Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Articles avec #environnement- ecologie tag

Lire la suite

Manifestation anti-nucléaire à Saint-Lô.

1 Octobre 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA Seine-Eure, #Nouveau Parti Anticapitaliste, #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE, #Ecologie

Manifestation dynamique de près de 2000 personnes. Beaucoup d'associations et aussi quelques partis (EELV, FI et le NPA). Les manifestants arboraient des casseroles percées et des passoires pour dénoncer les défauts de fabrication de la cuve et du couvercle forgés au Creusot dans l'usine d'Aréva. Les concentrations de carbone dans l'acier vont fragiliser la résistance de la cuve et laissent craindre le pire. Pourtant l'ASN (autorité de sûreté nucléaire) a donné un avis favorable au démarrage de l'EPR de Flamanville en 2018 si le couvercle de la cuve est changé en 2024!!! Une aberration qui peut nous coûter cher! La lutte n'est pas terminée et tous nos efforts vont porter sur l'abandon du projet EPR, ni à Flamanville ni ailleurs (en Chine les mêmes défauts de fabrication ont été constatés).
Bien sûr, pas de manifestation aujourd'hui sans un déploiement policier surdimensionné. A l'approche de la préfecture des gardes mobiles bien arnachés gardaient les lieux, au cas où les antinucléaires auraient eu l'idée de s'emparer du palais d'hiver de la Manche!
 La manif s'est clôturée par un discours des porte-parole du CAN Ouest (collectif antinucléaire de l'ouest).
La bataille continue, restons mobilisé-e-s! Le NPA y prendra sa part.

Manifestation anti-nucléaire à Saint-Lô.
Lire la suite

Macron, qui prétend au leadership mondial contre le réchauffement climatique, va devoir trouver autre chose que la loi présentée par Hulot.

19 Septembre 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Macron, qui prétend au leadership mondial contre le réchauffement climatique, va devoir trouver autre chose que la loi présentée par Hulot.

Après la COP21 et le fameux (fumeux !) accord de Paris où les gouvernants du monde se vantaient d’avoir décidé de limiter la hausse des températures à 2 °C d’ici à 2100, Macron claironna qu’il allait agir. La preuve ? Il appela Hulot au gouvernement. 

Deux ans après la COP21, le millionnaire ministre proposait, en août dernier, un texte pour « laisser les énergies fossiles dans le sous-sol ». Le gouvernement n’étant pas prêt à s’opposer aux lobbies pétroliers, on cherchait l’entourloupe. Elle est apparue dans le texte soumis à l’Assemblée le 6 septembre, différent de celui présenté en août aux représentants d’ONG et d’associations. Pas gêné, Hulot affirme que « juste des petits détails » ont changé. Menteur avec ça ! 

Rien de nouveau avec Hulot !

La prolongation des concessions d’exploitation de gaz et de pétrole, interdite dans le premier projet, est finalement autorisée jusqu’en 2040. 

L’octroi de nouveaux permis de recherche sera soumis à des décisions de justice qui pourront obliger l’État à délivrer ou prolonger le titre minier. Or le droit minier est très favorable aux entreprises. Hulot ne peut l’ignorer. 

De plus, la définition d’hydrocarbures non conventionnels (hydrocarbures liquides ou gazeux piégés dans la roche mère) a sauté. Ce sont maintenant des sources d’énergie fossiles comme les autres. Pour Juliette Renaud des Amis de la Terre « on en reste à la loi de 2011. Si les pétroliers développent une technique alternative, ils vont pouvoir explorer et exploiter des gaz et huiles de schistes »

Hulot-Macron au service des pétroliers

Xavier Ploquin, conseiller énergie de Hulot, déclare : « Nous n’avons pas voulu remettre en cause les droits acquis par les compagnies, afin d’éviter tout risque de contentieux. » C’est clair : ce gouvernement, comme les précédents, refuse de s’attaquer aux intérêts privés des grands groupes. Que propose Hulot, qui prétend mettre fin aux voitures thermiques d’ici à 2040, qui nous fait la leçon pour expliquer qu’on va devoir changer de vie, lui qui prend son hélico comme un banlieusard prend le métro ? 

Arrêter d’extraire du pétrole du sol français. Mais la production française correspond à 0,02 % de la production mondiale, et 1 % de la consommation du pays ! C’est comme si l’Islande voulait combattre l’alcoolisme mondial en arrachant ses vignes ! La loi Hulot n’est, au fond, qu’une opération de communication. 

Et pourtant ça urge !

