Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles récents

La Fête du NPA-27 dans Paris Normandie

27 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Nouveau Parti Anticapitaliste

 

Pour une autre politique

Publié le jeudi 26 janvier 2012 dans Paris Normandie

LOUVIERS.

Le NPA a rassemblé ses militants, samedi, au Moulin. L'occasion de réaffirmer ses positions sur l'actualité.

Thierry Philippot, Christine Poupin et Philippe Thouément ont animé le meeting

Fete-NPA-27-dans-PN.jpgLe grand rassemblement annuel du NPA-27 (Nouveau Parti anticapitaliste) a eu lieu, samedi, au Moulin et les militants ont répondu présent. La fête du NPA (Nouveau parti anticapitaliste) de l'Eure a débuté par une conférence de Jean-Pierre Lavignasse, enseignant en économie à l'université de Rouen. Au programme : la dette, et surtout les solutions pour faire autrement : « Une dette de 100 % du produit intérieur brut (PIB) peut être remboursée en quelques années », a notamment expliqué le conférencier. Mais pour cela, il faut évidemment gouverner autrement, et c'est ce qu'ont démontré Philippe Thouément, conseiller municipal NPA à Louviers et Christine Poupin, l'une des deux porte-parole nationales du parti, avec la présence Thierry Philippot, animateur de la lutte des M-real à Alizay.
« Cette dette n'est pas la nôtre ! », a déclaré Christine Poupin. Le NPA propose un bouclier social qui prévoit une augmentation de 300 € des salaires, l'interdiction des licenciements et le retour à la retraite à 60 ans. »
C'est d'ailleurs cette lutte contre les licenciements qui a orienté le choix de Philippe Poutou pour l'élection présidentielle.
La question de l'énergie a également été évoquée : « Il faut développer les énergies renouvelables, dans une logique de service public », a-t-on entendu. « Philippe Poutou va être le seul candidat à défendre la sortie du nucléaire sans avoir besoin d'alliances électorales. Il faut se débarrasser de Sarkozy, c'est une mesure de salut public », a conclu Christine Poupin.

Lire la suite

Défendre le droit de grève !

27 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

Communiqué du NPA

Défendre le droit de grève !

defendre-le-droit-de-greve.jpgA l'instigation de l'UMP par l'intermédiaire d'un député membre de la Droite populaire, les députés, dans la nuit de mardi à mercredi, ont étendu au trasport aérien la loi sur le service minimum, déjà en vigueur à la SNCF, obligeant les grévistes à se déclarer 48 heures avant, sous peine de sanction.

C'est la réponse du gouverenement aux revendications des agents de sécurité dans les aéroports qui avaient fait grève pendant plusieurs jours il y a plusieurs semainespour défendre leurs revendications relatives à l'augmentation des salaires et à l'amélioration des conditions de travail.

Le NPA condamne une loi qui vise à entraver le droit de grève et qui ne permettra en rien d'ouvrir des négociations avec l'employeur ou la direction, comme le faisait justement remarquer un responsable syndical dans le transport aérien.

Les organisations syndicales des pilotes de lignes, stewards, agents de ligne et commerciaux ont d'ailleurs déposé un préavis de grève pour une période située entre le 6 et le 9 février.

Le NPA soutient totalement les exigences et les revendications des syndicats et des salarié-E-s du transport aérien.

Le 25 janvier 201

Lire la suite

Eure : les militants tentent d'obtenir des signatures pour la Présidentielle

26 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #DES CHIFFRES

Eure : les militants tentent d'obtenir des signatures pour la Présidentielle

Publié dans Paris Normandie le mercredi 25 janvier 2012

 

PRESIDENTIELLE.Les « rabatteurs » sont à l'œuvre ! Ces militants rament afin de ramener le plus grand nombre de promesses dans l'escarcelle des candidats.

Sophie Ozanne en aura poussé des portes à la recherche de promesses de parrainage pour Philippe Poutou

On ne sait si les dimanches 22 avril et 6 mai, les pêcheurs à la ligne (le parti des abstentionnistes) seront les vainqueurs de la présidentielle. En tout cas, actuellement, les militants des partis politiques, surtout ceux des plus « petits », sont en chasse.

