Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Articles récents

Emplois détruits chez Carrefour

27 Novembre 2005 , Rédigé par LCR Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

Carrefour détruit l’emploi

La direction de Carrefour a annoncé la suppression de 1700 emplois sur 2 ans.
Pourtant le groupe se porte extrêmement bien. Au troisième trimestre 2005, son chiffre d’affaire a progressé dans le monde de 5,1% et en France de 2,4%.
Le bénéfice net du deuxième groupe mondial de la distribution est de 1,662 milliard d’euros en 2004. Somme, qui si elle était redistribuée à ceux qui ont créé, par leur travail, cette richesse, permettrait des augmentations des salaires de 400 à 600 euros par mois et par salariés, en France et partout où l’enseigne est présente dans la monde.
A Carrefour, comme dans toutes les entreprises qui font des bénéfices et qui licencient, il faut vraiment imposer l’interdiction les licenciements, mais aussi imposer une autre répartition des richesses.
Lire la suite

CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

24 Novembre 2005 , Rédigé par LCR Publié dans #DROITS DES FEMMES


La LCR APPELLE A PARTICIPER A LA MANIFESTATION UNITAIRE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES SAMEDI 27 NOVEMBRE A PARIS (14H PLACE DE LA BASTILLE)
Nous ne pouvons accepter que chaque année au moins 80 femmes meurent sous les coups de leur conjoint ( rien que cet été, 30 femmes ont été assassinées par un conjoint ou ex conjoint). La LCR dès la rentrée 2003 avait participé à la campagne violence initiée depuis plus d’un an par le collectif national pour les droits des femmes ( dont la LCR est partie prenante) en sortant un matériel de mobilisation contre les violences faites aux femmes. Il est intolérable que la lutte contre les violences à l’encontre des femmes ne devienne pas réellement une priorité gouvernementale. Nous avons juste droit à des discours et des effets d’annonce de Mme Hameline, ministre à l’égalité professionnelle, mais aucune politique d’envergure n’est mise en œuvre notamment en termes de moyens pour développer des lieux d’accueil, d’écoute et des hébergements d’urgences. Au-delà d’une politique de prévention et d’éducation non sexiste, d’une obligation de prise en compte par la police et la justice des femmes victimes de violences, il faut développer un grand service public contre les violences avec des lieux d’accueil et d’hébergement d’urgence - appartements, foyers avec soutien psychologique et matériel -. Aujourd’hui des femmes victimes de violences retournent sous le toit de leur conjoint car aucune solution ne leur est proposée. Nous soutenons le manifeste, issu de l’initiative des 6 heures contre les violences, organisée dimanche 21 novembre. La LCR manifestera pour revendiquer une loi cadre s’inspirant de celle que les espagnoles ont réussi à imposer à leur gouvernement : « une loi intégrale contre la violence de genre ». La LCR manifestera samedi pour en finir avec le silence et l’indifférence qui touchent les femmes victimes de violence.
 
Le 24 novembre 2005
Lire la suite

EDITORIAL du 23/11/2005

23 Novembre 2005 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #EDITOS

Non à l’état d’urgence policier,
Tous ensemble pour l’urgence sociale et démocratique
 
     Le gouvernement a prolongé l’état d’urgence de trois mois et annoncé que les CRS resteraient dans les cités. Il continue sa politique du pire. Après avoir mis le feu aux poudres, il entretient délibérément les tensions. N’oublions pas que c’est la mort, à Clichy, de deux jeunes qui s’étaient réfugiés dans un transformateur EDF pour fuir la police alors qu’ils n’avaient rien fait de répréhensible qui a provoqué la révolte. Le terrain en avait été préparé par les contrôles policiers au faciès, le mépris, les provocations,  les insultes comme celles de de Sarkozy, qui ont offensé et blessé bien des personnes d’origine étrangère, comme l’a prouvé la réaction de joueurs de foot célèbres

De vrais boulots pour les jeunes !

     L’« ordre républicain » de Chirac, Villepin, Sarkozy c’est en fait la guerre sociale contre la jeunesse et les travailleurs ! Mais  c’est bien leur politique, et celle de ceux qui les ont précédés depuis 30 ans,  qui a créé une situation qui ne pouvait qu’exploser, dans des quartiers où la vie est devenue insupportable, avec le chômage, la pauvreté, la dégradation des conditions de logement et de vie…

Non à la répression, dehors ce gouvernement !

     Chirac, Villepin, Sarkozy parlent « d’égalité des chances », « d’idéal républicain », mais le peu d’argent et de moyens qu’ils donnent maintenant pour ces quartiers, ils les  avaient tout simplement retirés il y a un an  « pour faire des économies » ! Et de toute façon, quelle égalité des chances, quel idéal républicain alors que d’un côté de la société s’accumulent des fortunes et, de l’autre, pour la grande majorité la pauvreté, la misère, l’exclusion.
Si le gouvernement voulait offrir une chance à cette jeunesse, il aurait des gestes d’apaisement. C’est l’inverse. Les jeunes condamnés sont expulsés s’ils sont étrangers, même en règle. Et pour juger les jeunes interpellés, les condamnations à la prison ferme se multiplient, bien souvent sans preuves sérieuses, pour l’exemple.
Nous désapprouvons la violence aveugle, imbécile et sans issue de ceux qui brûlent les voitures de leurs voisins. Mais nous combattons la fuite en avant répressive et sécuritaire actuelle, qui ruine des centaines de vies et prive des centaines de jeunes de tout avenir.  

La solidarité, c’est la lutte

     Si le gouvernement a ressorti une loi de 1955, votée à l’époque de la guerre d’Algérie, ce n’est pas pour ramener le calme dans les banlieues, mais bien pour intimider les classes populaires et tous ceux qui luttent pour leurs droits. Ce n’est pas par hasard que les faucheurs d’OGM sont aussi durement sanctionnés par les tribunaux, et que la grève de la RTM à Marseille a été jugée illégale.
C’est donc l’urgence sociale et démocratique qui est à l’ordre du jour. Malgré la fatigue et les privations, les travailleurs de la RTM ont bravé le jugement du tribunal.  , ils ont eu raison. 
Parce qu’il faut maintenant construire un mouvement tous ensemble, nous sommes aux côtés des cheminots  des agents des impôts, des enseignants  en grève ces jours-ci..
                                                                                                                              
