Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Articles avec #sans-papiers tag

la répression et les atteintes aux libertés continuent!

17 Septembre 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #REPRESSION, #RESISTANCE, #SANS-PAPIERS, #International

Lundi 11 septembre, la cour d’appel d’Aix en Provence a condamné à deux mois de prison avec sursis Pierre-Alain Mannoni, enseignant chercheur pour l’aide humanitaire qu’il a apportée en secourant trois jeunes Erythréennes blessées.

Mardi 12 septembre, Cédric Herrou est mis en garde à vue pour la 7ième fois, pour « violences aggravées et séquestration » avec une nouvelle perquisition à son domicile, cette accusation reposant sur la plainte d’un passeur professionnel détenu dont Cédric Herrou avait dénoncé les agissements. En fournissant aux migrants gite, couvert, soins aux blessés et aide à leur demande d’asile dans les conditions autorisées par la loi, les habitants de la Roya font preuve d’une solidarité humaine et d’une citoyenneté exemplaire qui leur font honneur.

Mardi 12 septembre, Jean-Pierre Simon, agriculteur à Cirfontaines (Meuse), a été convoqué au tribunal de Bar-le-Duc. Son crime ? Avoir mis son matériel agricole à disposition des personnes qui, en juin et juillet 2016, ont occupé le Bois Lejuc, près de Bure, où l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) avait commencé des travaux illégaux, préalables à la construction du site d’enfouissement des déchets nucléaires.

Le NPA dénonce le harcèlement policier et judiciaire du nouveau gouvernement qui intensifie la présence policière et développe une politique de répression. Cette stratégie d’intimidation s’inscrit dans un contexte d’escalade dans la répression et les atteintes aux libertés.

Lire la suite

Condamnation de Cédric Herrou : l’humanité et la solidarité ne sont pas des délits !

9 Août 2017 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE, #REPRESSION, #SANS-PAPIERS

La condamnation de Cédric Herrou à quatre mois de prison avec sursis par la cour d’appel d'Aix-en-Provence pour « aide à l’immigration clandestine » est un véritable scandale, une véritable honte. 

Alors que Cédric avait été condamné en première instance à 3000€ d’amende avec sursis, ce qui était déjà inacceptable, le parquet s’est acharné, réclamant huit mois de prison !

La justice et les pouvoirs publics se déchaînent contre les militantEs qui ne font que procurer aide et soutien aux hommes, femmes et enfants qui en ont besoin.

La solidarité, l’humanité ne sont pas des délits !

Celles et ceux qui, comme Cédric, dans la vallée de la Roya ou ailleurs, apportent une aide humanitaire aux migrantEs, ne doivent en aucun cas être poursuivis ni condamnés.  

https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gifLa liberté de circulation et d’installation sont les seules réponses dignes pour celles et ceux qui fuient la guerre, la misère, les discriminations et cherchent l’asile.

 

Montreuil, le 8 août 2017

La condamnation de Cédric Herrou à quatre mois de prison avec sursis par la cour d’appel d'Aix-en-Provence pour « aide à l’immigration clandestine » est un véritable scandale, une véritable honte. 

Alors que Cédric avait été condamné en première instance à 3000€ d’amende avec sursis, ce qui était déjà inacceptable, le parquet s’est acharné, réclamant huit mois de prison !

La justice et les pouvoirs publics se déchaînent contre les militantEs qui ne font que procurer aide et soutien aux hommes, femmes et enfants qui en ont besoin.

La solidarité, l’humanité ne sont pas des délits !

Celles et ceux qui, comme Cédric, dans la vallée de la Roya ou ailleurs, apportent une aide humanitaire aux migrantEs, ne doivent en aucun cas être poursuivis ni condamnés.  

https://ssl.gstatic.com/ui/v1/icons/mail/images/cleardot.gifLa liberté de circulation et d’installation sont les seules réponses dignes pour celles et ceux qui fuient la guerre, la misère, les discriminations et cherchent l’asile.

 

Montreuil, le 8 août 2017

Lire la suite

Migrant-E-s : Du mur d’Evros à Calais, contre l’Europe des camps de la honte et des barbelés !