23 promesses pour Poutou actuellement dans l'Eure
 

 

De porte en porte, de mairie en mairie, ils sont à l'affût des élus, afin de remplir leur escarcelle des promesses de parrainage pour leur candidat. Un exercice qui n'est pas de tout repos. Et qui serait même de plus en plus difficile

Sophie Ozanne en aura poussé des portes à la recherche de promesses de parrainage pour Philippe Poutou

d'une élection présidentielle à une autre. « Ce qui gêne nombre d'élus, c'est que leur parrainage soit rendu public et les grands partis cadenassent », constate Sophie Ozanne (NPA). L'ancienne conseillère municipale de Louviers n'en est pas à sa première collecte de signatures, loin s'en faut.
Après avoir sillonné l'Eure en tout sens pour Alain Krivine puis Olivier Besancenot, cette militante a repris son périple « dès le printemps de l'année dernière », au nom de Philippe Poutou cette fois. Certes, le candidat ouvrier est moins connu que le facteur aux allures de Tintin. Mais la collecte effectuée dans l'Eure, sans plaquette sur papier glacé et autres supports, par Sophie Ozanne et une vingtaine de ses camarades ayant une foi à déplacer les montagnes, porte ses fruits.
Dans le département, dix-sept élus avaient parrainé Olivier Besancenot il y a cinq ans. « Nous sommes à vingt-trois promesses de signature aujourd'hui », confie la militante. Elle sait que l'effort doit se poursuivre, car, au niveau national, on est encore très loin des 500 signatures requises - un peu plus de 350 promesses actuellement actées.
Mais dans l'Eure, département industriel où la crise laisse de jour en jour de nouveaux salariés sur le carreau, le discours anti-capitaliste de l'extrême gauche porte. « Et d'une élection à l'autre, les élus nous reconnaissent », constate aussi Sophie Ozanne. Elle ne veut pas manquer les nouveaux édiles mais prend aussi rendez-vous avec les autres, qui ont plus de « bouteille. Même les élus de droite. Généralement, on est bien reçus, même si les maires ne partagent pas nos opinions. Et parfois, ils finissent par nous accorder leur promesse, parce qu'à leurs yeux, il est important que la démocratie puisse fonctionner et ses différents courants s'exprimer et se présenter devant les électeurs », conclut celle qui est contre ce système de parrainages pour lequel, pourtant, elle est bien obligée de « mouiller le maillot ».

Qui parraine qui ?

Logique qu'un élu UMP parraine Nicolas Sarkozy. Un socialiste François Hollande, un communiste Jean-Luc Mélenchon, un MoDem François Bayrou. Autant de candidats qui dépasseront allègrement les 500 signatures. Nous dressons une liste (non exhaustive), d'autres choix plus… surprenants.
Le PRG Claude Béhar, maire d'Aviron, choisit Jean-Luc Mélenchon. Tout comme son collègue conseiller général Francis Courel (divers gauche), maire de Saint-Philbert-sur-Risle.
Autre divers gauche, Jean-Rémi Ermont, maire de Fontaine-Heudebourg, après avoir parrainé Olivier Besancenot, « qui fut mon élève au collège à Louviers », parrainera Philippe Poutou.
Bien qu'UMP, c'est à Hervé Morin que Thierry Plouvier, maire et conseiller général de Lyons-la-Forêt, apportera son soutien. Un choix partagé, bien sûr, par son collègue maire et conseiller général de Beaumesnil, Marc Vampa (Nouveau Centre), qui suppléa sur les bancs de l'Assemblée nationale l'ancien ministre. Si cette candidature n'allait pas à son terme, l'un et l'autre réfléchiraient alors...
Maire d'Iville et conseiller général du Neubourg, Jean-Paul Legendre affirme n'avoir « jamais parrainé aucun candidat ». « Je suis contre ce système de filtrage, qui ne devrait pas incomber aux élus », poursuit-il.
Bien qu'encarté à l'UMP, Louis Petiet, maire et conseiller général de Verneuil-sur-Avre, entend, avant de signer tout parrainage, consulter son conseil : « Vous comprenez, il rassemble des gens de toutes tendances. J'ai même un adjoint communiste. »
Maire de Huest, Michel Molina ne veut pas s'engager. Pas plus d'ailleurs que Serge Bontemps, le maire de Saint-Sébastien-de-Morsent, par « respect de nos troupes », à savoir ses conseillers, de diverses obédiences.

