Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles avec #comite npa val d'andelle tag

A CHARLEVAL, CONTRE LA CRISPATION XENOPHOBE

11 Novembre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA VAL d'ANDELLE, #Antiracisme

Ce n’est pas grand-chose, mais après le rassemblement anti-migrants d’il y a un mois, la projection du documentaire "Cause commune"(1) le jour de la grande braderie annuelle a fait du bien. Ce documentaire sur l’intégration réussie de familles Roms dans des villages des bords de Loire tombait à pic, alors que le conseil municipal de Charleval avait voté à l’unanimité l’accueil d’une famille syrienne, provoquant la réaction de crispation que l’on sait, largement instrumentalisée par l’extrême-droite (FN et plus encore Identitaires, venus en nombre, alors qu’il y avait relativement peu de gens du village, voir notre article du  3 octobre). Ce dimanche, il y avait une trentaine de personnes, dont beaucoup d'élu(E)s, qui ont échangé après la projection avec la directrice du Relais accueil des Gens du voyage de l'agglomération rouennaise. Toutes les personnes qui sont intervenues ont beaucoup apprécié le film. "L'exposé" de la directrice du relais (qui regroupe plus de 750 adhérent(E)s a permis de rappeler les différences de statut entre Roms  qui n'ont pas le droit de travailler en France en tant qu'étrangers, attendant souvent une reconnaissance comme réfugiés politiques qu'ils n'obtiennent quasiment jamais, et les Gens du Voyage qui sont français de longue date, sans en avoir réellement les mêmes droits).
De plus, l'intervenante a bien rappelé que les Roms sont plutôt sédentaires ou cherchent à le devenir alors que les Gens du Voyage, même si pour des raisons notamment économiques se déplacent moins, gardent leur désir de déplacements. Un bol d’air frais tout à fait bien venu, au moment où à Pazris le cirque tzigane Romanès est en proie aux attaques de l'extrême-droite.

1-http://www.ldh-france.org/section/loudeac/2013/06/16/cause-commune-lhistoire-dune-integration-reussie-de-familles-rroms-en-loire-atlantique-grace-a-la-solidarite/

A CHARLEVAL, CONTRE LA CRISPATION XENOPHOBE
Lire la suite

A propos de la manif à Charleval contre l'accueil des migrants (Paris Normandie 3-10-2015)

6 Octobre 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA VAL d'ANDELLE, #International, #Antiracisme

A Charleval, il y a eu longtemps l'une des plus grosses usines du département, fabrique de joints de caoutchouc pour l'industrie automobile. Au fil des ans et des changements de nom, elle a connu plan de licenciement sur dégraissage,au point de ne plus être que l'ombre d'elle-même. Une usine où des milliers d'ouvriers et d'ouvrières de toutes origines ont fait l'expérience de la lutte efficace et de la solidarité, mais où cette capacité collective de riposte a peu à peu été laminée. Triste bilan des directions syndicales nationales, qui ont laissé tant d'équipes syndicales se débrouiller désemparées le dos au mur. Condamnation sans appel des gouvernements de droite dure ou de gauche molle, des libéraux de tout l'éventail sarkozo-hollandien, qui ont organisé chômage et précarité de masse, au point que la jeunesse fait des études qui ne mènent à rien. Le résultat, sur cette terre historiquement "rouge": montée des peurs et des égoïsmes, repli sur une identité locale et nationale, rejet de "l'autre" (voir la photo ci-dessous), et ce sont les ennemis les plus déterminés de la lutte solidaire de celles et ceux d'en bas qui ramassent la mise (une si jolie banderole n'est certainement pas arrivée par hasard)...
Dans un contexte dégradé dont cet événement témoigne, la solidarité, c’est-à-dire pour nous le combat pour l’ouverture des frontières et la liberté de circulation et d’installation, reste la seule réponse à la hauteur des enjeux. C'est aussi le seul antidote contre le poison raciste et xénophobe. Ce combat n'est cohérent que s’il s’accompagne d’une lutte contre les fauteurs des guerres, des crises et du chômage, autour d’un programme d’urgence social : un emploi et un salaire pour tou-te-s, l'interdiction des licenciements, la réquisition des logements vides, l'expropriation des grands groupes et des milliardaires. Voilà certes des objectifs ambitieux et difficiles à atteindre. Il est évidemment plus facile de tenter d'empêcher quelques victimes d'un ordre international injuste de trouver où se poser !

