Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles avec #communiques tag

Décès de Rémi Fraisse : Le résultat de 2 mois de violences policières contre les opposants au barrage de Sivens

29 Octobre 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/largeur_content_hauteur_complet/public/manifestation_en_hommage_a_remi_fraisse_lundi_27_octobre_a_albi_dr.jpg?itok=AzdpvVfnDans la nuit de samedi à dimanche, Rémi Fraisse, étudiant de 21 ans est décédé sur le site de Sivens, en marge de la manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers d’opposants au barrage.

Nous ne connaissons pas encore les circonstances précises de ce drame, mais de nombreux témoignages mettent en cause la responsabilité policière dans un contexte où les tirs de lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de flash-balls n’ont pas cessé de l’après midi à la fin de la nuit.

Le NPA exprime ses condoléances et sa solidarité à la famille et aux proches de Rémi. Il exige que toute la lumière soit faite sur ce décès alors que les premières affirmations de la police sont contredites par de nombreux témoins.


Ce drame n’est pas un accident, il est le résultat de 2 mois de violences policières croissantes envers les opposantEs au barrage. De peur de voir se multiplier les résistances comme à Notre-Dame-des-Landes, l’État cherche à briser par la violence et la criminalisation un mouvement qui s’étend et s’approfondit contre les grands projets nuisibles imposés.

 

Ce passage en force est d’autant plus scandaleux que le rapport d’expert sorti ce jour établit que « le choix d’un barrage en travers de la vallée a été fait sans réelle analyse des solutions alternatives possibles », pointe une évaluation « contestable des besoins réels » et juge « de qualité très moyenne » l’étude d’impact. Il donne raison à celles et ceux qui s’opposent depuis le début à ce projet.

​ Le NPA appelle à participer aux rassemblements qui sont organisés ce lundi dans de nombreuses villes pour rendre hommage à Rémi et dénoncer les violences policières.

Lire la suite

Réforme des allocations familiales : Robins des bois ou Tartuffes ?

18 Octobre 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/large/public/logo_caf-630x0.jpg?itok=Jf1VubxCSous la pression des députés socialistes et en harmonie avec les orientations de la Commission européenne,​ Hollande et son gouvernement, viennent d'accepter la modulation des allocations familiales, celles ci devenant dégressives en fonction des revenus. Après avoir fait 40 milliards de cadeaux aux patrons, ils se posent en "robins des bois" aux petits pieds, redistribuant "aux plus démunis" quelques centaines de millions d'€ pris "aux plus riches". Ils ne sont en fait que des tartuffes. Les économies faites en réduisant les prestations sociales des salariés les mieux payés n'iront pas aux revenus les plus modestes, mais serviront essentiellement à financer les 30 milliards annuels d'exonérations de cotisations patronales annuelles, c'est à dire à augmenter la part des profits! Tartuffes, ils le sont encore en présentant comme une mesure "sociale", ce qui n'est rien d'autre qu'un nouveau pas vers la liquidation de la Sécurité sociale. Il s'agit d'en finir avec une "Sécu" qui permet de répondre aux besoins de tous les salariés, (santé, allocations familiales, retraites) quels que soient leurs revenus. C'est le retour d’une assistance misérable aux plus pauvres, complétée obligatoirement pour ceux qui en ont les moyens par des assurances. Quelle utilité pour la majorité des salariés de conserver une "Sécu" qui ne serait seulement une entreprise de charité ? La solidarité ne peut fonctionner que si elle crée des droits pour tous, que chacun aura dès lors à coeur de défendre. Quant à la droite, qui défend avec indignation l'universalité des allocations familiales, c'est " à Tartuffe, Tartuffe et demi!" Ce n'est pas la Sécurité sociale qu'ils défendent : ils cherchent seulement à surfer sur les mobilisations réactionnaires en faveur de "la famille" et à inciter à la natalité ! Contre les politiques de gauche et de droite, le NPA revendique : - Une Sécurité sociale qui donne à tous des droits, ce qui passe par la hausse et non baisse des cotisations sociales, en commençant par l'abrogation du "pacte de responsabilité". - Une augmentation des ​allocations familiales universelles dès le premier enfant. Quant aux revenus les plus élevés, c'est par une fiscalité plus juste, l'abrogation de la TVA et des impôts indirects, un impôt sur le revenu fortement progressif qu'il faut les mettre à contribution.

