemblement des 05 et 06 Juillet est  un nouveau succès pour la coordination de lutte contre l' Ayraultport de Notre Dame des Landes. Il y avait du monde, d'horizons, de générations bien différents pour dire et redire que la construction de l'aeroport ne doit pas avoir pas lieu et pour dénoncer l'ensemble des grands projets inutiles et coûteux.

La fédération NPA27 y était représentée.

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

West Pharma: reprise après 13 jours de grève

5 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Luttes Ouvrières

WP 20140629 006Reprise ce vendredi à 22h, la rage au ventre, mais convaincus d'être allé-e-s aussi loin que possible dans l'unité, avec la fierté d'avoir fait ravaler leur morgue à ces messieurs-dames de la direction. Et oui, à force de tirer sur l'élastique, il finit par casser, et il leur faudra désormais intégrer à leurs calculs la capacité de résistance d'un collectif de travail qui a pris conscience. Cette première lutte, partie sur un coup de colère devant l'accord d'intéressement "proposé" par la direction, n'a pas permis de gagner sur les revendications mises en avant: en gros 0,25% sur l'année (200€ de prime en juillet puis en décembre pour tout le monde), priorité aux grévistes pour les heures supplémentaires de rattrapage... Mais les grévistes ont beaucoup appris et commencent à tirer les leçons de cette expérience, à voir ce qu'il aurait fallu faire autrement. La conviction qu'il aurait fallu se tourner vers l'extérieur plus vite et plus fort est largement partagée. C'est maintenant une nouvelle page qui va s'écrire, et gageons qu'on n'a pas fini d'entendre parler d'eux.

Lire la suite

« ABCD de l’égalité » : à plat ventre devant les réacs !

5 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #DROITS DES FEMMES

http://fdgloiretouraine.kazeo.com/sites/fr/photos/484/benoit-hamon-abandonne-les-abcd-de-l-egalite_4846076-M.jpgLe dispositif « ABCD de l’égalité » avait été mis en place l’an dernier, avec l’accord conjoint du ministère de l’Éducation et de celui des Droits des femmes. On peut donc s’en douter : rien de bien révolutionnaire derrière tout ça... Et pourtant ce gouvernement recule encore !

À partir du constat que « les inégalités de traitement, de réussite scolaire, d’orientation et de carrière professionnelle demeurent bien réelles entre filles et garçons », il s’agissait « d’agir dès l’école primaire pour lutter contre la formation de ces inégalités dès le plus jeune âge, en agissant sur les représentations des élèves et les pratiques des acteurs de l’éducation. » Il offrait « aux enseignants des outils et des ressources pour aider à la prise de conscience des préjugés, dans et hors la classe, et transmettre une culture de l’égalité entre les sexes » (d’après le site du du Centre national de documentation pédagogique).
Le dispositif a été mis en œuvre cette année à titre expérimental dans 275 écoles (sur 48 000), et a été évalué par l’inspection générale. Le rapport devrait être rendu public prochainement, mais Benoît Hamon l’a déjà annoncé : « la conclusion du rapport de l’inspection générale, c’est que le bilan des ABCD est positif ». Enfin une bonne nouvelle ! Et donc ? Le même Benoît Hamon a annoncé que ce dispositif au « bilan positif » non seulement ne sera pas généralisé, mais qu’il passait tout simplement aux oubliettes !

