Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles avec #environnement- ecologie tag

La réunion publique de Sortir du nucléaire-27 à Evreux : revue de presse

19 Avril 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Publié dans Paris Normandie du 19-04-2011

PN-19-04-2011.JPG

Lire la suite

Gaz et les huiles de schiste : Nous pouvons faire reculer le gouvernement et les intérêts capitalistes !

17 Avril 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Gaz et les huiles de schiste : Nous pouvons faire reculer le gouvernement et les intérêts capitalistes !

Déclaration de Christine Poupin et de Myriam Martin

 

Christine PoupinMyriam MartinDepuis plusieurs mois, la mobilisation populaire contre l'exploration et l'exploitation des gaz et huiles non conventionnelles prend de l'ampleur. Le NPA y est présent, sur tout le territoire, pour dénoncer la volonté capitaliste d'exploiter les ressources naturelles jusqu'à leur dernière goutte sans jamais se préoccuper des dommages irrémédiables portés aux populations et aux milieux naturels. La seule politique responsable est de laisser ces ressources fossiles où elles sont, sous terre ! Ce n'est pas en exploitant ces dernières que nous parviendrons à lutter contre le changement climatique.
Depuis quelques jours, devant cette mobilisation large et exemplaire, le PS et l'UMP se livrent à une course de vitesse afin d'être le premier à déposer un projet de loi interdisant les projets d'exploration et d'exploitation de ces gaz et huiles de schiste. Ce revirement soudain de la part du gouvernement est une excellente nouvelle. C'est la preuve que les mobilisations peuvent payer !
Cependant, rien n'est encore gagné. Les apétits des multinationales ont été aiguisés par des profits alléchants. Elles ne comptent pas s'avouer vaincues si vite et le gouvernement tente déjà de les rassurer. En effet, si un projet de loi d'interdiction d'exploitation a bien été déposé, François Fillon a, hier, laissé la porte ouverte à une future autorisation, dès que les rapports d'experts auraient affirmé le soi-disant caractère inoffensif des techniques employées.

Pour que notre victoire soit totale, pour empêcher le gouvernement de manipuler les millions de personnes qui aujourd'hui refusent l'exploitation des ressources non conventionnelles, pour réaffirmer que nos vies valent plus que les profits des grandes firmes énergétiques, le NPA appelle à participer à toutes les mobilisations organisées pendant ce week-end :


Le vendredi 15 avril :

· Avignon (Vaucluse): rassemblement devant la sous-préfecture à16H,

· Brignolles (Var): rassemblement devant la sous-préfecture à 15H

· Aix-en-Provence (Bouches du Rhône) : rassemblement devant la sous préfecture à 12h30.

 

Le samedi 16 avril :

· Meaux (Ile-de-France) : Rassemblement place de l'Europe devant la sous-préfecture puis cortège

· Rousson (Gard) : Festival multiculturel (Conférences, ateliers, animations musicales)

· Donzère (Drôme) : à partir de 12h pique nique et ateliers d'info (aire de repos de Combelonge - carrefour RN7 / D541) puis marche et rassemblement à la mairie de M. Besson (Ministre de l'énergie et maire de Donzère)

· Lyon (Rhône) : On en parle dans la rue: Information sur les marchés

· Marseille (Bouche-du-Rhône) : Rassemblement à 10h devant la préfecture

 

Le dimanche 17 avril :

· Cahors (Lot) : rassemblement et cortège à partir de 15H

· Nant (Aveyron) : pique nique puis cortège au fil de l'eau, à partir de 12H sur la place du village

· Blyes (Ain) : Caravane Stop gaz de schiste dans l'Ain et ailleurs, départ 9h30 de Meximieux (centre commercial) convergence à Blyes dès 12H face Mairie

Lire la suite

Mardi, soirée réussie pour Sortir du nucléaire-27

15 Avril 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Un débat riche sur les alternatives face àla catastrophe nucléaire aptrès Tchernobyl et Fukushima

 SDN.jpg56 personnes à la soirée de SDN 27. Au programme, il faut sortir du nucléaire, comment ? L’accident de Tchernobyl et ses conséquences aujourd'hui. 


