Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Articles avec #environnement- ecologie tag

Projection débat: "sacrée croissance" le mardi 17 novembre

3 Novembre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

 au Cinéma Grand Forum  de Louviers à 20h30, en présence de la réalisatrice Marie Monique Robin. 6Eu. Soirée organisée par l’AMAP Louviers, Artisans du Monde, BIOCOOP, ATTAC et la CCFD-Terre  Solidaire.

au Cinéma Grand Forum de Louviers à 20h30, en présence de la réalisatrice Marie Monique Robin. 6Eu. Soirée organisée par l’AMAP Louviers, Artisans du Monde, BIOCOOP, ATTAC et la CCFD-Terre Solidaire.

Lire la suite

Climat : Préparer la riposte à la COP21 (L'Anticapitaliste n°305, 01.10.15)

31 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Il y a tout d’abord les messages officiels, fanfaronnants et qui masquent la réalité... 

«La France va accueillir et présider la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (COP21/CMP11), aussi appelée « Paris 2015 », du 30 novembre au 11 décembre 2015. C’est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2 °C. La France va donc jouer un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d’un consensus au sein des Nations unies et aussi au sein de l’Union européenne, qui occupe une place importante dans les négociations sur le climat. »

La COP21 rassemblera donc 195 pays, soit environ 20 000 participants. On sait déjà que les lobbys seront présents, que les multinationales – principales causes du dérèglement climatique – sponsorisent largement la réunion, que seuls 74 pays sur 195 ont à ce jour soumis leurs propositions, et que celles des pays qui auront un grand poids dans l’avenir – comme le Brésil ou l’Inde – n’en font pas partie. Même Hollande donne déjà des signaux de son interrogation sur la possibilité d’arriver à un accord ayant un sens. Par ailleurs, même si accord il y a, il ne sera en aucun cas contraignant !

Sensibiliser, expliquer

Et il y a la réalité : tous les experts, à commencer par le GIEC, confirment que l’objectif est d’ores et déjà inatteignable, que l’inertie du système conduit aujourd’hui à une augmentation de 3 °C au moins. Alors pourquoi la COP21, qu’en attendre et que faire dans notre camp ?

D’abord faire de cette occasion un moyen de sensibiliser largement les populations. Ainsi, Alternatiba, né de l’initiative du groupe basque Bizi, réunit localement les porteurs d’alternatives de la société civile à un monde capitaliste et pollué. Après le succès du premier Alternatiba à Bayonne en 2013, la formule s’est répandue dans toute la France, et même à Genève. Le week-end dernier, les 26 et 27 septembre à Paris, Alternatiba occupait toute la place de la République avec un Village des alternatives, ainsi que la Bourse du travail toute proche avec un cycle de tables rondes sur les thématiques liées au climat. Dans ce cadre, est arrivé samedi le Tour Alternatiba qui a parcouru pendant l’été 5 600 km en France pour sensibiliser le pays à la question du climat.

Les organisations politiques ne pouvaient en être partie prenante, mais le NPA a été présent, notamment en prenant la parole dans les tables rondes. Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont participé à ce week-end.

Mobiliser, agir

Si les initiatives citoyennes sont fondamentales, on a vu le succès des manifestations organisées via les réseaux sociaux à New York ou à Paris, le NPA et la gauche radicale dans son ensemble ont décidé de porter un discours d’écologie sociale, radicale et systémique, avant et pendant la COP21.

Une série de réunions et d’action seront le support de notre présence :

– Le 27 octobre à Paris, une soirée unitaire est organisée autour de Pablo Solon, qui était ambassadeur de la Bolivie aux Nations unies de février 2009 à la fin juin 2011. Il a joué un rôle important dans l’organisation de la Conférence mondiale des peuples contre le changement climatique à Cochabamba (Bolivie) en avril 2012. Après avoir rompu avec le gouvernement bolivien et son « nouvel extractivisme », il est maintenant directeur exécutif de l’organisation altermondialiste Focus on the Global South.

– Les 28 et 29 novembre, des manifestations à Paris et en régions, regroupées par « blocs » thématiques.

– Le 9 décembre, un meeting anticapitaliste, « Changeons le système ! ».

– Le 12 décembre, une nouvelle manifestation nationale à Paris à la fin de la COP21, « pour avoir le dernier mot » et poser les bases d’un mouvement durable pour la justice climatique.