« Apaiser » la réaction ?
En effet, le ministre « veut apaiser ».  Apaiser qui ? les excités de la « Manif pour tous » et autres réactionnaires (notamment autour de Farida Belghoul) qui veulent voir les petites filles en robe rose et les petits garçons en pantalon bleu. Au-delà de ces clichés vestimentaires, c’est tout un projet réactionnaire et inégalitaire qui se développe : ils ne supportent pas l’idée d’une société où chacun et chacune, quelle que soit son sexe, son genre et son orientation sexuelle puisse être traité à égalité. Pour eux, quelle hérésie que de vouloir faire réfléchir les enseignants et les enfants à la place qu’ils et elles occupent dans la cour de récréation, à leurs jeux et activités, à leurs qualités et défauts présumés ! Pourquoi ouvrir le champ des possibles pour les avenirs professionnels de chacunE ? Ouvrir l’imaginaire des petites filles vers des secteurs professionnels traditionnellement masculins ?
Pour tenter de se gagner l’opinion, ces réactionnaires de tout poil ont propagé l’idée d’une « théorie du genre » qui amènerait les enseignants à pervertir les enfants (on obligerait les petits garçons à porter des robes et les petites filles à se masturber !). La réalité, c’est que ces réacs ne veulent tout simplement pas de l’égalité des droits et des choix pour les écolierEs.
Et c’est pour « apaiser » ces gens-là, ces excités réactionnaires et fascistes, que le gouvernement a une fois de plus reculé. En lot de consolation, un « plan d’actions pour l’égalité filles-garçons à l’école » qui ne trompe personne. Le ministre prétend que la formation sera généralisée à tous les enseignants, alors qu’en réalité elle ne concernera que les enseignants nouvellement nommés. Pour tous les autres, une énième « mallette pédagogique », que les enseignants auront le choix de consulter, ou pas, puisque le ministre rappelle leur « liberté pédagogique » : l’éducation à l’égalité, ce sera donc une option à moduler selon le point de vue de chacun.
Une riposte doit s’organiser ! Un collectif, rassemblant des associations féministes, des syndicats et des associations de parents d’élèves a lancé une pétition et a appelé à un premier rassemblement ce mercredi 2 juillet. Le NPA s’associe bien sûr à toutes ces initiatives.

Catherine Stotzky

Lire la suite

Les vautours rôdaient ce matin aux résultats du BAC

4 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Education

WP_20140704_001.jpgCe matin, c'était les résultats du BAC. Les élèves de Terminales attendaient cette échéance avec une impatience toute légitime, mais pas qu'eux : aux portes du lycée les Fontenelles de Louviers, on a ainsi vu débarquer une équipe du CIC, suivie de près par une de la Caisse d' Epargne, qui, profitant de l' euphorie des jeunes, remettaient aux lauréats de la "documentation", comprenez des pubs pour leurs offres d'épargne et de crédits et des "cadeaux" pour les féliciter, ainsi que la promesse d'une "prime" pour les élèves ayant obtenu une mention: le CIC file 160Eu pour la mention "très bien", 80 pour la mention "bien" et 40 pour la mention "assez bien"... Enfin, nul doute que tout cela est soumis à conditions!

La plupart prenait les pochettes, les uns séduits par le geste et le discours alléchant d'un pauvre stagiaire de la banque dans son costume-cravate étriqué, beaucoup par politesse, ou parce qu'ils ne comprenaient pas au juste ce qu'on leur voulait.

Cette action de pub particulièrement scandaleuse aux abords d'un établissement scolaire a fort heureusement été perturbée par plusieurs enseignants leur mettant des bâtons dans les roues: "Ces 80 ou 160Eu, vous les paierez de toutes façons, en frais bancaires, par le crédit!", "Ces pas vos résultats scolaires qui intéressent les banquiers!", "Soyez vigilants, parlez-en avec vos parents!", "Si les banquiers étaient des bienfaiteurs de l'humanité, ça se saurait!"

Dans ce monde qui marche à l'envers (et les banques y contribuent largement...) , s'il y a un endroit qui doit être protégé avec la plus grande ardeur du mercantilisme, c'est bien l'école. Cela dit, il en faudra certainement plus pour effrayer les vautours à tel point qu'il n'oseront plus s'y aventurer...

Lire la suite

Jimmy’s hall, le nouveau film de Ken Loach (hebdo l'Anticapitaliste, 03.07.14)

4 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #CULTURE

http://www.heyuguys.com/images/2014/04/Jimmys-Hall-Poster.jpgPour s’y retrouver quelques repères historiques ne sont pas superflus : 1916, soulèvement dit des « pâques sanglantes » contre la domination anglaise, écrasé dans le sang. Les principaux dirigeants sont fusillés, dont Patrick Pearse et James Connoly. Le mouvement national comme le syndicalisme connaissent alors un fort développement.