1) Jean Marc Ferey président de l'ALEC (ancien Eure Solaire) a présenté un film sur Güssing petite ville en Autriche  qui, dans les années 1980,  s'est trouvée confrontée à plusieurs problèmes (taux de chômage important, exode important, difficultés pour payer les factures d'électricité et de pétrole) et qui a décidé de viser l'autonomie énergétique comme moyen pour enrayer leur déclin. Aujourd'hui, c'est réalisé. Le bilan c'est une énergie bon marché, des emplois de créés, et un environnement plus sain.

  
2) En Bretagne la communauté de communes du Méné a commencé la même aventure pour atteindre aussi la production d'énergie avec 100% de renouvelable. Différentes méthodes là aussi.
 Ces deux exemples, bien expliqués ont montré qu'il est possible de produire de l'électricité autrement, que c'est viable.

 
Petit rappel la part du nucléaire dans l'électricité en France est de 76%. On trouve parfois le chiffre de 80%. La part du nucléaire dans l'énergie totale (avec les transports qui sont les gros consommateurs) est de 16% à 18%. Donc on voit bien que le nucléaire avec tous ses dangers ne peut être la réponse aux besoins énergétiques. Car pour couvrir tous les besoins, de combien faudrait-il recouvrir le pays en réacteurs ?


3) Jean Claude Mary président de SDN 27 a fait un retour sur l'accident de Tchernobyl et commenté  un diaporama qui montre comment des scientifiques proches du pouvoir soviétique sont entrés en dissidence après Tchernobyl ne pouvant plus faire avaler les thèses du gouvernement sur le nucléaire.


Ces différents exposés ont donné lieu à des discussions. Une petite pique contre la CGT nous a permis de faire un point sur les travailleurs du nucléaire, la sous-traitance, et l'idée qu'il faut penser dès à présent à la reconversion, la formation professionnelle, que si on sort du nucléaire, pas un salarié ne doit perdre son travail... Contrairement à EELV nous sommes à l'aise sur ce sujet.
Sur les 56 personnes, 12 du NPA (des camarades s'étaient excusés). Des jeunes et plusieurs nouvelles personnes dans la salle. Quelques militants de Europe Ecologie, mais pas nombreux malgré le sujet.

 

NPA-27

Lire la suite

L'exigence de la sortie du nucléaire.

29 Mars 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Communiqué du NPA

L'exigence de la sortie du nucléaire.

nucleaire-non.jpgLa dégradation des cuves et la fonte d’un réacteur au moins s’avère de plus en plus probable dans la centrale de Fukushima. Les travailleurs chargés de faire face à la catastrophe sont les premiers exposés aux radiations mais opèrent sans les protections nécessaires. Deux d’entre eux ont été irradiés après avoir marché dans des flaques d’eau contaminée alors qu’ils ne portaient que des bottes de caoutchouc. TEPCO, l’entreprise exploitante de la centrale, est incapable de faire face à la situation dont la réalité objective est maintenue dans l'opacité. On sait cependant que l'eau de mer ainsi que les légumes et le lait produits dans la région sont d'ores et déjà fortement contaminés. Le NPA appelle à se solidariser avec le peuple japonais, victime d'un séïsme majeur, d’un tsunami dévastateur et d’un désastre nucléaire.


Au moment où les taux de radioactivité montent en flèche, l’industrie nucléaire continue sa course folle : AREVA envisage avec cynisme de transporter un convoi de MOX (mélange d’uranium et de plutonium particulièrement dangereux) de Cherbourg jusqu’au Japon. Et les centrales construites dans des zones sismiques continuent à fonctionner, en Californie ou en France.


Le gouvernement français cherche à noyer le poisson en programmant un audit de ses centrales (n’y aurait-il pas de contrôles réguliers suffisant?), sans même questionner les effets du vieillissement des centrales, les risques inhérents à toute la filière nucléaire et la situation des salariés, notamment les intérimaires des sous-traitants employés dans les centrales.

Pour le NPA, l’incapacité de gérer une catastrophe telle que celle de Fukushima, les révélations sur les négligences en matière de sécurité de la part des industriels au nom de la course au profit, illustrent l’impossibilité d’assurer une sécurité satisfaisante des installations nucléaires.

Il faut transformer radicalement le secteur énergétique et décider immédiatement de la sortie du nucléaire, sortie pouvant s’échelonner sur les dix prochaines années. Dès maintenant, il faut stopper tous les projets en cours et arrêter les centrales les plus anciennes.


