Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles avec #declarations de philippe poutou tag

Lire la suite

Sarkozy président du FN?

3 Septembre 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Antiracisme, #Déclarations de Philippe POUTOU

La classe politique française vue par le New York Times, Août 2016

La classe politique française vue par le New York Times, Août 2016

Lire la suite

Attentat de Nice: les mots de Philippe Poutou

15 Juillet 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU

Attentat de Nice: les mots de Philippe Poutou

Salut à toutes et tous,
Encore un drame effroyable hier soir à Nice. Un camion conduit par un individu "fou" bourré de haine fonce sur la foule. Au moins 84 personnes sont tuées. Même s'il n'est pas (encore) revendiqué, c'est sûrement un acte terroriste. En tout cas, tout le monde pense à Daesh et au terrorisme islamiste.
Le fait est qu'une personne "seule" qui pète complètement les plombs, armée d'une idéologie guerrière et haineuse peut faire des dégâts considérables. C'était le cas à Orlando (Etats-Unis) récemment contre la communauté homosexuelle, c'est le cas cette fois-ci à Nice. Le fait est aussi que des bandes plus ou moins organisées, plus ou moins en lien avec des réseaux terroristes internationaux agissent et assassine des gens par dizaines.
Depuis le début de l'année, il y aurait au moins 2700 personnes tuées dans des attentats de ce genre dans le monde. Essentiellement en Irak, en Turquie, en Somalie, très récemment encore. Des attentats meurtriers qui font moins la "Une" que ceux perpétrés en France, pourtant pas moins dramatiques. Car le terrorisme frappe toutes les populations mais surtout celles des pays qui sont dans les situations les plus catastrophiques, connaissant la misère, l'oppression de leurs dictatures mais aussi l'oppression des pays riches économiquement par les rapports néocoloniaux et politiquement par des interventions militaires à répétitions comme en Afghanistan ou Irak. Les puissances occidentales jouent un rôle fondamental dans les drames actuels.
Depuis cette nuit, nos politiciens de droite et d'extrême droite relancent leurs déclarations patriotiques, parlent de la France en danger, demandent que la guerre contre le terrorisme soit menée. Ils critiquent un gouvernement qui a pourtant le même discours, qui va prolonger l'Etat d'urgence et faire la guerre au terrorisme !
Leurs solutions ? Encore plus de militaires dans les rues du pays ? Plus de contrôles policiers ? Plus de musulmans soupçonnés et stigmatisés placés en garde à vue et en prison ? Plus de propagande anti-immigrée et xénophobe ? Mais jusqu'où ira-t-on ?
C'est vrai que la situation est complexe, que l'émotion est telle que n'importe quel discours sécuritaire peut fonctionner, que n'importe quel délire patriotique peut avoir de l'écho dans la population. Alors ce n'est pas le plus simple, mais la réponse passe par une dénonciation de l'oppression des peuples au moyen-orient et au proche orient, par une dénonciation des régimes oppresseurs et financeurs du terrorisme international comme le Qatar, l'Arabie Saoudite, par une dénonciation des complicités des puissances occidentales avec ces régimes, à commencer par ne plus leur vendre des armes ! La réponse c'est aussi exiger l'arrêt des interventions militaires de la France ou des Etats-Unis par exemple, qui n'ont pas d'objectif humanitaire mais bien de domination impérialiste, des interventions militaires qui renforce les bases du terrorisme plus qu'il ne le combat.
S'il y a une guerre à mener, c'est contre ce capitalisme qui pille les richesses des pays, qui oppriment les peuples pour faire les affaires des possédants. Le terrorisme c'est un des moyen de se faire la guerre entre États, c'est une des conséquences de cette misère effroyable que subissent les peuples.
Philippe

Lire la suite

Philipe Poutou, le gouvernement, la violence... (www.facebook.com)

20 Juin 2016 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU, #REPRESSION, #EMPLOIS - LICENCIEMENTS, #RESISTANCE

Philipe Poutou, le gouvernement, la violence... (www.facebook.com)