20 Janvier 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #SANS-PAPIERS, #Antiracisme

Migrant-E-s : Du mur d’Evros à Calais, contre l’Europe des camps de la honte et des barbelés !

Ce week-end sera l’occasion pour les antiracistes d’Europe de coordonner leurs actions dans leur lutte commune contre l’Europe forteresse, et de renforcer la solidarité avec les centaines de milliers de migrantEs fuyant les guerres et la misère.


Les antiracistes grecs et turcs contre le mur d’Evros

«Il est temps de briser le mur de la honte à Evros » ! A l’initiative de la coordination antifasciste et antiraciste Keerfa, il est prévu un week-end de mobilisation à la frontière gréco-turque d’Evros pour « en finir » avec ce mur de 12 km de béton et de barbelés conçu pour empêcher les migrantEs d’entrer sur le territoire européen. Dénoncé dès le début de sa construction par Amnesty International comme une « fausse et dangereuse solution », ce mur coupe tout accès terrestre aux réfugiéEs, les obligeant à emprunter la voie maritime responsable des milliers de morts en Méditerranée. Ce samedi 23 janvier, deux manifestations se tiendront simultanément, l’une à Istanbul et l’autre à Alexandroupoli. Et le lendemain, les antiracistes turcs et grecs ont décidé de se retrouver de chaque côté de la frontière.

Manifestation internationale à Calais

En une semaine, la situation s’est encore dégradée dans la « jungle ». Outre le froid qui s’est installé, obligeant les habitantEs à se réchauffer dans des conditions dangereuses pour leur sécurité, les travaux de déblaiement/encerclement ont commencé (cf. l’Anticapitaliste n°319). Les pelleteuses sont entrées en action établissant un no man’s land de 100 mètres en bordure de la rocade afin d’empêcher les migrantEs d’approcher le tunnel de l’Eurostar. Cette réduction du périmètre de la « jungle » entraîne la destruction de nombre lieux d’habitation. Les migrantEs ont lancé une pétition dénonçant cette situation : « Nous avons décidé de résister pacifiquement au projet du gouvernement de détruire nos maisons ».
à quelques jours de la manifestation de samedi, la mobilisation s’est renforcée. La LDH et le PG se sont joints à la liste initiale des signataires, la vente des places de cars s’est emballée, des covoiturages s’organisent au départ de plusieurs villes, laissant présager une bonne participation. De leur côté, les antiracistes anglais de Stand up to racism ont confirmé leur participation à la manifestation et la présence dans leurs rangs de plusieurs députés. Samedi dernier, ils avaient une nouvelle fois perturbé le trafic de l’Eurostar par un die-in à la gare de Saint-Pancras de Londres.

Préparer la journée internationale contre le racisme du 19 mars

La mobilisation internationale de ce week-end n’est qu’une étape dans la construction d’un mouvement européen le plus large possible contre l’Europe forteresse, pour le droit de circulation et d’installation, contre le racisme et le fascisme, pour le soutien aux migrantEs, pour la régularisation de tous les sans-papiers. En France, ce combat se conjugue avec la lutte contre l’état d’urgence et contre la guerre.

La route est encore longue, et la réussite relative des premiers meetings contre la déchéance de la nationalité pour les binationaux, contre l’état d’urgence ou contre l’islamophobie n’en sont qu’à leurs balbutiements. Il faudra pourtant que les progressistes français se hissent à la hauteur de leurs responsabilités et trouvent des convergences afin de construire un réel rapport de forces, seul capable de faire reculer le pouvoir et l’extrême droite.
Samedi, toutes et tous à Calais ! « De l’air, de l’air, ouvrons les frontières ! »

Alain Pojolat

Lire la suite

Malgré la brutalité policière les migrants hébergés !

12 Juin 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Antiracisme, #RESISTANCE, #SANS-PAPIERS

Les migrants expulsés du boulevard de la Chapelle ont décidé hier soir d’occuper, rue Philippe de Girard dans le 10eme arrondissement, une ancienne caserne de pompiers, désaffectée. Ils se trouvaient pour la plupart sans solution d’hébergement et contraints de vivre dans la rue. Ils ont décidé de le faire parce qu’ils refusent d’être dispersés, qu’une partie seulement d’entre eux soit prise en charge par les pouvoirs publics.

