Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles récents

HOLLANDE EN FIN DE CONTRAT À CLÉON… ET LE PRIX DU MÉPRIS POUR LES INTÉRIMAIRES

8 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #DES CHIFFRES

Dans quelques jours, la direction versera la prime d’intéressement aux résultats financiers de l’entreprise: au minimum, plus de 3 000 €. Mais pas à tous les travailleurs. Considérés comme des salariés de seconde zone, les intérimaires et les prestataires ne toucheront pas un kopek.

Alors que chez Renault, ils représentent aujourd’hui plus de 60% des agents de production et plus d’un salarié sur trois à Cléon, les intérimaires condamnés à la précarité contribuent pourtant de plus en plus à la valeur créée, et donc au profit.

Mais cette intolérable politique de division ne choque pas le moins du monde les syndicats signataires de l’accord d’intéressement qui continuent à se vanter de leur signature, comme si intérimaires et prestataires étaient invisibles.

De quoi se révolter en cessant le travail pour prouver à Renault et à ses complices que sans les intérimaires, il n’y a plus de moteurs, ni de boîtes.

Mais à la différence des centaines d’intérimaires que l’usine jette comme des kleenex à la fin de leur contrat, il n’ira pas pointer au chômage au lendemain de l’élection présidentielle. Pas étonnant qu’à l’occasion de sa visite à Cléon, il n’ait pas eu un mot pour dénoncer comme intolérable le recours abusif à la précarité chez Renault. Il n’y a vraiment que lui pour croire que Renault a créé des emplois, alors qu’à Cléon, il en a détruit 440 de 2013 à 2016.

Tout au long de son discours – devant un auditoire que la direction avait gentiment sélectionné pour lui – il a honteusement brossé la direction dans le sens du poil, se gargarisant du fait que les accords signés par des syndicats complices de sa politique aient permis, grâce à l’augmentation de la flexibilité, d’augmenter la productivité et les profits. Pour ce Président à la botte du patronat et de la finance, tant pis si les travailleurs ont payé ce résultat par la destruction de 7 000 emplois en 3 ans, une explosion sans précédent de la précarité, des conditions de travail de plus en plus insupportables et le blocage des salaires.

HOLLANDE EN FIN DE CONTRAT À CLÉON… ET LE PRIX DU MÉPRIS POUR LES INTÉRIMAIRES
Lire la suite
Lire la suite

DESARMER LA POLICE: LA PROPOSITION PAS SI SAUGRENUE DU NPA (LIBERATION)

8 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION, #Déclarations de Philippe POUTOU

Lire la suite
Lire la suite

HAMON, JAMET, LVMH, LE MELANGE DES GENRES

7 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Avec l'aimable participation de Marc Antoine Jamet!

Avec l'aimable participation de Marc Antoine Jamet!

A l’heure des affaires Fillon et Le Pen et des rebondissements qui les agitent, les dirigeant-e-s politiques rivalisent de déclarations sur la moralisation de la vie publique. Ils et elles  seraient souvent  bien inspiré-e-s de balayer devant leur porte. Combien ont  par exemple des liens  très étroits, avec les milieux d’affaire et financiers ?

Ainsi Benoît Hamon,  candidat de la « vraie gauche» paraît-il, vient de se faire épingler dans un article du Canard enchaîné en date du 1er mars. On y apprend que sa compagne  a été recrutée en 2014 par le grand groupe du luxe LVMH comme Responsable des affaires publiques - en gros lobbyiste-  3 mois après l’arrivée de son compagnon au gouvernement…

On y découvre aussi que pour faire taire les éventuels soupçons de favoritisme, le secrétaire général de LVMH,  Marc-Antoine Jamet, dit MAJ, maire de Val-de-Reuil, conseiller régional (président de la commission des finances de la Région Normandie, à majorité de droite), secrétaire de la fédération du PS de l’Eure et et héros malgré lui du film « Merci patron »,  s’emploie à minimiser le rôle de  la dame en question en indiquant  qu’elle ne fait pas vraiment du lobbying, qu’elle est vraiment très "junior" dans le poste.

Au-delà de la rémunération, plutôt conséquente pour une "junior" ( 5900 ou 7200 euros net/mois, selon les déclarations  de Hamon, les chiffres varient), et du fait que monsieur se soit fendu d’un coup de fil à son compagnon de route MAJ (réélu en 2015 secrétaire fédéral du PS avec le soutien de la motion…Hamon) lors de la procédure de recrutement, simplement pour lui dire qu’il s’agissait de sa compagne, au prétexte que cela n’aurait pas été convenable de lui dire après…c’est bien le mélange des genres qui pose problème.