 

Mobilisation. Un rassemblement a eu lieu hier à Charleval, près de Fleury-sur-Andelle, pour protester contre le souhait de la municipalité d’accueillir des réfugiés (Paris Normandie 3-10-2015).

 

À peine une centaine de personnes ont manifesté hier matin, dans le calme, à Charleval, pour protester contre l’accueil d’une famille de réfugiés, dans le village. Une décision entérinée par le conseil municipal, conduit par le maire socialiste Denis Lebaillif, une semaine plus tôt. En tête des manifestants, le représentant du Front national sur le canton de Romilly-sur-Andelle, Alain Berthelot, dont le parti soutient la manifestation.

« C’est un test »

« Je parle en mon nom. Il s’agit d’un mouvement populaire de contestation. Nous protestons contre la décision de la commune d’accueillir des migrants alors que de nombreuses familles d’ici sont dans le besoin, cherchent un logement, du travail, etc.. Notre mouvement est un mouvement de contestation. C’est un test, nous verrons plus tard si nous sommes suivis... », a expliqué le co-organisateur du rassemblement, un peu déçu par la mobilisation. Christophe Delacour, conseiller municipal FN des Andelys, s’est joint aux manifestants qui ont déployé une banderole sur laquelle il était écrit « Les nôtres avant les autres » et ont scandé « Ici on est chez nous ». Des drapeaux tricolores et normands ont également été sortis. Les manifestants ont repris la Marseillaise avant de se disperser dans le calme, vers 10 h 45. Les gendarmes, présents, n’ont pas eu besoin d’intervenir.

Denis Lebaillif a réagi dès l’annonce de la manifestation, en publiant un tract dans lequel il écrit : « Nous comprenons les inquiétudes que peut faire naître cet accueil chez nos concitoyens et notamment les plus démunis. Nous nous engageons à ce que cet accueil n’ait aucun impact sur le budget communal et sur les aides pouvant être allouées à des Charlevilais en difficulté. »

Lire la suite

Sealynx: C'est quand même la lutte qui a payé (L 'impartial, 07.03.13)

1 Avril 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA VAL d'ANDELLE

2013-03_SealynxAndelle.JPGAvec un petit peu de retard , la tribune du NPA-Andelle parue le 07 Mars dernier dans la rubrique "Opinions" de l' Impartial à propos de la reprise de Sealynx .

Après la victoire des M-REAL à Alizay, la reprise à Charleval de Sealynx par l'équipementier GMD, quasi-certaine maintenant, est une bonne nouvelle pour les 500 travailleurs et travailleuses qui ont gardé leur emploi. Elle vient après des années d' incertitudes, de déception, d'illusion... et près de 1000 suppressions d'emploi depuis 2006...

Pour lire l'article, cliquez sur l'image!

Lire la suite

NPA Andelle: tract distribué chez Sealynx et dans la vallée

27 Mars 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA VAL d'ANDELLE

2013-03-Andelle.JPG

 

AUSTERITE, FLEXIBILITE…SANS FIN

CONSTRUISONS UN «TOUS ENSEMBLE»

CONTRE LE PATRONAT ET LE

GOUVERNEMENT!

 

Rappelons-nous : il y avait déjà eu 10 milliards de coupes dans les dépenses publiques. La TVA a été augmentée pour récupérer 20 milliards d’euros. Ils ont été offerts aux entreprises afin de financer un « pacte de compétitivité emploi » au travers d’un « crédit d’impôt ». Le gouvernement y a rajouté l’annonce de 5 milliards d’économies supplémentaires dans le budget 2014. Cela veut dire moins de moyens pour les collectivités locales, et donc hausse prévisible des impôts locaux.

 

Pour lire l'ensemble du tract, cliquez ici !