« Un peu ras-le-bol »

Figure emblématique du MoDem dans l'Eure, Danielle Jeanne explique « en avoir un peu ras-le-bol de recevoir des demandes de parrainage ». D'autant plus que la patronne départementale du bayrouisme affiche allégrement son adhésion politique… « Je me demande où un candidat comme Dupont-Aignan trouve tout cet argent pour solliciter les élus à grands renforts de plaquettes si bien léchées », s'étonne le maire d'Aulnay-sur-Iton. Laquelle fait attention à ne pas, elle, se montrer trop intrusive : « Je vais frapper à la porte le plus possible mais je cible des gens que je connais. Quand Morin roulait pour Bayrou lors de la dernière présidentielle, nous avions obtenu une vingtaine de parrainages », confie l'édile. Danielle Jeanne, en militante qui n'use pas de la langue de bois, confirme que la démarche n'est pas toujours facile : « C'est plus simple de solliciter un élu quand il n'y a pas un Hervé Morin dans le département... »

 

Lire la suite

Ce n'est pas avec Hollande que tout va changer !

26 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EDITOS

Edito des tracts de la semaine

  Ce n'est pas avec Hollande que tout va changer !

Dans son premier meeting de candidat, dimanche 22 janvier au Bourget, F. Hollande a déclaré : «Mon adversaire n'a pas de visage, il ne sera jamais élu (…) c'est le monde de la finance.».
ça sonne bien ! Mais les propositions concrètes ne sont pas à la hauteur de cette déclaration.

Hollande : président de la fin des privilèges ?
Hollande, qui entend « donner du sens à la rigueur », s’engage à réduire  le déficit à 3 % du PIB en 2013 et à ramener à équilibre les comptes publics à la fin du quinquennat. Il se situe, comme avant lui ses collègues socialistes des ex-gouvernements espagnols ou grecs sur le terrain de l’austérité.
Cette orientation a des conséquences immédiates. Par exemple, il n'y a rien dans son discours pour l'augmentation des salaires, ni contre le fléau de la précarité. Pour l’emploi, il se contente de reprendre les vieilles recettes qui ne marchent pas : les financements ciblés pour les entreprises qui « investissent sur notre territoire » ou « relocalisent leurs activités ».
Sur la retraite son engagement en faveur du départ à 60 ans ne concerne que ceux qui ont 41 ans de cotisations. On est loin du retrait de la contre réforme Woerth- Sarkozy qui a mis des millions de salariés dans les rues.
Sa mesure phare, la création de 60 000 postes supplémentaires dans l'éducation ne pourrait se faire que par redéploiement puisque la condition mise c'est nombre de fonctionnaires et budget constants.
Concernant la sortie du nucléaire, il  tente un exercice d'équilibriste entre « une industrie nucléaire forte » et une réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité.
Globalement, les urgences sociales et écologiques sont  absentes du long meeting au Bourget comme du programme du Parti Socialiste. Alors que le système capitaliste en crise engendre vague de licenciements et explosion de la pauvreté, catastrophe nucléaire et pillage des ressources les propositions du candidat socialiste ne permettront pas d'inverser le cours des choses.

Dégager Sarkozy sans faire confiance à Hollande.
Sarkozy campe sur le terrain de l’austérité et prétend faire passer sa TVA ANTIsociale avant l’élection. C’est une raison à elle seule suffisante pour se débarrasser de Sarkozy et de la droite !
Mais pour combattre les capitalistes et les banquiers qui, comme le dit Hollande, ont « pris le contrôle de l'économie, de nos sociétés et même de nos vies » : il faut commencer par refuser de rembourser la dette, prendre sur les profits, mettre en place une réforme fiscale radicale. Il faut imposer au plus vite par une lutte d'ensemble un bouclier social avec 300 euros d'augmentation des revenus, l'interdiction des licenciements, le développement des services publics et la création massive d’emplois pour la santé et l’éducation. La campagne de Philippe Poutou, candidat du NPA à l'élection présidentielle se fera l'écho de ces exigences vitales pour les classes populaires.

Lire la suite

Rouen : OCCUPATION. Les militants du Droit au Logement poursuivent leur action de réquisition.

