Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles avec #repression tag

Philippe Poutou frappé par les vigiles d'un supermarché (20 Minutes, 10.10.13)

12 Octobre 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION

http://www.sudouest.fr/images/2013/10/10/1194398_2811064_460x306.jpgSYNDICALISME - L'ancien candidat à la présidentielle manifestait devant un supermarché...

 

De retour sur  le terrain de l'action syndicale. L'ex-candidat à la présidentielle du NPA Philippe Poutou a été frappé mercredi par les vigiles d'un supermarché de Bordeaux où il cherchait à s'introduire avec d'autres syndicalistes pour contester deux licenciements.

 

La scène, devant un supermarché Leclerc situé dans le quartier des Chartrons à Bordeaux, où l'on voit tomber Philippe Poutou, a été photographiée par le journal Sud Ouest, qui la rapporte dans son édition de jeudi et évoque «un coup de poing». «Nous avons mené une action de solidarité avec deux salariés Leclerc licenciés», a raconté Poutou à l'AFP, en expliquant que dans un premier temps, une cinquantaine de militants s'étaient rassemblés devant le supermarché et avaient distribué des tracts.

 

La direction ne commente pas

Ensuite, toujours selon lui, les militants ont voulu rentrer dans le supermarché pour expliquer leur point de vue aux clients, à qui des responsables du magasin avaient également distribué des tracts. C'est alors que cinq vigiles leur ont barré la route. «J'ai eu un coup au visage et il y en a un qui m'a jeté à terre, mais je m'en sors bien», a déclaré Philippe Poutou.

La direction du magasin, contactée par l'AFP, s'est refusée à tout commentaire, précisant simplement qu'une plainte visant la CGT serait déposée, sans en préciser les motifs. La police et le parquet de Bordeaux, également contactés, n'avaient reçu aucune plainte en début d'après-midi.

Selon Poutou, le syndicat entendait protester contre deux licenciements de syndiqués, celui d'une femme de 62 ans à qui il est reproché de ne pas avoir rempli les objectifs de travail qui lui étaient fixés et d'avoir «mangé une fraise» prise dans le rayon des fruits frais, et celui d'un autre employé, âgé d'une quarantaine d'années, à qui il était reproché d'avoir «mal parlé d'un supérieur hiérarchique» à un autre salarié, selon la CGT.

 

Photo: www.sudouest.fr

Lire la suite

Violences et censure politique à Paris 1 Tolbiac.

13 Avril 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION

Communiqué du NPA. 

Violences et censure politique à Paris 1 Tolbiac.

Ce jeudi 12 avril, les militants du NPA étudiants à l'université Paris 1-Tolbiac organisaient un Repression-UMP.jpgmeeting, conformément à l'article L811-1 du Code de l'Éducation garantissant la liberté d'expression politique dans les établissements d'Enseignement supérieur.
L'université a refusé de donner un amphithéâtre pour la réunion publique. Elle a envoyé les vigiles, membres d'une compagnie privée de sécurité, contre les étudiants. Une militante du NPA a été transportée à l'hôpital sérieusement blessée au genou. D'autres ont subi de violents coups et certains ont été menacés personnellement de représailles.
En dépit de cette agression, le meeting s'est tenu devant plusieurs dizaines de personnes.

Le NPA condamne cette tentative d'intimidation contre ses militants et contre la liberté d'expression en général. Il exige des excuses publiques de l'université Paris 1 et la garantie, à l'avenir, de la liberté d'expression.

 

Le 12 avril 2012.

Lire la suite

Les défenseurs de l'hôpital de Carhaix condamnés.

18 Février 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION

Communiqué du NPA

Les défenseurs de l'hôpital de Carhaix condamnés.


hopital-Carhaix.jpgLa cour d'appel de Rennes a condamné deux militants de Carhaix, dont un élu de la municipalité, à 2500 euros d'amende chacun.

Ils étaient accusés de « dégradations » à l'occasion de manifestations pour la défense de la maternité.