Pour que cette révolution énergétique soit possible, pour diminuer drastiquement les consommations énergétiques tout en assurant à chacun-e l’accès aux besoins énergétiques de base, il est urgent de réquisitionner les multinationales du secteur. Il faut créer un service public de l’énergie sous le contrôle des salariés et de la population, capable de planifier de manière décentralisée les économies et les productions d’énergie, et de répondre aux besoins tout en assurant à ses salariés des conditions de travail et des salaires décents. Cela, le gouvernement ne nous en fera pas cadeau. Ce sont donc bien nos mobilisations contre le lobby nucléaire et les requins du privé qui nous permettront de créer un autre modèle énergétique.


Le 28 mars 2011

Lire la suite

250 000 manifestants contre le nucléaire en Allemagne

27 Mars 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

250 000 manifestants contre le nucléaire en Allemagne

26/03

Non à l‘énergie nucléaire. En Allemagne, près de 250 000 manifestants ont défilé samedi pour réclamer la fermeture des 17 réacteurs actuellement en activité dans le pays. Des défilés à Berlin, Munich, Hambourg et Cologne à la veille d’une élection régionale au Bade-Wurtemberg qui fait figure de plébiscite sur la politique énergétique de la chancelière Angela Merkel. “ On en a assez du nucléaire, dit un manifestant. Il y a suffisamment d’alternatives et je préfèrerais économiser de l‘énergie plutôt que d’avoir des centrales nucléaires dans notre pays, en Europe ou où que ce soit dans le monde.”

 

En Italie aussi...

Le nucléaire également au coeur des préoccupations de milliers d’Italiens qui se sont rassemblés dans le centre de Rome ce samedi. Le pays a fermé ses 4 centrales nucléaires en 1987 à la suite d’un référendum. Mais cette décision pourrait être remise en cause par une nouvelle consultation qu’ont obtenu les principaux partis transalpins. Ce scrutin aura lieu en juin prochain.

A partir d'euronews

 

AFP - BERLIN -

Plus de deux cent mille manifestants à travers l'Allemagne ont réclamé samedi la fermeture des centrales nucléaires, à la veille d'une élection régionale qui fait figure de plébiscite sur la politique énergétique d'Angela Merkel.

L'un des organisateurs, l'association «Ausgestrahlt», a annoncé que 250 000 personnes avaient défilé dans quatre grandes villes d'Allemagne pour réclamer la fin immédiate de l'exploitation des 17 réacteurs nucléaires du pays.

Selon cette association, 120 000 étaient présentes à la manifestation berlinoise, la police de la capitale allemande, interrogée par l'AFP, estimant pour sa part qu'elles étaient «plus de 100.000».

À Munich, sous la pluie, la police évoquait «plus de 30 000 personnes» et les organisateurs 40 000, tandis qu'à Hambourg et à Cologne, les organisateurs en ont compté respectivement 50 000 et 40 000 qui se sont ralliées au mot d'ordre: «Fukushima nous exhorte à éteindre tous les réacteurs».

Dans une opinion publique de longue date majoritairement hostile au nucléaire, la catastrophe à la centrale japonaise a servi de «piqûre de rappel», a expliqué à l'AFP Curd Knüpfer, un étudiant berlinois de 26 ans.

«Il faut tirer les leçons du Japon: rien n'est impossible», pouvait-on par exemple lire à Berlin sur une pancarte, tandis qu'un char de carnaval construit par les Verts représentait un réacteur nucléaire basculant «dans la poubelle de l'histoire».

«Je suis venue demander l'arrêt des centrales nucléaires parce que j'ai la ferme intention de mourir de vieillesse, et pas à cause des radiations», a déclaré Monika Flemming, 53 ans, vendeuse en pré-retraite, originaire du Brandebourg (est).

Opposante de longue date au nucléaire, elle manifeste pourtant pour la première fois. «Cela n'a jamais été aussi urgent que maintenant. J'ai le sentiment que c'est le moment de faire bouger les choses».

À Hambourg, sous un soleil rayonnant, la foule des antinucléaires, venue en famille, en couple, entre amis, s'étendait sur plus de 2 km, agitant des petits ballons verts gonflés à l'hélium et des panneaux bricolés clamant «Tout ce dont on est sûr, c'est du risque!» ou «L'énergie atomique, c'est la mort!».

