Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles avec #environnement- ecologie tag

TOUS A CHERBOURG CONTRE L'EPR

10 Janvier 2006 , Rédigé par RESEAU SORTIR DU NUCLEAIRE Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Appel international des associations, personnalités, groupes,
syndicats et partis politiques

NON à l’EPR, OUI aux alternatives au nucléaire
Tous à Cherbourg les 15 & 16 avril 2006.

Alors que notre pays est déjà largement suréquipé en centrales nucléaires et qu'il est urgent de maîtriser les consommations d'énergie et de développer les énergies renouvelables, le gouvernement a demandé à EDF de construire un nouveau réacteur nucléaire de type EPR (European Pressurized Reactor) à Flamanville dans la Manche.

L'intention du lobby est de nous mettre encore une fois devant le fait accompli en imposant à terme le renouvellement des réacteurs existants par des réacteurs EPR.

Pourtant, la construction d'un réacteur EPR est une mauvaise décision à tous les points de vue :

  • Energétique : la  France n'a besoin d'aucune nouvelle grande capacité de production électrique avant plusieurs décennies. Le nucléaire ne contribue qu'à hauteur de 15% de la  consommation énergétique finale en France et 3% dans le monde. Il n'est donc  pas une réponse au réchauffement climatique.
  • Economique : ce chantier de plusieurs milliards d'Euros entraînera un retard dommageable dans la nécessaire  reconversion d'une partie de l'industrie nucléaire française sans en résoudre les difficultés.
  • Social : Energies renouvelables et maîtrise de  l'énergie sont bien plus créatrices d'emplois et porteuses d'avenir. A  investissement équivalent, un programme éolien produirait par exemple deux fois plus d'électricité et créerait près de 5 fois plus d'emplois (Comme le montre l'étude “Eole ou Pluton ? 2003” réalisée par l'association Détente).
  • Environnemental :  l'EPR n'apporte aucune amélioration notable du point de vue de la sûreté et de la gestion des déchets radioactifs dont le fardeau, une fois de plus, pèsera sur les générations futures.

Parce que nous refusons la perpétuation des risques du nucléaire ;

Parce que nous refusons  que le lobby nucléaire nous impose un nouveau réacteur ;

Parce que nous refusons la confusion entre service public et lobby nucléaire ;

Parce que nous savons que cet investissement inutile restera finalement à la charge des clients d'EDF et des générations futures ;

Parce que nous voulons un avenir fait d'énergies renouvelables et propres ;

Ensemble, nous disons NON à l'EPR !

Nous signons cet Appel contre l’EPR et nous appelons au grand rassemblement de Cherbourg (*) contre l’EPR, des 15 et 16 avril 2006 (week-end de Pâques). Ce rassemblement sera également l’occasion de commémorer les 20 ans de la catastrophe de Tchernobyl.

(*) Rassemblement à l’initiative du Collectif Régional de Normandie et de l’Ouest "L’EPR, non merci, ni ailleurs, ni ici !" et du Réseau “Sortir du nucléaire”.

Le collectif régional est composé de : Attac Centre Manche. Attac Sud Manche.  Alternative citoyenne/La Gauche autrement. Alternative Libertaire. Collectif contre l’enfouissement des déchets nucléaires Athis de  l’Orne. COEDRA Mayenne. COEDRA 35. Confédération paysanne Basse-Normandie. CRILAN. GRAPE. LCR. Manche Nature. Mayenne Nature Environnement. Pays de Granville Environnement. Greenpeace. Groupe Radical Citoyen Vert au Conseil Régional. Sud Solidaires Manche. UFC Que Choisir Saint-Lô. Les 7 vents  du Cotentin. Les Verts Basse Normandie. Les Verts Haute Normandie. Les Verts Mayenne.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" est une Fédération de 720 associations.

Lire la suite

CHIRAC VRP de l'EPR

9 Janvier 2006 , Rédigé par LCR Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

  Communiqué de la Ligue communiste révolutionnaire

Ni nucléaire, ni effet de serre !


 J.Chirac, en bon VRP du lobby nucléaire, veut nous faire croire que le nucléaire peut nous sauver de l’effet de serre, comme si la peste pouvait nous protéger du choléra. Le problème de l’effet de serre vient essentiellement du transport routier. C’est en défendant et en développant les transports collectifs, en limitant la place de la voiture et en réduisant drastiquement le transport par camions, qu’on réduira les émissions de gaz à effet de serre. Au lieu de cela, le gouvernement Villepin ferme des voies ferrées et exonère les patrons routiers.