  le23 novembre 2005
Lire la suite

FORUM du 19-04-2005

22 Novembre 2005 Publié dans #OLIVIER BESANCENOT

FORUM DU "NOUVEL OBSERVATEUR"
Quotidien Perm@nent - Forum du 19/04/2005 avec Olivier Besancenot
(porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR))
questions des internautes
les réponses de Olivier Besancenot
question de : Internaute (postée le 05/04/2005 à 22h08)
>   Peut on dire à ton avis que ce projet de constitution constitue la clef de voute de la politique ultra libérale menée depuis 50 ans en Europe ?
>   Oui, c’est une constitution qui illustre à la caricature les trente dernières années de libéralisme et qui propose d’en prendre pour 50 ans supplémentaires.
question de : Internaute (postée le 07/04/2005 à 12h55)
>   ne croyez vous pas qu’il est temps au XXI siecle de developper concretement la notion de " citoyenneté universelle "
>   Oui, je crois que ma génération notamment se définit facilement comme citoyen du monde. Le problème c’est qu’aujourd’hui , c’est le capitalisme, les marchés, qui se mondialisent. Heureusement, les peuples résistent aussi.
question de : Flash Gordon (postée le 07/04/2005 à 16h06)
>   Que pensez-vous du Nationalisme Occitan dans le Sud-Ouest ?
Ne pensez-vous pas qu’il serait temps de dire que les jeunes habitants de Toulouse n’ont pas accès aux emplois publics d’Etat dans leur propre région ?
Pourquoi les fonctionnaires d’Etat de Toulouse sont-ils tous vieux ?
On dit que Carlu Pieri (FLNC) a fréquenté les locaux de la LCR à Paris dans les années 80. Pourquoi ?
Enfin que pensez-vous du Nationalisme Corse, Basque et Alsacien ?
>   Je suis pour reconnaître les droits des minorités linguistiques.
Pour autant, à Toulouse comme ailleurs, je crois qu’il y a suffisamment de richesses pour que tout le monde ait un emploi, qu’il parle occitan ou pas.
question de : dfeza (postée le 07/04/2005 à 19h04)
>   Je suis séduit par les arguments de NON du gauche mais vous comprenez bien que cela m’embête assez de voter avec tous les démagos anti-turcs et anti-Europe.
>   Ceux qui voteront oui auront le même problème, puisqu’ils voteront avec Berlusconi, les post fascistes italiens, Haïder ou encore Sarkozy.
Le Non de droite a fait le plein de voix depuis le début, c’est l’électorat de Le Pen et de Villiers.. En revanche, maintenant tout le monde sait que si le non l’emporte ce sera par la gauche car c’est le climat social qui a changé dans le pays.
question de : jpg (postée le 08/04/2005 à 10h59)
>   je suis menbre du PCF. Bravo Olivier et à tous les copains de la LCR pour votre engagement
dans cette campagne. On y respire chez vous une sincérité qu’on ne retrouve évidemment pas chez tous les ténors politiciens qui se foutent complétement du peuple et de l’Europe
qui ne pensent qu’à une chose : 2007 !
Quel formidable espoir pour tous les exploités d’Europe et même du monde si le non l’emportait.
Tout le monde comprendrait le message du génie politique de la France dont parlait déjà HEGEL.
En fait je n’ai pas vraiment de questions. Juste une suggestion : à tout les PS qui rabâchent que si le non l’emporte, on revient aux anciens traités, et ce sera le chaos ;
pourquoi ne pas leur dire : "Mais ces traités c’est la gauche qui les a ratifiés, alors vous avez ratifié des traités chaotiques ?"
Je suis abonné à ROUGE et je vais vous aider financiérement.
Amitiés socialistes.
>   Tes suggestions sont très bonnes, amitiés révolutionnaires !
question de : jean (postée le 08/04/2005 à 11h46)
>   Les Français ont été consultés pour l’entrée de la Grande-Bretagne dans l’Europe. Pourquoi n’ont-ils pas été consultés pour le passage de 15 à 25 membres? Si la candidature de la Turquie se précise, souhaitez-vous un référendum sur son entrée éventuelle?
Jean (Paris).
>   Oui pourquoi pas. Je ne suis pas hostile par principe, je suis même favorable à l’entrée du peuple turc dans l’Europe que je souhaite construire. Oui il y aurait bien entendu des conditions posées sur le droit des minorités ou encore sur la reconnaissance du génocide arménien. Mais ce qui est vrai pour un pays candidat est vrai aussi pour un pays membre : je pense notamment à l’Irlande, au Portugal et à la Pologne où le droit à l’avortement n’est toujours pas reconnu.
question de : Internaute (postée le 08/04/2005 à 12h10)
>   A QD UNE COALITION DE TOUS LES COMMUNISTES ( lcr lo pt pc) des socialistes en rupture de ban avec les sociaux liberaux, les verts radicaux et tous les autres ?
>   Le plus vite possible, si il s’agit bien de construire une nouvelle gauche anti capitaliste qui se batte pour augmenter tous les revenus de 300 euros, pour interdire les licenciements, pour contrer les privatisations, et étendre les services publics à des domaines comme l’eau, ou encore pour appliquer la loi de réquisition des logements vides. Cette gauche là est incompatible avec un gouvernement social-libéral qui appliquerait dans les faits la constitution européenne.
question de : Internaute (postée le 08/04/2005 à 12h12)
>   la gauche de la gauche est elle présente dans d autres pays d europe ?
SI oui quelles sont les contacts ?
Y A T IL UN PROJET DE PARTI EUROPEEN ANTI CAPITALISTE ?
>   Oui, il existe d’ores et déjà une coordination de la gauche anti capitaliste qui regroupe des organisations comme le SSP en Ecosse, l’alliance rouge et verte au Danemark, Respect en Grande Bretagne , le bloc de gauche au Portugal etc...
question de : Internaute (postée le 08/04/2005 à 14h25)
>   Bonjour Olivier. J’apprécie tes discours et je suis la plupart du temps d’accord avec tes propos. Je suis donc de gauche car j’apprécie dans les grandes lignes ses valeurs mais j’avoue ne pas savoir en quoi consiste précisément le marxisme, le communisme, le trotskysme ... Que me conseilles tu pour combler ces lacunes ? Quels livres dois-je lire en priorité ?
>   Je ne suis pas non plus l’as des as de la formation du parfait militant révolutionnaire.
En revanche, c’est vrai que lire les révolutionnaires et leur différentes expériences est essentiel : il y aussi Che Guevara, Rosa Luxembourg, Louise Michel etc... Je connais une bonne librairie : la Brêche, 27 rue Taine Paris 12è.
question de : Internaute (postée le 08/04/2005 à 16h31)
>   Dans le paysage politique actuel, on a l’impression qu’il existe des partis généralistes : PS, UMP, UDF ... et des partis "spécialisés" : les verts ne parlent quasiment que d’écologie , votre parti parle beaucoup de justice social et d’économie ... Ne pensez vous pas que vous gagneriez à communiquer plus sur d’autres sujets : nrj, environnement, politique de santé?
>   Nos réponses à la globalisation capitaliste sont également globales et touchent les domaines que vous citez et d’autres encore comme les discriminations racistes, sexistes ou sexuelles.
question de : Internaute (postée le 08/04/2005 à 17h13)
>   Démagogie. Non ?
>   non
question de : fred (postée le 08/04/2005 à 21h13)
>   on parle des éditions de la constitution européenne,mais la plupart des gens n’ont pas le temps ou la compétence pour l’étudier; pq ne fait on pas une édition comparative entre la constitution française ? on pourrait mieux faire un choix: ce que nous perdons, ce que nous gagnons....
>   C’est vrai que plus tôt que de trouver prochainement dans vos boites aux lettres un tract de l’UMP qui accompagne la constitution sous l’étiquette d’explication gouvernementale, il serait probablement plus pédagogique d’y trouver entre autre le préambule de 1946 de la constitution française.
question de : adam (postée le 09/04/2005 à 14h04)
>   Le choix de votre parti concernant le referendum sur la constitution europeenne n’étonne personne. Ne pensez vous pas -et c’est ce que tout le monde pense- que la principale raison qui vous pousse à dire "non" est votreeternel esprit de contadiction face à tout ce qu’entrprennent les autres partis sous le seul prétexte que ce sont les autres partis meme si cette constitution ne vient pas vraiment contre vos ideaux? Pour résumé n’est il pas simplement le choix attendu des extremes?
>   Ce serait presque insultant pour les électeurs de gauche, y compris ceux du PS, qui comme moi pensent que la véritable question du référendum ne sera pas Europe ou pas Europe, mais bien Europe sociale ou libérale.
Quant à ceux qui me reprochent d’être un éternel contestataire, il se trouve que ce sont exactement les mêmes qui me reprochent de parasiter le référendum en réclamant une autre politique en France et en Europe.
question de : Internaute (postée le 10/04/2005 à 14h18)
>   Que répondez vous aux personnes qui disent que vous êtes, en parti, responsable de l’ascension de Le Pen au second tour des élections présidentielles à l’heure ou vous faites campagnes pour les mêmes idées que le Front national sur la constitution Européenne ?
>   Que je n’ai jamais empêché les 5 partis de l’ex gauche plurielle de présenter une candidature unique aux dernières présidentielles.
Je leur dis qu’il faut arrêter de mettre 100 balles dans la machines au petit jeu de la peur permanente et qu’il serait grand temps de s’intéresser au texte et au contenu.
Dans le terme mondialisation capitaliste, il n’y a que mondialisation qui fait peur au FN. Nous c’est le contraire.
