Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles récents

Un « petit candidat », oui, mais un gars qui se bat au quotidien contre un système qui nous écrase, ça change !

21 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Nouveau Parti Anticapitaliste

Les « principaux candidats » ont débattu ensemble sur TF1 lundi. Belle démocratie qui ne traite pas à égalité tous ceux qui ont franchi la barrière déjà bienanti-démocratique des 500 parrainages ! Alors, on a vu : Le Pen et sa démagogie raciste, Fillon et la casse de nos acquis, Macron en chevalier de la liberté du renard libre dans le poulailler libre... Hamon et Mélenchon ont, eux, distillé des propositions bien timides face à l’ampleur de la crise sociale et écologique. Si Philippe Poutou avait pu parler, voilà ce qu’il aurait pu dire :

 

1) Interdire les licenciements, partager le temps de travail, fixer le SMIC à 1700 euros nets.

Une partie des travailleurs ne trouve pas d’emploi, tandis que d’autres souffrent au travail. Il faut partager la tâche, répartir le travail entre toutes et tous, avec 32 heures hebdomadaires sans diminution de salaire. Les 60 milliards de dividendes distribués en 2016 par les entreprises du CAC 40 représentent 2 millions d’emplois à 1700 euros par mois.

 

2) Réquisitionner les banques et les grandes entreprises, planifier l’économie pour éviter la catastrophe climatique

La logique de la concurrence et du profit détruit les services publics et la Sécu, accentue l’effet de serre pour le plus grand profit des lobbies comme ceux du BTP, du pétrole, de l’agrobusiness. Il faut mettre sous le contrôle de celles et ceux qui produisent les grandes entreprises qui font tourner l’économie pour décider démocratiquement des priorités, de ce qui doit être produit et comment.

 

3) Donner le contrôle à ceux qui font tourner la société

Il faut supprimer la fonction présidentielle et le Sénat, limiter le salaire des élu-e-s à ce que touche un salarié moyen, permettre leur révocation, imposer un temps maximum havant le retour au boulot.

 

4) Mettre au centre la solidarité et l’égalité

Nous voulons la fin de l’état d’urgence, le désarmement de la police, la suppression de toutes les lois racistes et islamophobes, l’ouverture des frontières, la liberté de circulation et d’installation. Le Pen veut taper sur les immigrés ou les musulmans pour réduire les droits de tout le monde. Les migrants fuient les guerres provoquées ou soutenues par nos pays, la moindre des choses c’est de les accueillir. L’état d’urgence a jeté la suspicion sur les musulmans et permis de cogner sur les jeunes des quartiers populaires et les militants sans faire avancer d’un pouce la lutte contre les djihado-fascistes de Daech.

 

Ce n’’est pas en élisant tel ou telle prétendu-e « sauveur suprême » qu’on résoudra quoi que ce soit.
Philippe Poutou, ouvrier chez Ford à Bordeaux, se bat actuellement avec ses collègues pour sauver les emplois. Ca change d’une héritière, des apparatchiks, des anciens ministres et banquiers. Avec lui, nous voulons montrer que celles et ceux d’en bas peuvent relever la tête pour s’opposer aux capitalistes et à leurs serviteurs qui emmènent la planète et la société droit dans le mur. Avec lui, nous voulons prouver qu’on peut prendre ses affaires en main. Avec lui, nous mettons le NPA au service de la construction d’une nouvelle force politique démocratique, un instrument pluraliste pour que celles et ceux qui luttent sur tous les terrains puissent se retrouver et enfin se représenter eux-mêmes.

 

Un « petit candidat », oui, mais un gars qui se bat au quotidien contre un système qui nous écrase, ça change !
Lire la suite

"un ouvrier, pas un notable" ce slogan prend tout son sens aujourd'hui. Quel candidat à la présidentielle peut en dire autant ? Aucun!

21 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU

Philippe Poutou partage le quotidien de millions de salariés qui vivent avec la rage de défendre leur emploi, la peur de le perdre. Si la politique n'était pas une rente de situation, un moyen de faire carrière, on parie que le SMIC et les minima sociaux auraient augmenté depuis longtemps!

Lire la suite

À la marche contre les violences policières, Philippe Poutou fouillé puis "bloqué" par la police

20 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Nouveau Parti Anticapitaliste, #REPRESSION

Lire la suite

LE 19 MARS ET APRÈS: CONTRE LE RACISME ET LES VIOLENCES POLICIÈRES, MARCHONS, LUTTONS!

19 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION, #Antiracisme

Lire la suite

LA CANDIDATURE DE PHILIPPE POUTOU EST CONFIRMEE!

17 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES, #Déclarations de Philippe POUTOU

Lire la suite

Grève à la centrale de Paluel !

16 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE, #RESISTANCE

 

La grève a commencé lundi 13 mars. Hier mercredi, les grévistes ont reconduit le mouvement à jeudi 16 mars. Ils réclament « l’ouverture d’une négociation sur le salaire national de base, l’arrêt des fermetures de sites et l’arrêt des suppressions massives d’emplois ».