Une mobilisation dans la durée, avant, pendant et après la COP21.

Commission nationale écologie

Lire la suite

CONTRE LA GUERRE, POUR LE CLIMAT! UN SAMEDI MILITANT LE 7 NOVEMBRE A LOUVIERS.

30 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE, #International

CONTRE LA GUERRE, POUR LE CLIMAT! UN SAMEDI MILITANT LE 7 NOVEMBRE A LOUVIERS.

A prendre en tout ou en parties:

- à 11h sur le parvis de l’église de Louviers: ce traditionnel « contre-11 novembre » nous donnera l’occasion, 101 ans après le début de la boucherie impérialiste, de dénoncer les ventes d’avions et de matériel militaire aux sanguinaires cheikhs du pétrole et à la brutale dictature militaire d’Egypte. Nous dirons non aux bombardements en Syrie qui préservent les bourreaux du régime Assad sans porter de coups efficaces aux barbares de Daesh. Des armes efficaces, les combattants de l’opposition laïque en auraient eu bueb besoin depuis 3 ans, mais tous les gouvernements "démocratiques" les leur ont refusées !

On chantera « la butte rouge », « le déserteur », « la chanson de Craonne » entre des prises de parole. Le PCF de Louviers, la LDH et la Libre pensée seront avec nous.

- à partir de midi, apéro, pui s repas-partage, on apporte du sucré ou du salé, et ses couverts (le lieu sera précisé)

- 13h, remue-méninges. Nous avons choisi le thème du "climat" pour avoir un moment de réflexion et d’échanges afin d'aider chacune et chacun dans les discussions pour convaincre que sans sortie du capitalisme, il n’y a aucune chance d'éviter le basculement climatique. Nous voulons aussi préparer les mobilisations à venir pendant la COP21, en particulier la montée nationale à Paris du samedi 12 décembre. L' exposé introductif sera fait par une membre de la commission nationale écologie du NPA .

- Fin: 16h
Inscrivez-vous par mail auprès de piervand@wanadoo.fr ou au 06 88 16 08 65

Lire la suite

[Pétition] Traitez en bio les vignes situées près des écoles ! #StopPesticides

14 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE, #Santé, #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Ainsi la viticulture française occupe-t-elle 3.6% de la surface agricole mais utilise à elle seule 20% des pesticides employés en France ! La vigne est traitée une douzaine de fois, au rythme d'un traitement tous les 10-14 jours, entre le 20 avril et le 10 septembre. 80% des pesticides utilisés sont des fongicides,dont certains sont classés cancérigènes possibles.

Salariée agricole devenue lanceur d'alerte sur les pesticides suite au décès de mon frère d'un cancer, alors qu'il travaillait depuis plus de trente ans dans les vignes, j'ai mené des actions locales pour sensibiliser professionnels et particuliers aux dangers de ces bombes chimiques à retardement, plus particulièrement sur les enfants.

En effet, les cancers pédiatriques augmentent, parmi lesquels des tumeurs cérébrales, des leucémies...

Villeneuve (33), mai 2014, les élèves d'une école située à proximité de vignes sont victimes d'une intoxication aigüe, suite à l'épandage de pesticides (http://www.leparisien.fr/bordeaux-33000/epandage-de-pesticides-malaises-en-serie-dans-une-ecole-primaire-de-gironde-14-05-2014-3841735.php).

05 août 2015, publication d"un rapport de l'ARS et de l'INVS suite à 9 cas de cancers pédiatriques dans le sauternais, dont 4 sur la commune de Preignac, dont l'école est située à quelques mètres d'une parcelle de vignes (https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=8&cad=rja&uact=8&ved=0CEgQFjAHahUKEwjBk6TC35TIAhWEWxQKHSR4Aeo&url=http%3A%2F%2Fopac.invs.sante.fr%2Fdoc_num.php%3Fexplnum_id%3D10089&usg=AFQjCNE65N64mZm31bg_dHnZnCsi2WBjvA&sig2=DxIQ9EyCixdgmHz_P8O7lA).