Montreuil, le 17 octobre 2014

Lire la suite

Budget 2015: le patronat encaisse

1 Octobre 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://www.npa76.org/sites/default/files/styles/album_thumb/public/rigueur.png?itok=2I55KCmcLes projets budgétaires du gouvernement ont un fil directeur : le pacte de responsabilité. Comme le déclare le ministre des Finances Michel Sapin : « nous tenons nos engagements» : les dispositifs en faveur des entreprises vont continuer à monter en puissance, en particulier le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE).  

Le budget 2015 entérine aussi une baisse de certaines taxes pesant sur les sociétés, notamment la C3S (Contribution sociale solidarité). Emporté par son élan, le gouvernent renforce aussi le CICE et le crédit d’impôt recherche pour les départements d’outre-mer (alors que la Cour des comptes a critiqué l’efficacité des mesures de ce type), mais quand on aime, on ne compte pas…

Pour le reste de la population (sauf les plus riches), d’une façon ou d’une autre, il va falloir payer par des salaires bloqués pour les fonctionnaires, des services publics dégradés ou des coupes dans l’assurance-maladie(notamment dans les hôpitaux). La première tranche de l’impôt sur le revenu est supprimée mais la redevance télé augmente de même que la taxe sur le gazole tandis que la TVA a été augmentée pour financer le CICE.

Au total, malgré 21 milliards d’Euros d’économies, le déficit ne baissera pratiquement pas en 2015 tandis que la dette publique atteint les 2000 milliards d’Euros. Dans une situation économique où la stagnation a succédé à la récession, le gouvernement a d’abord choisi de satisfaire le MEDEF. Hollande a parlé avec mépris des « cris » déclenchés par les mesures d’économies (« Les économies forcement sont douloureuses » a-t-il dit).

Les privilégiés n’ont pas besoin de crier, juste de murmurer pour se faire entendre de ce pouvoir. Les travailleurs, les chômeurs, les retraités, eux, vont devoir crier fort et surtout agir fort. Dans les semaines à venir,  Il va falloir s’emparer de toutes les occasions possibles  de censurer ce gouvernement dans la rue et par la lutte sociale

 

Montreuil, le 1 octobre 2014

Lire la suite

Un pacte qui étrangle la Sécu

29 Septembre 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://2.bp.blogspot.com/--Ula3iZFt3E/TpWg0xzS5oI/AAAAAAAACwE/WhaSCAAfuLg/s400/secu2.gifAprès la "confiance" obtenue de justesse sur son pacte de responsabilité, le gouvernement passe aux travaux pratiques : première étape la loi de financement de la Sécurité sociale présentée aujourd'hui.

Malgré les coupes sombres imposées aux retraites, aux soins, aux prestations familiales, le prétendu "déficit" se creuse, et devrait s'accroître en 2015. Le "retour à l'équilibre" est à nouveau reporté...à 2017.

Mais qui sont donc les responsables de cette situation?

Ils ont pour nom : Gattaz et le MEDEF, qui en licenciant et en supprimant des emplois pour défendre leurs profits réduisent le nombre de salariés et donc les ressources de la Sécu, tout en agitant le chiffon d'un million d'emplois.

Ils ont pour nom Hollande, Valls et son gouvernement, qui "baissent le coût du travail" en exonérant les patrons de 30 milliards supplémentaires de cotisations sociales chaque année, creusant d'autant le "trou" de la Sécu.

Pour compenser les cadeaux faits au patronat, ce gouvernement comme ses prédécesseurs, n'a d'autre solution que de s'en prendre aux dépenses de santé, et en particulier à l'Hôpital, aux retraites, "gelées" pour un an et demi, aux prestations familiales , une nouvelles fois "rabotées"

Au bout du compte, leur objectif, celui du pacte de responsabilité c'est la liquidation pure et simple de la Sécurité sociale.