question de : Internaute (postée le 10/04/2005 à 14h20)
>   Pourquoi devrais-je, selon vous, voter NON sachant que les partis socialistes, Les Verts ainsi que les syndicats européens sont pour ?
>   Ne serait-ce que parce que une bonne partie de tous ceux-là sont contre, chez les Verts au PS et y compris chez les syndicats européens.. L’ancien responsable de la CES mène une campagne européenne contre la constitution et la majorité de la délégation française du mouvement alter mondialiste y est également opposée.
question de : Internaute (postée le 10/04/2005 à 14h22)
>   Que répondez vous aux personnes vous accusant de faire campagne avec De Villiers ou Jean Marie Le Pen ?
>   Que je ne fais pas campagne avec eux mais avec MJ BUffet, José Bové, JL Mélanchon , des responsables d’Attac. Quant à la lutte anti fasciste , je ne peux pas m’empêcher quand j’entends certains de me dire que je n’ai aucune leçon à recevoir de personne.
question de : Internaute (postée le 12/04/2005 à 12h52)
>   Comment peut-on encore se prétendre de gauche et appeler à voter pour un traité qui entérine la suprématie du capitalisme ? Le PS est-il définitivement passé de l’autre coté de la barricade et que compte faire la LCR pour créer un parti de la vraie gauche, et avec qui ?
>   La direction du PS est éffectivement de plus en plus libérale et de moins en moins socilae. La campagne unitaire pour un non anti libéral à la constitution est une campagne qui rpouve également que la gauche sociale libérale n’est plus hégémonique sur l’électorat de gauche.
question de : Internaute (postée le 12/04/2005 à 12h58)
>   PAS UNE QUESTION,UN CONSTAT. je ne suis adhérente à aucun parti politique mais je vote à gauche (PS OU VERT) depuis toujours. Ma décision de voter non est prise depuis longtemps parce que justement je l’ai lue la constitution. Ce cadre,on n’en veut pas,on veut la crise politique pour qu’enfin on entende la voix des populations.La position des partis politique comme le PS ou des syndicats ne sont absolument pas représentatif des opinions publiques!
>   Je partage le même constat.
question de : Internaute (postée le 12/04/2005 à 15h22)
>   J’ai appris que vous étiez un des signataires de l’Appel des 200. Pouvez-vous me dire ce que recouvrent tous les collectifs unitaires qui font référence à cet appel? La LCR est-elle totalement inscrite dans ce mouvement?
>   La LCR fait partie des forces qui ont initié cet appel. Il y a plus de 500 collectifs unitaires actuellement en France et ça nous rend enthousiastes. Nous étions près de 2000 participants au meeting de Grenoble hier soir.
question de : marcadet (postée le 12/04/2005 à 18h15)
>   bonjour,
petite question trouvez vous déjà le principe de reférendum en lui même democratique ?
>   oui, la consultation populaire me semble être un principe démocratique important. Ce qui l’est moins du coté de l’UMP et du ¨PS, c’est de faire comme si la partie trois de la constitution n’existait opas alors qu’elle est pourtant bizzarement la plus longue, la plus libérale ... Celle qui a était la moins discutée au sein même de la convention Giscard.
question de : Internaute (postée le 12/04/2005 à 22h14)
>    pourquoi un non d’extrême gauche et d’extrême droite serait plus sincere qu’un
oui de droite et de centre gauche(ligne hollande)?
>   Toutes les convictions sont sincères , le problème est de savoir quels projets de société ont construit à l’échelle ede l’Europe : Hollande pense maintenant sincérement que l’économie de marché est un horizon indépassable. Moi, sincérement non.
question de : Internaute (postée le 12/04/2005 à 22h40)
>   bonjour
je me pose juste cette question, comment se fait il qu’on ne vous entende que quand il sagit de s’exprimer dans les urnes, actuellement rien ne vas , mais qu’attendez vous pour monter au creneau et dire a cette droite qu’on à marre de se faire plumer
>   C’est ce que j’essaye de faire au quotidien ce que j’ai fait pendant les mobilisations sur les retraites , pour défendre les services publics à Guerret, pour s’opposer au licenciement qaux côtés de ceux de Nestlé, de Sédiver, de STM etc... Récemment encore, avec d’autres , nous étions présents devant l’assemblée nationale pour s’opposer au vote de la loi anti postale.
question de : Internaute (postée le 13/04/2005 à 11h27)
>   ne faudrait-il pas faire une campagne pour le NON à l’échelle européenne ? et que les partisant du NON de GAUGHE s’unissent ?
>   C’est ce que nous faisons de plus en plus avec des collectifs anti guerre de Grande Bretagne ou d’Italie , avec des associations alter mondialistes d’Espagne ou d’Allemmagne et avec des partis de toute l’Europe.
question de : Internaute (postée le 13/04/2005 à 12h18)
>   Extrait du site internet de la LCR: "Parce que révolutionnaires, nous voulons en finir avec le capitalisme". Alors pourquoi essayer de tromper les electeurs en alignant, article par article, des arguments contre le TCE alors qu’il serait plus honnête et plus simple de dire simplement que globalement vous voulez une révolution visant à supprimer en Europe toute trace du capitalisme ...même si cela est utopique car nous ne sommes pas seuls au monde...???
>   C’est parce que nous ne sommes pas seuls au monde que cette idée n’est pas qu’une utopie mais correspond à un engagement partagé sur de plus en plus de continents, notamment par une nouvelle génération qui pense que le capitalisme n’est pas le seuil ultime de l’histoire. Je ne m’en quis jamais caché, avecv ou sans site de la LCR.
question de : Internaute (postée le 14/04/2005 à 08h41)
>   Quelles seront d’après vous les conséquences sur la "vie politique" en France en cas de victoire du NON
>   La possibilité d’un nouveau départ social et politique. Social parce que les luttes actuelles des lycéens et beaucoup d’autres se verraient encouragées pour donner une bonne claque à Raffarin et Chirac. Au niveau politique, la possibilité d’affirmer une autre gauche que celle défendue par le PS.
question de : Internaute (postée le 14/04/2005 à 08h42)
>   Si le non l’emporte pensez vous que le Président de la République devra démissioner?
>   Oui, ce serait légitime après deux giffles électorales et des mobilisations sociales plus importantes encore que sous Juppé : Raffarin a lui seul a fait 3 Juppéton (plus d’un million dans la rue) et pourtant s’entête à retser au pouvoir : il est devenu illégitime
question de : Internaute (postée le 14/04/2005 à 15h57)
>   Des agents d’EDF qui coupent le courant chez une personnalite dont ils n’aiment pas l’opinion (Bolkestein), c’est une nouvelle conception de la democratie ? Petit rappel: il y avait une autre democratie dans laquelle on coupait le courant des types qu’on aimait pas, l’Allemagne des annees 30.
>   Faut éviter ce type de comparaisons légérement insultante pour près de 100 000 salariés qui résistent à la privatisation d’EDF made in Bolkeistein , Chirac ou même Jospin hier qui en 2002, au sommet de Barcelone s’engagait à libéraliser le marché de l’énergie. Quant à moi, je me chargerai volontiers de la boîte aux lettres de M.Bolkeistein.
question de : Besace (postée le 14/04/2005 à 17h44)
>   Voter pour la constitution accelererait la privatisation de la poste ? Chouette! On va enfin mettre ces glandeurs au boulot...
>   Vous allez surtout les mettre dans la rue.
question de : Internaute (postée le 14/04/2005 à 18h06)
>   Olivier Besancenot, vous êtes postier; Quelle est l’avenir de la Poste Française, quand on sait qu’en 2009 il n’y aura plus aucun monopole sur le courrier.
Croyez-vous en la privatisation de la Poste aux cours des années qui viennent ?
>   Si on ne fait rien contre oui . La loi postale , qui met en application une dirzectov européenne prévoit la fermeture de 6000 bureaux de poste sur les 12 000 actuels et prépare l’ouverture du capital de la banquye postale.
µJe ne souhaite pas que la poste soit un jour cotée en bourse. Tous les opérateurs publics postaux euriopéens pourraient tout de suite se coordonner et faire un premier pas vers la mise en place d’un service public postal européen plutôt que de se faire la guerre économique.
question de : Internaute (postée le 14/04/2005 à 22h55)
>   pourquoi voter non et si le oui l’emporte quelles conséquences ?
>   Parce que cette constitution ne représente pas un rempart face à la mondialisation libérale actuelle. Si le oui l’emporte, l’Europe qui sortira fortifiée sera une Europe qui ne sera pas un contre poids aux Etats-Unis mais une Europe qui cherche à concurencer les Etats Unis sur son propre terrain : celui du capitalisme.
question de : Internaute (postée le 15/04/2005 à 00h17)
>   Est ce qu’une Europe est possible aujourd’huilorsque certains pays comme la france sont tentés par le non à une constitution jugée trop libérale et que d’autres comme les pays bas sont tentés par un non à cette même constitution qu’elle juge pas assez libérale.
>   beaucoup de peuples en europe , et plus que l’on croit , y compris aux payx bas , partagent avec nous l’idée que cette Europe n’est qu’un marché et une monnaie. Je ne connais pas beaucoup de peuples qui soient satisfaits du fait que dans l’union actuelle à 25 il y a 70 millions de pauvres et 20 millions de chomeurs.
Lire la suite