Les faits remontent à novembre 1999. Lucas avait 5 ans et demi. Nous vivions depuis 2 ans environ à Preignac, petit village du sud-gironde, faisant partie intégrante de l’appellation Sauternes-Barsac.. Alors que Lucas traverse une période inflammatoire (rhinopharyngite ou angine/bronchite...)....Le verdict tombe : Leucémie aigue lymphoblastique.Toute l’insouciance, la naïveté, s’envolent d’un coup. Remplacés par la terreur, l’incompréhension, la confusion, la culpabilité, la prostration, les questions…(http://infomedocpesticides.fr/2015/09/26/itineraire-dun-enfant-blesse/)

Que ce soit l'arrêté préfectoral du 23 juin 2014 ou la loi sur l'avenir de l'agriculture votée à l'automne 2014, la législation se limite actuellement à l'interdiction de l'application de pesticides pendant que les enfants sont dans l'enceinte de l'établissement scolaire, ou à l'installation de filets anti- pesticides dont l'efficacité reste à prouver, ou de barrières végétales. Aucune de ces mesures ne supprime l'exposition, la ligne de conduite des pouvoirs publics et de la profession étant de chercher quelle est la meilleure parade pour tenter de limiter cette exposition, sans envisager de la supprimer. Or, toute exposition aux pesticides, qui plus est lorsqu'il s'agit d'enfants, est dangereuse pour la santé, à court et long terme (http://www.inserm.fr/content/download/72644/562893/file/DP_EC_pesticides_12062013.pdf). Lorsque des pesticides sont appliqués sur les vignes proches, quelques heures maximum avant l'arrivée des enfants, ces derniers pénètrent dans une zone imprégnée de résidus de pesticides, bien avant le terme du délai de ré-entrée appliqué aux salariés agricoles. A l'heure où le ministère de l'agriculture envisage justement de faire porter les Equipements de Protection Individuelle à tous les salariés durant toute la saison de traitement, il est temps de prendre des mesures de protection à l'égard de nos enfants.

Je cite l'exemple de la viticulture mais toutes les cultures sont problématiques dés lors qu'elles sont traitées avec des pesticides. 

Traitement uniquement avec des produits homologués pour l'agriculture biologique et en dehors de la présence des enfants, de toutes les zones agricoles situées le long des écoles et des infrastructures sportives et culturelles.

Mesures qui ne viendraient pas compromettre la survie économique de l'agriculture, mais sont aujourd'hui gage d'une cohabitation sereine entre le monde agricole et ses concitoyens.

Pour exemple, la Charte qui fut signée le 02 mai dernier à Listrac-médoc, commune de 2500 habitants et 700 hectares de vigne, entre le château Liouner propriété de Mr Pascal Bosq, Marie-Lys Bibeyran et les associations de parents d'élèves (http://t.co/aIpyOql88s?fb_ref=Default). Par cette Charte, Mr Bosq s'est engagé à traiter en Bio ses parcelles jouxtant l'école maternelle, le stade et la salle socio culturelle et uniquement en dehors de la présence des enfants.

Nos enfants doivent être protégés des effets des pesticides sur leur organisme en formation, pour cela ils ont besoin de notre mobilisation.

Pétition réalisée avec le soutien de

l'Alerte Médecins Pesticides  AMLP , 18, rue Séverine 87000 LIMOGES

 

SIGNEZ ET PARTAGEZ CETTE PETITION ICI !

Lire la suite

Les citoyens allemands vent debout contre le traité Tafta (reporterre.net)

12 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE, #Santé, #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Les citoyens allemands vent debout contre le traité Tafta (reporterre.net)

Plus nombreux et mieux organisés qu’ailleurs en Europe, les protestataires allemands font obstacle aux traités TAFTA et CETA de libre-échange. Ils ont été plus de cent mille à manifester dans les rues de Berlin, ce samedi 10 octobre.

- Actualisation - Samedi 10 octobre, 21 heures : La manifestation a réuni plus de cent cinquante mille personnes à Berlin. Il semble que cette marche contre le TAFTA ait été la plus grande manifestation en Allemagne depuis 2003 contre la guerre en Irak.


- Berlin, correspondance

C’est l’un des pays les plus libéraux d’Europe et pourtant, c’est lui qui pourrait faire échouer les négociations commerciales entre l’Union européenne, le Canada et les États-Unis. L’Allemagne se prépare à défiler en nombre, ce samedi à Berlin, contre les traités de libre-échange CETA (l’Accord économique et commercial global) et Tafta (le Traité de libre-échange transatlantique, son autre nom étant le TTIP, le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement), dont le prochain round de négociations s’ouvre dans neuf jours à Miami. Les organisateurs attendent plus de 50.000 participants, venus de tout le pays. Cinq trains spéciaux et 600 bus ont été affrétés pour l’occasion.