 De plus, en annonçant que l’EPR est déjà lancé, J.Chirac montre que le pseudo-débat sur l’énergie mené dans le cadre de la commission nationale du débat public (CNDP) n’est qu’un leurre : les décisions sont déjà prises depuis longtemps. La LCR appelle donc la population à se joindre aux mobilisations qui se préparent contre ce projet dangereux et coûteux, notamment dans le cadre du Réseau Sortir du Nucléaire. Nous mettrons toutes nos forces dans la bataille contre l’EPR, pour une véritable alternative énergétique et pour un service public de l’électricité sans nucléaire.

Le 9 janvier 2006.

Lire la suite

LUTTE ANTI-OGM

10 Décembre 2005 , Rédigé par Confédération paysanne Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

La Confédération paysanne appelle à un rassemblement à Rouen samedi 17 après-midi, à 15h rue Eugène Boudin

(rue piétonne derrière le palais de justice)



pour "faire le procès de Monsanto", qui est en train de porter une très
grave atteinte à la liberté d'opinion et d'expression. On le savait
déjà, que c'était une spécialité maison, mais là c'est directement le
mouvement anti-OGM qui est touché.
Bagnolet, le 28 novembre 2005


Communiqué de presse


Monsanto cherche à réduire au silence la Confédération paysanne par la répression financière

En faisant bloquer les comptes bancaires de la Confédération paysanne
pour recouvrer les 196 000 € de dommages et intérêts dus pour la
neutralisation de parcelles OGM à Monbéqui (82) en 1998, MONSANTO
cherche à réduire notre syndicat au silence.

Depuis 1997, la Confédération paysanne s’est opposée aux transnationales
de l’agro-chimie et des semences dont MONSANTO est un des leaders. Notre
refus ferme et résolu de l’utilisation des OGM en agriculture nous a
amené, à plusieurs reprises, avec d’autres, à nous opposer à cette
multinationale qui ne cherche qu’à imposer sa domination et à augmenter
ses profits.

La Confédération paysanne ne se laissera pas intimider.

D’ores et déjà, toutes celles et tous ceux qui refusent les OGM au nom
du droit des citoyens à un environnement sain et à la biodiversité, au
nom du droit des paysans à l’autonomie et au nom du droit des
consommateurs à une alimentation de qualité doivent se mobiliser et
continuer de soutenir la Confédération paysanne et ses partenaires
contre l’impossible coexistence non OGM/OGM et contre cette répression
financière destinée à la bâillonner.

Le résultat du référendum du 27 novembre 2005 sur les OGM en Suisse -
moratoire de 5 ans - a montré la détermination des citoyens à protéger
leur environnement et leur alimentation. Aujourd’hui, en France, un tel
moratoire est plus que jamais indispensable pour débattre
démocratiquement de la question des OGM comme le demande la déclaration
commune « Organismes Génétiquement Modifiés » déjà signée depuis le 10
novembre dernier par une dizaine d’organisations.

 

Lire la suite

réseau sortir du nucléaire

30 Novembre 2005 , Rédigé par RESEAU Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

   cliquer sur le logo pour aller au site

la LCR est partie prenante de la relance du réseau "sortir du nucléaire" dans le département. Une première réunion s'est tenue à Louviers le 5 décembre dans le but de préparer ensemble le rassemblement national du 15 avril à Cherbourg contre la relance du programme nucléaire.

 

27/10/2005



Privatisation d'EDF et crash suicide
sur le réacteur nucléaire EPR



C'est principalement pour financer la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, de type EPR, que la privatisation d'EDF est aujourd'hui engagée. Certes, dans un premier temps, EDF et le gouvernement ont pris soin d'annoncer des investissements dans des secteurs moins sensibles, mais le projet annoncé de remplacer les centrales nucléaires actuelles, vieillissantes, nécessite des sommes colossales (1).

Il est d'ailleurs évident que la part des actions EDF vendues par l'Etat passera sous peu de 15 à 30 %, et que la limite de 30%, prétendument "gravée dans le marbre", sera remise en cause par une prochaine loi. Ensuite, comme pour France Télécom, la part de l'Etat dans EDF passera sous la barre des 50% sous prétexte que "L'Etat conservera une minorité de blocage". Enfin, l'Etat passera un jour discrètement sous la minorité de blocage comme ce fut le cas le 31 août 2005 pour France Télécom, dans l'indifférence absolue.

