Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles avec #communiques tag

1er mai 2008 en France : 200 000 manifestants dans les rues.(AFP)

1 Mai 2008 , Rédigé par LCR 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Défilés français du 1er mai: pouvoir d'achat et retraites au coeur des revendications

PARIS (AFP) —

Le pouvoir d'achat et la réforme des retraites sont au centre des revendications jeudi en France dans les défilés de la fête du Travail, qui ont rassemblé entre 119.000 et 200.000 manifestants selon les sources.

Les 301 manifestations et rassemblements organisés dans toute la France par les syndicats à l'occasion du 1er mai ont rassemblé 119.600 personnes, a indiqué jeudi soir le ministère de l'Intérieur.

En 2007, le ministère de l'Intérieur avait recensé 117.000 personnes ayant participé aux manifestations syndicales du 1er mai dans toute la France.

La CGT a pour sa part déclaré jeudi que les manifestations du 1er mai ont rassemblé "plus de 200.000 personnes" en France, dont 30.000 à Paris, soit un chiffre équivalent à celui de 2007 au niveau national, selon un décompte du syndicat.

A Paris, la CGT a décompté quelque 30.000 participants, dont plus d'un millier de salariés sans papiers. L'an dernier, elle affirmait avoir mobilisé 60.000 personnes dans la capitale.

"Cette année, la mobilisation était supérieure en province", a indiqué un porte-parole de la centrale. Les décomptes de la CGT n'incluent pas les estimations portant sur les défilés séparés organisés par Force Ouvrière et la CFTC pour le 1er mai.

 

"La CGT se félicite de ce succès. Il est dû à une plus grande unité syndicale, à une plus forte solidarité interprofessionnelle qui augurent bien des possibilités d'agir ensemble", ajoute le communiqué de la centrale.

A Paris, les salariés sans-papiers en grève depuis le 15 avril sont également à l'honneur, en tête du carré CGT, au lendemain de l'annonce par le syndicat de la régularisation de trois d'entre eux par la Préfecture des Hauts-de-Seine, les premières depuis le début du mouvement.

Après quatre ans d'absence, la CFDT de François Chérèque fait son retour aux côtés de la CGT de Bernard Thibault, ainsi que la FSU, l'Unsa (autonomes) et Solidaires (Sud) dans le cortège parisien de l'après-midi.

Quarante ans après mai 68, la CGT a salué le "rendez-vous de la jeunesse" dans les défilés en France: "jeunes salariés, étudiants et lycéens ont pris une place remarquée", souligne le communiqué.

"Le succès de cette journée du 1er mai nous place encore plus à l'offensive pour réussir les 2 journées déjà programmées de l'agenda: le 15 mai, à l'appel unitaire des fédérations de fonctionnaires et le 22 mai, à l'appel des 5 confédérations syndicales françaises sur les retraites", ajoute le communiqué.

Quelque 2.500 personnes selon la police, 4.000 selon les syndicats, dont un tiers de salariés du secteur portuaire mobilisés contre les privatisations et l'ouverture à la concurrence, ont ainsi manifesté au Havre.

Ils étaient 2.000 à Nantes selon la police, et 4.000 selon la CGT. Ailleurs sur le littoral, les manifestants étaient 400 à Saint-Nazaire selon la police et 700 selon la CFDT, 400 à Brest (police), et entre 5 et 600 à Saint-Brieuc (police).

A Rennes, quelques 1.200 personnes ont défilé, avec une poignée de lycéens et des salariés de Keolis Emeraude en grève. Et entre 1.000 et 1.500 à Lille.

En Picardie, 3.000 personnes ont manifesté à Amiens, dont des salariés du site Goodyear (ex-Dunlop) qui ont défilé en queue de cortège pour dire "non aux 4X8".

A Nice, les manifestants étaient en nombre sensiblement supérieur au 1er mai de l'année dernière -entre 1.300 selon la police et 3.000 selon les organisateurs.

Les défilés du 1er mai visent à "se faire entendre" du gouvernement, notamment sur les retraites, et à défendre "d'autres pistes" de réforme que celles menant "à une diminution programmée du niveau des retraites", a souligné jeudi sur RTL Bernard Thibault.