A l’opposé des accusations de manipulation qui circulent dans les média, ils ont décidé, entre eux, hors de tout soutien, de gérer la négociation avec la mairie et la préfecture et d’accepter les nouvelles places d’hébergement qui leur ont été finalement proposées. C’est une victoire de leur détermination et de la solidarité qui s’est exprimée autours d’eux.

Les forces de police très présentes autour de la caserne ont déployées tout l’arsenal de la brutalité à leur disposition : gaz lacrymogène, bastonnade contre les soutiens présents. Résultat plusieurs blessés dont un grave touché à l’œil. Mairie et préfecture sont contraints d’apporter des réponses à la mobilisation alors que leur premier réflexe c’est la répression policière et la dispersion des migrants.

Le NPA apporte son soutien total aux migrants et exigent que la mairie de Paris et l’Etat assurent un hébergement décent à tous les exilés qui le demandent, et garantissent le droit d’asile sans restriction.

Lire la suite
Lire la suite

Calais : laboratoire fasciste (l'Anticapitaliste, 18.09.14)

23 Septembre 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #SANS-PAPIERS

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/largeur_content_hauteur_complet/public/a_calais_des_migrantes_sous_surveillance_dr.jpg?itok=XunfZaeoLes gouvernements se suivent... et se ressemblent. À Calais comme ailleurs, les migrantEs sont particulièrement bien placés pour le savoir.

C’est en novembre 2002 que Sarkozy, ministre de l’Intérieur ordonne le démantèlement du centre d’hébergement de Sangatte. Depuis, que la police agisse au nom d’un gouvernement s’intitulant « de gauche » ou assumé de droite, la traque des réfugiéEs qui affluent dans le Calaisis pour tenter de passer en Angleterre perdure. Sans revenir sur les multiples épisodes qui, au cours de la dernière décennie, en illustrent la cruauté, on s’arrêtera sur la date du 2 juillet dernier à laquelle une énième rafle en bonne et due forme aboutit à priver plus de 600 personnes de leur lieu de vie.
Et c’est dans ce contexte que le 28 juillet dernier, une militante associative est agressée, traitée au passage de « pute à migrants », et n’échappe à une tentative d’enlèvement que grâce à l’intervention de passants.

 

Les fachos paradent

Le climat de violence est, de fait, de plus en plus exacerbé, aggravé par la sénatrice et maire UMP Natacha Bouchart qui, en pleine campagne électorale, lance sur sa page Facebook un appel à la délation. Cet appel trouve son point d’orgue dans l’entrée en scène d’un groupuscule « Sauvons Calais » dont le très jeune leader, photographié avec une croix gammée sur le torse, explique à la Voix du Nord qu’il s’agit d’« une photo privée » et que cela n’a rien à voir avec ce qu’on imagine. Les gens ont vraiment mauvais esprit !
« Sauvons Calais » est reçu en sous-préfecture et en mairie – contrairement à « No Border » accusé d’être en cheville avec les passeurs – et la police ne réagit pas quand, une semaine durant en février, les membres et sympathisants du groupuscule lancent pierres et cocktails Molotov contre un bâtiment vide occupé par des migrantEs, et profèrent des menaces de viol et de mort.
Le 5 septembre, en prélude à une manifestation d’extrême droite qui se déroulait deux jours plus tard, une lycéenne engagée dans le soutien aux exilés reçoit, coups à l’appui, cet avertissement : « si je te vois dimanche, je te flingue »... Ce jour-là, le rassemblement d’extrême droite est autorisé par la sous-préfecture... qui n’a que demandé son déplacement devant l’Hôtel de Ville ! Sur fond de saluts nazis, on y entendra des appels haineux à la chasse aux « traîtres ». Sur cette terre de conquête, le FN reste en embuscade.
Seule consolation : la résistance ne faiblit pas . Il nous incombe de les soutenir activement.