Il est donc aujourd'hui très clair que, pour empêcher la privatisation du service public de l'énergie, il faut s'opposer à la relance du nucléaire. Ce dernier est, de toute façon, la négation même du service public et de l'éthique citoyenne :

- décisions prises sans consultation ni consentement de la population ;
- construction des centrales à grands renforts de compagnies de CRS et de gaz lacrymogènes ;
- centralisation et vulnérabilité de la production (cf tempête décembre 1999, même si les agents EDF ont été admirables pour réparer), contrairement à une production décentralisée, au plus proche des usagers ;
- mainmise des centrales sur la vie locale par les taxes professionnelles et les subventions ;
- salariés (principalement intérimaires) irradiés lors des opérations de maintenance ;
- cinq fois moins d'emplois dans le nucléaire que dans les énergies renouvelables (pour un même investissement) ;
- surconsommation électrique délibérément organisée (chauffages et climatiseurs électriques en particulier) pour "justifier" la surproduction des centrales nucléaires ;
- investissements colossaux au détriment des énergies renouvelables ;
- néocolonialisme pour s'accaparer l'uranium dans les pays du Sud (cf Niger) ;
- rejets radioactifs et chimiques (souvent illégaux) dans l'air et l'eau ;
- factures incalculables laissées aux générations futures (démantèlement des centrales nucléaires en particulier) ;
- déchets nucléaires légués aux générations futures ;
- en cas d'accident nucléaire : contamination dramatique de millions de personnes et évacuation de régions entières pour des siècles ;
- mensonge permanent, comme pour le nuage de Tchernobyl ou la vulnérabilité des installations nucléaires à un crash suicide.
- etc.

La question démocratique mérite d'être approfondie car, justement, un supposé "Débat public" est supposé éclairer la nécessité ou non de construire un premier réacteur nucléaire EPR. Malheureusement, ce débat tourne à la parodie de démocratie :

- la contribution écrite du Réseau "Sortir du nucléaire" a été censurée car elle faisait référence à un document "Confidentiel défense" qui reconnaît que l'EPR ne résisterait pas à un crash suicide. Nous y reviendrons.
- le 24 octobre 2005, le Premier Ministre a déclaré sans rire : "Au vu des conclusions du débat public en cours, EDF construira le premier réacteur EPR à Flamanville." C'est d'autant plus stupéfiant que l'ouverture du débat "en cours" a été fixée au 3 novembre !
- EDF a d'ores et déjà lancé des appels d'offre dont les réponses doivent être revenues le 5 janvier 2006, alors que le "débat" cours jusqu'en février !

Il est donc clairement établi que le nucléaire ne porte pas seulement atteinte à l'environnement et aux êtres vivants, mais aussi au service public et à la démocratie. Mais il est tout de même nécessaire de dénoncer plusieurs faux arguments avancés par les tenants de l'atome :

- le nucléaire ne donne aucune indépendance énergétique : 100% de l'uranium, le combustible des centrales, est importé (en particulier du Niger où les populations locales sont exploitées et spoliées). On nous réplique que l'uranium n'est pas cher comparé au pétrole : or il ne s'agit alors plus là d'indépendance énergétique mais de coût du nucléaire. Et sur ce plan, l'atome est encore une mauvaise affaire.
- EDF a toujours perdu et perd aujourd'hui encore de l'argent avec les centrales nucléaires (99 millions d'euros de pertes en 2004). Ce sont les activités de transport et de distribution de l'électricité qui sont (très) rentables : 1002 millions d'euros en 2004 !
- malgré 58 réacteurs nucléaires, la France a été frappée par la canicule 2003, la sécheresse 2005, sans compter… celles à venir. Le nucléaire, qui représente une part infime (6%) et sur le déclin (moins de 5% en 2030) de l'énergie mondiale, est dans l'incapacité d'empêcher le réchauffement climatique. La seule solution tient en trois points : efficacité énergétique, économies d'énergie, énergies renouvelables.
- aucune solution n'existe pour les déchets nucléaires. Pire : la Cour des comptes a rendu en janvier 2005 un rapport édifiant sur "le démantèlement des installations nucléaires et la gestion des déchets radioactifs", montrant que le financement de ces opérations n'était pas assuré, particulièrement pour EDF qui ne dispose que d'un "embryon d'actifs dédiés par rapport à la masse à financer".