Le gouvernement est en train de "bâcler" le dossier des retraites, "il n'a pas travaillé", a estimé sur France Inter François Chérèque.

Avant les mouvements unitaires prévus pour la suite du mois, Force Ouvrière a fait entendre jeudi sa propre musique sur le pouvoir d'achat et le "blocage à 40 ans" de cotisation. Son secrétaire général Jean-Claude Mailly a défilé jeudi matin avec plusieurs centaines de personnes à Paris.

La CFTC a fait elle aussi, comme à son habitude, cortège séparé en matinée, sur un mot d'ordre unique, le pouvoir d'achat, à Paris, avec plusieurs milliers de manifestants.

Une division syndicale dans la rue qui reflète également cette année l'impact de la réforme engagée de la représentativité, en passe de rebattre les cartes entre les confédérations.

Mais 57% des Français déclarent faire "confiance" aux syndicats pour "bien défendre les intérêts des salariés" et 53% pour "faire évoluer la société française dans le bon sens", selon un sondage CSA pour le site leParisien.fr.

Alors que le pouvoir d'achat sera un des sujets majeurs des manifestations du 1er mai, le Smic passe ce jeudi à 8,63 euros brut de l'heure, soit près de 1.308 euros brut par mois, en raison du niveau de l'inflation.

Par ailleurs, un nouveau Code du travail, censé être plus clair, entre en vigueur ce 1er mai mais suscite la méfiance de certains syndicalistes.

Lire la suite

Un Premier Mai de lutte ! Communiqué de la LCR du 30-04-2008

30 Avril 2008 , Rédigé par LCR 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Un Premier Mai de lutte !

 

Communiqué de la LCR

Un Premier Mai de lutte !

 

En fait de « rupture », depuis un an, sous la présidence de Sarkozy, en matière d’acquis sociaux, c’est une véritable machine à remonter le temps qui s’est mise en marche, à la grande satisfaction du MEDEF. Mais la société française n’a pas été gagnée au libéralisme. Les derniers mois ont mis en évidence que le monde du travail et la jeunesse conservent d’importantes capacités de résistance. C’est pourquoi la LCR appelle à faire des manifestations du 1er Mai, dans toutes les villes, un grand moment de mobilisation populaire et unitaire contre le gouvernement et le patronat, pour la défense des retraites, l’augmentation des salaires, la défense des services publics et la régularisation de tous les sans papiers. Elle y participera avec tous ceux et toutes celles qui veulent construire une gauche qui ne lâche rien, un nouveau parti anticapitaliste. Olivier Besancenot participera au cortège unitaire à Paris.

 Montreuil, le 30 avril 2008

Lire la suite

Contre le FN, toujours pas de détail ! Communiqué LCR

30 Avril 2008 , Rédigé par LCR 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Contre le FN, toujours pas de détail !

 

Jean-Marie Le Pen refait, une nouvelle fois, le coup du « détail » dans son interview au magazine Bretons et provoque, apparemment, la zizanie dans son propre parti.

Marine Le Pen décide, comme en 2005, de prendre ses distances avec son père. Louis Aliot indique, certes, le 28 avril : « Nous sommes un certain nombre de responsables, de cadres, de militants et d’adhérents à ne pas porter sur les évènements de la seconde guerre mondiale le même regard que porte Jean-Marie Le Pen ». Mais, il précise tout de même quelques lignes plus loin, « Pour autant, ce sujet ne constitue pas pour nous une ligne de fracture et cela n’enlève rien à la confiance, l’estime, la considération et le respect que nous portons à Jean-Marie Le Pen ».

Tandis qu’Alain Soral, promu au comité central lors du dernier congrès, écrit sur son site Internet un texte daté du 28 avril, qu’il débute par « Monsieur Le Pen a tort, la chambre à Gaz n’est pas un détail » pour mieux introduire que « la chambre à gaz est tout sauf un point de détail, c’est même aujourd’hui, plus qu’hier encore, la religion, le dogme autour duquel tourne toute l’époque contemporaine ».