grève des cheminots

22 Novembre 2005 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

Déclaration d’Olivier Besancenot

Avec les cheminots, contre les menteurs libéraux.

   Après Le Gallois, Perben, c’est Chirac qui s’y met : tous jurent la main sur le cœur qu’aucune privatisation n’est à craindre à la SNCF. Un mensonge ! Ils pourraient jurer aussi qu’aucune privatisation n’est en cours à EDF puisque seulement 15 % du capital est vendu au marché ! L’enchaînement des privatisations est parfaitement connu. Cela commence par la mise en concurrence, puis la gestion selon les méthodes capitalistes. Cela continue par la séparation en filiales, et en activités rentabilisées séparément, puis par les changements de statut, les ouvertures du capital minoritaires, qui deviennent... majoritaires. C’est exactement ce qui s’est passé à France Télécom, à Air France. C’est ce qui menace la SNCF, La Poste, c’est ce qui est en cours à EDF. Déjà des trains privés de marchandises circulent en Europe, en France, et des filiales SNCF sont privatisées. Engageons une campagne de vérité ! Les libéraux nous ont menti sur les dangers du traité constitutionnel européen, ils nous mentent sur la SNCF. Ne laissons pas les cheminots isolés, comme cela s’est trop vu sur d’autres services publics. J’appelle toutes les forces de gauche à un front commun de riposte et de solidarité. Pour les services publics, tous pour un, un pour tous !

Le 22 novembre 2005.

Lire la suite

EDITORIAL

22 Novembre 2005 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #EDITOS

 
Grève à la SNCF : Cheminots, usagers, travailleurs,Solidarité !
 
Depuis lundi soir, les cheminots sont en grève reconductible à l’appel de leurs syndicats, la CGT, FO, Sud et FGAAC. Ils luttent pour la défense du service public, de leurs conditions de travail, de leurs salaires, ils ont raison. Leur lutte participe de la défense de toute la population face à l’offensive libérale du patronat et du gouvernement, à la remise en cause des acquis sociaux. Elle poursuit la lutte des marins de la SNCM et converge avec celle des traminots de Marseille, comme avec les résistances de l’ensemble des travailleurs des services publics, de La poste, des Hôpitaux comme de ceux du privé. Elle continue la lutte de tous ceux qui manifestaient, samedi dernier, à Paris et en province pour la défense des services publics. Elle a besoin, pour mettre en échec le gouvernement, de la sympathie active de toute la population.

Mettre un coup d’arrêt aux privatisations

La grève des cheminots démarre au moment même où commence la cotation des actions EDF à la Bourse, quatre mois après celle de Gaz de France. L’exemple d’EDF après celui d’Air France ou de France Télécom donne toute raison aux cheminots de n’accorder aucune confiance aux déclarations de Perben, le ministre des Transports, qui prétend qu’il n’est pas question de privatiser la SNCF. Quel crédit accorder à la parole de ce gouvernement qui ment, agresse et répond à la crise sociale par le couvre-feu !
La privatisation est déjà en route. La SERNAM (messagerie) est privatisée, la Société hydroélectrique du Midi qui fournissait 30 % de son électricité à la SNCF est privatisée comme aussi la gestion de l’approvisionnement des ateliers… Une réorganisation est en cours qui donne à chaque branche d’activité (voyageurs, Transilien, fret et TER) son autonomie et impose des critères de rentabilité financière.
Déjà, 11 000 km de lignes de chemin de fer sont menacés.

La logique du profit contre l’intérêt collectif

Pour tenter de justifier sa politique de privatisation, le gouvernement invoque la nécessité de moderniser, de rendre plus efficaces les services publics. Il se fiche du monde. Il voudrait faire passer une politique de classe, entièrement au service des intérêts privés des riches, à la recherche d’investissements rentables pour leurs capitaux, pour une politique soucieuse de l’intérêt collectif. Pur mensonge.
L’exemple de France Télécom en est la démonstration évidente. La course à la rentabilité financière implique la mise en concurrence, la liquidation des lignes non-rentables, les licenciements, les attaques contre les salaires, la dégradation des conditions de travail comme du service rendu.
Mettre en échec cette politique est l’intérêt de tous, cheminots, usagers, salariés.

Unité

Mercredi, ce sont les travailleurs de la RATP, les transports parisiens, qui rejoindront les cheminots dans la grève. Le 24, les enseignants puis le 29, les agents des finances seront à leur tour en grève. Pourtant, chacun a bien conscience que, face à un gouvernement engagé dans une fuite en avant autoritaire pour préserver son pouvoir, l’unité est plus que jamais nécessaire. La révolte des jeunes des banlieues est un signal d’alarme. Oui, il y a urgence sociale et démocratique !
La montée du chômage, la dégradation de services publics en particulier dans les quartiers et les cités, le manque de moyens pour les écoles et l’éducation nationale entraînent un recul social considérable. Chirac-Villepin-Sarkozy provoquent et agressent sans apporter le moindre début de réponse aux exigences populaires.
Il faut leur opposer un front des syndicats, associations, partis de gauche et d’extrême gauche pour mettre en échec leur politique en aidant à la convergence des luttes, à la mobilisation populaire.
                                                                                                         
 Le 21 novembre 2005
Lire la suite

Bulletin des Travailleurs - EVREUX nov-décembre 2005

21 Novembre 2005 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

 
avec  ou   sans  emploi
Bulletin de la section d’Evreux de la LCR - nov-décembre 2005
   Après les émeutes de la Madeleine
il faut des mesures d'urgence sociale!
 
    Après les évènements qui ont frappé la Madeleine, tout reste à faire.
  Les violences de certains jeunes n’ont fait que renforcer les difficultés des habitants ,déjà défavorisés, du quartier : moins de commerces, des services publiques abîmés, plus de répression et de contrôles policiers. C’est pourquoi nous condamnons  cette violence gratuite  et aveugle qui ne fait que le jeu de Sarkozy.
   Le couvre-feu, stigmatisant, mis en place par Sarkozy et Debré a enfermé pendant dix jours une grande partie de la population du quartier de 22 heures à 5 heures du matin, comme s’il fallait punir les adultes rendus responsables des « émeutes ».
   C’est la politique de Debré, nationale comme locale, qui est en cause aujourd’hui à la Madeleine : services sociaux et de prévention sans moyens, coupes sombres dans les crédits de fonctionnement des associations (dont la plus grosse dépose le bilan), suppressions des aides-éducateurs dans les écoles, secteur culturel en peau de chagrin, logement social sacrifié, chômage massif de 40% au cœur du quartier !
   Une autre politique est possible à la Madeleine, comme ailleurs : au lieu d’alléger l’impôt sur la fortune et d’exonérer les dividendes des actionnaires, il faut des mesures d’urgence sociales nécessaires à une vie digne, solidaire dans l’égalités des droits :
-->    donner un vrai emploi à tous les chômeurs, RMIstes, interimaires, etc…
-->     créer en nombre suffisant des logements sociaux de qualité,
-->     combattre toutes les discriminations (à l’embauche, au logement,etc…)
-->     développer les services publiques dans le quartier : écoles, poste, prévention, santé,…
 

POUR LES SERVICES PUBLICS!