Seul un vaste mouvement de toutes celles et ceux qui ne supportent plus cette politique peut arrêter la spirale sans fin de l'austérité et de la casse des acquis sociaux. Il faut dès aujourd'hui le préparer.

C'est dans cet esprit que le NPA appelle à participer à la journée nationale de grève et de manifestation du 16 Octobre initiée par la CGT.

 

Montreuil, le 29 septembre 2014

Lire la suite

Pas en notre nom !

27 Septembre 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/large/public/2011-03-20-bombardement-des-vehicules-des-troupes-fideles-a-kadhafi-par-l-otan.jpg?itok=TRCWsYy6Un appel à manifester dimanche intitulé « Assassinat d’Hervé Gourdel : les djihadistes ne nous diviseront pas » a été lancé par SOS Racisme suite à l’initiative du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM). Il est rejoint par une grande partie de la gauche, aux côtés de BHL et de personnalités de droite.

L'assassinat d'Hervé Gourdel est révoltant, insupportable comme le sont l'ensemble des atrocités commises par l'Etat islamique que ce soit contre les Chrétiens d’Irak et de Syrie, les yézidis, les juifs, les musulmans, les Kurdes, les occidentaux, blancs, noirs…Leur terrorisme sanglant et barbare vise les peuples du Moyen-Orient auxquels ils veulent imposer leur dictature en dressant un fossé de sang entre eux et le reste du monde, entre eux et les puissances occidentales.

Cette violence extrême alimente les racistes qui, ici, voudraient aussi nous couper du monde en flattant le nationalisme et la xénophobie. Il faut bien sûr les dénoncer, les combattre.

Les musulmans n'ont pas à se justifier des crimes commis par les forces djihadistes. Il n'y a pas de responsabilité collective. Les musulmans ne sont pas plus responsables des actes barbares de Daesh qu'ils ne devraient se sentir en tant que citoyens français, collectivement responsables des guerres menées par nos gouvernants en Irak qui ont mis le pays à feu et à sang, de l'occupation militaire qui a suivi ou de la politique de division des populations par les grandes puissances. Non seulement nous n'en sommes pas responsables mais nous les avons combattues et les dénonçons comme nous dénonçons les décennies de domination coloniale imposée aux peuples du Moyen-Orient, d'Afrique ou d'Asie.

A l'origine de l’État islamique, il y a la folle, meurtrière et barbare politique des grandes puissances dont la France et son État qui ont aidé ou composé avec les dictatures comme celle d'Assad en Syrie qui a massacré plus de  200 000 civils.

Aujourd'hui, le gouvernement français engagé dans une nouvelle guerre en Irak voudrait obtenir l'union nationale derrière sa politique en manipulant l'opinion légitiment révoltée par l'assassinat d'Hervé Goudel et les atrocités commises par l'EI. Mais cette nouvelle guerre aura, en pire, les mêmes résultats que les deux précédentes, le chaos, la misère, des souffrances sans nom pour les populations.

Alors, le NPA ne sera pas de l'union nationale aux côtés de ceux qui sèment la misère et la guerre pour maintenir la domination des multinationales sur les peuples.

Les travailleurs, les classes populaires de ce pays n'ont aucune raison de laisser faire cette guerre en leur nom. Ils en ont en revanche beaucoup de se dresser contre le racisme, la xénophobie, les enfants monstrueux du nationalisme et du chauvinisme.

Nous ne serons pas de celles et de ceux qui manifesteront aux côtés des va-t-en-guerre à la sauce BHL qui se taisaient quand Israël bombardait Gaza en semant la mort et la terreur.

Ce ne sera pas en notre nom.

 

Montreuil, le 26 septembre 2014

Lire la suite

Indignation et colère après l’assassinat d’Hervé Gournel

25 Septembre 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

L’annonce de l’assassinat d’ Hervé Gourdel par un groupe se revendiquant des « Soldats du califat » provoque à juste titre tristesse, colère et indignation.