Le responsable du bimensuel Le National réclame « le droit, pour Jean-Marie Le Pen, de considérer la chambre à gaz comme « un point de détail de la seconde guerre mondiale », comme tant d’autres se donnent le droit de chier sur la croix. » Soral en vient à s’interroger : « le problème ce n’est pas le « détail » mais la loi Gayssot », pour finalement indiquer que « devant l’ignoble lynchage des bien pensants et les discrets lâchages, moi le libre penseur, pour rester du côté des opprimés et des faibles dont le sort change avec l’Histoire, j’affirme mon soutien à Le Pen. »

Bien que ses dirigeants s’en défendent, la complaisance frontiste à l’égard du révisionnisme et les propos indiciblement antisémites restent bien une constante au sein du parti d’extrême droite. Le « relookage » n’apparaît que comme un ravalement de façade.

Alors, aujourd’hui comme hier, contre le FN pas de détail !

Lire la suite

Pas touche au livret A ! - Communiqué de la LCR du 28 avril 2008

29 Avril 2008 , Rédigé par LCR 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Pas touche au livret A !

 

Communiqué de la LCR.

La Ligue communiste révolutionnaire soutient le collectif « Pas touche au livret A » dans sa défense d’un produit d’épargne populaire accessible à tous, du financement du logement social, de l’emploi au sein des Caisses d’Epargne et de la Poste. Jusqu’ici, seules La Banque postale et la Caisse d’épargne avaient le monopole de gestion de cette épargne, souvent la seule accessible aux ménages. Mais la Commission européenne, les circuits bancaires privés, et maintenant le gouvernement veulent détruire ce monopole et ouvrir ce secteur à la concurrence. Si le projet était adopté, les banques pourraient mettre la main sur un pactole : une quarantaine de milliards d’euros (30% des 120 milliards centralisés à la CDC sous contrôle parlementaire). De quoi leur permettre spéculer encore plus ! Ce sera aussi la création d’une nouvelle catégorie de défavorisés, les « sans banque », car personne ne peut croire que La Banque Postale continuera à les accueillir, trop occupée qu’elle sera à offrir du crédit à la consommation ou à assurer les voitures, pour faire face à la concurrence. Le Livret A sert aussi à financer la construction du logement social à des taux raisonnables et sûrs. 4 millions de HLM ont ainsi bénéficié de prêts de longue durée, 70 000 en 2007. Sa disparition serait aussi une nouvelle attaque contre le droit au logement. Pour toutes ces raisons la LCR s’associe à la large résistance à ce projet et soutien le rassemblement qui a lieu ce jour devant le Sénat.

Montreuil, le 28 avril 2008

Lire la suite

Privatisation des trains de marchandises (Veolia) : attention danger! (communiqué AFP)

27 Avril 2008 , Rédigé par LCR 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Privatisation des trains de marchandises (Veolia) : attention danger!

Défaut de freinage: un train privé traverse la gare de Montauban sans s'arrêter

AFP 26.04.08 | 19h26

Un accident de train a été "évité de peu" tôt samedi matin à Montauban lorsqu'un convoi de fret qui devait s'arrêter dans la gare a été dans l'impossibilité de le faire en raison d'un problème de freinage, a annoncé le syndicat CGT des cheminots à Toulouse.
Le train de l'opérateur privé
Véolia, qui transportait du ciment, entre Bassens (Gironde) et Boussens (Haute-Garonne), "a été dans l'impossibilité de respecter la signalisation lui imposant de s'arrêter en gare. Il a mis 3.000 mètres pour s'arrêter en urgence alors qu'en freinage normal il aurait dû s'immobiliser en moins de 1.300 mètres", selon un communiqué du syndicat.
"Le train a traversé la gare à plus de 60
km/heure. On est passé très près d'une catastrophe, il s'en est fallu d'un cheveu", a déclaré à l'AFP