Cette lutte exemplaire qui avait rassemblé et mobilisé des milliers de personnes, salarié-E-s et usagers de l'hôpital, simples citoyens ainsi que la municipalité de Carhaix, avait fait reculer le ministère et l'autorité régionale de santé.

Il est évident que cette condamnation vise à criminaliser les militants qui résistent, le mouvement social et les luttes en cours.

Le NPA réaffirme sa solidarité pleine et entière avec les militants condamnés et continuera à se mobiliser contre la désertification médicale, pour la défense de l'hôpital public et des services publics.

La lutte menée en 2008 a abouti puisqu'aujourd'hui encore la maternité et la chirurgie continuent à fonctionner à l'hôpital de Carhaix.

Le 16 février 2012.

Lire la suite

Solidarité avec Xavier Mathieu !

7 Février 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION

Communiqué du NPA

Solidarité avec Xavier Mathieu !

 

 Xavier-Mathieu-a.jpgLa cour d'appel d'Amiens a condamné en appel Xavier mathieu à 1200 euros d'amende pour avoir refusé le prélèvement de son ADN.
Rappelons qu'en première instance, X. Mathieu avait été relaxé par le tribunal correctionnel de Compiègne.
Le fichage ADN, qui a été largement étendu depuis sa mise en service en 1998, est un des moyens utilisés pour traiter les syndicalistes comme des délinquants et pour imposer leur fichage.
Ce harcèlement judiciaire démontre très clairement une volonté de casser un syndicaliste qui a résisté, avec l'ensemble des salariés, à la fermeture de Continental Clairoix.
Comme le dit X. Mathieu, dans cette affaire, ce ne sont pas les patrons qui détruisent des emplois qui sont poursuivis mais tous ceux qui entendent défendre leur droit à l'emploi et à la dignité.
Le NPA réaffirme toute on soutien militant à X. Mathieu.


Le 3 février 2012

Lire la suite

Solidarité avec les postiers de Nanterre, assez de répression !

6 Février 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION

Communiqué du NPA

Solidarité avec les postiers de Nanterre, assez de répression !

 

répression-copie-1Depuis le 16 janvier, les facteurs de Nanterre sont en grève majoritaire contre la suppression de 4 tournées et de 6 postes de travail.
La direction de La Poste refuse jusqu'à ce jour d'ouvrir de véritables négociations malgré malgré de multiples tentatives de dialogue de la part des agents et des organisations syndicales.
Après 18 jours de grève et devant l'intransigeance de la direction de La Poste qui aura dépensé plus d'énergie et d'argent en huissiers et vigiles qu'à écouter les revendications des salarié(e)s, les grévistes occupent les locaux de la direction de La Poste à Nanterre.
Alors que La Poste s'échinait à empêcher d'entrer une journaliste du Parisien ainsi que la députée J.Fraysse, la solidarité et le soutien s'organisaient entre postiers de Nanterre et ceux/celles d'autres centres. Un comité de soutien s'est d'ores et déjà mis en place sur la ville.
Ainsi, face au risque de jonction entre postiers et d'extension de la mobilisation, la direction de La Poste a notifié aux grévistes, aujourd'hui, un avis d'expulsion.

Hier soir, un dispositif impressionnant et totalement disproportionné de forces de police s'est déployé autour de la DOTC. Les grévistes ont finalement quitté le centre vers 21h30, ils reconduisent la grève et appellent à un rassemblement de soutien lundi à 18h devant la DOTC à Nanterre

Nous condamnons le dialogue social façon direction de La Poste qui consiste, depuis plusieurs années maintenant sur le 92 à répondre aux grévistes par l'intimidation, les vigiles, les huissiers, la police, les procès!

Nous apportons tout notre soutien aux revendications des postiers de Nanterre!

Le 4 février 2012

Lire la suite

Non à la criminalisation des internautes.

25 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION

Communiqué du NPA

Non à la criminalisation des internautes.

Big-brother.jpgJeudi dernier, le site de téléchargement MegaUpload a fermé ses portes suite à une décision de justice. Cette décision, qui survient au lendemain d'une mobilisation de sites américains contre deux projets de loi « PIPA » et « SOPA » visant à défendre les droits d'auteur en facilitant le blocage des sites contrevenants sans intervention de la justice, est une véritable provocation.