Les syndicats CGT et FO ont appelé les salariés à se mobiliser. Cette grève a une incidence sur la production du réacteur 4 qui depuis 2 jours est passée de 1300 MW à 382 MW.

Plus d’infos sur les sites :

http://www.ouest-france.fr/normandie/centrale-de-paluel-la-greve-se-poursuit-4861052

 

http://www.normandie-actu.fr/greve-centrale-nucleaire-seine-maritime-paluel-salaries-mobilises_259718/

 

Le NPA défend un programme de sortie du nucléaire en moins de 10 ans basé sur les économies d’énergie, une meilleure efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Le nucléaire est un mode de production d’électricité qui condamne l’humanité à vivre dans la crainte permanente d’un accident mortel (Tchernobyl, Fukushima), à ingérer des pollutions radioactives et chimiques dangereuses. Tout cela sans jamais résoudre l’empoisonnante question des déchets nucléaires produits qui aujourd’hui débordent des centrales. Qu’en faire ? Les enfouir comme à Bure, petit village de la Meuse, au risque de léguer pour des milliers d’années un cadeau empoisonné aux générations futures ?

Programmer l’arrêt du nucléaire ne signifie pas mettre au chômage les travailleurs de la filière. Au contraire.

La mise à l’arrêt des réacteurs nécessitera, pour la sécurité de tous et toutes, de maintenir du personnel qualifié et en nombre dans les centrales. Et de continuer à en former. Si, aujourd’hui EDF fait des économies sur la sécurité à l’intérieur des centrales, au nom de la rentabilité, c’est aussi au détriment du personnel qui n’a rien à attendre de cette industrie mortifère.

L’enjeu économique, politique, social et écologique aujourd’hui est de se débarrasser de ce mode de production du courant coûteux, dangereux et peu efficace (l’efficacité d’une centrale est de 30%). Il existe d’autres moyens pour produire de l’électricité, en particulier avec les énergies renouvelables. La France a un fort potentiel à développer pour y parvenir. Cela ne se fera pas sans les électricien-ne-s, sans leur savoir faire et leur technicité. Ils ont un défi enthousiasmant à relever : produire et apporter le courant là où c’est nécessaire de façon supportable pour l’environnement, sans menace mortelle pour nous tous et toutes.

Arrêtons les frais avant qu’il ne soit trop tard !

photo prise par une personne présente lors du barrage filtrant.

photo prise par une personne présente lors du barrage filtrant.

Lire la suite

JEANNE D’ARC, LA REBELLE, LIVRE ESSENTIEL DE DANIEL BENSAID

16 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Nouveau Parti Anticapitaliste

A l'occasion de la reparution de son "Jeanne de guerre lasse" (ed. Don Quichotte, belle préface d'E.Plenel, 19,90€), cette mise au point: la Pucelle n’a pas toujours été le symbole ranci brandi par l'extrême-droite. Pour les socialistes révolutionnaires d’avant 1914, elle était la révoltée contre l'ordre des puissants. Il avait présenté son livre dans la revue "Alternative libertaire" il y a 15 ans. Voici des extraits de son article.

« Figure des temps de transition, où un ordre disparaît avant qu’un autre ait encore pris forme, Jeanne est une mystérieuse passante et une extraordinaire passeuse. Entre déjà-plus et pas-encore, ces périodes incertaines sont propices aux prodiges et aux jaillissements. La Pucelle chevauche ainsi, entre le crépuscule du Moyen-Âge et l’aube de la Renaissance. Championne de la foi populaire face aux pompes hiérarchiques de l’Église savante, théologienne de la libération en somme, elle surgit à mi-chemin entre les vieilles hérésies […] et la Réforme luthérienne. Elle se faufile entre l’ordre dynastique féodal et un ordre national naissant, qui se cherche dans les marges d’un royaume en lambeaux. Chef d’une guerre de mouvement, elle illustre le déclin de la chevalerie défaite à Azincourt et elle expérimente la victoire de l’artillerie sur l’arquebuse. Accusée de sorcellerie, de blasphème, d’idolâtrie, son procès annonce la grande chasse aux sorcières du siècle suivant. […] Après le sacre, elle aurait pu prendre une retraite dorée, savourer les honneurs et le confort de la Cour. Ce n’était ni son monde ni son genre. Il y avait encore de la misère à soulager au royaume de France, et des villes à délivrer. Elle avait encore de l’énergie pour aller plus loin. Car la délivrance n’en finit pas. C’est un combat permanent. Elle s’est hâtée, terriblement pressée, la nuque mordue par le sentiment de sa propre précarité. Abandonnée de presque tous, trahie de l’intérieur, à la tête d’une troupe minuscule de 400 mercenaires qui ne faisaient même plus une armée, Jeanne sous Compiègne, c’est déjà Saint-Just au lendemain de Fleurus, ou la tragique solitude du Che en Bolivie.[…] Son procès est le prototype et l’archétype de tous les procès en hérésie, en dissidence, en insoumission, en sorcellerie politique. La fidélité obstinée à ses voix face à l’imposante autorité d’un aréopage de dizaines de docteurs sorbonnards et de prêtres, est le modèle de toutes les résistances, de la nuque qui refuse de plier, du bon droit qui refuse de rendre les armes, d’abjurer et de se repentir. […]Affaire non classée, donc. Affaire inclassable, sans doute. L’irruption de Jeanne dans l’histoire fit désordre. Elle tint la promesse, faite à Orléans, de faire « un si grand hahay qu’il y a bien mille ans qu’en France il n’en fut un si grand », et ce désordre lui survit."