Ce n’est pas un hasard si Berlin a été choisie pour lancer aujourd’hui la semaine d’action internationale antitraités transatlantiques. C’est en Allemagne que le mouvement de protestation est le plus important et le mieux organisé. En avril, plusieurs dizaines de milliers de personnes avaient déjà manifesté dans 170 communes allemandes, notamment à Munich, Stuttgart, Cologne et Leipzig - quand on peinait à rassembler en France et ailleurs.

Révélations d’Edward Snowden

L’ampleur de la contestation allemande se mesure également sur Internet : la pétition en ligne « Stop TTIP and CETA », remise mardi à Bruxelles, a rassemblé plus d’un million et demi de signatures outre-Rhin. C’est presque la moitié du total recueilli, trois fois plus qu’au Royaume-Uni, cinq fois plus qu’en France, vingt-deux fois plus qu’en Italie.

Les reproches adressés à ce projet de marché commun transatlantique sont multiples. Parmi eux, l’opacité des négociations. Il a fallu des fuites dans la presse pour que l’on entr’aperçoive le document servant de cadre aux discussions. C’est alors que les pommes de discorde ont commencé à mûrir : dégradation des services publics, introduction forcée d’OGM sur les marchés européens, risque d’impunité pour les multinationales, et bien d’autres.

JPEG - 226.8 ko
Manifestation à Berlin contre le TTIP (l’autre nom du Tafta), le 5 septembre.

« En Allemagne, la majorité des opposants n’est pas contre l’idée d’un nouveau marché commun, explique Steffen Hindelang, professeur de droit public à l’Université libre de Berlin. Mais le Tafta est un accord tellement vaste qu’il a fédéré contre lui une accumulation de mouvements aux revendications très différentes. » On retrouve ainsi des organisations altermondialistes (Attac, Campact), écologistes (Greenpeace, les Amis de la Terre), mais aussi des partis politiques allemands (die Grünen et die Linke) ainsi que la Confédération des syndicats allemands (DGB), proche des sociaux-démocrates. Et même, surprise, un collectif de petites et moyennes entreprises qui dénonce le risque de voir les multinationales leur verrouiller la porte des marchés.

Outre-Rhin, deux événements d’actualité ont fait basculer l’opinion en 2014, en pleine négociation. D’abord, les révélations d’Edward Snowden sur la surveillance états-unienne de l’État et des citoyens allemands. « Cette affaire a conduit à un scepticisme certain vis-à-vis des Américains », affirme Steffen Hindelang. L’Institut Delors confirme la corrélation, en notant une forte érosion dans les sondages du soutien allemand aux traités, dans le courant de l’année dernière.

« Riches et hystériques »

Deuxième catalyseur de la défiance, l’action en justice du groupe énergétique suédois Vattenfall contre la sortie allemande du nucléaire. Il réclame près de 4,7 milliards d’euros de dommages et intérêts à l’État allemand… non pas devant la justice allemande ou suédoise, mais devant une juridiction arbitrale basée à Washington, l’un de ces fameux tribunaux privés qui permettent aux entreprises de contester les décisions des États, et que le Tafta entend généraliser.

Si de larges pans de la société allemande réclament l’arrêt des négociations, le gouvernement d’Angela Merkel, lui, ne l’entend pas de cette oreille. Le vice-chancelier Sigmar Gabriel (SPD, sociaux-démocrates) a bien affirmé l’an dernier qu’il s’opposait au point concernant l’arbitrage des litiges États/entreprises, mais il a depuis adouci sa position. En janvier, il expliquait même à Davos que si les débats sur le Tafta étaient compliqués dans son pays, c’était « parce que les Allemands (étaient) riches et hystériques ».

Il se pourrait que les manifestants d’aujourd’hui aient plus de soutien politique à chercher du côté de Paris que de Berlin. Cette semaine, la France a menacé à deux reprises, par la voix de son secrétaire d’État aux Commerce extérieur, Mathias Fekl, de mettre fin aux négociations « si rien ne change dans un délai raisonnable, c’est-à-dire dans les jours qui viennent et dans le courant de l’année 2016 ».