25 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

Publié dans Paris Normandie le mercredi 25 janvier 2012

OCCUPATION. Les militants du Droit au Logement poursuivent leur action.

Jean-Paul Ribet, militant du DAL, propose une visite de l'immeuble réquisitionné au 98 de l'avenue du Mont-Riboudet

Jean-Paul Ribet, militant du DAL, propose une visite de l'immeuble réquisitionné au 98 de l'avenue du Mont-Riboudet

Il est 16 h 45, les enfants rentrent de l'école, sous une pluie battante. La vie s'écoule normalement… ou presque.
En fait, ces écoliers, cartables sur le dos, ne rentrent pas véritablement dans leur maison. Ces jeunes et leurs parents ne bénéficient d'un toit qu'à la suite de l'opération de réquisition menée la semaine passée par les militants du DAL. Pourtant, comme six familles dans la même situation, ils devraient bénéficier d'une priorité au logement, une situation reconnue par la Commission de médiation loi Dalo). Mais entre le droit et la dure réalité du quotidien…

La vie s'organise…
Nous sommes au 98 de l'avenue du Mont-Riboudet, dans un immeuble de 500 m² sur trois niveaux. Et depuis mardi dernier, six familles et de nombreux militants du DAL vivent en bonne harmonie dans un environnement assez rigoureux.
Cet immeuble - en passe d'être vendu par France Domaine à un propriétaire privé - fut occupé dans le passé par la direction des affaires maritimes de Haute- Normandie. Il a été laissé totalement vacant depuis plus de deux années. Ce qui laisse augurer d'une situation délabrée que, peu à peu, militants et occupants parviennent à améliorer. Un branchement électrique « forain » permet d'assurer une vie quasi-normale.
Dans les chambres, au premier étage, les familles se sont reparties dans des pièces nettoyées avec les matelas le sol.
Au rez-de-chaussée, dans une grande cuisine, les familles concoctent quelques plats typiques. Pour conserver le moral et ne pas traîner comme un boulet cette situation…
Jean-Pierre, Bertrand, Alain, Jean-Paul et les autres bénévoles ne se posent pas la question de la pertinence de leur action. Tous revendiquent un même credo : « Un toit, c'est un droit ».

Tintamarre et manifestation
Le DAL (Droit au logement) organisera un tintamarre dans les rues de Rouen ce mercredi après-midi, au cours duquel un tract sera distribué à la population, appelant à un rassemblement le vendredi 27 janvier à 17 h devant la mairie de Rouen

Lire la suite

Rouen : Manifestation de soutien à la réquisition de logement par Droit Au Logement (DAL).

25 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

Rouen : Manifestation de soutien à la réquisition de logement par Droit Au Logement (DAL).

Depuis le mardi 17 janvier 20 heures, le DAL (Droit Au Logement) occupe l’immeuble vide d’un ancien foyer de marin, appartenant aux Affaires Maritimes. Cet immeuble de plus de 1 000 m2, situé au coin de l’Avenue du Mont-Riboudet et de la rue de Tanger à Rouen, est vide depuis plus de 3 ans.

L’opération a pour but de reloger six familles qui sont décidées à faire valoir leur droit : les pouvoirs publics condamnés, pour certaines de ces familles, à une astreinte de 30 €/jour pour ne pas les avoir relogées, s’obstinent dans l’inaction.

Qui met les familles en situation de détresse ?

JPEG - 218.7 ko

jd2.gifEst-il moins dangereux de rester à la rue plutôt que d’être désormais abritées dans cet  immeuble ?

jd2.gifQui est dans l’illégalité ?

jd2.gifEst-ce le DAL qui occupe un immeuble vide, ou est-ce l’État qui n’applique pas les décisions de justice en matière d’hébergement ?

jd2.gifQui n’assume pas ses responsabilités ?

jd2.gifEst-ce le DAL qui revendique le droit au logement, ou est-ce la municipalité de Rouen qui laisse se délabrer des immeubles qu’elle pourrait réquisitionner, comme la loi le lui permet ?

jd2.gifQui préfère les intérêts des spéculateurs immobiliers plutôt que l’intérêt général ?

jd2.gifQui baisse de manière éhontée les budgets consacrés à l’hébergement social et fait la sourde oreille aux revendications et interpellations des salariés du secteur ?

jd2.gifDepuis plusieurs jours, une entrevue a été demandé au préfet de Seine Maritime. Pas de réponse.