«Il faut maintenant clairement prendre parti et dire tout haut ce que veut une très très large partie de la population», a déclaré Timo Fischer, un père de famille de 37 ans.

Un peu plus loin, devant la mairie de Hambourg, où règne presque une atmosphère de kermesse, Yannik Meyer, 20 ans, blouson floqué d'autocollants «Le nucléaire ? non merci!», juge que «l'énergie atomique n'est pas une façon responsable de produire de l'énergie».

Angela Merkel avait annoncé, peu après la catastrophe de Fukushima, la fermeture temporaire des réacteurs les plus anciens et un audit de trois mois sur tout le parc nucléaire allemand.

Mais cette réaction, cinq mois après avoir prolongé la durée de vie des 17 réacteurs nucléaires de 12 ans en moyenne, a été considérée comme une manoeuvre politicienne par une majorité d'Allemands, selon les sondages.

Les chances de voir le parti de Mme Merkel, la CDU, conserver dimanche la tête du Bade-Wurtemberg, riche Etat régional du sud-ouest, qu'il contrôle depuis 1953 sans interruption, se sont considérablement amenuisées depuis.

Les sondages des derniers jours donnent unanimement quatre à cinq points d'avance aux Verts et au SPD face à la coalition CDU et Libéraux du FDP.

Dans l'État régional voisin de Rhénanie-Palatinat, qui vote également dimanche, mais qui n'a plus de réacteur en activité, la candidate CDU qui semblait pouvoir contester la suprématie du ministre président social-démocrate Kurt Beck, en poste depuis 1994, a vu son élan stoppé par la volte-face de Mme Merkel sur le nucléaire.

Lire la suite

Appel du réseau Sortir du nucléaire pour la manifestation de Paris, dimanche

18 Mars 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

En solidarité au peuple japonais

 

 

 

Réseau Sortir du nucléaire

Venez manifester votre colère face à la menace nucléaire ce dimanche à Paris et dans toute la France !

Tous à Paris ce dimanche 20 mars à 15 h devant l’assemblée nationale (Métro Assemblée nationale - Ligne 12)

  • 41 organisations nationales se sont regroupées pour un grand rassemblement unitaire à l’initiative du Réseau "Sortir du nucléaire". Elles lancent un appel solennel au gouvernement français "Nucléaire, nous voulons avoir le choix !" :
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/alerte-japon/appel.html

Mobilisez-vous, en soutien au peuple japonais et pour dénoncer la menace nucléaire !

Nous comptons sur vous,

L’équipe du Réseau "Sortir du nucléaire"

Si vous recevez ce message, c'est que vous avez manifesté un jour ou l'autre votre intérêt pour les activités et les informations du Réseau "Sortir du nucléaire". Nous avons pris l'initiative de vous inscrire sur cette liste de diffusion.
Si vous ne souhaitez plus recevoir d'information de notre part,
merci d'envoyer un e-mail vide à
rezo-info-unsubscribe@sortirdunucleaire.org
En cas de problèmes, merci de contacter myriam.battarel@sortirdunucleaire.fr
Réseau "Sortir du nucléaire"
http://www.sortirdunucleaire.org
Tél : 04 78 28 29 22
contact@sortirdunucleaire.fr

Lire la suite

Appel : NUCLÉAIRE, NOUS VOULONS AVOIR LE CHOIX !

17 Mars 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

NUCLÉAIRE : NOUS VOULONS AVOIR LE CHOIX !

Appel solennel au gouvernement français suite à la catastrophe nucléaire au Japon
Rassemblement unitaire le dimanche 20 mars  à 15 h à Paris devant l'Assemblée nationale


Le peuple japonais affronte actuellement une tragédie sans précédent. Une catastrophe naturelle, avec des conséquences humaines, sanitaires et économiques. Et une catastrophe nucléaire majeure.

A ce jour, quatre réacteurs nucléaires ont subi une série d’explosions, et connaissent actuellement de graves difficultés de refroidissement du coeur de chacun de ces réacteurs, partiellement en fusion. Une fusion totale des coeurs, voire une explosion avec une grande quantité de rejets radioactifs, n'est pas à exclure. Malgré une communication d'informations parcellaires ou contradictoires, nous pressentons que nous sommes face à une situation d'une gravité sans précédent.