Eric Ferreres, secrétaire-général de la CGT cheminots de Haute-Garonne. La direction régionale de la SNCF à Toulouse a confirmé que ce train avait connu un défaut de freinage qui l'a empêché de s'arrêter en gare de Montauban, provoquant des retards pour plusieurs liaisons ferroviaires.
 "Le
non respect des signaux d'arrêt aurait pu causer la collision avec un train SNCF", souligne la CGT cheminots qui demande "une enquête immédiate pour faire toute la lumière sur les causes de cet incident". Selon le syndicat, "les entreprises privées ne respectent pas les prescriptions de sécurité en sous-traitant les opérations de vérification des trains à d'autres entreprises".
Il demande "que les
trains circulant sur le réseau ferroviaire soient vérifiés par des agents SNCF et l'arrêt de tout dumping social par la création d'une convention collective, pour les travailleurs du rail, basée sur les règlements SNCF".

Lire la suite

Non à la privatisation de l’hôpital public - Communiqué de la LCR du 17-04-2008

18 Avril 2008 , Rédigé par LCR 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Non à la privatisation de l’hôpital public

 

Communiqué de la LCR

 L’allocution de N. Sarkozy, à Neufchateau, dans les Vosges, confirme toutes les craintes que pouvait faire naître le rapport Larcher. La priorité est donnée au regroupement des services hospitaliers au détriment de la proximité, avec l’argument de l’incitation financière à la clef. 235 hôpitaux seraient, ainsi, menacés. La priorité est donnée à la privatisation tout azimuth : missions de service public attribuées à des cliniques privées dont la raison d’être est de faire du bénéfice ; privatisation de l’hôpital public lui-même, du statut des médecins et personnels hospitaliers ; gestion de l’hôpital, calquée sur celle de l’entreprise avec un directeur tout-puissant. La réalité c’est la baisse programmée des capacités d’accueil : le nombre de lits est passé de 5,2 pour 1000 habitants en 1990 à 3,2 en 2005. La réalité c’est le numerus clausus qui limite le nombre de médecins, d’infirmier-e-s formées, avec, en conséquence, des conditions d’accueil aux urgences et des conditions de travail du personnel hospitalier déplorables, ainsi que des pénuries de médecins dans certaines spécialités médicales. La volonté de faire des économies sous-tend cette contre-réforme de l’hôpital. G. Larcher le dit sans détour : « un hôpital efficace est un hôpital qui coûte moins cher ». Pour la LCR, une réforme de l’hôpital public ne peut pas être une réforme comptable. Elle doit pouvoir conjuguer technologies de pointe et maintien de la proximité des structures hospitalières. L’objectif c’est l’accès aux soins gratuits et le droit à la santé pour tous.

 Le 17 avril 2008

Lire la suite

Hold-up sur les allocations familiales - Communiqué de la LCR du 16-04-2008

17 Avril 2008 , Rédigé par LCR 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Hold-up sur les allocations familiales

Communiqué de la LCR

Les attaques en rafale contre les droits sociaux continuent. A partir du 1er mai, un décret prévoit de réviser à la baisse les majorations des allocations familiales pour des enfants atteignant leur onzième et quatorzième année. Il n’y aura plus désormais qu’une seule majoration au lieu de deux : à 14 ans. Coût de l’opération pour les familles : 600 euros en moins, récupérés par la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF) à hauteur de 138 millions d’euros par an. Ce décret pris par le gouvernement Fillon, malgré l’avis défavorable rendu par le conseil d’administration de la CNAF, est un exemple de plus, après l’épisode de la carte famille nombreuse de la SNCF, de la politique anti-sociale menée. A chaque fois, ce sont quelques dizaines de millions ou quelques centaines de millions d’euros qui sont « économisés » alors que dans le même temps 15 milliards d’euros de cadeaux fiscaux sont distribués au plus riches. Chacun sait que les allocations familiales sont un apport précieux dans les familles nombreuses pour faire face aux dépenses, notamment scolaires. La politique du gouvernement Fillon n’en est que plus indécente et scandaleuse. La LCR condamne sans réserve cette décision gouvernementale et exige le retrait de ce décret.