Nous partageons celles des proches de ce guide de haute montagne, la révolte contre cet assassinat stupide, car il était bien évident que le chantage ne pouvait avoir d’autre issue. Nous partageons la colère contre ceux qui essaient à travers ce geste barbare de terroriser la population française mais aussi celle d’Algérie qui vit directement sous leur menace.

Mais nous ne croyons pas un mot de l'indignation du gouvernement Hollande-Valls, comme de celle de tous ces politiciens, qui après quelques mots de compassion à l’égard de la famille annoncent qu’il faut poursuivre et renforcer la politique d’intervention militaire française et de lutte contre le terrorisme au nom du droit à la sécurité des populations en France et dans le reste du monde. Daesh et tous ses avatars sont avant tout le produit de 13 ans de politique de « lutte contre le terrorisme » par les grandes puissances. D’Afghanistan en Irak, ce sont les peuples qui ont payé le prix fort, celui de la guerre des bombardements, de la destruction de toutes les infrastructures, des massacres collatéraux.

Les interventions militaires des grandes puissances, dont la France, ne défendent pas les droits des peuples. Quand elles se retirent, les auteurs de la barbarie sont toujours là, voire renforcés et plus nombreux. Elles ne font que généraliser le chaos.

Ce sont les populations locales qui peuvent par elles-mêmes se défendre, à condition d’en avoir les moyens humains et matériels, y compris militaires, avec la solidarité des peuples qui les soutiennent.

 

Montreuil, le 24 septembre 2014

Lire la suite

Indignation et colère après l’assassinat d’Hervé Gournel.

25 Septembre 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

L’annonce de l’assassinat d’ Hervé Gourdel par un groupe se revendiquant des « Soldats du califat » provoque à juste titre tristesse, colère et indignation.

Nous partageons celles des proches de ce guide de haute montagne, la révolte contre cet assassinat stupide, car il était bien évident que le chantage ne pouvait avoir d’autre issue. Nous partageons la colère contre ceux qui essaient à travers ce geste barbare de terroriser la population française mais aussi celle d’Algérie qui vit directement sous leur menace.

Mais nous ne croyons pas un mot de l'indignation du gouvernement Hollande-Valls, comme de celle de tous ces politiciens, qui après quelques mots de compassion à l’égard de la famille annoncent qu’il faut poursuivre et renforcer la politique d’intervention militaire française et de lutte contre le terrorisme au nom du droit à la sécurité des populations en France et dans le reste du monde. Daesh et tous ses avatars sont avant tout le produit de 13 ans de politique de « lutte contre le terrorisme » par les grandes puissances. D’Afghanistan en Irak, ce sont les peuples qui ont payé le prix fort, celui de la guerre des bombardements, de la destruction de toutes les infrastructures, des massacres collatéraux.

Les interventions militaires des grandes puissances, dont la France, ne défendent pas les droits des peuples. Quand elles se retirent, les auteurs de la barbarie sont toujours là, voire renforcés et plus nombreux. Elles ne font que généraliser le chaos.

Ce sont les populations locales qui peuvent par elles-mêmes se défendre, à condition d’en avoir les moyens humains et matériels, y compris militaires, avec la solidarité des peuples qui les soutiennent.

 

Montreuil, le 24 septembre 2014

Lire la suite

Discours de Valls à l'Assemblée : le retour anticipé de Sarkozy !

16 Septembre 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://referentiel.nouvelobs.com/file/8356184-pourquoi-gattaz-est-sur-un-petit-nuage-avec-le-nouveau-gouvernement.jpgA l’assemblée nationale, aujourd’hui, Valls demandait un vote de confiance aux députés de sa majorité. Pour faire taire son opposition interne, celle des frondeurs, il a annoncé qu'il ne toucherait ni au SMIC, ni aux 35 heures et qu’il revaloriserait les petites retraites. Quelques miettes alors que d’un autre côté, il a réaffirmé, à grands coups d’autoritarisme et de républicanisme qu’il ne changerait rien et qu’il fallait « aller plus vite et plus fort ».  « Gouverner c'est résister, gouverner c'est réformer, gouverner c'est dire la vérité, aller chercher la confiance surtout quand c'est difficile ». Bref un discours digne de Sarkozy. Il continuera une politique totalement soumise aux exigences du Medef et des banques.