Les catastrophes climatiques récentes nous obligent à agir vite. Nous avons besoin d’une politique de sortie rapide des énergies fossiles, qui organise la socialisation de l’énergie, la mise en commun et un contrôle démocratique de la production et de la distribution. Le NPA inscrit ces questions complexes à son projet écosocialiste et invite toutes et tous à en débattre ensemble. 

Commission nationale écologie

 Crédit Photo:  DR

Crédit Photo: DR

Lire la suite

IRMA NOUVELLE CONSÉQUENCE DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

19 Septembre 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

IRMA NOUVELLE CONSÉQUENCE DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE
Un ouragan sans l’Atlantique Nord se forme au niveau de l’Afrique de l’Ouest. Il puise sa force dans la condensation d’une eau de mer qui doit dépasser 25°sur 100m de profondeur, alors la machine infernale est  lancée  :  Irma,  le 6 sept,  350 km/h , vagues de 12m ! Classé 5, c’est le plus puissant cyclone jamais enregistré dans cette zone ! Il détruit St Martin et St Barthélémy à 95% jetant les plus pauvres à la rue avant d’inonder la Floride… D’autres se forment déjà !
Les climatologues du monde entier constatent ce réchauffement de toutes les mers et glaciers du monde ! Dans l’Arctique la banquise fond à  vue  d’oeil et les ours polaires avec  ! Les glaciers fondent, dans l’Antarctique  ils se brisent dans la mer ;  tous les glaciers, alpins,  pyrénéens, andins,  himalayens, fondent ! Des sécheresses terribles frappent la Californie, l’Australie,  de vastes régions chinoises, le sud de l’Europe… irrigation et cultures impossibles …propagation des incendies !
Il faut être Trump et les climato-sceptiques  pour nier l’évidence ! Mais Trump le clame « je ne remettrai pas en cause le modèle de vie des Etats- Uniens ! » En France on est « vert » dans le discours  on  organise la COP 21 et encourage le vélo.  Mais les gouvernements successifs  ne veulent pas prendre les mesures qui s’imposent et qui s’opposent aux intérêts des multinationales de l’énergie, de l’industrie automobile, des transports routiers. Eux non plus ne veulent pas remettre en cause notre mode de vie !
 Pourtant il faut repenser notre mode de production et de consommation  si on veut freiner ce réchauffement dévastateur en cours ! Et on a tout à y gagner ! Rapprocher nos lieux de travail de nos lieux de vie, encourager toutes les productions locales y compris l’énergie, développer les transports en communs propres nombreux et gratuits comme à Niort. Employer les travailleursEs  dans d’autres secteurs tels que l’isolation des maisons et des bâtiments,  les énergies renouvelables et propres, l agriculture paysanne locale… ce n’est que quelques pistes ! C’est  possible ! C’est la seule solution contre toutes ces manifestations violentes qui secouent de plus en plus la planète et ses habitants !

Lire la suite

La manifestation anti-nucléaire, aura lieu à 14h 30, Place de la Mairie de Saint Lô.

17 Septembre 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

La manifestation anti-nucléaire, aura lieu à 14h 30, Place de la Mairie de Saint Lô.

La manifestation aura lieu à 14h 30, Place de la Mairie de Saint Lô.

Pourquoi cette manifestation ? Parce que :

  • La cuve du réacteur nucléaire EPR de Flamanville, était défectueuse avant même que le décret d’autorisation ne soit publié en 2007. Elle risque de se fissurer au premier choc thermique et d’entraîner une catastrophe.
  • AREVA, EDF, l’Autorité de Sûreté Nucléaire ont attendu avril 2015 pour le révéler, après que la cuve eut été installée dans le bâtiment-réacteur, d’où elle ne peut être ressortie. Le gouvernement doit donner sa décision en octobre 2017 pour la cuve.
  • Le coût de ce chantier a triplé pour dépasser les 10 milliards d’euros. Au lieu de mettre fin au désastre, le gouvernement de Mr Cazeneuve l’a prolongé de 3 ans en mars 2017. C’est pourquoi 3 recours et une plainte ont été déposés par les associations pour que la démocratie soit respectée, les falsifications sanctionnées et que cesse ce chantier à marche forcée.
  • Nos gouvernants tentent par un coup de poker de sauvegarder « la grandeur de la France nucléaire » et d’assurer à l’EPR un débouché sur la scène du commerce international. La fermeture de la vieille centrale de Fessenheim est maintenant conditionnée à la mise en service de l’EPR. Tout cela bien sûr, à n’importe quel prix : celui d’y sacrifier notre sécurité, notre santé, notre porte-monnaie, notre avenir. Aussi mobilisons-nous pour l’abandon de ce chantier désastreux.

pour plus d'infos  cliquer sur : https://www.can-ouest.org/

Lire la suite

Ouragan Irma : " Nous sommes solidaires de Notre Caraïbe ! "

14 Septembre 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Lire la suite

Réchauffement climatique ou basculement climatique ?

