Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

AUTOROUTE : CONSTRUIRE L’OPPOSITION DE TERRAIN

22 Mai 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE, #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

AUTOROUTE : CONSTRUIRE L’OPPOSITION DE TERRAIN

Sur le territoire de l'agglomération Seine-Eure, la pseudo-concertation a repris. Une grande réunion aura lieu jeudi au Grand Forum de Louviers à 19h30. Le NPA y participera et dépose une contribution à l'enquête publique, parce que c'est une occasion d'exprimer notre opposition et de développer nos positions. . Mais personne ne devrait espérer que les avis des citoyens ou des collectifs divers puissent influencer les décisions: les jeux sont faits, car le grand patronat veut un axe de plus du nord au sud de l’Europe pour encore plus de flux de marchandises. Il veut des autoroutes pour les géants du BTP, à péage, avec compensation publique si ça ne rapporte pas assez. Alors le président de la CASE, M.Leroy, fait tout pour nous faire gober son « autoroute sans l’autoroute », c’est à dire sans doute sans massacre des paysages, sans destruction de la faune et de la flore, sans bruit ni pollution. Il accepte l’autoroute payante, méprisant le vote unanime des élu-e-s de la CASE, car « on a toujours le choix de payer pour aller plus vite, ou ne pas payer et mettre plus longtemps ». Ben voyons !

Que ce soit pour la Loi anti-travail ou ce grand projet inutile, le pouvoir et ses serviteurs veulent passer en force. Que leur importe l’avis des usagers, qui savent ce qui est nécessaire : des transports en commun gratuits, et aussi un axe reliant le territoire de la CASE à celui de Rouen pour permettre, chaque jour, à 25 000 personnes d’aller étudier, se soigner ou travailler. Pas besoin de débourser des millions, il existe déjà. C’est l’A 13, sans le péage d’Incarville, avec raccordement au pont Flaubert, comme le montre l'illustration. Quoiqu'en disent un certain nombre d'élu-e-s qui contestent tel ou tel point du trajet ou le principe du péage, il n'y a pas de meilleure solution à l'est de Rouen que de renoncer totalement à ce projet. Ce n’est pas avec l’enquête que nous l’obtiendrons, mais avec une opposition populaire de terrain.

 

On transporte moins de marchandises par le rail qu’en 1911, et depuis, nous sommes submergés sous les marchandises, souvent inutiles, de mauvaise qualité et à l’obsolescence programmée pour nous faire consommer…). Le grand patronat préfère des routiers isolés, qu'il veut payer encore moins, à des cheminots organisés qui se battent pour préserver un statut solide. Alors plutôt que des voies ferrées, solution écologique, il veut des autoroutes polluantes construites par le privé, à péage, avec garantie de compensation publique si ça ne rapporte pas assez. Et tant pis si la population n’en veut pas, l’Etat à ses ordres organise des concertations mais s’assoit dessus ! C’est le cas en ce moment à l‘est de Rouen jusqu’à Incarville et dans le sud de l’Eure pour l’axe européen nord-sud. Notre avis ils s’en fichent, ils ne comprennent que l’opposition de masse comme à Notre Dame des Landes contre l’Ayraultport !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article