La confiance, cela fait longtemps que les travailleurs et la population n’en ont aucune pour ce gouvernement. Mais c’est seulement, dans la rue, par nos mobilisations, tous ensemble, que nous pourrons le faire reculer.

Les dernières mobilisations et celles d’ores et déjà prévues pour la défense de l’hôpital public ce mardi 23 septembre ou pour la Sécu le 16 octobre - montrent que résister à ce gouvernement est possible. Mais ce n'est pas suffisant. Dans les semaines qui viennent, de façon unitaire, il faut construire contre ce gouvernement un pouvoir plus fort que le sien, celui de la rue.

Dans quelques semaines, le vote du budget pourrait être l’occasion pour les travailleurs et leurs organisations de lancer la fronde sociale et politique.


Montreuil, le 16 septembre 2014

Lire la suite

Le “nouveau” gouvernement : la finance aux manettes

31 Août 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/large/public/images_5.jpg?itok=7Jy6ha2XManuel Valls a formé un 2ème gouvernement qui pour l'essentiel est dans la continuité du 1er, pour appliquer de façon encore plus claire et cohérente la feuille de route de Hollande faite de pacte de responsabilité, de compétitivité et dont le principal résultat est une hausse de 30% des dividendes des actionnaires du CAC 40. Immédiatement Pierre Gattaz a marqué sa satisfaction. L'aspect le plus significatif a été la nomination au ministère de l’économie et de l'industrie d'Emmanuel Macron, inspecteur des finances, ex-banquier d'affaires de la banque Rothschild et inspirateur du pacte de responsabilité. Et pour le reste presque rien de bouge. C'est un gouvernement de combat qui va poursuivre et amplifier la politique d'austérité, de casse sociale, d'affrontement avec celles et ceux qui la rejettent et la combattent. Même des députés PS ont exprimé des réticences : avec un banquier aux manettes, la réalité de la politique de Hollande paraît toujours plus au grand jour. Cela la rend encore plus difficile à assumer devant l’électorat populaire. Mais cette politique ne sera pas mise en échec uniquement dans des débats parlementaires, ni par un replâtrage sous une forme quelconque d'une stratégie d’union de la gauche ou par un inconsistant projet de 6ème République. Le risque est grand que seule l'extrême droite tire bénéfice de cette mascarade. C’est pourquoi plus que jamais, s’impose la nécessite de construire une opposition sociale et politique et la mobilisation contre cette politique de régression sociale. C'est pourquoi le NPA propose à toutes celles et ceux qui refusent cette politique, de construire sans attendre cette mobilisation autour de l’échéance que représente le vote du prochain budget d’austérité.

Port Leucate, le 27 août 2014

Lire la suite

Plus que jamais, envoyons valser l’austérité

28 Août 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/large/public/vf_hollande_valls_553.jpeg_north_420x227_white.jpg?itok=gZyl8Z2wLa rentrée commence par une sortie. Suite aux états d’âme de Montebourg et Hamon, pourtant bien timides et tardifs, François Hollande vient donc de demander à Manuel Valls de « former un nouveau gouvernement en cohérence avec les orientations qu’il a lui-même définies ».

En accentuant la crise de sa majorité et la crise politique, Hollande et Valls choisissent d’amplifier la fuite en avant du gouvernement vers la défense des intérêts du Medef. Aucune tête ne doit dépasser pour cet objectif.

Le nouveau gouvernement nommé demain gardera donc bien le cap de la politique d’austérité menée et aggravée depuis plus de deux ans, politique qui détruit les conditions de vie de la majorité de la population et nourrit la progression du Front national.

Plus que jamais, la gauche sociale et politique, les salarié-e-s doivent exprimer ensemble, unitairement et dans la rue, le refus de cette politique et organiser les mobilisations qui permettront de faire valser la politique PS-Medef.

De l’université d’été du NPA, Port-Leucate, le 25 août 2014

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>