Des Soviets en Irlande


En décembre 1918, le Sinn Féin remporte les élections et proclame l’indépendance, ce qui provoque immédiatement l’intervention anglaise et une guerre qui va durer 3 ans. Dans le même temps, des mobilisations de masse se multiplient, pour la semaine de 44 heures, pour de meilleures conditions de travail, mais aussi des occupations des terres, de mines, de moulins, de laiteries. Elles s’autoproclament Soviet, s’inspirant de la révolution russe : Soviet de Limerick, des mines d’Arigna, de Munster, de Gowel pour n’en citer que quelques-uns. Il y a alors plus d’une centaine de Soviets en Irlande.
Face à cette situation, les Anglais proposent en 1921 un traité qui entérine la partition entre le nord et le sud, tout en maintenant l’État libre d’Irlande comme dominion anglais. Ce traité va diviser le mouvement indépendantiste, et déboucher sur une guerre civile, du printemps 1922 à mai 1923. La bourgeoisie irlandaise veut à tout prix ce traité pour bloquer le processus révolutionnaire en cours. L’aile droite indépendantiste irlandaise – soutenue par les grands patrons, les propriétaires terriens et l’Église catholique – va défaire les anti-traités. Churchill lui-même est intervenu pour pousser à la répression. Pourtant opposée au traité, l’IRA ménage les capitalistes irlandais et l’église catholique. C’est à ce moment que se déroule le précédent film de Ken Loach Le vent se lève, primé à Cannes en 2006.


Un cinéma à part


Cette fois, Jimmy’s hall suit l’histoire vraie de James Gralton, jeune militant membre de l’IRA du comté de Leitrim. Il a participé aux occupations des terres, il s’est opposé au traité et a dû s’exiler aux États-Unis en 1922. Il revient en Irlande en 1932 pour s’occuper de la ferme familiale, alors que la crise de 1929 frappe les États-Unis et prive de ressources les familles des immigrés.
Il retrouve le Jimmy’s hall, « le Pearse Connoly Hall », une salle dont il est le propriétaire et qui a servi 10 ans auparavant de siège au « soviet » de Gowel. Des tribunaux y ont organisé la distribution des terres. Plus largement, elle a servi de lieu pour toute la vie sociale, échappant ainsi au contrôle de l’Église : alphabétisation, musique, littérature, mais surtout fêtes et danses. À son retour, il est pressé par la jeunesse de rouvrir la salle qui devient l’enjeu de la confrontation avec tous les réactionnaires qui imposent depuis 10 ans un régime ultra conservateur en Irlande.
Le film fonctionne parfaitement. Il n’est pas « daté », tant les thèmes abordés nous parlent aujourd’hui. C’est un film très « politique », au meilleur sens du terme, qui confirme Ken Loach comme un cinéaste à part, un cinéaste de la révolution.

Jean-Marc Bourquin

 


 


Lire la suite

La conférence sociale, un dialogue de dupes Assez des politiques d'austérité ! Solidarité avec les intermittents!

4 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EDITOS

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/largeur_content_hauteur_complet/public/anticap-5-intermittent-578.jpg?itok=H-JE15kpLes 6 et 7 juillet, deux semaines après que le gouvernement a réussi à imposer aux cheminotEs, avec la complaisance de la droite, la réforme ferroviaire qui engage la privatisation des transports publics au mépris des intérêts de toute la population, Hollande et Valls convoquent une nouvelle conférence sociale. Après aussi le vote par le parlement de la loi de finance rectificative soit 4 milliards de plus d’économies, patronat et directions syndicales, les dits partenaires sociaux, sont conviés à discuter des « actions en faveur de l’emploi », de « la rénovation de la politique de santé », de « l'accompagnement des réformes territoriales », etc. Tout cela dans le cadre de la mise en œuvre du pacte de responsabilité. Hollande et Valls convient les organisations syndicales à discuter des attaques qu'ils organisent avec le patronat contre les salariés et la population !