30 000 manifestant-e-s à Paris samedi dernier. La LCR y était avec Olivier Besancenot. Privatisation, concurrence : c’est le programme du MEDEF appliqué par le gouvernement Villepin-Sarkozy, qui refile à ses copains les services publics. L’occasion d’affirmer le soutien aux grévistes de la RTM contre la privatisation, à ceux de la SNCF qui refusent entre autres la suppression de 11 000 km de lignes publiques(sur un réseau de 33 000),  de dénoncer le bradage au privé d’EDF-GDF, des sociétés d’autoroute. Ce mensonge d’Etat revient à mettre en vente des entreprises dont chaque citoyen est déjà co-propriétaire !

Privatisations et suppressions des services publiques de proximité, c’est la même politique partout. A Evreux, Debré l’applique localement, sans débat, en vendant à un promoteur immobilier des biens communaux publics : terrains et immeubles de l’Amicale Laïque de St Michel, de la Mairie annexe, du point poste et du logement du gardien !  

Cette loi du fric, on n’en veut pas. La seule loi que nous reconnaissons c’est celle de l’urgence sociale A l’heure où les quartiers populaires n’en peuvent plus du sous-emploi organisé, du chômage et de la disparition du service public, il faut inverser la tendance et exiger l’arrêt des privatisations et l’embauche de jeunes par les services publics. Alors que le congrès du PS s’est conclu sur des embrassades et des promesses dont on sait ce qu’elles valent, il  a urgence à construire une alternative anticapitaliste capable d’imposer la renationalisation de tous les services publics, ainsi que l’abrogation des lois anti-sociales de ces dernières années.

 

Ecrire à : LCR27@wanadoo.fr

Site de la fédération de l’Eure de la LCR 

site: bulletindestravailleurs.over-blog.com

 
Lire la suite

Bulletin d'entreprise M-real - Louviers

21 Novembre 2005 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

Bulletin M-real  21-11-2005

PSM : ON NE PERD QUE LES COMBATS QU’ON NE MENE PAS

Sous prétexte de difficultés de vente pour le papier spécifique, la direction du groupe annonce 65 licenciements sur 280 salarié-e-s à Pont Sainte Maxence. Même si cela est présenté comme une décision déchirante, prise à contre-cœur, il est probable que ce coup brutal est en fait le début d’un processus de démantèlement. Ceux qui s’imaginent qu’il est possible de s’entendre avec la direction en négociant les départs pour limiter la casse se racontent des histoires. En signant un « accord de méthode » avec elle, au lieu de se dispose pour une  bataille frontale contre un plan de licenciements, se lient les mains pour l’avenir et auront bien plus de mal demain à mobiliser contre les licenciements qui suivront.

LA VALSE DES CHEFS

Monsieur « Petit Prince », zélé directeur de la MAP, a traversé le paysage juste le temps qu’il faut pour qu’on se demande ce qu’il foutait là. Comme il paraît qu’il est malade, nous lui souhaitons un prompt rétablissement.

SALE TEMPS POUR LA MAINTENANCE

 

On en aura connu des réorganisations depuis 10 ans ! Maintenant, tout le monde a été basculé en 3/8, et il donc fallu nommer un chef  pour 3 ouvriers. Le chef est un produit qui ne fait pas défaut dans la taule, mais ceux-là, contrairement à bien d’autres, n’ont pas été gâtés question coefficient. D’autant plus qu’ils ont la charge de la maintenance pour tout le site, tandis que les opérateurs de secteur se retrouvent à surveiller l’ensemble du process : il paraît que ça va améliorer la production… pour autant que les pièces et le matériel soient disponibles quand on en a besoin ! En fait, il y a plutôt du souci à se faire, d’autant plus que les réparations seront bientôt intégralement l’affaire d’entreprises extérieures, dont les intervenants ne peuvent pas avoir la routine ni les savoir-faire des ouvriers et techniciens de maintenance en interne. Tant pour notre sécurité que pour la qualité du travail, c’est pourtant ce qu’il nous faut !  

300€ D’AUGMENTATION POUR TOUS  !

Il est loin, le temps où les salaires de la Sica étaient une référence pour toute la proche région. Par le biais des études de poste et des coefficients, on a droit maintenant à un tripatouillage à prétention objective qui, si il fait quelques bénéficiaires, entraîne la rétrogradation de nombreux camarades. A cela s’ajoute le remplacement  des heureux qui partent à la retraite par des jeunes beaucoup moins nombreux à bas coefficient, et multipostes : tout bénèf pour eux !

Pendant ce temps là, le carburant augmente, les budget 2006 et les « réformes fiscales » en cours prévoient 20 milliards d’euros supplémentaires d’exonérations pour les capitalistes, et un allègement de l’impôt pour les  riches et les boursicoteurs. Décidemment, chez M-real comme dans toutes les entreprises du pays, il serait plus

que temps de suivre l’exemple de ceux de la RTM, des cheminots et des enseignants !  

Allemagne : potion amère en vue

Le précédent chancelier « de gauche » Schröder avait déjà baissé  les prestations maladie et les allocations chômage… Maintenant, la droite dure de Merkel et la gauche molle se mettent ensemble pour gouverner. Mesures décidées : hausse de la TVA, passage de l’âge de la retraite à 67 ans, licenciements simplifiés pendant 2 ans après l’embauche…Face à la montée de la volonté de lutte, ils tenteront sûrement ensemble d’expliquer qu’il n’y a pas d’autre politique possible !

Non à l’apprentissage à 14 ans

 

Profitant de l’émotion née des derniers événements, Villepin a présenté comme une mesure sociale la possibilité d’entrer en apprentissage à 14 ans. Alors que depuis le 19ème siècle, la scolarité obligatoire est passée progressivement de 12 à 14, puis à 16 ans (en 1959 !), Villepin propose la marche arrière toute !

Bien sûr beaucoup de jeunes sont en grande difficulté scolaire dès le collège. Mais au lieu de prendre les mesures nécessaires pour leur offrir de meilleures chances de poursuivre une formation, il veut dès 14 ans commencer un premier tri entre ceux qui pourront accéder à une formation longue (et aux emplois correspondants), et les autres.

Mais qui fera les frais de ce tri social précoce ? Sûrement pas les enfants de la bourgeoisie.

POUR LES SERVICES PUBLICS !

30 000 manifestant-e-s à Paris samedi dernier. La LCR y était avec Olivier Besancenot. Privatisation, concurrence : c’est le programme du MEDEF appliqué par le gouvernement Villepin-Sarkozy, qui refile à ses copains les services publics. L’occasion d’affirmer le soutien aux grévistes de la RTM contre la privatisation, à ceux de la SNCF qui refusent entre autres la suppression de 11 000 km de lignes publiques(sur un réseau de 33 000),  de dénoncer le bradage au privé d’EDF-GDF, des sociétés d’autoroute. Ce mensonge d’Etat revient à mettre en vente des entreprises dont chaque citoyen est déjà co-propriétaire ! Cette loi du fric, on n’en veut pas. La seule loi que nous reconnaissons c’est celle de l’urgence sociale A l’heure où les banlieues populaires n’en peuvent plus du sous-emploi organisé, du chômage et de la disparition du service public, il faut inverser la tendance et exiger l’arrêt des privatisations et l’embauche de jeunes par les services publics. Alors que le congrès du PS s’est conclu sur des embrassades et des promesses dont on sait ce qu’elles valent, il  a urgence à construire une alternative anticapitaliste capable d’imposer la renationalisation de tous les services publics, ainsi que l’abrogation des lois anti-sociales de ces dernières années.