Hier soir encore, une manifestation regroupant tous ceux qui apportent leur soutien au DAL et aux familles sans logement, s’est rendue devant la préfecture pour réclamer le droit au logement et l’application de la loi de réquisition.  

Les oreilles des responsables, politiques ou administratifs, sont restées aussi closes que les grilles et les portes de la préfecture.

Pour contacter le DAL Rouen : dal.rouen@club-internet.fr

Pour visiter leur site : http://dalrouen.perso.neuf.fr/

Manif du DAL devant la préfecture de Rouen

Lire la suite

Non à la criminalisation des internautes.

25 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION

Communiqué du NPA

Non à la criminalisation des internautes.

Big-brother.jpgJeudi dernier, le site de téléchargement MegaUpload a fermé ses portes suite à une décision de justice. Cette décision, qui survient au lendemain d'une mobilisation de sites américains contre deux projets de loi « PIPA » et « SOPA » visant à défendre les droits d'auteur en facilitant le blocage des sites contrevenants sans intervention de la justice, est une véritable provocation.

La réponse du groupe Anonymous, suite à la fermeture du site, mettant immédiatement hors service de nombreux sites américains et français (notamment le site de l'Hadopi, du ministère de la Défense et de l'Elysée) semble être le premier acte d'une longue bataille pour l'Internet libre avec laquelle le NPA est solidaire.

En effet, cette attaque envers MégaUpload est un signe inquiétant tout comme l'instauration des lois américaines PIPA et SOPA et du traité européen ACTA qui feront de la censure de contenus sur Internet une norme et de la surveillance des utilisateurs un principe.

Le NPA dénonce la criminalisation grandissante des internautes et appelle à se mobiliser contre toutes les lois liberticides, telles que HADOPI 3, LOPPSI 2 et le traité ACTA.

La liberté de partager des contenus en toute confidentialité sur Internet doit être garantie et la neutralité du net assurée.

Par ailleurs, le NPA est favorable à l'instauration d'une « licence globale » permettant d'assurer une rétribution aux auteurs et acteurs de la culture, sans intermédiaire.

Le 24 janvier 2012.

Lire la suite

Dans les universités comme ailleurs : non au F. Haine !

24 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27

Communiqué unitaire

Dans les universités comme ailleurs : non au F. Haine !

 

Anti-F-Haine.jpgCe matin, 24 janvier, le Front national de la jeunesse (FNJ) prévoyait de distribuer un tract devant l'université de la Sorbonne et des lycées du Quartier latin à Paris.

Alertées, des organisations syndicales et politiques, dont les nôtres, ont organisé la diffusion d'un tract dénonçant le FN.

Devant notre nombre et notre détermination, les militants du FNJ ont fui sans distribuer le moindre tract.

Le FN n'est pas un parti comme les autres. Il est raciste, sexiste, homophobe, xénophobe. Il cherche à affaiblir les étudiants et les étudiantes en militant contre les aides sociales et même contre les libertés syndicales dans les universités.

Partout où il cherchera à s'implanter, dans les universités, les lycées, les entreprises ou les quartiers populaires, les antifascistes seront là pour dire que les idées d'extrême droite, qu'elles soient portées par le FN, l'UMP ou qui que ce soit d'autre, n'ont pas leur place.

Alternative libertaire (AL), Fédération syndicale étudiante (FSE), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Sud-Etudiant.

Le 24 janvier 2012.

Lire la suite

Hollande : l'urgence sociale absente du meeting du Bourget.

24 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU

Déclaration de Phillipe Poutou

L'urgence sociale absente du meeting du Bourget.

philippe poutouF. Hollande au meeting du Bourget dimanche 22 janvier a levé le voile sur un certain nombre d'éléments de son programme et de ses propositions politiques.

Derrière une attaque contre le monde de la finance, jamais élu mais toujours au pouvoir, le compte n'y est pas dans différents domaines qui touchent à l'emploi, au salaire, à la retraite, notamment.