François Brun
1 – Voir notamment l’excellent site http://passeursdhospitalites.wordpress.com


 

 

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/largeur_4_colonnes_-_380x200/public/logo_2.png?itok=FFeQh7iZLien vers "Tant qu'il le faudra", blog de la commission antifasciste du NPA

Lire la suite

Communiqué du réseau RESF: "en finir avec cette politique qui transforme des collégien-nes, des lycéen-nes, des étudiant-es en parias"

31 Octobre 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #SANS-PAPIERS

http://www.depechestsiganes.fr/wp-content/uploads/2013/10/resf-logo-chaine-500px.jpgLéonarda et Katchik sont deux élèves dont l'expulsion a déclenché une vague de colère et de manifestations parmi la jeunesse lycéenne. Les conditions de l'arrestation de Léonarda, pendant une sortie scolaire, ont particulièrement choqué et ému. Katchik, lui, a subi plusieurs tentatives d'expulsion avant d'être mis dans un avion pour l'Arménie où il risque la prison parce qu'il n'a pas fait son service militaire. Toute sa famille vit en France.
La seule réponse de Hollande aux manifestations lycéennes a été de proposer que Léonarda, âgée de 15 ans, revienne seule en France ! Quant à Valls il a publié une circulaire qui interdit à la police de s'emparer des enfants et des jeunes sur les lieux de leur scolarité... sans interdire qu'ils soient arrêtés chez eux ou à la sortie d'un cinéma ou de chez leurs copains durant l'année scolaire. Quel courage pour un gouvernement dit « de gauche » !
Le gouvernement Hollande refuse d'abolir les lois qui réglementent le droit au séjour et d'asile créées par Sarkozy. Ces lois qui permettent qu'on expulse des familles qui vivent ici depuis plusieurs années, comme celle de Léonarda, et bien d'autres ! Ces lois qui entraînent l'expulsion et empêchent les enfants de suivre leur scolarité.
Le droit à l'éducation est un droit universel. Celui de vivre en famille, de vivre dignement avec un toit et un travail aussi. Alors il faut en finir avec cette politique qui transforme des collégien-nes, des lycéen-nes, des étudiant-es en parias parce qu'ils n'ont pas la bonne nationalité, pas les bons papiers, pas le bon lieu de naissance !
Le Réseau Education Sans Frontières appelle l'ensemble des organisations syndicales et politiques qui refusent qu'une partie de la jeunesse soit privée du droit à l'éducation à rejoindre le mouvement de protestation initié par la jeunesse lycéenne les 18 et 19 octobre. Faisons reculer le gouvernement et obtenons tous ensemble la régularisation de tous les jeunes majeurs scolarisés et de toutes les familles d'enfants scolarisés.


Pour tout contact : RESF Rouen – 06 68 63 20 05
resf76.rouen@orange.fr

 

MANIFESTATION A ROUEN LE MARDI 05 NOVEMBRE

10H30, PLACE DE L'HOTEL DE VILLE

Lire la suite

La jeunesse se mobilisent contre la politique de Valls!

18 Octobre 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #SANS-PAPIERS

Alors que deux casPoingleve-Walls.JPG emblématiques de la violence étatique à l'égard des sans-papiers, ceux de Khatchik et Leonarda, ont été mis au jour cette semaine, ça bouge dans les lycées sur cette politique insupportable d' un gouvernement PS, décidément capable de tout... les reniements!

Pour lire tract des jeunes du NPA distribué à la manif parisienne du 17.10, cliquez ici!

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Lire la suite

RESF : DEAMBULATION/ANIMATION /MANIFESTATION le 19 décembre 2012 à Evreux

14 Décembre 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #SANS-PAPIERS

UNE DEAMBULATION/ANIMATION /MANIFESTATION dans les rues d'Evreux avec des passages et arrêts en différents lieux de la ville le mercredi 19 décembre 2012 à Evreux.

Point de départ de la manifestation à 11h, devant la Préfecture...

Puis Restaurant administratif, Place de la Poste, Mairie, Miroir d'eau, rue de la Harpe, place de la Fraternité!

 

Actions circulaire Valls/ Immigration/Régularisations, en décembre, autour de la journée du 18 ( JOURNEE INTERNATIONALE DES MIGRANTS) à l'initiative de RESF et de nombreux partenaires.....

LDH – Collectif RESF27 - CFDT - Sgen-CFDT - CGT Educ'action 27 - UDCGT - FSU27-

NPA-27 - PCF AggloEvreux - Gauche Unitaire27 - Parti de Gauche- CEFED-27

A EVREUX: l'action principale est prévue mercredi 19 décembre, de 11h à 14h.