 

La situation au Japon est d’ores et déjà alarmante et s’aggrave d'heure en heure. Des centaines de travailleurs japonais sacrifient actuellement leur vie pour tenter d’éviter que le pire ne se produise.

Alors même que la catastrophe est en cours, des quantités massives de substances radioactives ont été libérées dans l’atmosphère et l’océan. Des taux de radioactivité plusieurs centaines de fois supérieurs à la normale sont déjà mesurés à plus de 100 km de la centrale de Fukushima. C’est une vaste région du Japon qui subit à l’heure actuelle une contamination radioactive qui pourrait se propager à tout le pays, voire au-delà.


Nous, associations, syndicats et partis politiques, exprimons toute notre solidarité au peuple japonais et en premier lieu aux travailleurs du nucléaire qui tentent d’éviter le pire au péril de leur vie.


Cette situation alarmante nous rappelle que le nucléaire est une énergie qui n'est ni propre, ni sûre, ni à même de répondre au défi majeur du changement climatique, et qu'il soumet les populations et les travailleurs à des risques insensés, d’un bout à l’autre de la filière. Plus encore lorsque les centrales sont vieillissantes : au Japon, le réacteur n°1 de Fukushima Daiichi devait être arrêté définitivement le mois dernier, mais la prolongation de son fonctionnement pendant 10 ans venait d'être décidée... Quel choix tragique !


Ce nouvel accident nucléaire majeur met à nouveau à jour les risques inhérents à toute  installation nucléaire et met à mal de façon définitive et indéniable le mythe de la sûreté et de la sécurité du nucléaire.

 

L'impuissance dramatique de l'homme face à l'emballement des réacteurs au Japon a provoqué la remise en question immédiate du nucléaire dans plusieurs pays (Allemagne, Suisse, Inde, États-Unis...)


En France, la politique énergétique a toujours échappé au débat démocratique, et plus particulièrement le développement de la filière électronucléaire. Les décisions sont prises au plus haut niveau de l'État, sans que les citoyens ne soient jamais consultés, alors que cette question concerne pourtant l’avenir de la population tout entière.

 

Sera-t-il nécessaire d’attendre un nouvel accident nucléaire pour que les autorités françaises organisent enfin un réel débat sur le modèle énergétique français en toute indépendance de l’industrie nucléaire et de son lobby ?

 

Pour faire face à la pénurie croissante des ressources fossiles, aux risques inacceptables du nucléaire, et à la nécessité de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, les solutions alternatives existent, aujourd’hui. Elles s'appuient sur la réduction de nos consommations, par la sobriété et l'efficacité énergétique, et sur le développement des énergies renouvelables. Cette transition énergétique est inéluctable, ses modalités et sa planification nécessitent la tenue d'un grand débat démocratique et citoyen.


Le Président Sarkozy a annoncé que la France devait tirer les conséquences de l'accident japonais. Nous prenons aujourd'hui sa déclaration au mot.

 

NUCLÉAIRE : NOUS VOULONS AVOIR LE CHOIX !

 
Nous, associations, syndicats et partis politiques, adressons solennellement ces demandes communes au gouvernement français :

Nous voulons:

* L’arrêt de tous les projets électronucléaires en cours (EPR de Flamanville, ligne THT Cotentin-Maine, EPR de Penly, ITER, Bure et projets de centres de stockage des déchets nucléaires issus de la filière électronucléaire) tant que les citoyens n'auront pas été en mesure de se prononcer démocratiquement sur notre politique énergétique et sur le recours à l'énergie nucléaire, y compris si nécessaire par un référendum


* Le renoncement à la prolongation de l’exploitation des réacteurs ayant atteint ou dépassé les 30 ans de fonctionnement


* L’arrêt complet de tous les projets portés à l'étranger par l'industrie nucléaire française

 

Parce que la situation au Japon exige de ne pas se taire sur le drame que ce pays subit et sur la menace permanente que l’industrie nucléaire fait peser sur les peuples, au Japon comme en France :


Nous appelons tou-te-s les citoyen-nes à manifester leur solidarité avec le peuple japonais et à se réapproprier la question du recours au nucléaire et de la politique énergétique, en organisant des rassemblements dans toutes les villes de France ce dimanche 20 mars 2011 à 15h.