                Bulletin M-real  21-11-2005  Fais circuler – pense aux autres équipes – Fais…

 

Lire la suite

Suite du FORUM du 19-04-2005

21 Novembre 2005 Publié dans #OLIVIER BESANCENOT

question de : georges (postée le 15/04/2005 à 10h25)
>   de la part de georges
M. BESANCENOT trouvez vous normal qu’une constitution censée établir l’organisation des institutions,puisse dans sa partie III, inscrire dans une loi organique des principes de gestion économiques ? n’est pas la première constitution qui aurait la prétention de regir l’economie a l’echelle d’un continent en desaississant les dirigeants politique de toute possibilité de choix économique ?
>   Je partage votere révolte. MAis ce ne sont pas tant les dirigants politiques nationaux de droite voire de gauche qui sont désaisis , mais bien plutôt les peuples.
question de : jose (postée le 15/04/2005 à 15h05)
>   Question:
Dire OUI à la constitution signifie-t-il renoncer au rêve d’une Europe fédérale et s’enliser dans une Europe des Nation(alisme)s ?
Commentaires:
1)On le voit dans les débats, cette constitution basée sur le concept des nations ne fait que renforcer les sentiments sordides nationalistes. Les exemples trajiques de l’histoire ne nous suffisent-ils pas ?
2)Cette nouvelle constitution serait bien mieux acceptée si le quidam français pouvait entrevoir le moindre avantage, par ex : un brin de simplification administrative.
En fait, nous sommes tous (sur)administrés. Pour vivre heureux l’„Européen d’en bas“ en revanche n’a des besoins qu’à 3 niveaux –local, régional, européen- qu’ils vive en Auvergne, en Flandres ou en Bavière (voir la constitution allemande ou suisse).
A titre indicatif; la Belgique entretient 8 niveaux administratifs (communal, provincial, regional, communautaire, arrondissement, federal, royauté, europe) le tout arrosé d’une cinquantaine de ministres (pour info : la Suisse n’en a que 7).
Quand va-t-on balayer tous ces mamouths administratifs qui ruinent les populations par des impôts trop lourds. Dans la plupart des familles belges un salaire ne sert qu’à payer les impôts, un scandale.
Jose
>   Le scandale avec l’argent de nos impots y compris à l’échelle de l’Europe c’est qu’il ne finance pas ou plus ou mal nos services publics mais qu’il va alimenter des entreprises multinationales qui font des bénéfices et licvencient quand même, ou alors qu’il va permettre à des sociétés de l’(agro alimentaire de spéculer en bourse plutôt que d’empêcher la fermeture quotidienne de centaines de fermes paysannes.
question de : Internaute (postée le 15/04/2005 à 16h43)
>   que proposez vous pour une meileure constitution qui puise être accepté par les 25 ?
>   Des critères de convergence,pas financiers et économiques cette fois-ci, mais sociaux et démocratiques qui permettraient d’aboutir à un salaire minimum européen, des services publics européens ou le droit d’avortement. NNous voulons prendre le meilleur d’un payxs pour en faire profiter à tous parce qu’il bn’y a ^pas de raisons qu’on se partage que la misère.
question de : Internaute (postée le 15/04/2005 à 17h04)
>   Que proposez vous exactement et concrètement (si vous osez le dire franchement à vos militants) pour remplacer l’économie de marché libre et non faussée, puisque vous décidez de voter non pour renégocier un texte que vous jugez ne pas allez dans le bon sens économiquement et sociétalement parlant.
>   Franchement, même aux militants je leur dis qu’une économie sociale de marché n’existe pas a part dans les voeux pieux de la constitution car le social et le marché ne font pas franchement bon ménage. Nous proposons une démocratui totale qui va dans tous les doamiens y compris économique : permettre à la majorité de la population de décider de son propre sort et du contrôle des richesses, des biens, ou des ervices qu’elle est la seule à produire.
question de : Internaute (postée le 15/04/2005 à 17h23)
>   Bonjour, Olivier
En tant que salarié et militant de gauche, tu dirais 100% à gauche, il me semble que la campagne que tu mène avec le PCF, JL Mélenchon et d’autres devrait trouver son prolongement dans une offre politique commune. Je rêve d’une vrai gauche (et je ne parle pas d’un parti commun pour l’instant) qui se présenterait unie au prochaines élections. La LCR compte t elle prendre des initiatives dans ce sens? Et quoi qu’il arrive merci d’être là à nos côtés pour nous défendre.
>   nous ne comtons pas nous sépare le soir du 29 mai . Nous proposons d’ores et déjà de continuer la bataille unitaire demain pour discuter nationalement et avec tous les collectifs militants du contenu concret d’une politique anti capitaliste qui permettrait de changer réellement les choses et de faire une vraie différence avec ce que nous pond la droite actuellement. Pour autant, il ne s’agit pas de faire un grand parti de la gauche du non, tout simplement parce que pour notre part par exemple nous n’irons pas demain participer à un gouvernement qui appliquerait dans les faits la constitution même light , à peine amendée si le non l’emportait.
question de : Internaute (postée le 15/04/2005 à 18h33)
>   Pourquoi faudrait il voter "NON" à la Constitution Européenne, d’après vous?
>   Parc eque je l’ai eu et que je n’ai pas été non plus convaincu par le numéro spécial du Nouvel Observateur.
question de : Internaute (postée le 15/04/2005 à 18h46)
>   Ne peut on se détacher un peu plus des étiquettes politiques qui ne veulent plus rien dire ? A trop ramener le NON à une mouvance uniquement de gauche, cela ne va-t-il pas exclure une partie de l’électorat de droite (UMP) qui serait tenté de voter NON et qui ne le ferait pas si on associe trop NON et GAUCHE ? Rémi
>   Parce que les mobilisations sociales qui se multiplient depuis le mois de janvier , sur les saliares , les services publics ou le mouvement lycéen sont responsables de la poussée du non dans le pays. Ce non là est social , européen , anti libéral , surement pas raciste , chauvin ou anti tuc. Quant à l’UMP, même à la loupe j’ai pas vu un seul cortège dans ses manifestations ... Ou plutôt si du côté des CRS.
question de : Internaute (postée le 15/04/2005 à 21h46)
>   Pouvons être les premiers(et seuls ???) au monde à ne pas approuver un système libéral,et ouvrir une voie(Plus social, sans parler d’extrême) vers l’avenir ? Et pourquoi une pub de La Poste juste en dessous de votre Nom ? GIL 06 68 36 08 12
>   Désolé, c’est illisible. Je ne fais pas de pub pour la poste mais plutôt pour les ervices publics.
question de : Internaute (postée le 15/04/2005 à 21h57)
>   bonjour monsieur .Votre combat est certes courageux et c’est dommage que vous ayez choisi le léninisme résiduel pour vous battre .Vous ne doutez pas ,malgré l’effondrement du communisme après les dégats qu’il a suscité.Le peuple de France n’est pas constitué de benêts .Les communistes ,quelle que soit son appelation ,ne prendra jamais plus le pouvoir ,nulle part ,sauf par la force.Pour ce qui est du scrutin sur l’Europe ,nous notons que vous n’hésitez pas à meler vos voix aux autres tenants du totalitarisme ?L’extrème droite .
>   En votant oui, vous melerez les vôtres à celles des post fascistes italiens, et de Berlusconi . Quant aux dégats du stalisnisme sur les populations des pays de l’est et sur le mouvement ouvrier international , je suis bien coscient de cette catastrophe . Il s’agit pour moi et pour d’autres de refonder , de réinventer un nouveau projet de société démocratique et égalitaire .
question de : Internaute (postée le 16/04/2005 à 00h23)
>   Monsieur Besancenot,

Je prétends être quelqu’un "de gauche". Comme vous les injustices nombreuses de ce monde me révoltent. Seulement, contrairement à vous, j’ai choisi d’être militant au Parti Socialiste. Simplement parce que je pense qu’il vaut mieux faire changer "un peu" les choses en accédant au pouvoir, que d’avoir des idées grandes et très généreuses mais en se mettant en situation de ne jamais pouvoir peser sur rien.