UNE SEMAINE DE MOBILISATION EN EUROPE

La manifestation berlinoise lance une semaine d’action internationale pour les détracteurs du Tafta. Des centaines de rassemblements sont prévus jusqu’au 17 octobre dans la plupart des pays de l’Union européenne. L’agenda français est à retrouver ici.

Lire la suite

Des « faucheurs de chaises » agissent pour le climat (Le Monde, 1er Octobre 2015)

9 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Des « faucheurs de chaises » agissent pour le climat (Le Monde, 1er Octobre 2015)

L’action n’a duré que quelques minutes. A 9 h 30, jeudi 1er octobre, une trentaine de militants d’organisations altermondialistes et de défense de l’environnement ont « réquisitionné » douze chaises dans une agence de la BNP-Paribas, boulevard de Strasbourg, dans le 2e arrondissement parisien. Autant dire qu’ils les ont embarquées, malgré les protestations du directeur de la banque et une tentative de sa part d’abaisser le rideau métallique, puis les militants les ont chargées dans une camionnette.

Cette action « radicale non violente », ainsi que l’a caractérisée Jon Palais, de l’association basque Bizi – à l’origine notamment de la création d’Alternatiba –, vise à dénoncer « la finance qui n’est pas au service de l’homme et de la planète ».

Immobilisme (supposé) des grandes puissances

L’action parisienne, revendiquée par Bizi, Les Amis de la Terre, Attac, les Désobéissants, les J.E.D.I. for climate et Actions non violentes COP 21, devrait être suivie d’autres initiatives identiques. Le but ? Confisquer 196 chaises dans les banques, soit autant que de parties qui seront présentes à la 21e conférence des Nations unies sur le climat qui s’ouvrira le 30 novembre au Bourget (Seine-Saint-Denis). Ces chaises serviront à organiser une action symbolique visant à dénoncer l’immobilisme (supposé) des grandes puissances, durant la conférence, et à mobiliser les citoyens du monde en les invitant à siéger sur le mobilier confisqué.

196
            chaises vont être "réquisitionnées" dans des
            banques, autant que de parties qui seront présentes à la COP
            21 en France, à la fin de novembre, pour dénoncer le rôle de
            la finance.
196 chaises vont être "réquisitionnées" dans des banques, autant que de parties qui seront présentes à la COP 21 en France, à la fin de novembre, pour dénoncer le rôle de la finance. Photo : DR.

Cette initiative des « faucheurs de chaises » répond à un appel lancé, le 30 septembre, justifiant cette réquisition et signé notamment par le philosophe Edgar Morin, la sociologue Dominique Méda, l’écrivain Patrick Chamoiseau, le biologiste Jacques Testart et de nombreux politiques, José Bové, Jean-Luc Mélenchon, Olivier Besancenot, Pierre Laurent, etc.

« L’argent ne manque pas »

Pour résoudre le problème financier, notamment les 100 milliards de dollars par an d’ici à 2020, qui doivent aider les pays du Sud à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à s’adapter au changement climatique, « l’argent ne manque pas », écrivent les signataires. « L’évasion fiscale qui coûte 1 000 milliards d’euros par an aux budgets publics. Elle est organisée en grande partie par les banques, comme l’a démontré le scandale HSBC. Les banques françaises ne sont pas en reste : la première d’entre elles, BNP Paribas, détient 171 filiales dans les paradis fiscaux, dont 7 aux îles Caïmans. »

Lire aussi : La France va augmenter ses financements climat

D’où l’action ciblant en particulier BNP-Paribas, jeudi matin. Effectuée à visage découvert – les militants sont sûrs d’être filmés à l’intérieur et à l’extérieur d’une banque –, elle est assumée. « Toute poursuite qui serait engagée contre les faucheurs de chaises serait ridicule et disproportionnée au regard des milliards détournés dans les paradis fiscaux qui sont impunis », expliquait, devant la banque, Wilfried Maurin, d’Attac. Les douze chaises « réquisitionnées » ont été accueillies à leurs domiciles par Edgar Morin, le philosophe Patrick Viveret, l’essayiste altermondialiste Susan George ou encore l’ancien résistant et économiste Claude Alphandéry.