Chronologie
1412 Naissance probable à Domrémy
Mai 1428 Jeanne dit entendre les « voix » de saints lui ordonnant de « bouter les Anglais hors de France ».
Mars 1429 Elle rencontre le dauphin Charles à Chinon. Sa popularité le convainc de lui confier une armée.
8 mai 1429 en 10 jours, Jeanne libère Orléans assiégé depuis octobre, puis vole de victoire en victoire
17 juillet Elle fait sacrer Charles à Reims. Il souhaite négocier une trêve, mais elle le pousse à poursuivre la lutte.
8 septembre Échec devant Paris. Charles VII dissout son armée. Elle continue avec une petite troupe.
23 mai 1430 capture devant Compiègne.
9 janvier - 30 mai 1431 procès et exécution à Rouen.
1450-1456 Procès en nullité sur requête de Charles VII.
1841 L’historien Jules Michelet en fait une « sainte républicaine »
1869 Embarrassée, l’Église catholique entame un procès en béatification.
1890 En réaction, le socialiste Lucien Herr écrit dans le quotidien Le Parti ouvrier : « Jeanne est des nôtres, elle est à nous. »
1897 Charles Péguy dédie son « Jeanne d’Arc » « À toutes celles et à tous ceux qui sont morts de leur mort humaine/ pour l’établissement de la République socialiste universelle. »
Décembre 1914 Pour consolider l’« union sacrée », le député nationaliste Maurice Barrès propose l’institution d’une fête de Jeanne d’Arc
1920 Canonisation par le Vatican et institution de la fête de Jeanne d’Arc par l’Assemblée nationale.

Lire la suite
Lire la suite

PARRAINAGES POUR L'ELECTION PRESIDENTIELLE: A QUOI JOUE LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL?!

16 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU, #COMMUNIQUES

PARRAINAGES POUR L'ELECTION PRESIDENTIELLE: A QUOI JOUE LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL?!

Déclaration de Philippe Poutou:

 Alors que les militants du NPA continuent de sillonner les routes pour arracher une à une les dernières signatures qui me permettront j'espère d'être candidat à l'élection présidentielle, le Conseil constitutionnel continue d'éviter de répondre à certaines de nos interrogations quant à l'acheminement des parrainages. 

 En effet, alors que nous essayons de trouver tous les moyens possibles pour que les parrainages arrivent au Conseil constitutionnel avant le vendredi 17 mars à 18h, nous venons d'apprendre que le Conseil constitutionnel ne sait pas s'il acceptera les livraisons par coursier. 

 En d'autres termes, des formulaires de parrainage valides, livrés dans les temps, sous enveloppe et par un service dédié, pourraient être refusés. 

 Nous avons en outre découvert que lorsque le Conseil constitutionnel avait des doutes quant à la validité d'un parrainage reçu, il n'appelait qu'à une seule reprise l'élu et, en l'absence de réponse de ce dernier, ne considérait pas le parrainage comme valide. Le Conseil constitutionnel sait-il que des milliers d’élu-e-s ne sont pas des professionnels de la politique, exercent une activité salarié et ne sont pas toujours immédiatement disponibles ? 

 À quoi joue le Conseil constitutionnel ? Nous savons que les derniers parrainages nécessaires à ma candidature arriveront dans les 48 heures qui viennent, mais que les critères flous du Conseil constitutionnel pourraient empêcher le seul candidat ouvrier de se présenter. 

 Nous avons maintenant 470 parrainages assurés, et nous avons besoin d'en obtenir encore plusieurs dizaines, avec une marge de sécurité en cas d'invalidations

Nous appelons une fois de plus les élu-e-s qui souhaitent me parrainer à expédier leur parrainage au plus vite afin d'éviter les invalidations administratives. Et nous exigeons du Conseil constitutionnel qu'il clarifie une bonne fois pour toutes les choses et qu'il cesse de nous faire tourner en rond au mépris de tout principe démocratique.  

 

Montreuil le 15 mars 2017

Clip du NPA sur la campagne de parrainages. A 4'54, un maire explique pourquoi il parraine Philippe

Lire la suite

PHILIPPE POUTOU: OUVRIER CANDIDAT, LOINS DES MAGOUILLES ET PROCHE DE CE QU'ON VIT!

15 Mars 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #NPA 27, #Déclarations de Philippe POUTOU

Tract édité par la Fédé27 du NPA

Tract édité par la Fédé27 du NPA

Lire la suite