Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

M-real : ILS ONT OSÉ FERMER, Il FAUT LES REQUISITIONNER !

25 Octobre 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Luttes Ouvrières

Article pour TEAN, hebdomadaire du NPA

 

M-real : ILS ONT OSE FERMER, Il FAUT LES REQUISITIONNER !

L’USINE PEUT ET DOIT VIVRE AVEC TOUS SES EMPLOIS !

Le  mardi18, quand les salarié-e-s ont appris en AG que le PDG finlandais avait décidé d’interrompre les négociations avec les candidats à la reprise et de fermer, la papeterie d’Alizay (27) s’est arrêtée immédiatement. On ne mesure pas toujours à quel point l’électronique peut être sensible à l’air du temps…et l’atmosphère était en effet bien lourde: alors que les deux  candidats à la reprise avaient quand même fini par accepter les deux clauses inventées par M-real pour les dissuader (maintien des emplois et couverture des éventuelles pertes du site  pendant 24 mois), ils n’ont plus trouvé que le prétexte d’un  désaccord sur le prix de reprise… 

Dans ces conditions, les vieux réflexes jouent aussitôt : braseros, barnum, musique, et comme (l’usine marche en continu, on passe son temps de  faction au piquet de grève. Le soir même, la réunion du « collectif pour le maintien et le développement de l’emploi » se tient sous la tente, en présence d’une cinquantaine de travailleurs. Au début, ça  écoute avec une curiosité mêlée de distance  cette étrange assemblée d’ animateurs syndicaux, de maires et d’élus, de représentants du NPA, du Nouveau centre, du PS, du PCF, d’EELV, manifestement habitués à se retrouver chaque semaine. Puis des réflexions fusent, hésitantes, et certains se lancent, proposent une action et défendent leur point de vue : on a vraiment passé un cap ! On se met d’accord sur des initiatives : péage gratuit à 200 un matin, avec, c’est pas banal, une ramette A4  emportée pour un tract accepté. Puis lundi dernier, montée à cinq cars à Paris pour appuyer la réunion de « médiation » avec le Thaïlandais « AA » que le PDG a finalement acceptée. Un résultat à la fois de la pression des travailleurs, de l’ampleur nationale qu’a prise cette affaire et de l’enjeu pour l’avenir tant de l’élu régional et ministre de l’agriculture Le Maire que de plusieurs notables du PS.

Mais lundi, retournement brutal : plus question de vendre à quiconque, fermeture point final. Com me si  Metsaliitto, société mère de M-real, avait donné de nouvelles consignes. Le coup est rude, et bien des angoisses s’expriment dans les petits groupes de discussion spontanée. Mais au retour devant l’usine, l’AG de 350 personnes décide de maintenir le blocage,  de continuer l’action pour les forcer à vendre, de tenir une nouvelle AG mardi midi. Au moment même où les représentants de l’Etat larmoyaient à la radio sur leur incapacité à forcer un groupe privé à vendre, le secrétaire CGT du CE Thierry Philippot martelait : « M-real n'a plus aucune légitimité, il ne veulent pas vendre, hé bien, l'usine elle est à nous, notre droit d’existence doit passer avant leur droit de propriété, ils doivent être réquisitionnés s’il le faut pour vendre aux intéressés, et si nécessaire nous prendrons directement contact avec eux ». Les applaudissements fusent, et il n’est pas habituel ici que l'approbation prenne cette forme.

Correspondants   lundi 20h

 

Manifestation de 300 travailleurs de M-real à Paris, lundi 24 octobre , pendant les négociations entre M-real et les repreneurs Thaïlandais et Français.

 M-real-Paris-copie-2.JPG

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article