Lire la suite

Tract du comité Val d'Andelle - décembre 2012

14 Décembre 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA VAL d'ANDELLE

Pour lire le tract au format PDF, cliquer ICI.

Tract-NPA-Andelle-dec-2012a.jpg

Tract NPA-Andelle-dec-2012b


 


Lire la suite

COFEL EPEDA : LE TROU SANS FOND DES SUBVENTIONS PUBLIQUES

11 Décembre 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA VAL d'ANDELLE

 

Ainsi, suite à l’incendie du site, la fabrication des matelas Epeda pourrait déménager de Charleval à Criquebeuf, avec ses presque 200 emplois. Quelles sont les vraies motivations ? Volonté de  mise  en concurrence de deux  communautés de communes pour faire monter les enchères ? Mais ce qui nous scandalise également ce sont les manœuvres autour de tout cela. En effet, quand les élus de la Communauté de Commune de l’Andelle  se mettent à rivaliser avec ceux de la communauté Seine-Bord pour faire leur cour aux industriels  (pour 1 million d’euros !) on ne sait plus si c’est le pitoyable qui l’emporte sur le ridicule ou l’inverse;  et la région, et le département qui promettent 500 000 € de plus !  Et  tout le monde de garder un silence indécent sur  la question pourtant brûlante, si l’on peut dire, de la pollution d’un site gorgé d’amiante, entre autres…
Avec l’asphyxie progressive de ex-Sealynx/Rua, la situation de l’emploi dans notre vallée est  dramatique c’est certain. Mais quand 1500 emplois industriels disparaissent chaque semaine, c’est tout le pays qui devient une gigantesque vallée de l’Andelle ! Alors, face à cette hémorragie, il faut arrêter de se contenter de mesurettes faussement réalistes :  avec les Arcelor, les Sanofi, les PSA ; comme les M-real hier et aujourd’hui, il faut avoir le courage de se donner des objectifs à la hauteur de nos besoins, et de s’unir pour les atteindre: l’interdiction des licenciements, l’expropriation des entreprises qui ferment et qui licencient, leur gestion sous contrôle public par les travailleurs qui les font tourner tous les jours.

Lire la suite

Sealynx : les salariéEs prennent acte

21 Juin 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA VAL d'ANDELLE

Les salariés de l'usine Sealynx de Charleval ont voté mardi soir et mercredi matin sur la reprise du travail après huit jours de grève pour obtenir leur intégration dans Renault.

Cet équipementier qui fabrique des joints d'étanchéité pour l'automobile et emploie 550 salariés est principalement un sous-traitant de Renault et dans une moindre mesure de PSA. Deux repreneurs ont déposé des offres de reprise de l'entreprise : Cooper et Stomil Sanok. Les deux prévoient le maintien d'un maximum de 400 emplois sur le site. L’intersyndicale tout en récusant ces candidats, exige l'intégration à Renault, principal client du site avec 85% des ventes.

Confrontée à cette grève, à la gêne occasionnée sur différents sites Renault, à la mobilisation et au soutien important de la CGT Renault aux côtés des Sealynx,  la direction de Renault a dû s’engager à maintenir ses commandes le temps de la procédure de redressement judiciaire et à aider à la reprise par un maintien de commandes jusqu’en 2015. De même, dans la négociation avec le repreneur et le Fonds d’Aide aux Equipementiers, Renault va prendre des engagements sur l’innovation et la revitalisation de la zone d’emplois. Ce n’est qu’après un premier refus par l’assemblée générale lundi que la Direction de Renault a consolidé ses engagements.

Un premier recul apprécié comme tel par beaucoup d’ouvrières et d’ouvriers, d’autant plus que les  jours de grève seront payés. Il est important que la reprise du travail ait été décidée non pas par les seuls responsables syndicaux, mais, ainsi que l’avait défendu la CGT (minoritaire), soumise à l’appréciation et au vote des grévistes. C’est une avancée démocratique  qui permet de conserver la capacité de vigilance et de riposte. Il y a eu 309 pour la reprise et 105 non, 8 bulletins nuls.  Le blocage a donc été levé mercredi matin à 9h et l’usine redémarre.