Venez nombreux avec percussions, badges et entrain!!! Diffusez à vos listes d'adresses. Merci.

Pour lire le tract au format PDF, Cliquer ICI

RESF-19-12-2012-a.jpg

RESF-19-12-2012-b.jpg

Lire la suite

Pétition de soutien à Monsieur Samuel BAVOUKANA

26 Novembre 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #SANS-PAPIERS

2012-11-pétitionEducssFront

 

Monsieur le Préfet de l’Eure,

Nous vous demandons de bien vouloir abroger l’Obligation à Quitter le Territoire Français (OQTF) que vous venez d’adresser à Monsieur Samuel BAVOUKANA et d’user de votre pouvoir discrétionnaire pour lui accorder un titre de séjour.

En effet, en France depuis plus de 8 ans, Monsieur Samuel BAVOUKANA est arrivé dans un centre international de musique, au sein du Puy-de-Dôme, après qu’il ait été sélectionné au Congo Brazzaville pour ses qualités de musicien (accordéoniste).

Il est donc arrivé en France, en toute légalité, sur invitation d’un organisme français, avec passeport et visa, et promesse de deux années de perfectionnement de ses compétences musicales qui lui avaient values d’être repéré et recruté par les responsables de ce centre, dans la perspective d’accéder au professorat et d’enseigner l’accordéon au sein de l’école de musique.

Les engagements, pris par l’organisme de formation musicale qui l’avait fait venir en France, n’ayant pas été tenus, au bout d’un an et demi, Monsieur Samuel BAVOUKANA a décidé de quitter ce qui était devenu pour lui un simple lieu d’exploitation de sa force de travail (employé à des tâches d’entretien et de ménage, sans salaire et sans accès à l’instrument et  à la formation qui lui avait été promise).

Il s’est rendu à Evreux où il avait un contact lui laissant espérer pouvoir reprendre la réalisation du projet qui lui avait fait accepter de quitter sa famille, ses amis et son pays.

Monsieur Samuel BAVOUKANA a dénoncé la situation auprès des autorités et d’associations d’aide aux victimes, sans pouvoir obtenir réparation des préjudices qu’il a subis.

Pourtant, gardant espoir et détermination, il a courageusement continué ses études d’accordéon au conservatoire de Bernay, suivi une formation de luthier et enchaîné les contrats de travail chaque fois qu’il a pu obtenir le droit de travailler (agent de service hospitalier, maçon, déménageur, signalisation routière, travail en déchetterie, etc.).

Il a aussi multiplié les concerts et les prestations publiques, souvent bénévolement, et s’est impliqué dans de nombreuses activités associatives.

Le projet initial auquel il a malgré tout continué de croire prévoyait la création d’une école de musique à Brazzaville comprenant l’enseignement et la promotion de l’accordéon, instrument encore rarement pratiqué en Afrique. Sa réalisation revêt, bien évidemment, un aspect important pour toutes les personnes concernées au sein de sa communauté d’origine.

Un retour à Brazzaville, sans qu’il ait pu accomplir  la « mission », pour laquelle sa famille et ses proches ont très largement contribué au financement initial (notamment le coût du voyage) n’est absolument pas envisageable : ni pour lui ni pour ceux qui, au pays, en attendent la réussite.

Monsieur Samuel BAVOUKANA doit donc pouvoir continuer sa formation ici, où son potentiel et ses qualités de musicien sont reconnus, où il est parfaitement intégré et bénéficie d’ailleurs d’une indéniable notoriété et de nombreux soutiens, et, par conséquent,  être autorisé à travailler en toute légalité pour assurer sa subsistance et vivre de manière autonome afin d’avoir la possibilité de retourner, un jour, au Congo Brazzaville dès lors qu’il aura pu réunir les compétences, les soutiens et le matériel nécessaires à la réalisation de ce projet à la réussite duquel notre pays s’honorerait d’avoir apporté son soutien, tant au plan humanitaire que culturel.

dimanche 25 novembre 2012.
Pour signer la pétition en ligne, cliquez ici

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>