Salut à toutes et tous
Le gouvernement, très bien relayés médiatiquement (mécanique bien huilée), est une nouvelle fois à l'offensive contre le mouvement social. On assiste à une véritable opération de détournement. Plutôt que de parler de l'importance de la contestation dans la rue, du ras le bol contre les reculs sociaux, le gouvernement veut sauver la face, alors il cible les violences des "casseurs". Pas celles des hooligans-supporters de football alcoolisés qui se battent sauvagement avant ou après les matchs (une belle image de la soi-disant fête du foot par ailleurs). Pas celles bien sûr des forces de l'ordre qui ont provoqué pour l'essentiel les affrontements en tête de manif.
Le problème pour le pouvoir c'est de s'en prendre aux manifestants et aux syndicats, c'est de "casser" une mobilisation qui dure depuis trop longtemps à leurs yeux.
Et il s'agit d'une véritable guerre de classe alliant la répression brutale et la propagande à longueur de déclarations, à longueur d'antennes.
Toute la journée on nous a parlé des vitres de cet hôpital des enfants. Un spectacle attristant pas terrible c'est vrai. Mais quelle indécence, quelle hypocrisie de la part des Valls et Cie, des politiciens de droite et d'extrême droite, de la part aussi des médias. Tous ces gens dénoncent la "casse" sans se demander comment cela a pu se passer, sans souligner la tactique manipulatrice des policiers qui ont visiblement fait en sorte que ça pète devant l'hôpital.
Mais quelle malhonnêteté ! Car à quel moment, a t'on entendu ces même gens si préoccupés des dégradations de Necker, se révolter contre les fermetures de maternités ou de services hospitaliers, contre la dégradation du service public de santé, contre le fait que des millions de gens n'arrivent plus à se soigner correctement.
Les réactions de Valls en tête sont scandaleuses. Ils se servent du moindre prétexte pour justifier l'interdiction des manifestations. Ils n'ont pas honte, non c'est la haine de classe qui parle.
Il y en a marre de leur arrogance, de leurs abus de pouvoir, de leur volonté de nous écraser. Il y a un vrai danger pour nous.
Heureusement nous n'avons pas dit notre dernier mot. D'autres actions et d'autres manifestations se préparent, continuons. Seule notre force collective peut les faire reculer.
Philippe

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

Philippe Poutou : Philae posé sur la comète. Et alors ?

19 Novembre 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU

http://www.npa32.fr/spip/IMG/jpg/hollande-rosetta_5148811.jpg?2471/7f771efcc6b668cfa9d9fc012a7350800d57e496On a tous entendu parler de la prouesse scientifique concernant l’envoi et l’“atterrissage” d’un robot sur une comète qui voyage à plus de 55 000 kilomètres/heure et qui se trouve à un peu plus de 500 millions de kilomètres. C’est si loin que l’information mettait plus de 7 minutes pour arriver sur terre. C’est fort quand même. Et les chiffres donnent un peu le vertige. Tout ça pour quoi ? Et bien pour essayer d’en savoir plus sur la naissance de l’univers voire l’origine de la vie sur terre. Fabuleux, c’est sûr.

Si je parle de cet évènement, c’est juste pour souligner une contradiction, un truc légèrement aberrant.

L’humanité est capable de ce genre d’exploit, capable de compréhension des lois physiques de l’univers, de les maîtriser car pour envoyer de si loin cette sonde et ce robot lancé il y a 10 ans, il s’agit bien de maîtrise.

La chose dingue c’est que dans le même temps, l’humanité n’est pas capable de résoudre la faim et la misère dans le monde, les 3/4 de la population mondiale est sous-alimentée, des centaines de millions de gens sont mal logés, ne peuvent pas se soigner, n’ont pas l’eau courante.

On vit dans un monde qui connait la surproduction, le gaspillage, la destruction de l’environnement. On vit dans un monde où des régimes dictatoriaux et barbares massacrent des populations entières.

Alors, pas de rapport entre les deux ?

Entre un exploit scientifique réalisé à 500 millions de kilomètres et la misère humaine ici sur la planète ? Si, à mon avis, il y en a un. Pourquoi ce serait plus compliqué de mettre en place une organisation économique et sociale qui respecte la planète et tous ses habitants ? Si on n’y arrive pas, ce n’est pas parce que ce serait une chose impossible ou utopique ou mystérieuse ou parce qu’il nous manquerait des connaissances scientifiques. Non si on n’y arrive pas c’est parce qu’on vit dans un monde dominé par une classe sociale parasite, obsédée par le pouvoir et l’argent. Une classe sociale prêt à tout pour défendre son pouvoir et ses richesses.

L’exploit qui reste à réaliser, c’est le partage des richesses, la démocratie réelle, l’émancipation et la coopération des peuples sur toute la planète, La formule ou l’équation scientifique est déjà connue : c’est la révolution, la révolte des peuples, l’expropriation des classes possédantes. Reste à mettre en pratique.

Philippe Poutou

Lire la suite

A Port-Leucate, Philippe Poutou (NPA) juge que "la seule action positive d'Hollande, c'est le mariage pour tous" (L'indépendant 27/08/2013)

1 Septembre 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU

Depuis dimanche et jusqu'à mercredi, le Nouveau parti anticapitaliste tient son université d'été à Port-Leucate. Rencontre avec Philippe Poutou, une des figures du mouvement

Quels sont les principaux thèmes abordés lors de cette université d'été ? Nous allons débattre de nombreux thèmes jusqu'à mercredi. Et tout d'abord, de l'enjeu de la bataille des retraites et de la question du travail socialisé. Nous rejetons la réforme des retraites, qui est la suite de ce qu'a fait Sarkozy. Nous sommes pour un retour à ce que c'était avant (la retraite pour tous à 60 ans), même si cela ne veut pas dire que c'était satisfaisant. Il y a aujourd'hui de plus en plus de chômeurs, et pour enrayer cette tendance à l'accumulation des richesses d'un côté, et la pauvreté de l'autre, il faut une répartition du travail et une baisse du temps de travail afin que tout le monde puisse avoir un emploi. Nous parlerons aussi beaucoup de l'internationalisme en affirmant notre solidarité avec la lutte des autres peuples.