Lire la suite

M-real: il faut toujours compter avec les représentants des travailleurs

8 Juin 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA VAL d'ANDELLE

M-real: il faut toujours compter avec les représentants des travailleurs

Mainenant que les 330 licencements sont tombés, il n'y a plus sur le parking, que les voitures de la vingtaine de personnes chargées de la maintenance et celles des représentants syndicaux. C'est que parmi les acquis de la lutte, il y a ce "comité de suivi" de la réindustrialisation, dans lequel on trouve des représentants de la direction ainsi que 3 délégués CGT et un CGC. France3 parle d'"union sacrée", le directeur de l'usine met en avant le caractère novateur d'un dialogue social à la scandinave, il y a de quoi sourire quand on a eu affaire à la brutalité des actionnaires d'Helsinki !

M-real-banquet-1En fait, on est loin du dialogue social à froid, sans rapport d forces, dont rêvent le Medef et certains dirigeant syndicaux. C'est au contraire la puissace de leur combat, son opiniâtreté, la cohésion dans la lutte, la compétence des représentants des travailleurs qui leur a permis d'obtenir ce droit de regard dans cette instance où ils font entendre le point de vue de syndicalistes intransigeants. Il s'agit làd'examiner ensemble les projets de reprise (parmi lesquels quatre relanceraient l'ensemble de l'activité autour de la machine à papier, dont un qui redémarrerait aussi l'usine de pâte fermée il y a 3 ans). Il y a aussi des vautours qui rodent et cherchent à emporter rapidement chacun son bout de l'usine Or le groupe M-real, s'il a été contraint d'accepter le principe de la relance de l'activité et le maintien de l'outil de production, ce qu'il refusait pourtant obstinément, n'est tenu par cet accord que jusqu'à la fin de l'année (et même seulement jusqu'à fin juin pour le presse-pâte). Il faut donc accélérer le mouvement, et remettre la pression sur les pouvoirs publics:

M-real est dans la liste des entreprises prioritaires pour le gouvernement, maintenant il faut des actes !  

C'est le sens de l'action prévue le 19 juin: les M-real rappeleront à tout le monde qu'ils sont encore là, avec le collectif unitaire (EELV,NPA,PCF,PS) et les élus des alentours, "pour le maintien et le dévelopement de l'emploi", comme c'est leur objectif depuis deux ans !

 

Voir le reportage en images à

http://haute-normandie.france3.fr/info/mreal-l-union-sacree-74251580.html


 article sur le site de FR3:

Mreal, l'union sacrée

Par Ronan Tésorière  

   Les syndicats et la direction à la même table.
F3 Haute Normandie
Direction et syndicats travaillent main dans la main pour réindustrialiser le site d'Alizay dans l'Eure
c'est une nouveauté en France, la direction et les syndicats de Mreal se sont assis à la même table pour trouver un repreneur au site d'Alizay.
 
Le groupe finlandais de papier M-real a supprimé trois cent trente postes sur le site. Les négociations entre le groupe et les représentants du personnel menées depuis octobre avaient été musclées.
Aujourd'hui, tou le monde travaille dans le même sens, et scrute avec attention les dossiers de 4 repreneurs potentiels. En mars dernier, M-real avait précisé que serait mis en œuvre, par le groupe, les représentants du personnel et les autorités locales "un projet de réindustrialisation volontaire (...) dont l'objectif est de créer de nouveaux emplois et activités sur le site d'Alizay"
Mreal, qui s'est détourné de son activité papier pour se recentrer sur le carton, plus rentable, avait précédemment annoncé la fermeture d'usines en Allemagne et en Finlande.
Lire la suite

Alizay : M-real a fermé ses portes le 2 avril

8 Avril 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA VAL d'ANDELLE

 

Publié dans La Dépêche du 6 avril 2012

M-real_depeche_06-04-12.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M-real--fermeture-a.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M-real--fermeture-b.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Lire la suite

M-real: SUCCES DU "BANQUET D'AU REVOIR"

31 Mars 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA VAL d'ANDELLE

M-real: SUCCES DU "BANQUET D'AU REVOIR"

Il y a certainement eu  au moins 500 participant-e-s à cette journée qui marquait la fin du chapitre M-real.