Enfin, rappelons que le Réseau "Sortir du nucléaire" s'est procuré un document Confidentiel défense qui montre que le futur EPR n'est pas conçu pour résister à un crash suicide. C'est inacceptable pour un réacteur qui, s'il est construit, sera le premier réacteur "post 11 septembre 2001". Et c'est bien pour ça que le pouvoir entend censurer cette information cruciale.

L'argent de la privatisation d'EDF servira-t-il pour construire des réacteurs nucléaires d'ores et déjà dépassés ? Nous répondons non : non à la privatisation d'EDF, et non à l'EPR (2). Et nous disons oui à un plan de sortie du nucléaire mené conjointement à une ambitieuse politique d'efficacité énergétique, d'économies d'énergie, et de développement des énergies renouvelables. C'est la seule solution pour sauver la planète du nucléaire ET de l'effet de serre, le service public ET la démocratie.


(1) D'ailleurs, EDF n'a toujours pas fini de payer… le parc nucléaire actuel.
(2) Les 15 et 16 avril 2006, à l'occasion des 20 ans de Tchernobyl, le Réseau "Sortir du nucléaire" et de nombreux partenaires organisent un grand rassemblement international à Cherbourg, près du site de Flamanville désigné pour recevoir le réacteur EPR.

Lire la suite

Debré et la pollution à EVREUX

20 Septembre 2005 , Rédigé par LCR- section d'Evreux Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

DEBRE  OUBLIE LA POLLUTION
           Debré a choisi pour le projet immobilier de la SADN (promoteur ébroïcien Huot) : petits immeubles collectifs, maisons de ville.  La maison de retraite médicalisée et la résidence d’étudiants, prévus dans ce projet, semblent passer à la trappe au profit d’un centre équestre repiqué chez l’autre promoteur pourtant non retenu !
         Pas de logement social prévu pour Debré et pourtant les besoins sont pressant suite à la restructuration de la Madeleine. Le logement étudiant ça urge aussi. Et puis il y a des zones inondables dans le périmètre proche de l’Iton.
         Mais le plus inquiétant est que Debré considère la dépollution du site comme acquise. Or il se trompe car la pollution des usines de Navarre est bien plus grave qu’on ne le pensait. Pendant des dizaines d’années les industriels ont disséminé, impunément, des produits dangereux et mortels dans les sols du quartier de Navarre et dans la rivière (cuivre, plomb, nickel, mercure). Pendant des dizaines d’années les travailleurs des usines et la population du quartier ont été exposés directement à cette pollution.
           Aujourd’hui les industriels ne sont même plus considérés comme responsables puisque c’est le syndic, mandataire judiciaire et propriétaire du site, qui est chargé de la dépollution et de la revente. Le syndic peut être inquiet car la dépollution sera longue, difficile et très coûteuse. Il faudra compter sur la vigilance des associations du quartier pour que toutes les études aboutissent à une vraie dépollution.
 
 La santé des habitants ne doit pas passer après les profits juteux du promoteur immobilier et l’intérêt électoraliste de Debré.
Lire la suite

Déchets nucléaires:

15 Septembre 2005 , Rédigé par LCR Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

"N’empoisonnez pas la terre"

   A l’appel des "coordinations nationales des collectifs et des élus contre l’enfouissement des déchets radioactifs", 6 000 personnes ont manifesté à Bar-le-Duc contre la transformation du Village voisin de Bure, dans la Meuse, en poubelle nucléaire.

   Depuis 1999, l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) était chargée de mettre en place la faisabilité de l’enfouissement de déchets à moins de 500 mètres de profondeur, dans les couches argileuses. Un pré-rapport remis en juin dernier au gouvernement considère comme justifié leur mise en terre. Et comme toujours, pour tout ce qui concerne le nucléaire, l’avis des populations est négligé : le débat n’aura lieu qu’au Parlement dans 6 mois.

   Venus de France mais aussi d’Allemagne, du Luxembourg, de Belgique et de Suisse, les manifestants ont marché, dans une ville où de nombreux commerçants avaient baissé en solidarité leurs rideaux, et ponctué le défilé de "Die in".

La Ligue communiste révolutionnaire et les Verts étaient les seuls partis représentés à Bar-le-Duc.

Lire la suite
<< < 10 20 30 31 32 33 34 35