Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

SUR LA FESSEE COMME SUR LE RESTE, UN GOUVERNEMENT DUR AVEC LES PLUS FAIBLES

26 Mai 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Education

http://p0.storage.canalblog.com/07/95/793958/67136658.jpg« Les titulaires de l'autorité parentale ne peuvent user de châtiments corporels ou de violences physiques à l'égard de l'enfant ». Cet amendement a été sorti de la loi famille, une fois encore les réactionnaires de « La manif pour tous » peuvent pavoiser. Une mention à son rédacteur, le député EELV Lambert qui a accepté de se faire le complice de cette reculade, assortie de la promesse vague d’une intégration dans une loi de protection de l’enfance à venir.Un petit service de plus, après son voter favorable au « pacte de stabilité ». Pourtant, même si l’opinion est défavorable, il faudra bien y passer, après 23 des 27pays de l’Union européenne. La France est même menacée de sanction par le Conseil de l’Europe !  Une situation qui devrait embarrasser les partisans de l’Europe du capital et des banques, si prompts à invoquer les nécessités de l’intégration … D’autre part, tous les  rapports et recommandations d’experts convergent pour établir les conséquences néfastes de la violence éducative.Mais pourtant, la ministre Rossignol a pu déclarer sans ciller que« la loi prévoit déjà que les parents doivent respecter l'intégrité corporelle des enfants ».C’est dire s’il faut y aller fort !  Autrement dit,  la loi interdit de frapper un adulte, un animal, mais pas un enfant. Et pourtant, claques et fessées, si elles peuvent être une réaction compréhensible de parents qui n’arrivent plus à supporter la vie que cette société leur fait, n’ont aucune valeur éducative: elles détruisent la confiance en soi de l’enfant, qui intègrera qu’on peut aimer et faire du mal.  Il aura tendance plus tard à reproduire le comportement de ses modèles, les adultes, et à reproduire le même comportement sur ses propres enfants. Cela peut paraître plus difficile, mais pour jouer son rôle de parent, le recours à la violence est un raccourci trompeur : il y a d’autres moyens de dire non que la violence faite aux enfants. L’interdiction, comme pour les violences faites aux femmes, serait une aide à ne pas franchir la limite.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article