M-real-banquet-1Beaucoup de travail d'intendance et de préparation de la part d'une petite équipe, bien relayé par une multitude d'initiatives individuelles qui ont contribué à ce que rien ne manque, au contraire ! Une belle  performance pour un vendredi midi, où les membres des familles pouvaient difficilement se libérer.

Beaucoup de licencié-e-s des différents plans précédents, d'anciens aussi, sans oublier des délégations visibles du PCF, la plus nombreuse, et du NPA. Des militants CGT aussi, venus à l'appel de l'UD. Un contingent de salariés de Paris Normandie, pour qui c'était une  étape avant une opération péage....

Beaucoup d'échanges, beaucoup de gorges serrées derrière les sourires, et au fur et à mesure que la journée s'est écoulée, beaucoup d'émotion aussi.  Le  moment le plus fort, ce fut de l'avis de tous le discours de Thierry Philippot au nom de l'intersyndicale, que voici:

M-real-banquet-2.jpg"Voilà. C’est aujourd’hui le 30 mars 2012, et cette journée restera dans nos mémoires. Oui, ce banquet restera dans l’histoire de notre site. On n’est plus dans les grandes messes organisées par  nos patrons successifs, avec champagne et petits fours.

Cette journée, ce repas partagé, ce plaisir d’être ensemble,  si nombreux, il nous faut le savourer comme un moment intense, un moment de joie, parce qu’il marque la fin d’une bataille dont nous pouvons être fiers tous ensemble et non la fin de notre combat.

Mais c’est aussi un moment de tristesse et d’inquiétude devant l’inconnu, bien sûr, parce que malgré notre énergie  et notre détermination, nous n’avons pas pu empêcher la fermeture, ni défendre le maintien de tous les emplois.

Autant le dire, on était un certain nombre, et j’en faisais partie, à penser que ce n’était pas le moment d’organiser un banquet alors que les lettres de licenciement allaient tomber. Et puis, ceux qui pensaient qu’on ne pouvait pas partir comme ça, chacun dans son coin l’ont emporté, et j’en suis bien content aujourd’hui.

Car fondamentalement, les humains ont toujours eu besoin de se retrouver ensemble lors des grands événements qui rythment la vie des individus et des sociétés.

Et ce que nous marquons aujourd’hui par ce banquet, c’est évidemment la fermeture de M-real et la fin d’une aventure de 58 années.  Oui, c’est vrai, mais c’est aussi le banquet par lequel le village d’Asterix (c’est ainsi que l’on surnomme notre site) marque la fin d’une aventure avant que la suivante ne démarre !

Car Mikko HELANDER, ce César présomptueux, avec toute sa morgue et son mépris, a quand même du mettre un genou en terre en acceptant qu’on continue à produire du papier sur ce site, et ça ce n’était vraiment pas dans ses plans ! Alors oui, la vie est toujours de notre côté !

 

D’abord parce que tout ce que nous avons vécu ensemble ces derniers mois, personne ne pourra nous l’enlever.

Comme souvent, malheureusement, il a fallu qu’on se retrouve ici un mois en octobre au piquet de grève pour dépasser l’ignorance et l’indifférence réciproque entre ouvrier factionnaires, cadres  et administratifs. 

Et c’est bien ainsi que la fierté, la solidarité, l’estime réciproque se sont construits, d’action en action, de manifestations en montée à Paris (ministères de l’agriculture, de l’industrie, l’Élisée, salon des maires), d’opération péage  en opération rond-point à Alizay ou à Rouen, de marche pour l’emploi en envahissement de la salle du CE et des bureaux de la direction, du conseil régional, de la préfecture, du conseil municipal de Louviers suite aux attaques et au mépris dans la presse de M. MARTIN,

du passage en force chez THALES pour interpeller FILLON, ce qui nous a valu un gazage et une charge par les CRS, sans oublier notre grandiose porte-ouverte illégale mais bien légitime où l’on accueillait plus de 2500 personnes, avec visite du préfet et du ministre !