2 Août 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

 
Réchauffement climatique ou  basculement climatique ?

Une fois encore, on peut se poser la question :  le basculement climatique n'aurait-il pas déjà commencé ? Les décisions à prendre sont urgentes et imposent de sortir du système de production et de consommation capitaliste : pas le choix!
Ce ne sont pas les mesurettes du capitalisme vert (qui vont  garnir les portefeuilles des industriels du secteur) qui pourront sortir l'humanité du péril qui menace. Il faut s'emparer des questions qui nous concernent tous et toutes, réfléchir, élaborer, construire des alternatives, expérimenter... Pas possible de laisser quelques possédants décider à notre place. Résistance, réflexion et décision, c'est la voie que le NPA propose à toutes celles et tous ceux qui veulent agir ensemble.





L\'iceberg Larsen C se décroche de l\'Antarctique, en
        février 2017.
L'iceberg Larsen C se décroche de l'Antarctique, en février 2017. (STRINGER / BRITISH ANTARCTIC SURVEY / AFP)franceinfo avec AFPFrance TélévisionsL'iceberg Larsen C se décroche de l'Antarctique, en février 2017. (STRINGER / BRITISH ANTARCTIC SURVEY / AFP)
 


Le chiffre fait froid dans le dos. Selon une étude parue lundi 31 juillet dans la revue Nature Climate Change, il n'y a que 5% de chances de limiter le réchauffement climatique à 2°C, l'objectif fixé par l'accord de Paris. Les chances d'atteindre l'objectif de 1,5°C, également contenu dans l'accord, ne sont que de 1%, estiment les chercheurs. Et leurs calculs ne sont pas basés sur le pire scénario, ils intègrent des efforts pour limiter l'utilisation des énergies fossiles.

Cette équipe de scientifiques basée aux Etats-Unis a utilisé des projections de croissance de la population pour estimer la production future et les émissions de carbone dues à l'utilisation d'énergies fossiles qu'elle entraîne. Sur la base de ces données, "l'augmentation de la température est probablement de 2°C à 4,9° C, avec une valeur médiane de 3,2°C et 5% de chances qu'elle soit inférieure à 2°C", écrivent les chercheurs.

Des hausses de températures aux conséquences désastreuses

Leurs calculs ne sont pas basés sur le pire scénario, avec une consommation d'énergie toujours aussi intense. Ils ne prévoient pas en revanche la possibilité d'un basculement massif et soudain vers les énergies renouvelables. "Atteindre l'objectif d'un réchauffement inférieur à 1,5°C suppose que l'intensité en carbone baisse bien plus vite que dans le passé récent", relèvent les chercheurs.

Dans l'accord de Paris, la communauté internationale s'est engagée à limiter la hausse de la température mondiale "bien en deçà de 2°C" et à "poursuivre les efforts pour limiter la hausse à 1,5°C", par rapport au niveau d'avant la Révolution industrielle afin d'éviter les conséquences dévastatrices du changement climatique (sécheresses, hausse du niveau des océans, tempêtes...). Les experts ont averti depuis longtemps que même l'objectif des 2°C serait difficile à atteindre.

 

 

Lire la suite

Article anticapitaliste

16 Juillet 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE, #Nouveau Parti Anticapitaliste

Les perturbateurs endocriniens : l’UE est à l’écoute des industriels de la chimie.

 

"Toute substance active utilisée dans les pesticides identifiée comme perturbateur endocrinien pour les personnes ou les animaux pourra être évaluée et retirée du marché."  

Ainsi, après des années de tergiversations, les membres du comité technique de l’Union européenne veulent nous faire croire à une victoire.  

 

Retour sur un échec pour la santé et l’environnement.

 

Les perturbateurs endocriniens (PE) sont des substances chimiques capables d’agir sur le système hormonal et de provoquer des dysfonctionnements comme l'obésité ou l'infertilité, des malformations congénitales ou des retards de développement. Ils se nichent dans les pesticides, mais aussi dans des produits de la vie quotidienne, comme les cosmétiques, les produits alimentaires voire même les jouets.