La réponse du groupe Anonymous, suite à la fermeture du site, mettant immédiatement hors service de nombreux sites américains et français (notamment le site de l'Hadopi, du ministère de la Défense et de l'Elysée) semble être le premier acte d'une longue bataille pour l'Internet libre avec laquelle le NPA est solidaire.

En effet, cette attaque envers MégaUpload est un signe inquiétant tout comme l'instauration des lois américaines PIPA et SOPA et du traité européen ACTA qui feront de la censure de contenus sur Internet une norme et de la surveillance des utilisateurs un principe.

Le NPA dénonce la criminalisation grandissante des internautes et appelle à se mobiliser contre toutes les lois liberticides, telles que HADOPI 3, LOPPSI 2 et le traité ACTA.

La liberté de partager des contenus en toute confidentialité sur Internet doit être garantie et la neutralité du net assurée.

Par ailleurs, le NPA est favorable à l'instauration d'une « licence globale » permettant d'assurer une rétribution aux auteurs et acteurs de la culture, sans intermédiaire.

Le 24 janvier 2012.

Lire la suite

Conférence de presse Act Up-NPA contre les violences policières.

12 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION

Conférence de presse Act Up-NPA contre les violences policières.

Act Up-Paris avec le Nouveau Parti Anticapitaliste
Invitation à une conférence de presse
Vendredi 13 janvier 2012 - 11H00 - Local Act Up-Paris
Contre les violences policières et pour la fin de l'impunité


répression-copie-1Avec la présence de :
Fred Navarro, président d'Act Up-Paris
Denis Godard, frappé dans un commissariat pour avoir sifflé l'Internationale
Des représentantEs des collectifs contre les violences policières : collectif
justice et vérité pour Ali Ziri à Argenteuil, collectif justice et vérité Hakim Ajimi à
Grasse en lien avec le collectif pour Wissam El-Yamni à Clermont-Ferrand.
Maître Chalanset, avocat


>> Act Up-Paris, 45, rue Sedaine 75011 Paris
Métro : Bréguet-Sabin ou Bastille
Contacts :
Cécile Lhuillier - Act Up-Paris : 06 65 64 52 88
Denis Godard - Act Up-Paris : 06 25 54 31 30

Lire la suite

Agression policère contre un militant du NPA.

9 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION

Communiqué du NPA

Agression policère contre un militant du NPA.

repression-copie-1.jpgNotre camarade Denis Godard a été la victime dans la nuit du 5 au 6  janvier d'une agression policière extrêmement violente, qui pourrait  avoir des conséquences graves sur sa santé : en compagnie de deux  camarades d"Act Up, il était interpellé par la BAC et emmené au  commissariat du 3ème arrondissement de Paris pour des motifs futiles, et
sans qu'il n'ait à aucun moment résisté à son interpellation.

Prenant prétexte que notre camarade sifflait "l'Internationale" un policier l'a  frappé au visage entraînant une fracture du plancher de l'oeil et une  ITT de 12 jours selon les urgences médico judiciaires.

Cette affaire est grave.

Si elle débute par un banal contrôle, les coups portés  ensuite au commissariat, à froid et pour un prétexte anodin témoignent  du climat de totale impunité dans lequel baignent les policiers.

Denis-Godard-blesse.pngCombien de jeunes, Arabes, Noirs, précaires, de sans-papiers vivent cette  violence "ordinaire" dans les commissariats sans moyen de témoigner ?  Ces derniers jours la manifestation pour Hakim à Grasse, pour Wissam à  Clermont-Ferrand, et le non-lieu requis pour le gendarme qui avait tué  un jeune Gitan en juillet 2010 démontrent que l'impunité est le résultat  d'une politique d'Etat injuste, liberticide, raciste et finalement  criminelle.
Le NPA appelle à une mobilisation d'ensemble contre les violences  policières, la fin de l'impunité pour la police et la condamnation  immédiate des policiers coupables.

Le 9 janvier 2012.

