Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Olivier Besancenot avec les salariés de Sanofi-Pasteur à Val de Reuil

19 Janvier 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Nouveau Parti Anticapitaliste

SANOFI-PASTEUR : FRUCTUEUSE RENCONTRE CGT- NPA

sanofi-VDR-b.JPGMardi 18 janvier 10h15, quatre représentants du NPA de Louviers attendaient Olivier Besancenot, qui est arrivé accompagné d’un membre de la commission nationale ‘intervention sur les lieux de travail » ainsi que d’un caméraman de NPA. Au poste de garde, nous n’avons pu rentrer que munis d’un badge officiel. Sur ce site classé « haute sécurité »( ?), pour l’obtenir il faut laisser sa carte d’identité. Problème : Olivier, qui avait démarré tôt par une AG de postiers contre des restrictions de postes et qui ne conduisait pas, n’avait pas ses papiers… Il a fallu une intervention d’un délégué CGT pour éviter l’incident. Alors, pour ce qui est de la caméra, même dans le local syndical, ce fut niet. Il faut dire pour l’anecdote que le climat était électrique du fait que le nouveau Directeur Général d’Aventis était lui aussi en visite sur le. Nous ne l’avons pas rencontré…

sanofi-VDR-a.JPGRegards curieux à travers les vitres et sur le chemin du local syndical, où nous avons retrouvé une quinzaine de salarié-e-s autour d’un café et de viennoiseries payées par la direction… La rencontre a duré deux heures, et elle a été très riche, dans le respect de l’indépendance réciproque des partis et des syndicats : la CGT Pasteur avait d’ailleurs déjà eu l’occasion de rencontrer des représentants tant du PS que du PCF pour faire connaître et partager ses analyses (mais le NPA, lui, y distribue tous les mois son bulletin d’entreprises). Sanofi ferme des sites, va supprimer plus de 1700 emplois d’ici 2014 et pratique « une politique salariale bas de gamme ». Le site de Val de Reuil fait lui 15% de croissance en production par an depuis 15 ans, compte 1560 emplois en CDI et 240 précaires. Un emploi chez Pasteur en induit 4 autour ! Mais le quotidien n’est pas rose,  avec en particulier des relations au travail de plus en plus dures, de nouvelles stratégies de management avec pression accrue de la hiérarchie et forte augmentation du stress à la clé. On est longuement revenu sur les trois semaines de grève de l’année dernière, en particulier sur le « coup de main sans égal » (ce sont les mots de Guy Troley, le secrétaire du syndicat) du NPA  Bien que la grève n’ait pas permis de gagner sur les salaires contre ce champion du CAC40  avec 8471 millions d’euros pour 2009 (les 300 dirigeants du groupe ont vu eux leur salaire fixe augmenter de 11% en moyenne en 2 ans, le seul PDG gagne 23 000€ par jour), c’est de ce moment que date le développement de la CGT, rejointe par des éléments jeunes et combatifs : 20% aux récentes élections professionnelles (autant pour la CGC, la CFDT reste majoritaire avec 40%, mais a reculé).

 Olivier a exprimé sa fierté d’avoir été invité et a expliqué qu’il se sentait parfaitement à l’aise dans cette réunion « comme avec ses collègues ».

 Nous avons parlé de développement industriel, mais aussi bien sûr des médicaments, des profits des grands groupes pharmaceutiques faits sur le dos des populations et de la nécessité d’exproprier les grands groupes, de  construire un service public qui contrôle la production et la distribution des médicaments.

 Des médias locaux et régionaux nous attendaient à la grille et se sont entretenus avec Olivier et les représentants de la CGT. C’est vers 13 h00 que nous nous sommes quittés mais en traînant un peu car nous avions toujours des choses à nous dire. Certain-e-s se sont d’ailleurs promis de venir au débat sur « médicament et protection sociale » lors de notre fête départementale samedi à Louviers pour continuer la discussion.

 A noter aussi qu’il y aura quand même un reportage sur le site du NPA !

Correspondants des comités de Louviers et Val-de-Reuil

 

Article publié dans Paris Normandie

Olivier Besancenot chez Sanofi à Val-de-Reuil

Publié le mardi 18 janvier 2011 

Oliviers Besancenot était ce mardi après-midi chez Sanofi-Pasteur à Val-de-Reuil. Le porte-parole du NPA répondait ainsi à l'invitation du syndicat CGT de l'entreprise, qui avait déjà rencontré des responsables locaux du PS et du PCF, pour les alerter sur la stratégie de Sanofi-Pasteur. Oliviers Besancenot, venu "soutenir les salariés de l'entreprise confrontés à une dégradation des conditions de travail", a affirmé que "le débat actuel sur l'industrie pharmaceutique ne concerne pas que son personnel mais bien tout le monde". Il a demandé la "réunification de toutes les sociétés de ce secteur au sein d'un grand service public".

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article