Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Les éducateurs en grève vendredi à Evreux (Paris-Normandie du 12 avril 2013)

13 Avril 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

Les éducateurs en grève vendredi à Evreux  (Paris-Normandie du 12 avril 2013)

Social. Le personnel s'inquiète d'une augmentation de sa charge de travail.

visuel.jpeg

Les travailleurs sociaux avaient déjà fait grève au mois de février

Les travailleurs sociaux départementaux sont en grève aujourd'hui vendredi. Ils sont inquiets concernant leurs nouvelles conditions de travail.
Un enfant = un suivi. C'est le calcul que font les éducateurs de l'Aide sociale à l'enfance du Département. Pour répondre aux nombreuses demandes d'actions éducatives à domicile, le conseil général prévoit de le modifier avec la mise en place de coefficients. Ainsi, une fratrie de quatre enfants ne compterait plus que pour deux suivis. Une logique comptable que les travailleurs sociaux ne comprennent pas.

« Assurer une même qualité de suivi »

« Certes, nous n'avons plus de droits de visite à organiser pour les jeunes majeurs par exemple. Mais même à 19 ans, ils ont encore besoin de nous, déclare Marion Le Breton, éducatrice à Louviers. Certains, dans une situation très fragile, demandent encore beaucoup de travail. »
Avec ce nouveau mode de calcul, chaque éducateur pourrait ainsi accompagner trente-cinq enfants (contre trente actuellement). « Nous n'arriverons pas à assurer la même qualité de suivi », déplore Sylviane Linant, éducatrice à Évreux. C'est bien ce qui inquiète les travailleurs sociaux. « Au-delà de trente, c'est difficile », confirme Marion Le Breton. Un avis partagé par l'Inspection générale des affaires sociales. À sa demande, en 2001, le Département avait fait passer ce chiffre de quarante à trente-cinq. Puis à trente au passage aux trente-cinq heures. Les travailleurs sociaux ont participé aux groupes de travail organisés par le Département. « Nous demandons que les changements soient progressifs, sans précipitation », argue Sylviane Linant.
Une attente entendue par le conseil général. Janick Léger, présidente de la commission des Solidarités, l'affirme : « Je me porte garante d'une évaluation continue du dispositif. Nous allons également dégager les éducateurs de la partie administrative de leurs missions. » Du temps pour le bien-être des enfants et des travailleurs sociaux.

 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article