Pour réussir à les identifier, des études les classent en 3 catégories selon le risque « suspecté », « présumé » ou « avéré ».  Le texte adopté mardi 4 juillet par le comité technique n’a retenu dans sa définition que les produits pour lesquels le risque est "présumé" ou "avéré". Exit donc les produits simplement "suspectés".

En outre,  pour certaines substances, comme les pesticides, seul un effet sur certains insectes a été constaté et non sur d’autres animaux. Donc, sous la pression des puissants fabricants de pesticides (Bayer et BASF), l’Allemagne a introduit une clause excluant de la réglementation les perturbateurs endocriniens où le risque n’a été constaté que pour les insectes.

Le texte est contraire au principe de précaution

 

Pour les scientifiques et les ONG (dont la Fondation Hulot !), le texte est trop laxiste et contredit le principe de précaution.  "Les critères votés aujourd'hui (...) requièrent un niveau tellement élevé de preuve (de la toxicité des substances chimiques) qu'ils ne protègeront ni les humains ni la nature", a déclaré Genon K. Jensen, représentant de  EDC-Free Europe (coalition de plus de 70 organisations).

 

"Nous regrettons que la Commission n’ait pas écouté la grande inquiétude du Danemark, de la Suède et d’autres, soulignant que les critères proposés exigent, pour pouvoir identifier un perturbateur endocrinien, un niveau de preuve jamais exigé jusqu’à présent pour d’autres substances problématiques comme les cancérogènes, les mutagènes et les reprotoxiques » précise  la ministre suédoise de l’environnement.

 

L’UE accouche d’une souris, Hulot applaudit !

La France qui avait jugé insuffisant le même texte en mai dernier, a finalement voté pour, abandonnant  la Suède, le Danemark et six autres États, dans le combat mené depuis des années contre les critères proposés par l’UE. Revirement spectaculaire !

Le ministre Hulot prétend qu’il pourra toujours interdire unilatéralement certaines substances sur le territoire par des mesures « complémentaires ». Lesquelles ? Comment ? Mystère ! Si Hulot l’enfumeur est en marche arrière, le NPA ira de l’avant dans les luttes pour défendre nos vies et notre environnement.

Commission nationale écologie du NPA


v

Les perturbateurs endocriniens : l’UE est à l’écoute des industriels de la chimie.

 

"Toute substance active utilisée dans les pesticides identifiée comme perturbateur endocrinien pour les personnes ou les animaux pourra être évaluée et retirée du marché."  

Ainsi, après des années de tergiversations, les membres du comité technique de l’Union européenne veulent nous faire croire à une victoire.  

 

Retour sur un échec pour la santé et l’environnement.

 

Les perturbateurs endocriniens (PE) sont des substances chimiques capables d’agir sur le système hormonal et de provoquer des dysfonctionnements comme l'obésité ou l'infertilité, des malformations congénitales ou des retards de développement. Ils se nichent dans les pesticides, mais aussi dans des produits de la vie quotidienne, comme les cosmétiques, les produits alimentaires voire même les jouets.

Pour réussir à les identifier, des études les classent en 3 catégories selon le risque « suspecté », « présumé » ou « avéré ».  Le texte adopté mardi 4 juillet par le comité technique n’a retenu dans sa définition que les produits pour lesquels le risque est "présumé" ou "avéré". Exit donc les produits simplement "suspectés".

En outre,  pour certaines substances, comme les pesticides, seul un effet sur certains insectes a été constaté et non sur d’autres animaux. Donc, sous la pression des puissants fabricants de pesticides (Bayer et BASF), l’Allemagne a introduit une clause excluant de la réglementation les perturbateurs endocriniens où le risque n’a été constaté que pour les insectes.

Le texte est contraire au principe de précaution

 

Pour les scientifiques et les ONG (dont la Fondation Hulot !), le texte est trop laxiste et contredit le principe de précaution.  "Les critères votés aujourd'hui (...) requièrent un niveau tellement élevé de preuve (de la toxicité des substances chimiques) qu'ils ne protègeront ni les humains ni la nature", a déclaré Genon K. Jensen, représentant de  EDC-Free Europe (coalition de plus de 70 organisations).

 

"Nous regrettons que la Commission n’ait pas écouté la grande inquiétude du Danemark, de la Suède et d’autres, soulignant que les critères proposés exigent, pour pouvoir identifier un perturbateur endocrinien, un niveau de preuve jamais exigé jusqu’à présent pour d’autres substances problématiques comme les cancérogènes, les mutagènes et les reprotoxiques » précise  la ministre suédoise de l’environnement.

 

L’UE accouche d’une souris, Hulot applaudit !