En effet le Canard nous révèle que la « junior » a travaillé sur le dossier pour l’ouverture du dimanche des magasins Séphora, filiale de LVMH, à une époque où la Mairie de Paris s’y opposait fermement… mais aussi aux négociations autour du jardin d’acclimatation, dans le cadre du renouvellement de la concession de la Ville de Paris au groupe LVMH, dont le président n'est autre que... Marc Antoine Jamet himself!

Au-delà des déclarations d’intention et des promesses des uns et des autres, on comprend bien qu’aucun changement sérieux ne sera possible tant que nous ne reprendrons pas nous même les affaires, nos affaires, en main, en exerçant un contrôle sur les élus, en instituant la possibilité de leur révocation. .. ou simplement pour commencer, en imposant qu’un député soit payé au salaire médian, soit 1700€ net, comme le proposent Philippe Poutou et François Ruffin. Là on peut supposer que tout ce petit monde commencerait à s’intéresser  à la question du pouvoir d’achat de la grande majorité de la population.

Lire la suite

Soutien à la journée nationale de mobilisation de ce jour!

7 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Santé

Soutien à la journée nationale de mobilisation de ce jour!
Lire la suite

Sortir Du Nucléaire 27 appelle à participer au rassemblement organisé par Greenpeace et Stop EPR ni à Penly ni ailleurs, le samedi 11 mars, à 15h, devant la cathédrale de Rouen.

6 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Sortir Du Nucléaire 27 appelle à participer au rassemblement organisé par Greenpeace et Stop EPR ni à Penly ni ailleurs, le samedi 11 mars, à 15h, devant la cathédrale de Rouen.
Samedi 11 mars
15h00 place de la cathédrale à Rouen
 
Ce Fukushima day sera l'occasion de rappeler l'anniversaire de la catastrophe, mais aussi de dénoncer qu'un accident tel que Fukushima peut très bien survenir en France. On rappellera au public que le parc nucléaire français est vieillissant où de nombreuses anomalies ont déjà été relevées sur des pièces-maîtresses situées au cœur d'une grande partie des réacteurs. De plus la situation financière extrêmement préoccupante d’EDF ne permet plus à l’entreprise d’assurer un haut niveau de sûreté sur ses installations.
 
le matériel : On vous propose donc d'arriver en combinaison blanche si vous en possédez une. Vous viendrez aussi avec une pancarte individuelle faites par vous mêmes. Voici quelques exemples de de slogans à inscrire sur vos pancartes :
 

EDF S’ÉCROULE, LES CENTRALES AVEC

EDF S’ÉCROULE, VERS UN FUKUSHIMA EN FRANCE ?

EDF S’ÉCROULE, NOTRE SÛRETÉ AVEC

EDF S’ÉCROULE, FERMONS LES CENTRALES!

Lire la suite

"Je n'ai aucune peine pour la droite" | Poutou 2017

3 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU

Lire la suite

8 mars, grève pour l'égalité à 15h40

3 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #DROITS DES FEMMES

Lire la suite

REACTIONS A L'ANNONCE DE LA DISPARITION DE JACK HOUDET

1 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Les nôtres

De Gilles Lemée, longtemps militant à Gisors, ancien secrétaire départemental du syndicat CGT de l'enseignement technique
C'est avec une profonde tristesse que j'apprends le décès de notre camarade Jack. Exclu du PCFen 1971 ( maturation du mai 68 et d'août 68 à Prague…), j'avais rejoin la Ligue Communiste dans la même cellule que Jack. C'est à lui que je dois la patience, l'obstination, la conviction inébranlable. Nous avons été candidats aux législatives dans la circonscription de Vernon ; son exemple et ses conseils nous ont " formé" dans notre militantisme " oppositionnel" dans la CGT d'alors; nous avons partagé l'antimilitarisme dans là soutien aux comités de soldats ... Sans lui, je ne serais sûrement pas ce que je suis aujourd'hui. Adieu camarade. Tu resteras vivant à jamais dans nos mémoires et nos cœurs