Je pense que le devoir d’un homme de gauche n’est pas simplement de se borner au constat mais de se donner les moyens d’y remédier. Cela impose des compromis dont j’estime qu’ils ne sont pas nécessairement toujours des compromissions.

Contrairement à vos militants parfois, je n’ai aucun a priori concernant vos idées, que je respecte. A l’inverse je ne vous reconnais pas le droit de décerner des certificats "de gauche" et en somme de dire que personne n’est vraiment de gauche hors vous.

J’en viens donc à ma question : Considérez-vous qu’il y aura un jour un partenariat possible, une hypothèse de gouvernement, auquel vous participeriez, ou resterez-vous définitivement dans une oposition que je me permettrais de qualifier de stérile ??

Paul Lafond.
>   Je ne me prétends aucun droit de décerner des certificats quelconques . La participation à un gouvernement n’est pas pour moi une discussion abstraite , le probmème est de savoir à quel type de gouvernement on participe . comme Jospin, je pense que deux orientations différentes , une sociale libérale et une anti capitaliste ne peuvent pas coexister dans un même exécutif, c’est ce qu’il a expliqué pendant toute l’expéreince de la gauche plurielle à la direction du PC, des Verts, et aux opposants du PS, c’est pourquoi nous n’étions pas de ce gouvernement0.
question de : Internaute (postée le 16/04/2005 à 10h23)
>   Vous rejetez le "modèle américain"; vous préférez sans aucun doute le modèle soviétique -mais non, il est mort- le modèle cubain ou chinois? En disant non à l’Europe, non à une Europe politique forte, seule susceptible de résister à l’impérialisme économique,militaire, politique des Etats-Unis, vous faites le jeu de M. G. Bush. Encore une fois, vous vous trompez de cible et, encore une fois, vous favorisez, comme en 2002, l’émergence du F.N. en France. Pour dire non à la politique de MM. Chirac et Raffarin, vous n’hésitez pas à vous associer à l’extrème droite et vous montrez bien là votre incapacité à participer à une action gouvernementale positive: vous vous condamnez à demeurer celui qui dit non à tout, à demeurer dans l’opposition.
>   quelle délcaration d’amour . A ma connaissance, Blair , berlusconi et Asnar, les alliés de toujours de M.Bush, sont des fervents défenseurs du projt constitutionnel alors assez d’amalgames . Sachez monsieur que je n’ai aucun modèle existant surment pas celui d’un système qui a envoyé ces chars sociètiques réprimer des révoltes à Prague ou à Budapest contre ceux qui voulaient rendre au socialisme son visage humain.
question de : Internaute (postée le 16/04/2005 à 12h27)
>   Pensez vous qu’au dernier moment Chirac soit capable d’annuler le référendum? Le parti socialiste (ses dirigeants et ses cadres)étant désormais encore un peu plus à droite quelle sont les perspectives d’une nouvelle gauche , comment et avec qui ? comment faire entendre une autre parole que celle de la collusion honteuse des politiques et des médias ???
>   Grâce à l’enracinnemtn de cette campagne populaire et militante que nous effectuions dpuis plusieurs mois avec des associations comme Copernic , Attac , la Conférayion paysanne et beaucoup d’autres. Aujourd’hui, tout le monde est obligé de convenir que non seulement le non peut lm’emportaer mais que s’il l’emporte ,c e sera par la gauche.
question de : JFG (postée le 16/04/2005 à 13h14)
>   On comprend bien qu’a la Poste les gens soient inquiets devant le projet de constitution: s’il etait adopte, cela signifierait se mettre au boulot... inacceptable, pas vrai ?
>   Je vous invite à embaucher demain matin à 5h à mes côtés . J’aimerais d’abord voir la tête que vous avez à cette heure là , la tête de tous ceux qui bossent. Quant à constyitution, en mettant fin au principe de monopole public postal, il risque de me mettre , moi et mes 300 000 collègues , non pas au bouliot mais au chômage.
question de : zebulon (postée le 16/04/2005 à 16h49)
>   Faut il l’unanimité des 25 pays membres pour que ce "traité constitutionnel" ou sera t’il adopté même si la France et quelques autres ne le ratifie pas ?????
>   Si la France et quelques autres refusenet la ratification , il y aura un nouveau rapport de force contre le libéralisme à l’échelle de l’Europe, ce sera une nouvelle donne
. En revanche, si le oui l’emporte , il est vrai qu’il faut l’unanimité des 25 pays pour revisiter tel ou tel aspect constituionel, je vous invite à lire les articles 443, 444, 445.
question de : Internaute (postée le 16/04/2005 à 18h19)
>   Quand tu évoques la question d’une participation à un gouvernement, c’est toujours en négatif : ne pas participer à un gouvernement qui mettrait en oeuvre une politique plus ou moins libérale...Ne crains tu pas que cela renforce l’image véhiculée par d’autres partis sur l’extrème gauche qui proteste mais qui refuse de mettre les mains dans le camboui. Est ce à dire que finalement pour toi la ligue c’est le parti des luttes et que les élections servent de tribune (un peu comme LO). Considères tu que seules les luttes peuvent changer la donne, et qu’hormis une crise révolutionnaire,les gouvernements ne peuvent être qu’au service de l’ordre établi.
>   Mon parti serait partie prenante d’un gouvernement anti capitaliste, qui serait aussi fidèle aux intérêts des travailleurs , que la droite est aujourd’hui fidèle aux intérêts de MEdef. Maais je n’aime pas bluffer et je préfère dire haut et fort qu’un tel gouvernement ne pourra voir le jour que si un mouvemeent populaire anti libéral voit le jour. Le fameux tous ensemble que l’on cherche à établir depuis 95. Nous ne serions évidemment pas seuls dans ce gouvernement.
question de : Internaute (postée le 16/04/2005 à 19h45)
>   Distribue mon courrier, pauvre merde.
>   Il est dans les sacs postaux qu’on a ballourdé chez tonc copain Sarkozy.
question de : Internaute (postée le 17/04/2005 à 09h33)
>   Etes vous pour ou contre l’Union Européenne?
>   Je suis pour l’union d’une autre Europe qui serait faite par et pour les peuples .
question de : Internaute (postée le 17/04/2005 à 10h33)
>   La plupart des hommes politiques nous incitent à dire "oui" ou "non" au référedum mais ils ne nous disent pas pourquoi. Ma question est : "pourquoi dire non?", souhaiteriez vous que la France se retire de l’Union Européenne sachant la place qu’elle y occupe?
>   Vu son histoire , sa place particulière , et surtout l’impact du mouvement social en France sur l’ensemble des mouvements sociaux européens , je n’ai absolument aucune crainte d’une marginalisation vis à vis des autres peuples d’Europe.
question de : Internaute (postée le 17/04/2005 à 10h36)
>   Pensez vous que vous êtes réellemnt fait pour la politique? Allez vous présenter au prochaine présidentielle?
>   Je pense que je suis un militant politique . Je ne suis pas fait et je ne veux pas faire de carrière politique car je crois que la politique ne doit pas devenir un métier, une marchandise comme les autres.
question de : Internaute (postée le 17/04/2005 à 11h19)
>   Le discours du "Oui" va plonger dans l’alarmisme. A court d’arguments, la meilleure stratégie est celle de la "Peur". Comment allez vous rassurer les partisans du "Non"? Comment mettre sur pied un contre-projet, de manière à ce que le vote "Non" ne soit pas uniquement considéré comme un vote contestataire?
>   En continuant à affirmer nos propositions alternatives pour la construction d’une autre Europe : moratoire sur les privatisations, pour les OGM, droit à l’avortmeent, salaire minimum européen etc...
question de : Internaute (postée le 17/04/2005 à 11h21)
>   pourquoi voter non le dimanche 29 mai
>   Pour que l’idée qu’on puisse gagner contre le libéralisme devienne encore plus crédible le 30 mai au matin.
question de : Internaute (postée le 17/04/2005 à 13h54)
>   Bravo pour votre prestation dans l’émission d’Arlette CHABOT la semaine dernière
place aux jeunes !
>   Merci.
question de : COUCOU (postée le 17/04/2005 à 14h40)
>   OUI ou NON, pour moi, petite employée, ça ne changera pas grand chose!
>   C’est vrai que voter non ne réglera pas tous les problèmes pour les gens comme vous, comme moi qui gagnons 1030 euros par moi , ceci étant je crois qu’il est temps que la France d’en bas ou l’Europe d’en bas se fasse entendre contre les libéralismes par le biais du réfernedum mais aussi des luttes.
question de : Internaute (postée le 17/04/2005 à 16h15)
>   Vous voterez OUI à quoi ? A une constitution du type URSS ?
>   Je voterai oui à vos blagues récurrentes.
question de : Internaute (postée le 17/04/2005 à 17h42)
>    Bonjour ! Je me place en faveur de NON a la constitution...mais du oui a L’Europe. Si une vague nouvelle de renoncement a la ratification de la constitution deferle sur l’Europe ( la Hollande est aussi partisante du non), quel "sufrage europeen" le NON doit il realiser pour que nos craintes d’une communaute ultraliberale soit prises en comptent et combien de temps devrions nous attendre avant qu’un nouveau projet, plus social, soit presente aux Europeens ? Matthieu...du Perou !
>   Le temps ecact, personne ne le sait. Une chose est sûre c’est que cette constitution ne devait rentrer en application qu’en 2009. Celà nous laisse un marge pour continuer à entammer un nouveau départ avec les autres peuples. Le forum social européen de Grèce qui se tiendra en 2006 sera une étape importante.
question de : Internaute (postée le 18/04/2005 à 09h45)
>   Mr Besancenot que faudrait-il à la constitution pour qu’elle batte en brêche l’injustice flagrante qui consiste à rémunérer plus grassement les actionnaires que les salariés ?
Bien cordialement et courage pour vos combats
Senzo
>   Il faudrait s’attaquer au problème d’une autre répartition des richesses en titillant là où ca fait mal les actionnaires : levée des différents secrtes bancaires, commercils, industriels, publier les livres de compte des grandes multinationales ... Pour savoir où va l’argent et du coup savoir comment on peut le récupérer.
question de : Internaute (postée le 18/04/2005 à 10h06)
>   Bonjour Olivier. Vous avez dit chez Karl Zero cette année à propos des mouvements sociaux que vous esperez un nouveau mai 68 voire un nouveau 1936. Et 1917? non? Vous n’êtes plus revolutionnaire?
>   Je ne revendique de touts les expériences révolutionnaires qui ont permis au peuple de ne pas vivre sous le dictat des actionnaires . MAis je cherche aussi à voir et à comprendre ce qui a marché et pas marché : c’est le cas de 1917, de la commune de Paris, de 36 en Espagne etc...
question de : Internaute (postée le 18/04/2005 à 10h21)
>   VOUS SEREZ PLUS UTILE A LA POSTE QU A L EUROPE .RESTEZ JE VOUS EN PRIE DANS VOS COMPETENCES.
>   Il se trouve que l’Europe libérale a la fahceuse tendance de s’imiscer dans la vie quotidienne des postiers .
Puisque tous les jours pour faire passer la privatiqatiopn, la direction nous explique la directive européenne est inéluctable. Je m’occupe de politique avant que ça soit elle qui s’occupe de moi.
question de : Internaute (postée le 18/04/2005 à 10h44)
>   Monsieur Besancenot, vous représentez la "ligue communiste révolutionnaire". Comment au 21eme siècle peut-on encore appeler un parti de cette façon ? Pourquoi ne modernisez vous pas le nom de votre parti ?
>   Le changelent de nom de notre patri fait partie de nos débats . Beaucoup sont cosncients que bien qu’aynat été toujours clairement anti stalinien, notre sigle retse associé pour beaucoup à l’expérience des pays de l’est. ceci étant en positif il s’agit de trouver ce qui symboliserait un nouveau projet de société anti capitaliste. Ce nouveau terme n’existe pas encore, car nous sommes encore en panne de nouvelles réponses stratégoiques . En attendant, je continue fierement à assumer mon histoire et à annoncer la couleur.
question de : Internaute (postée le 18/04/2005 à 11h09)
>   Bonjour Mr Besancenot : J’ai deux questions à vous poser : 1 - Pourquoi vous opposer encore et toujour à cette Constitution européenne face aux supers puissances des pays comme les Etats-Unis, et d’autres comme la Chine, la Russie ? Ne croyez-vous pas que d’ici quelques decennies, ses pays "arrogants" pour ne citer que l’Amérique, vont nous "envoyer pêtre" comme de vulgaires européens, nous concidérant déjà comme "la Vieille Europe", bientôt comme une "vieille France" ? Ma deuxième question : Dans la perpective de la Présidentielle, en 2007, unir toutes les Gauches selon vous, serai une bonne idée ou allons nous encore devoir subir cinq années de récession, face une droite ringuarde et bourgoises qui se contre fou "de la France d’en bas" ?
>   Pour en finir avec cette droite là, il faut une gauche qui fasse la différence, qui n’hésite pas à défaire ce que Raffarin a fait passer sur les retraites, EDf, la sécurité sociale, les services publics . Bienn sûr, je ne suis pas le seul ç défenxre ça mais je sais aussi que la direction du PS n’est pas prête à revenir sur otu ça si elle revenait au pouvoir.
question de : Internaute (postée le 18/04/2005 à 12h13)
>   Pensez-vous qu´il soit réellement possible de renégocier le texte de la constitution avec les Etats membres de l´UE, sachant que ceux-ci sont majoritairement conservateurs, sachant également que tous les pays de l´ex-URSS ont une réaction quasi épidermique anti-étatique ce qui peut se comprendre vu leur histoire.
>   Ca se comprend effectiveme,nt mais je ne crois pas pour autant qu’y compris là bas la population se soit transformée en fanatiques de la loi du profit. une victoire du non changerait les rapports de force et aurait une incidence même sur les autres guvnerments conservateurs européens.
Merci à tous pour vos questions. O.B
Lire la suite