Nous appelons également tous les citoyen-nes, associations, partis politiques, syndicats, artistes et personnalités à rejoindre un GRAND RASSEMBLEMENT à Paris ce même jour, dimanche 20 mars 2011, à 15 h devant l'Assemblée Nationale*.


* Métro Assemblée nationale - Ligne 12.

Liste des signataires :

Agir pour l'environnement, Alliance Écologiste Indépendante, Association pour le Contrat Mondial de l'Eau, Attac, CAP 21, Confédération paysanne, Ecologie et Démocratie, Ecologistas en Accion, Europe Écologie Les Verts, Europe solidaire sans frontières, Fédération Sud Étudiant, Fédération Sud Rail, France Libertés, Fraternité Citoyenne, Gauche Unitaire, Les Alternatifs, Les Amis de la Terre, NPA, Mouvement Citerrien, Parti Communiste des Ouvriers de France, Parti Pour La Décroissance, Réseau Action Climat, Réseau Sortir du nucléaire, Union syndicale Solidaires, Utopia, Votre Santé.

Lire la suite

GAZ et HUILES DE SCHISTE: NI ICI, NI AILLEURS!

16 Mars 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Tract du NPA sur la question du gaz et huiles de schiste

 

GAZ et HUILES DE SCHISTE: NI ICI, NI AILLEURS!

 

logo-NPA-1Alors que la crise climatique impose de réduire drastiquement les gaz à effet de serre, les compagnies pétrolières poursuivent leur fuite en avant: elles s'engagent dans l'exploitation de nouveaux gisements d'énergies fossiles, alors qu'il faudrait d'ores et déjà réduire la consommation et donc l'extraction des hydrocarbures (gaz et pétrole).

Une vingtaine de départements sont concernés par les permis d'exploitation discrètement délivrés par Jean-Louis Borloo, avant son départ du ministère de l'écologie.

Les forages devraient reprendre dés le mois d'avril, malgré les annonces de Nathalie Kosciusko-Morizet, qui, pour calmer la colère de la population, affirment que toutes les autorisations sont suspendues.  

 

Une technique dangereuse remise en cause aux États-Unis et au Canada

La technique de fracturation hydraulique utilisée a été développée aux États-Unis, qui en subissent aujourd'hui les conséquences désastreuses. Elle consiste a envoyer d’énormes quantités d’eau et de produits chimiques, à 2000 mètres de profondeur, après avoir fait exploser des charges pour  extraire le gaz piégé dans les couches de roche.

Cette extraction engendre l’émission de trois fois plus de gaz à effet de serre que celle de pétrole conventionnel. Au final, pour produire une énergie fossile dont la combustion va encore accroître ces émissions.

 

Technique dangereuse et conséquences désastreuses:

• Sur l'environnement et la biodiversité : pollution du sol, des sous-sols, de l'eau et de l’air ainsi que destruction des paysages par la multiplication des forages.

• Sur la santé de la population : plus de 500 produits mutagènes, toxiques ou cancérigènes restent en profondeur, dispersés dans le sous sol, contaminant les nappes et les cours d'eau, puis l’eau du robinet...

• Sur les réserves en eau déjà en péril de certains départements

• Sur l'agriculture, le tourisme, l'habitat

• Sur la lutte contre le changement climatique  

• Sur notre avenir énergétique confié à des intérêts privés et aux multinationales du CAC 40.

 

Rejoindre un collectif pour dire non!

En l’absence totale d'information et de débat public, de nombreux collectifs regroupant citoyens, associations, organisations syndicales ou politiques se créent partout en France.

Ils ont pour vocation d’informer, et de mobiliser la population afin d’organiser la résistance, ainsi que de susciter la réflexion sur la société de l’après-pétrole dans laquelle nous entrons. 

De fortes mobilisations ont déjà eu lieu, mais elles se heurtent au pouvoir politique à la solde des  grandes compagnies : la bataille est engagée et ne fait que commencer!  

 

Pour une politique énergétique conséquente, il faut :

L' arrêt immédiat des forages et l'annulation des autorisations d'exploitation des gaz de schistes

La promotion et le développement d'une véritable sobriété énergétique

L'arrêt du nucléaire, la sortie progressive des énergies fossiles et le développement des énergies renouvelables au sein d'un véritable service public de l'énergie

Lire la suite

Contre le danger nucléaire, se mobiliser.