De Pierre Vandevoorde
Jack, c'est quelqu'un qui m'a beaucoup marqué. C'est de lui que j'ai appris la ténacité je crois. Et puis cette phrase, lors d'une réu de Direction départementale: "Pierre, au boulot, tu dois être le meilleur si tu veux être indiscutable comme militant". Ca marque, même si après on fait comme on peut :)
Et puis cette manif du premier mai à Evreux, il devait avoir près de 70 ans, où un stal a voulu m'empêcher de distribuer un tract dans leurs rangs. Jack distribuait avec moi, il l'a attrapé par le kolbak, soulevé sur un mètre ou deux et collé au mur en sifflant de rage:"ne recommence jamais ça!". Ca a calmé tout le monde...
J'ai eu justement Louis Fontaine la veille de la mort de Jack au téléphone (j'étais en train de rédiger sa fiche pour le dictionnaire Maitron, il me manquait des précisions sur son action clandestine au Maroc pour construire l'usine d'armement du FLN). Il m'a redit toute son admiration pour Jack, l'aîné, l'homme droit et juste, le seul de l'usine à voir les pièces en trois dimensions et en mouvement, celui qui l'a gagné en 15 jours alors qu'il revenait d'Algérie convaincu que l'indépendance était légitime...

De Marie-France Ordonez, qui l'a connu déjà toute jeune militante au Collège technique après 68
Un sacré bonhomme

De Roland Vacher, 84 ans , celui qui a convaincu Jack alors qu'il était déjà militant du PCI au LRBA depuis 53
Je suis très triste... ..nous avons été tellement proches dans les années de la "traversée du désert" (50 et 60)...nous avons pioché ensemble en s'attaquant à des textes marxistes qui n'étaient pas écrits pour notre compréhension...nous avons vécu les nombreux affrontements avec le PCF et son instrument Desprès dans la Cgt, le secrétaire de l'UD...mais aussi la chaude présence des travailleurs autour de nous dans nos combats jusqu'en 58...puis de nouveau le ressac...la répression...et notre amitié a toujours survécu. Il était très exigeant avec ses relations et ne supportait pas les écarts dans leurs comportements. C'est un "passeur" entre les générations de militants qui laisse une trace indélébile qui ne peut que nous aider a continuer son combat. Je garde de Jack le meilleur souvenir. Mes amitiés à ses enfants.

De Philippe Morice, camarade de Mantes, animateur de la CGT de la centrale EDF de Porcheville
Hommage à notre camarade ! Passionnant de lire ce texte qui rappelle l'apport des révolutionnaires dans des périodes troubles, et qui en plus fait référence au camarade Lucien Fauchereau de Mantes que j' ai eu le plaisir de connaitre à mes début à la LCR.

De Sophie Ozanne
Je ne le connaissais pas beaucoup, je l'ai vu quelques fois, assez pour me rendre compte qu'un pan de notre histoire commune s'en va avec lui. D'où l'importance du travail fait avec le Maitron.

De Jean-Pierre Pallois
J'ai connu Jack pendant la grève générale de mai 68 à Vernon. C'était un collègue de travail et de syndicat de mon père. Après avoir pris contact avec les militants JCR locaux, j'avais adhéré en 69 à la LC. J'ai ensuite milité avec Jack sur la ville de Vernon jusqu'en 75 date à laquelle je suis parti sur Evreux. C'est lui qui m'a tout appris. C'était un pragmatique qui n'aimait pas les discussions trop théoriques. Je me souviens que la première chose qu'il m'a apprise c'était qu'un militant révolutionnaire devait être irréprochable dans son activité professionnelle et participer à la construction et l'animation du syndicat sur son lieu de travail. J'ai participé avec lui à de nombreuses réunions de cellule pendant lesquelles il trouvait toujours les mots justes pour nous éviter de tomber dans le gauchisme, penchant très fréquent à l'époque. Bien que travaillant dans une usine dépendant du ministère de la défense, il n'avait pas hésité à s'engager pour la défense des soldats réprimés pour avoir revendiqué des droits démocratiques. Cela lui avait valu un procès et une menace de perdre son emploi. Un soir, alors que nous devions, après la réunion de cellule, tirer un tract sur la ronéo qui était dans mon appartement afin de le distribuer le lendemain matin, celle ci était tombée en panne. Jack avait alors décidé de la démonter pour ensuite réparer la panne. Nous avions terminé à 3 h du matin... Et il était à l'heure le lendemain matin au travail ! Ensuite j'ai quitté Vernon mais j'avais toujours plaisir à le retrouver pendant des campagnes militantes. C'était un vrai militant, pas un « m'as tu vu » comme on peut en rencontrer. Adieu camarade.

Lire la suite