Lire la suite

150 A PONT DE L'ARCHE CONTRE LA SAPN

7 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE, #Maintenant ça suffit, #Non A l'Autoroute

150 A PONT DE L'ARCHE CONTRE LA SAPN

Mardi soir, plus de 150 personnes se sont réunies pour porter une plainte collective contre la SAPN pour « mise en danger délibérée de la vie d’autrui » à la sortie 20, à Criquebeuf. Cette intiative, lancée par Yves Lanic maire d’Amfreville, Gaëtan Levitre et Maryannick Deshayes conseillers départementaux de Pont de l’Arche, a heureusement débordé les rangs des « élus communistes, républicains et écologistes ». Etaient ainsi présents aussi le maire de Martot, des adjoints du Manoir et de la Haye-Malherbe, le maire de Pont de l’Arche…

Il s’agit en effet, si on veut gagner, de renouer avec la méthode de rassemblement qui a prévalu au moment de la mobilisation unitaire « pour le maintien et la préservation de l’emploi chez M-real ». L’objectif, c’est la sécurité des usagers à la sortie 20 de l’autoroute A13. La majorité des élu-e-s y veulent des aménagements. Pour le NPA, la seule solution, c’est la suppression du péage d’Incarville qui est responsable des bouchons et des dangers à la sortie 20,  partie intégrante de notre combat pour la transformation de l’A13 en rocade autour de Rouen d’Incarville à Bourg Achard, ceci rendant le contournement est inutile. 10 personnes sont allées déposer plainte, accompagnées d’un avocat, maître Verdier. Parmi elles, il y avait le maire PS de Pont de l’Arche Richard Jacquet et notre camarade Pierre Vandevoorde.

 Il s’agit maintenant de s’organiser à égalité de droits et de devoirs dans le cadre d’une association mais aussi d’une page Facebook (qui existe déjà) : La sécurité avant tout. Sur ce média paraitra très vite un statut permettant de télécharger en ligne un imprimé permettant à chacun-e de porter plainte également. L’affaire est bien partie.


Il faudra y retourner !

150 A PONT DE L'ARCHE CONTRE LA SAPN
Lire la suite

[Npa Seine-Eure] COP 21 ou pas... Changer de système, pas le climat ! (Tract de Septembre 2015)

5 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA Seine-Eure, #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

[Npa Seine-Eure] COP 21 ou pas... Changer de système, pas le climat ! (Tract de Septembre 2015)

La conférence mondiale sur le climat va se réunir à Paris. Sponsorisée par les grands pollueurs du monde, ses décisions ne gêneront pas leurs business. La température va continuer à grimper...

...et pourrait augmenter de +3° d’ici la fin du siècle engendrant ainsi des catastrophes climatiques et humaines. La fonte des réserves de glace fera monter le niveau des mers : des villes comme New York, Amsterdam seront englouties. La violence des cyclones, des inondations, des canicules va s’accroître. Les océans de plus en plus acides et chauds poussent déjà les poissons vers les pôles. Des millions de victimes qui auront tout perdu au sud devront migrer au nord.

La COP 21, un sommet pour ne rien changer.

C’est la révolution industrielle démarrée il y a 250 ans qui a donné naissance à ce système monstrueux. La bête capitaliste jamais rassasiée a imposé ses modes de production polluants, destructeurs de vies et d’environnement, basés sur les énergies fossiles, qui rapportent très gros. Aujourd’hui, ce choix menace l’humanité.

Alors, que faire ?

Pour éviter la catastrophe, 80% des réserves de pétrole, de charbon, de gaz, doivent maintenant rester sous terre. C’est impossible à obtenir sans bousculer les grands groupes. Car par exemple pour eux, la fonte du Groënland est une bonne chose : ils pourront y exploiter d’énormes réserves de pétrole. Ne s’acharnent-ils pas depuis des années à extraire du sous-sol les gaz de schistes et sables bitumineux avec les graves conséquences de pollution et de gaspillage d’eau potable ?

L’appropriation publique sous contrôle démocratique du secteur de l’énergie est la seule solution pour développer les énergies renouvelables (solaire, éolien, hydraulique…). En France, l’ADEME (agence pour la maîtrise de l’énergie) a déclaré que 100% de l’électricité pourrait être produite à partir des renouvelables en 2050. Pour ça, faut sortir du nucléaire !