Donner du sens à la rigueur, s'engager à réduire les déficits impliquent bien évidemment de ne pas suspendre le paiement des intérêts de la dette qui se montent à 48 milliards d'euros et de ne pas annuler la dette illégitime.

Cette orientation a des conséquences immédiates. Pour ne prendre que quelques exemples, il n'y a rien dans le discours de F. Hollande sur l'augmentation des salaires, le fléau de la précarité; son engagement du maintien de la retraite à 60 ans est annulé par son acceptation des 41 annuités de cotisations.

Sa mesure phare de la création de 60 000 postes supplémentaires dans l'éducation ne pourrait se faire que par redéploiement puisque la condition mise c'est nombre de fonctionnaires et budget constants.

Quant à la sortie du nucléaire, F. Hollande tente un exercice d'équilibriste entre la nécessité d'une industrie nucléaire forte et une réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité.

On le voit dans une situation où la crise du système capitaliste engendre vague de licenciements et explosion de la pauvreté, du nombre de pauvres, les propositions du candidat socialiste ne permettront pas d'inverser le cours des choses.

Il est impératif que dans les urnes et dans les mobilisations, se fasse entendre l'exigence de l'interdiction des licenciements, des 300 euros net pour toutes et tous, de services publics dans la santé et l'éducation qui soient en mesure de répondre aux immenses besoins de la population.

Le 23 janvier 2012.

Lire la suite

Louviers : Tribune libre de Philippe Thouement, conseiller municipal du NPA

23 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #NOTRE ELU NPA A LOUVIERS

Tribune libre janvier 2012 parue dans le Allez Louviers de janvier (le journal électronique de la Ville de Louviers)


Philippe Thouement -En 2012, il y a encore à Louviers des logements sans chauffage collectif, sans eau chaude, où l’électricité, la plomberie, les sanitaires sont à refaire. Les PSR réservés aux plus pauvres sont la honte de notre ville. La municipalité aux affaires depuis plus de 16 ans ne peut se contenter de souligner les points positifs de son action pour le logement social, elle a aussi des comptes à rendre sur la persistance de cette misère.
Le budget municipal se prépare. Alors que manger, se loger, travailler, se soigner deviennent de plus en plus difficile, établir un budget, pour le NPA, c’est anticiper les besoins de la population et rendre les services municipaux aptes à protéger les plus fragiles. D’autant que le gouvernement Sarkozy poursuit sa politique de casse sociale : budgets sociaux et dotations aux collectivités en baisse, dégradation de l’école et de l’hôpital, chômage croissant, augmentations des loyers, du gaz, de la TVA...
Nos choix budgétaires seraient de :
- mettre en place une tarification des cantines, des garderies, des services, peu chère voire gratuite pour certains foyers.
- étudier le retour en régie publique de tous les services délégués (eau, transports) qui aboutit, partout en France, à une baisse des factures puisque les bénéfices dégagés ne vont plus dans la poche des actionnaires privés.
- stopper les projets grandioses : la maison de l’emploi, le centre aquatique, beau projet mais disproportionné pour les finances de la ville (20 millions d’€ prévus).
- arrêter l’installation de la vidéosurveillance inefficace et ruineuse.
- renoncer au Centre d’art contemporain. L’alternance d’expositions modernes et traditionnelles au musée est satisfaisante et correspond à la taille de la ville. Réorienter le budget vers des actions de promotion du patrimoine lovérien, vers une pédagogie de diffusion de l’art auprès de tous les publics.
- réduire le budget « fêtes et cérémonies » dont le montant semble mettre la municipalité mal à l’aise puisque nous attendons depuis plus de deux ans des factures.
La majorité municipale fait d’autres choix : 2% du budget équipement pour la vidéosurveillance contre 4% pour l’école J. Ferry qui attendra encore. Un recours à l’emprunt de 400 000€ serait nécessaire pour équilibrer le budget. Inquiétant vu l’endettement de la ville. De plus, la municipalité veut se donner « une marge de précaution » pour faire face aux « incertitudes ». Alors, augmentation des impôts ou pas ? L’équipe Martin est rattrapée par des choix budgétaires éloignés des préoccupations des habitants, par une politique d’équipement surdimensionnée. Encore un mauvais budget !


Philippe Thouément, conseiller municipal NPA

Lire la suite