Le NPA soutiendrait-il une éventuelle intervention en Syrie ? Nous n'avons aucune confiance dans ces interventions impérialistes. Le problème est de savoir : quelle intervention ? Si c'est pour faire comme en Afghanistan ou au Mali, c'est pas la peine. Une solidarité entre les peuples devrait se traduire par le fait de donner les moyens aux peuples de se défendre.

Quelle est la situation actuelle du NPA ?

On a vécu trois années difficiles avec des désaccords au sein du parti et une perte importante de militants (moitié moins depuis sa création). Aujourd'hui, le nombre d'adhérents s'est stabilisé et il est sensiblement identique à l'an dernier. Mais, s'il y a un problème interne en lien avec ce qu'on ne sait pas faire, ou qu'on fait mal, il y a aussi le contexte social. On fait partie de ces gens qui souffrent de la crise. Et c'est difficile de construire une organisation militante. Les gens n'y croient pas et cet affaiblissement du mouvement social coûte cher à notre parti mais aussi à d'autres. Le mouvement social est à reconstruire, il faut qu'il retrouve un certain dynamisme qui permettrait de relancer les équipes militantes.

Justement, en 2014, il y a des échéances électorales importantes (municipales, européennes). Comment le NPA les appréhende ? Nous ferons en sorte d'être le plus présent possible aux élections municipales. Mais c'est toujours compliqué pour nous, d'une part de réunir les moyens financiers nécessaires à la campagne, mais aussi parce qu'on n'a pas la force militante nécessaire pour être présent partout. Et en ce qui concerne les Européennes, l'aspect financier est un vrai problème. Il faut un million d'euros pour financer le matériel minimum pour faire campagne. On lance d'ailleurs un appel aux dons.

Envisagez-vous des alliances pour ces élections ? Nous avons des accords avec le front de gauche, mais nous avons aussi des points de divergence. Notre bataille est une bataille anti-austérité, nous souhaitons construire une force politique en rupture avec la politique libérale du PS. Pour les municipales, une éventuelle alliance avec le parti de gauche est en discussion dans pas mal d'endroits.

 

Quel est votre point de vue sur la première année de mandat du PS au pouvoir ? On n'attendait pas grand-chose. On n'est ni déçu, ni surpris, ce gouvernement est dans l'exacte continuité de Sarkozy. C'est la même façon de parler, les mêmes arguments, c'est terrible ! La seule action positive est la légalisation du mariage pour tous. Pour le reste, le bilan est catastrophique maintenant et il le sera par la suite. Ce gouvernement efface l'idée que les choses peuvent changer et renforce la démoralisation. L'arrivée de cette gauche prépare au retour de la droite et pire de l'extrême droite. Il faut une autre solution, celle de la bataille sociale dans la rue. Il n'y a aucun espoir qu'Hollande fasse une politique de gauche. L'issue est ailleurs : il faut que le peuple de gauche se dise "On va s'occuper de nos affaires".

Lire la suite

Phlippe Poutou aspire à une "bataille sociale" à la rentrée (AFP 13/08/2013)

14 Août 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Déclarations de Philippe POUTOU

PARIS (France), 13 août 2013 (AFP) - Philippe Poutou, ex-candidat du NPA l'Elysée, attend et espère une "bataille sociale" à la rentrée contre un gouvernement au bilan "catastrophique", pour aller "prendre le pognon" là où il est.


Comme France 2 lui demandait de juger les 16 mois de la majorit socialiste, le responsable trotskiste a tranché : "C'est catastrophique pourla majorité de la population". "Ils ont l'air plutôt satisfaits d'eux-mêmes, Hollande, Ayrault", poursuivi M. Poutou. "Mais en réalité, c'est plus de chômage, de pauvreté des services publics qui continuent à se dégrader, une souffrance au travail les mêmes problèmes qui continuent et c'est logique puisqu'ils mènent un politique libérale qui est quasiment la même que celle qui était menée par Sarkozy".


Donc son espoir réside dans "une contestation à gauche, une mobilisatio sociale". Il faut aux yeux de l'ancien candidat à la présidence (1, 15%) , "reprendre la rue, que le peuple de gauche se batte et arrive à imposer un progrès socia pour tout le monde".


"Ca passera par une bataille sociale contre ce gouvernement", selon M. Poutou. "Le pognon existe, il faut aller le prendre. Seulement, il faut oser le prendre, c'est un problème politique, pas technique", a lancé le militant du Nouveau Parti Anticapitaliste.


La visite du Premier ministre Jean-Marc Ayrault tôt le matin sur un chantier pour parler pénibilité du travail ? "Du pipeau complet", a-t-i tranché.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>