Mais ce n’est pas à l’ordre du jour pour le gouvernement Hollande-Valls. Le nucléaire ne sera même pas discuté à la COP 21.

Mobilisons-nous pour sauver le climat !

Les grands groupes industriels et bancaires, relayés par les gouvernants, mènent le monde à la catastrophe. Aucune confiance à avoir en eux.

Participons aux rassemblements, manifs, marches les 28 et 29 novembre (partout dans le monde), le 12 décembre à Paris. Personne ne sauvera la planète à notre place, et surtout pas les capitalistes !

Lire la suite

De Volkswagen à la cigarette électronique: LA TRICHE AU COEUR DU CAPITALISME !

30 Septembre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE, #Santé

 De Volkswagen à la cigarette électronique: LA TRICHE AU COEUR DU CAPITALISME !

Volkswagen a reconnu avoir équipé ses modèles diesel des années 2009 à 2015 d'un logiciel permettant de cacher des émissions polluantes jusqu’à 40 fois supérieures aux normes  autorisées. De quoi faire réfléchir ceux qui voudraient que le capitalisme industriel soit meilleur que la «méchante» spéculation financière !

 

Ils exploitent, ils empoisonnent, ils trichent… mais ils profitent

Le PDG de Volkswagen a dû démissionner. Mais il obtiendrait plus de 28 millions d’euros de pension. Avec les indemnités de départ, le montant de son pactole pourrait s’élever à près de 60 millions d’euros… ce qui équivaut à 8 000 fois le salaire annuel d’un ouvrier du secteur. Tricher peut rapporter gros... à condition d'être le patron d'une des plus grandes multinationales d'Europe.

Le comble serait que ce soient les salarié-e-s qui paient la note des 16 milliards d'euros d'amende que les Etats-Unis vont réclamer au groupe ! Aucun travailleur  ne doit en subir les conséquences, ni en Allemagne, ni ailleurs !

 

Et ce n'est pas seulement Volkswagen !

Car on sait maintenant que seul un véhicule produit sur dix respecte les normes antipollution.

La ministre de l’environnement, Ségolène Royal, a annoncé des tests aléatoires et indépendants, avec la bénédiction du Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA). Mais on peut largement douter de « l'indépendance » de ces tests, quand on voit le zèle avec lequel le gouvernement français a immédiatement défendu Peugeot et Renault !

 

Et maintenant, le scandale de la cigarette électronique !

Pour un scandale qui éclate, combien d'autres nous restent inconnus ? Hier  c’était le premier constructeur automobile mondial, avant ce fut un grand groupe du médicament avec le Mediator, ou encore les groupes de l'agro-alimentaire avec les farines animales et  la « vache folle »… et aujourd’hui c’est le tour des fabricants de cigarette électronique : une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) menée en 2014  constate la  non-conformité de 90 % des liquides prélevés et de près de la totalité des chargeurs, et de . « nombreuses anomalies d’étiquetage » sur les recharges de liquide…

 

C'est tout leur système qui est pourri

Les fraudes se sont développées à cette échelle parce que les « puissants » croient que le secret leur garantit l’impunité. La levée du secret qui préside à toutes les opérations industrielles et financières dans tous les domaines de la production devient une exigence élémentaire. Ces grands groupes sont prêts à tout pour faire du profit, quitte à empoisonner nos assiettes, nos poumons, notre santé, notre environnement, toute la planète même, avec la complicité des gouvernements et des institutions.

 

Changer le système pour sauver la planète et le climat !
La conférence mondiale sur le climat va se réunir à Paris. Sponsorisée par les grands pollueurs du monde, parmi lesquels les groupes automobiles,  ses décisions ne gêneront pas leurs business. Avec toujours plus d'énergies fossiles gaspillées, la température va continuer à grimper. Mais avec 3° de plus d’ici la fin du siècle, on aura des  catastrophes climatiques et humaines.  La fonte des réserves de glace fera monter le niveau des mers : des villes comme New York, Amsterdam seront englouties. La violence des cyclones, des inondations, des canicules va s’accroître. Des millions de victimes qui auront tout perdu au sud devront migrer au nord.  Alors, participons aux rassemblements, manifs, marches les 28 et 29 novembre (partout dans le monde), le 12 décembre à Paris. Personne ne sauvera la planète à notre place !

 

Lire la suite
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>