Traminots de Marseille

20 Novembre 2005 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

SOLIDARITE avec les traminots de la RTM
Après 41 jours de grève, les traminots de la RTM de Marseille mène une grève exemplaire, dans l'unité intersyndicale, pour défendre le service public des transports marseillais, en refusant l'intrusion d'un opérateur privé ( la Connex, filiale de Vivendi) pour gérer le nouveau tramway, au détriment de la RTM.
La direction de la RTM, sous la pression de Gaudin, joue le pourrissement du conflit. Les traminots refusent la fatalité de la rentabilité et se battent pour la défense du Service Public. Leur lutte est celle de tous les travilleurs. Tous les travailleurs doivent être à leurs côtés. Qu'attendent  les directions syndicales pour organiser la solidarité concrète, financière et dans l'action. Il est inacceptable de laisser toutes grèves exemplaires comme celles de la RTM et de la SNCM, dans l'isolement et la défaîte.
Gaudin veut affamer les traminots. Ils ont besoin de la SOLIDARITE FINANCIERE de TOUS, AIDONS-LES!
Envoyer vos contributions financières aux adresses suivantes:
Syndicat SUP-RTM Solidaire 10-12 avenue Clôt Bey 13 008  Marseille
ou
SOLIDAIRES 13  - BP 33 -  13 302 Marseille cedex 3
Lire la suite