Tous ces moments, nous pourrons les revivre grâce au travail et au dévouement de notre camarade Franck Bouelle, producteur-réalisateur des studios Média-real. Et les DVD qu’il a conçus pourront même servir de support pédagogique pour démontrer aux sceptiques que lorsqu’on ne se bat pas, on a déjà perdu, et que ça vaut le coût de lutter !

Oui, on peut le dire, bien que nous n’appartenions pas à une branche stratégique comme la sidérurgie ou la pétrochimie, on a su mettre la pression, on a su obliger les pouvoirs publics à s’intéresser sérieusement au cas d’M-Real, et on est même à l’origine d’une proposition de loi ! « L’interdiction des licenciements lorsqu’il existe des repreneurs fiables et des projets industriels viables tel est le cas d’espèce pour M-real Alizay ».

Oui, la vie est de notre côté, et la qualité de ce que nous avons arraché le prouve. Un plan de licenciements, frauduleusement et hypocritement dénommé PSE (en 2003 loi de modernisation social fillon) , « plan de sauvegarde de l’emploi », ne peut jamais être bon.

Mais franchement, nous n’avons vraiment pas à rougir de ce que nous avons obtenu, tant sur les indemnités que sur les congés de reclassement, ainsi que sur la réindustrialisation. 

Car  nous sommes en mesure de continuer le combat pour la reprise de l’activité et pour que nous soyons tous et toutes prioritaires pour la réembauche.

Notre combat continue donc. Vous pouvez compter sur ceux qui restent dans le « comité de suivi » pour veiller à ce que les engagements pris soient tenus. Restez en lien avec nous en vous inscrivant sur le site pour recevoir la newsletter, qui vous tiendra informés au plus près, et vous appellera à réagir ensemble si nécessaire.

Notre combat continue également avec le collectif « pour le maintien et le développement de l’emploi », qui nous a été d’une aide considérable au cours de ces dernières années, tant du point de vue pratique que de la réflexion.

Je salue ces militantes et militants d’EELV, du NPA, du PCF et du PS dont l’engagement n’a pas failli et qui ont été fidèles chaque semaine au rendez-vous du mardi soir à la mairie d’Alizay. J’appelle maintenant à nous rejoindre sur l’estrade le noyau dur du collectif M-real : José, Jacques, Marie- Christine, Arnaud, Gaëtan, Patrick, Pierre, Jérôme et les maires des communes des environs.

Notre lutte continue, et on vous fait une promesse solennelle : oui on va redémarrer l’usine, oui, on imposera que l’emploi industriel soit maintenu et se développe dans cette basse vallée de l’Andelle !

 Nous avons donc décidé de maintenir le collectif  actif et nous vous garantissons que nous ferons tout pour que cette journée ne soit pas qu’un au revoir.

Nous avons également une pensée très forte pour l’ensemble des salariées des entreprises extérieures travaillant sur notre site depuis de très nombreuses années. Malheureusement pour la majorité  leur sort est lié directement au notre et nous savons que leurs conditions de départ ne sont pas les mêmes.

Encore une fois, chers amis, chers camarades, ce qui nous est arrivé n’est pas une fatalité, c’est le résultat d’une politique menée depuis des années par les possédants, des hommes et des femmes au service du grand capital ; regroupant tous ces parrains mafiosi des banques et actionnaires de grands groupes.Et je tiens à dire ici tout ce que nous devons à ceux qui avant nous ont mené des luttes offensives et dynamiques, comme Wonder-Ralston et De Carbon. Parmi nous il y a ici Antonio De Abreu et Christophe Cousin, leurs animateurs, dont l'expérience et le savoir-faire nous a beaucoup profité.

Alors ne l'oublions pas, dans les luttes et bientôt dans les urnes, soyons des indignés, et pas des résignés !

 Et maintenant les filles de la cantine Marilyne, Christine et Nadége  offrent l’apéritif et nous tenons à les remercier pour leur gentillesse.

Nous vous invitons à prendre le verre de l’amitié et espérons que vous passerez tous et toutes un bon moment malgré les circonstances. "

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>