Le 16 avril 2008

Lire la suite

Sans-papiers en grève pour leur régularisation - Communiqué de la LCR du 15-04-2008

16 Avril 2008 , Rédigé par LCR 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Sans-papiers en grève pour leur régularisation

 

Communiqué de la LCR

 Depuis ce matin, près de trois cents sans-papiers salariés d’une vingtaine d’entreprises en Ile-de-France sont en grève pour leur régularisation. Travaillant dans la restauration, le nettoyage industriel, le BTP, etc., ils sont l’illustration vivante de l’hypocrisie de la politique du gouvernement. Travaillant dans les secteurs qui connaissent des pénuries de main d’œuvre, ils exercent dans des métiers que M.Hortefeux, ministre de l’immigration et de l’identité nationale, voudrait leur interdire. Après les grèves pour la régularisation des salariés sans-papiers à Modeluxe, chez Buffalo Grill, au restaurant la Grande Armée, cette action souligne l’aspiration des sans-papiers à vivre au grand jour, dans la dignité et de voir leur travail justement rémunéré par leurs patrons qui, actuellement, profitent de leur situation pour les surexploiter. La LCR soutient la grève des travailleurs sans-papiers pour leur régularisation : égalité des droits et des salaires entre les travailleurs français et immigrés.

 Le 15 avril 2008

Lire la suite

Des économies sur le dos des malades - Comuniqué de la LCR du 14-04-2008

15 Avril 2008 , Rédigé par LCR 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Des économies sur le dos des malades

 

Communiqué de la LCR

C’est ce qu’annonce Roselyne Bachelot, ministre de la santé, à propos des frais d’optique et dentaires qui seraient remboursés uniquement par le biais des mutuelles ou des assureurs privés. Une enquête récente de l’IRDES a révélé qu’un français sur sept ne se soigne pour des raisons financières et que parmi les soins auxquels les malades renoncent figurent en premier lieu les soins dentaires (63%) et les frais d’optique (25%). La ministre de la santé annonce ainsi très clairement que les 3 milliards d’euros d’économies de l’assurance-maladie en 2009 se fera sur le dos des personnes les plus modestes. Après les franchises médicales, c’est un nouveau coup porté au droit à la santé pour tous. La LCR condamne cette approche comptable de la sécurité sociale. Ce n’est pas ainsi que les personnes qui aujourd’hui ne peuvent plus se soigner, pourront bénéficier des soins auxquels elles ont droit. Pour la LCR, le droit à la santé c’est l’accès aux soins gratuits pour tous.

 Le 14 avril 2008

Lire la suite

Non aux suppressions d’emplois à Gandrange - Communiqué de la LCR du 2-04-2008

3 Avril 2008 , Rédigé par LCR 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Non aux suppressions d’emplois à Gandrange

 

Communiqué de la LCR

 Le Comité d’entreprise européen (CEE) de Arcelor-Mittal vient de confirmer la suppression de 575 emplois à l’usine de Gandrange (Moselle) et donc le licenciement des salariés occupant ces postes de travail. C’est une décision révoltante et scandaleuse que la LCR condamne. Le marché de l’acier est porteur et Arcelor-Mittal est une firme qui se porte bien : 7,5 milliards d’euros de bénéfice en 2007. Le coût des investissements nécessaires dans cette entreprise est dérisoire par rapport aux bénéfices réalisés. Une fois de plus, la preuve est faite que les rachats ou fusion d’entreprises se font sur le dos des salariés malgré les déclarations faites par L.Mittal au moment du rachat d’Arcelor. Pour obtenir l’annulation des 575 licenciements, la seule solution c’est la mobilisation des salariés d’Arcelor-Mittal à Gandrange, l’occupation du site en lien avec les autres salariés du groupe et les salariés de Kléber à Toul, de Smoby à Saint-Claude, de Lenoir et Mernier à Bogny-sur-Meuse, tous victimes de patrons voyous et de la rapacité patronale. Il faut multiplier les mobilisations et manifestations unitaires de tous les salariés victimes de licenciements.

 Le 2 avril 2008
Lire la suite