15 Mars 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Communiqué du NPA

Contre le danger nucléaire, se mobiliser.

image_67791269.jpg

 

Après avoir subi un séisme d'une magnitude de 8, 9 sur l'échelle de Richter et un Tsunami, de nouvelles catastrophes s'abattent sur le Japon. Malgré l'arrêt automatique de onze réacteurs nucléaires, une première explosion d'hydrogène a détruit le bâtiment du réacteur n°1 de la centrale Fukushima Daiichi et son cœur nucléaire serait en train de fusionner. Selon nos dernières informations, ce serait au tour du coeur du réacteur n°3 de la centrale d'entrer en fusion et de risquer l'explosion alors que l'agence météorologique japonaise annonce que des répliques séismiques sévères sont à craindre dans les prochains jours !


L’agence de sûreté nucléaire japonaise a révélé la présence de césium radioactif sur le site. Les conséquences exactes de cet accident ne sont pas encore connues. En juillet 2007, le même exploitant, Tokyo Electric Power, avait rendu public une fuite de 1.200 litres d'eau contenant des éléments radioactifs à Kashiwazaki plusieurs heures après un séisme. Mais, on peut d'ores et déjà constater qu'une nouvelle fois les faits contredisent les discours rassurants des pro-nucléaires qui minimisent systématiquement les risques d'accidents et les dangers encourus par les salariés et la population.


Bien que les tremblements de terre soient moins fréquents en France, nous ne sommes pas pour autant épargnés par ce type de danger. En effet, en 2003, des documents confidentiels internes d'EDF révélaient que 34 des 58 réacteurs français n'étaient pas conformes face au risque sismique. Les travaux engagés depuis par EDF ont été réalisés sur la base de rapports sous estimant la fréquence et l'intensité des tremblements de terre. Un accident du type de Fukushima Daiichi pourrait donc se produire en France, même avec un séisme d'une intensité plus faible.
D'autre sites sont concernés, comme, par exemple, les 18 installations nucléaires du CEA à Cadarache sur la faille de la moyenne Durance, où s’est produit le plus gros tremblement de terre connu en France, il y a 102 ans. Ce même site comportera peut être un jour une 19eme installation puisqu'il a été choisi pour l'implantation du projet Iter !
Le NPA appelle à rejoindre la mobilisation du Réseau Sortir du Nucléaire partout en France, comme celle sur le site de Cadarache dernièrement.
Le NPA réaffirme son opposition au nucléaire civil et militaire, et revendique la création d'un grand service public de l'énergie sans nucléaire géré par les usagers et les travailleurs, qui favoriserait en priorité les économies d'énergie et les énergies renouvelables.


Le 13 mars 2011

Lire la suite

Il faut sortir du nucléaire ! Rassemblement à Louviers, mercredi 16 mars.

14 Mars 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Il y a urgence à Sortir du nucléaire !

 

MERCREDI 16 MARS, RASSEMBLEMENT 

à partir de 18heures devant le parvis de l'Eglise

à LOUVIERS

Venez nombreux pour manifester avec SDN27 en faveur de la sortie du nucléaire .


Tchernobyl,  1986 ,ils disaient "c'est l'URSS , un réacteur RMBK"

Le Japon, 2011, Besson dit "C'est un  Tsunami hors norme"

Tcheliabinsk, Windscale, pas vu, pas pris, ils n'ont rien dit.

Three Mile Island, ils ont poussé un soupir de soulagement

Allons nous les laisser continuer à mentir ?


Et demain si c'est en France, en Angleterre ou en Belgique,accepterons nous qu'ils nous disent  : " C'est une centrale qui a vielli anormalement vite? C'est une erreur ou une faute humaine imprévisible? C'est un attentat particulièrement odieux? C'est une tempête exceptionnelle?"  "Mais tout le reste nous le maîtrisons parfaitement"

.

N'attendons pas demain pour refuser de laisser nos vies et celles de nos enfants dépendantes des fantasmes de ces irresponsables!

C'est le moment où jamais de montrer que nous pouvons agir pour faire reculer la nucléocratie.  Il est plus important que jamais d'être mercredi à LOUVIERS.

Nous vous attendons nombreux et déterminés.

SDN27  (Sortir du nucléaire-27)

Le Réseau "Sortir du nucléaire" rassemble aujourd'hui 875 associations.

Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>