Lire la suite

Clermont-Ferrand : deux policiers mis en cause après une interpellation violente

8 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION

Deux policiers de Clermont-Ferrand mis en cause après une interpellation violente

 

Wissam.jpgLe procureur de la République à Clermont-Ferrand, Gérard Davergne, a ouvert, vendredi 6 janvier, une information judiciaire pour "violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique" : il s'agit d'établir les circonstances de l'interpellation par la police de Wissan El-Yamni, 30ans, dans la nuit du 31 décembre 2011 au 1er janvier 2012, dans le quartier de La Gauthière. L'homme est, depuis, dans le coma.

"L'enquête devra déterminer quelles sont les causes exactes de ce malaise cardiaque et si la violence qui a été exercée était nécessaire ou illégitime compte tenu de l'état d'énervement de la personne interpellée", aprécisé, vendredi, M. Davergne.

Deux juges d'instruction ont été désignés pour superviser l'enquête, qui avait été confiée dès lundi à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la "police des polices". Une évolution rapide plutôt inhabituelle pour ce type d'affaire, tout comme l'est le choix de mettre en cause, nommément, les deux policiers qui ont escorté M. El-Yamni jusqu'au commissariat, plutôt que d'ouvrir une information contre X.

Cela suffira-t-il à calmer les esprits dans ce quartier sensible de Clermont-Ferrand ? Jeudi soir, une quinzaine de voitures ont brûlé dans la ville, malgré la présence d'une demi-compagnie de CRS. Une marche devait avoir lieu samedi après-midi. Dans un tract, les organisateurs, des amis de Wissan El-Yamni, se disent "révoltés par ce qui ressemble à une ratonnade exécutée par des agents de l'Etat".

"La manifestation sera bien encadrée, assurent-ils. Nous voulons établir un rapport de force pour que l'enquête aille jusqu'au bout. Il faut qu'il y ait un peu de confiance envers la justice." Malgré ces précautions, certains ne cachent pas que les suites de la manifestation pourraient être difficiles à contrôler. C'est la raison pour laquelle la famille de M. El-Yamni s'est désolidarisée, dès jeudi, de l'événement.

Les proches de la victime ne sont pas pour autant satisfaits de l'évolution du dossier. Car le procureur souffle le chaud et le froid: vendredi, il a annoncé l'ouverture de l'information, mais il a également révélé les premiers résultats de l'analyse toxicologique. M. El-Yamni était sous l'influence de l'alcool, du cannabis et de la cocaïne, ce qui pourrait expliquer son comportement anormal ce soir-là – un point que personne ne conteste. Ces précisions exaspèrent Me Jean-François Canis, l'avocat de la famille. "Le quotidien de la police, c'est d'interpeller des gens violents, rappelle-t-il. Cela ne peut constituer une quelconque excuse à d'éventuelles violences."

"QUAND WISSAN A VU LES KEUFS, IL A PRIS UNE PIERRE ET LEUR A JETÉE"

En cette nuit du réveillon, tout a commencé par un appel téléphonique signalant à la police un homme inanimé dans le quartier de la Gauthière, vers 2 h 30 du matin. Les policiers se rendent sur place avec les pompiers. Ils ne trouvent personne, si ce n'est quatre hommes assis sur un banc. Ils sont calmes, et l'un d'eux se dirige vers les policiers, qui pensent qu'il va leur indiquer l'emplacement de l'éventuelle victime.

Il s'agit en fait de Wissan El-Yamni. "Quand Wissan a vu les keufs, il a pris une pierre et leur a jetée", raconte au Monde l'un des hommes présents sur le banc, qui souhaite conserver l'anonymat. Selon les policiers, la pierre atteint une vitre de leur véhicule. Pour retrouver M. El-Yamni, ils appellent la brigade canine à la rescousse. "Il y a ensuite eu une course-poursuite", continue l'ami de M. El-Yamni.

Mais il n'a rien vu de plus : l'interpellation a lieu derrière les barres d'immeubles, de l'autre côté du centre commercial. Wissan El-Yamni est menotté dans le dos, et placé dans le véhicule de la brigade canine. L'un des deux policiers le maintient allongé sur la banquette arrière.

