Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Vaccins : Scandales sanitaires et conflits d’intérêts

7 Avril 2016 , Rédigé par NPA 27

Vaccins : Scandales sanitaires et conflits d’intérêts

EXTRAITS DE CET EXCELLENT DOSSIER PARU DANS L'HEBO DU NPA(…)Les laboratoires dictent de plus en plus à la population et aux médecins ce que doit être la politique vaccinale. Ainsi depuis des mois, la pénurie organisée de vaccin Infanrix penta pour les nourrissons « oblige » à la vaccination avec un vaccin Infanrix hexa qui lui vaccine aussi pour l’hépatite B. En 2008, Sanofi arrête brutalement la fabrication de son vaccin Diphtérie Tétanos Polio (dtp), sans aluminium. Reste seulement disponible son Revaxis... qui coûte 65 % plus cher, mais qui contient aussi comme adjuvant de l’aluminium, fortement accusé par l’association E3M et l’équipe de l’Inserm de l’hôpital Henri-Mondor d’être responsable de myofasciite à macrophages, une maladie neuromusculaire particulièrement invalidante (…)
Gardasil : coûteux... et utile ?
Précipitation, trafic d’influence, prix surévalués : l’histoire du Gardasil illustre bien les liens entre les responsables politiques et les géants de la pharmacie et de la vaccination. Au départ, l’idée est séduisante. Le cancer du col de l’utérus, une complication d’une infection par certains papilloma virus, tue 200 000 femmes chaque année, dont 1 100 en France. (…)
C’est Xavier Bertrand lui-même, ministre de la Santé, qui annonce avant même la décision des autorités sanitaires le remboursement du Gardasil à un tarif extravagant, qui en fait le vaccin le plus cher du monde. Même si le prix a baissé un peu depuis, avec 363 euros, ce sont des millions d’euros payés par notre Sécu, qui tombent dans la poche du patron du laboratoire français Sanofi. Des millions d’euros dépensés pour un vaccin dont on ne sait pas l’efficacité, et qui auraient sûrement été mieux placés dans l’organisation d’une politique de dépistage systématique par frottis (…)
L’obligation vaccinale en France n’a pas fait la preuve de son efficacité, avec la baisse du taux de couverture, même pour les vaccins obligatoires. Et beaucoup de pays européens sans obligation vaccinale font mieux que la France, pour des vaccins seulement recommandés. (…)
Alors il est probable que la meilleure solution consiste en une liberté de vaccination, mais combinée avec un choc de confiance pour une liste limitée de vaccins recommandés, utiles, bien testés, aux populations cibles bien définies, aux effets secondaires limités et socialement acceptés…. (…)
Pour marquer rapidement une rupture avec les politiques publiques de soumission aux intérêts des labos, il faut, au nom du principe de précaution, et puisqu’une alternative sans danger existe, fournir des vaccins sans aluminium et financer les études Inserm sur le sujet. La pénurie organisée des vaccins tétravalent et pentavalent au profit de vaccins hexavalent, qui oblige à vacciner contre l’hépatite B, doit cesser. Pour les vaccins recommandés, il faut aussi la gratuité. (…)
Alors il ne faut pas seulement mettre l’industrie pharmaceutique et ses experts « sous contrôle ». La véritable solution serait de proclamer les vaccins bien communs de l’humanité, de mettre sous contrôle public (scientifiques et professionnels indépendants, associations de malades et d’usagers, syndicats…), et d’exproprier les trusts pharmaceutiques, qui privent la majorité de la planète de l’accès aux médicaments et vaccins, mettent en danger la santé les patients des pays pauvres lors des essais cliniques et orientent la recherche vers les pathologies rentables des pays riches.
Décidément, la vaccination est quelque chose de beaucoup trop important pour être laissé aux intérêts des labos ou de l’État.

https://npa2009.org/arguments/sante/vaccins-scandales-sanitaires-et-conflits-dinterets

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article