L'austérité ne se discute pas !

Les organisations qui disent défendre les intérêts des salariés ne peuvent se prêter à cette cynique mascarade. Deux autres conférences ont eu lieu depuis l'arrivée de Hollande au pouvoir, elles n'ont abouti qu'à une régression sociale qui ne cesse de s'aggraver.

Cette fois, le gouvernement veut discuter des moyens d'appliquer le « pacte de responsabilité », son pacte avec le Medef. Il a besoin de 41 milliards d'ici 2017 pour financer les cadeaux faits au patronat avec en prime, au nom des équilibres budgétaires, une réduction massive des dépenses publiques de 50 milliards d'€ et cela contre les salariés, les services publics et la population.


La loi du patronat

Le gouvernement justifie son pacte avec le patronat au nom de la lutte contre le chômage. Mensonge évident, le pacte n'est que la poursuite d'une politique que ne cesse de l'aggraver. En fait, ce gouvernement qui n'a pas hésité à agresser et calomnier les cheminotEs en grève courbe l'échine devant le patronat et les riches, s'empresse à les servir.

Ces derniers ne sont pas pour autant satisfaits, ils veulent toujours plus. Leurs organisations viennent de publier ensemble une tribune, « un cri d'alarme », pour formuler leurs exigences à l'égard du gouvernement à la veille de la conférence sociale. En gros et pour résumer, ils demandent que le pouvoir leur laisse toute liberté pour agir comme ils l'entendent. Hollande avait fait semblant de leur demander des contreparties en échange des cadeaux qu’il leur faisait sans compter. Eux répondent, c'est non, non seulement il n'y aura pas de contreparties, mais ils ne veulent aucune contrainte.


Ensemble, avec les précaires, contre le gouvernement et le Medef

Le patronat sait faire face pour défendre ses intérêts de classe égoïste contre toute la population. La classe des salariés doit être capable de s'unir pour défendre, elle, ses intérêts, ceux de toute la population. Comme lors de la grève des cheminots, nous assistons à une campagne contre la lutte des intermittents qui se battent pour leurs droits, qui se battent aussi contre la précarité qui frappe de plus en plus les salariés. Ils ont raison et ceux qui les attaquent hurlent avec les loups du Medef.

La politique du gouvernement PS-Medef c'est la hausse du chômage, la régression sociale et la montée du FN.

La lutte des intermittents, après celle des cheminotEts, est la nôtre. ils ont besoin de notre solidarité pour préparer, ensemble, la réponse que méritent l'arrogance et le cynisme du patronat.

Lire la suite

Les West Pharma tiennent le pavé:

4 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Luttes Ouvrières

WP_20140703_002.jpgAlors qu'ils sont en grève pour les salaires depuis près de deux semaines, le refus de la direction de négocier même 4% d' augmentation pour tou-te-s (augementation générale, et 1% en individuel)  et surtout le paiement des jours de grève aurait pu porter un coup décisif à la mobilisation. Pourtant, l'arrogance et le dédain de ces messieurs, qui cachent mal une grande nervosité,  auront eu un résultat opposé, car la mobilisation a pris ce jeudi un nouveau tour. Ainsi, avec le soutien de la CGT du site, une distribution de tract  a eu lieu à la mi-journée au carrefour de  Sanofi Pasteur, principal client de l'entreprise West Pharmaceutical. Cette action avait pour but d'informer les automobilistes sur leur situation et de populariser leur mouvement. Objectif atteint si l'on en croit l'accueil largement positif du tract, ce qui n'a rien d'étonnant puisque, dans ce contexte austère, nombreux sont les travailleurs susceptibles de se reconnaître dans leurs revendications.
La  collecte, a permis de tester la sympathie. il s'agit d'un geste de solidarité non négligeable et plein de sens: celui de soutenir une lutte légitime. 

 

WP_20140703_010.jpgPour lire le tract, cliquez ici!

Lire la suite