La France qui avait jugé insuffisant le même texte en mai dernier, a finalement voté pour, abandonnant  la Suède, le Danemark et six autres États, dans le combat mené depuis des années contre les critères proposés par l’UE. Revirement spectaculaire !

Le ministre Hulot prétend qu’il pourra toujours interdire unilatéralement certaines substances sur le territoire par des mesures « complémentaires ». Lesquelles ? Comment ? Mystère ! Si Hulot l’enfumeur est en marche arrière, le NPA ira de l’avant dans les luttes pour défendre nos vies et notre environnement.

Commission nationale écologie du NPA


 

Lire la suite
Lire la suite

PEAGE D'INCARVILLE: ON Y ETAIT, ET ON CONTINUERA!

3 Juin 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE, #RESISTANCE, #Comité NPA Seine-Eure


En cette période électorale, il s'agissait pour "Maintenant ça suffit!" et "Non à l'autoroute!" d'obliger les candidats à se déterminer, et de mettre à profiter l'annonce par Hulot de la remise à plat de tous les grands projets.
Il y avait proportionnellement plus d'élu-e-s que jamais: ceux qui soutiennent le combat pour la suppression du péage depuis longtemps (Didier Dagomet maire de Pinterville, Alain Lemarchand maire d'Incarville, GaëtanLevitre (conseiller départemental), et aussi des candidats en campagne présents avec nous habituellement: Arnaud Levitre maire d'Alizay (FI-PCF-Ensemble-NPA), Richard Jacquet maire de Pont de l'Arche, PS), Alexis Fraisse (conseiller municipal de Louviers, EELV). Et puis un nouveau venu ; Bruno Questel, conseiller départemental, maire de Bourgtheroulde, candidat d'En Marche. A noter qu'il était au conseild'administration de la SAPN au titre de la précédente majorité départementale. Il en avait démissionné au bout de 6 mois, mais on ne l'avait jamais entendu auparavant sur le sujet. Il a déclaré dans la presse être d'accord pour la suppression du péage, etpour remettre en cause la liaison A28-A13. Déclarations à conserver précieusement.
Il est à noter que le FN, en veine de récupération tous azimuths, déclare dans sa profession de foi s'opposer au contournement est, "exige" une modif de la sortie 20 et, petit bijou réclame " un accès gratuit, ou négocier un tarif préférentiel au péage d'Incarville pour les habitants du secteur"... Le n'importe quoi au poste de commande.
Le papier ne refuse pas l'encre.
Personne de la droite traditionnelle, normal. Personne non plus de la mairie de Val de Reuil, contrairement à l'habitude. Effet
de la division aux législatives entre les PS canal historique (Jacquet) et les macronistes (version Questel/Loncle)?

 

PRISE DE PAROLE DE VIVIANE LEFEBVRE POUR 3MAINTENANT CA SUFFIT!"

Nous sommes rassemblés aujourd’hui pour dire une fois encore notre ras le bol de la situation que nous vivons tous les jours à cause du péage d’Incarville.

 

Ce péage est un obstacle sur le parcours entre les agglomérations de Rouen et de Seine Eure.

 

Pour éviter de payer le péage, des milliers de véhicules se retrouvent coincés à Criquebeuf et sur la rocade de Pont de l’Arche et même sur la nationale 15.

 

L’autoroute A 13 doit pouvoir relier les deux agglomérations et jouer son rôle de voie de communication pour aller travailler, pour aller faire des courses, pour aller aux spectacles, pour aller se faire soigner, pour aller étudier…

Ce péage est un obstacle à l’intérêt général.

 

Nous demandons la mise à l’essai de sa suppression pendant 3 mois, et le maintien de tous les emplois sur le site.

 

Les pouvoirs publics s’apercevront bien vite de l’intérêt à le supprimer définitivement.

 

De la même façon, ils verront que le prolongement du contournement Est de Rouen sur notre territoire est inutile.

 

Pour désengorger les routes, pour diminuer le nombre de voitures, nous n’avons pas besoin d’autoroute supplémentaire, nous avons besoin de transports en commun nombreux, efficaces et accessibles à tous et toutes.

 

Nous demandons à tous les candidats de s’engager dès maintenant pour la suppression du péage d’Incarville. Nous ne lâcherons pas ! Nous continuerons notre combat et nous reviendrons !

PEAGE D'INCARVILLE: ON Y ETAIT, ET ON CONTINUERA!
PEAGE D'INCARVILLE: ON Y ETAIT, ET ON CONTINUERA!
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>