Selon le procureur, lorsqu'il arrive au commissariat, M. El-Yamni a déjà perdu connaissance. Les policiers ne perçoivent pas immédiatement la gravité du malaise, qu'ils mettent sur le compte d'un contrecoup après son extrême agitation. Assez rapidement, néanmoins, M. El-Yamni est conduit à l'hôpital. Il présente des fractures aux côtes et à la face ainsi que des lésions autour du cou.
Que s'est-il passé lors de l'interpellation, puis dans la voiture ? Pour la première partie, le procureur a lancé un appel à témoins, mercredi. Car, dans le quartier, toutes les rumeurs ont eu cours durant la semaine, mais il n'y a aucun témoin direct. Certains assurent par exemple qu'une dizaine de véhicules de police ont été mobilisés, et que Wissan El-Yamni a été tabassé au sol. Ce qui est contesté par le procureur, qui confirme la présence de trois véhicules au maximum. Le délégué local du syndicat Alliance, Franck Chantelauze, affirme de son côté que "la nuit de la Saint-Sylvestre, quand on peut faire tourner six équipages, c'est déjà pas mal".

La famille, qui est "très remontée", explique Me Canis, trouve au contraire "anormal que seulement deux fonctionnaires aient été mis en cause, alors qu'une dizaine de véhicules étaient présents". Elle attend aujourd'hui que toute la lumière soit faite sur les événements du 1erj anvier.

Manuel Armand (à Clermont-Ferrand) et Laurent Borredon

Lire la suite

Bavure policière à Clermont Ferrand ?

5 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION

Bavure à Clermont Ferrand ?

Publié sur francesoir.fr  le 5 janvier 2012 

1998384887_small_1.jpgUn homme dans le coma après son interpellation

Le pronostic vital de Wissan, 30 ans, est engagé depuis dimanche. Sa famille veut savoir s'il a été victime de violences policières.

« Il est question de violences policières dans ce dossier c'est certain, d'ailleurs, l'IGPN de Lyon a ouvert une enquête. La famille de mon client veut savoir pourquoi il est dans cet état après une interpellation », explique Me Jean-François Canis, l'avocat de Wassan El-Yamni, un Clermontois de 30 ans plongé dans le comas depuis dimanche matin.

''Il était très excité"

Ce jour-là, vers 2h30 du matin, Wassan aurait lancé des projectiles sur une voiture de police près d'un centre commercial, dans le quartier de la Gauthière. Il prend alors la fuite avant d'être rattrapé, plaqué au sol et menotté par les policiers de la brigade canine. « L'interpellation a été musclée car l'homme était très excité », explique au quotidien La Montagne le procureur de la République de Clermont Ferrand, Gérard Davergne, précisant que Wassan avait des côtes et le rocher orbital fracturés, des lésions au niveau du cou. Quelques minutes plus tard, lorsque l'homme arrive au commissariat, il est inanimé. Ranimé sur place, il est transporté à l'hôpital et plongé dans le coma. Son pronostic vital était, jeudi, toujours engagé

Appel à témoins

L'inspection générale de la police nationale de Lyon (IGPN) a été dépêchée sur place lundi. Wissan a-t-il été victime de violences policières, comme l'affirment de nombreux témoins interrogés par La Montagne ? Le parquet a décidé de lancer jeudi un appel à témoignages. « Des rumeurs déraisonnables courent. Donc si quelqu'un a vu quelque chose ce soir-là, qu'il se manifeste », demande Gérard Davergne.
« J'ai devant moi une famille qui n'a pas été témoin des faits et qui veut connaître la vérité. Ce que je sais, c'est qu'il y a eu une interpellation musclée, suffisamment musclée pour que ce garçon de 30 ans en parfaite santé, présente un arrêt cardiaque et soit plongé dans le comas depuis dimanche », poursuit Me Canis. Selon nos informations, une information judiciaire devrait aussi être ouverte dans les heures prochaines. « Dans ce cas, je me constituerais partie civile au nom et dans l'intérêt de la famille de la victime. »

Par Thibaut Chevillard

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>