Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Incident grave à la centrale nucléaire de Penly - Communiqué de STOP-EPR

6 Avril 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Le communiqué du Collectif "STOP-EPR, ni à Penly, ni ailleurs"


Le jeudi 05 avril la tranche n°2 de la centrale nucléaire de production d'électricité a connu un incident significatif.

Stop-EPR.jpgA 12h20, une alarme incendie s'est déclenchée suite à un dégagement de fumée dans un local situé dans le bâtiment réacteur de l'unité de production n°2 de la centrale nucléaire de Penly. Les systèmes de sécurité se sont enclenchés normalement et le réacteur s'est arrêté automatiquement.
Il semblerait de sources sûres que cet incendie ait pris à l'intérieur même du bâtiment réacteur. Un dysfonctionnement d’une pompe primaire équipement très important pour la sûreté de l'installation a causée un feu.

La conjonction de l'incendie et le défaut de la pompe primaire a entrainé l'arrêt du réacteur.

A 19 h 30 alors que le réacteur était en situation d'arrêt à froid, EDF a informé l'ASN qu'une fuite du circuit primaire est apparue au niveau d'un joint de la pompe défaillante.
Toute la nuit de l'eau radioactive s'est écoulée sur le radier du bâtiment réacteur entrainant très certainement la mise en œuvre de dispositifs d'urgence pour assurer le refroidissement du cœur du réacteur.
Il s'agit donc d'un incident majeur puisque 17 heures ont été nécessaires pour en maitriser les conséquences directes et indirectes. De surcroît plusieurs dizaines de mètres cubes d’eau radioactives se sont écoulés sur le radier du réacteur.

L'ASN, aujourd'hui sur place, effectue une inspection qui permettra de mieux comprendre les causes, la cinétique et les conséquences de cet événement

Nous sommes néanmoins en droit de nous poser quelques questions :

Comment se fait il qu'un réacteur connaisse un événement de cette nature ?
Comment se fait il qu'EDF n'ait pas anticipé une telle défaillance sur le circuit primaire alors que les évaluations complémentaires de sûreté devaient inciter l'exploitant à une plus grande vigilance ?
Tout porte à croire que des défauts de maintenance seraient à l'origine de l'incendie. Cela malgré les innombrables remarques faites par l'ASN depuis des années....

Nous ne saurions cependant négliger le problème aigu du vieillissement des équipements sous pression des centrales nucléaires... même dans une centrale relativement jeune !
L'autorité de sûreté ne cesse de rappeler à l'exploitant des règles élémentaires de sûreté qui manifestement ne sont ni respectées ni appliquées.
Enfin il conviendrait d’étudier avec la plus grande rigueur l’impact sur l’environnement de cet événement significatif : si la ventilation du bâtiment réacteur a été activée pour évacuer les fumées, de la radioactivité a probablement était disséminée dans l’atmosphère... quant à l’eau qui a été perdue par le circuit primaire, nous espérons qu’elle sera d’aucune manière dans l’environnement.

Cet épisode pose clairement le problème de la disponibilité des réacteurs nucléaires.

Quoi qu'en pensent les thuriféraires de l'atome, ce mode de production d'énergie est bien trop complexe et sensible pour répondre à une demande d'électricité qui n'est pas maîtrisée.
Avaries et arrêt de tranche contredisent le mythe d'une énergie abondante et disponible. En 2012, la centrale de Penly devrait connaître 130 jours d'arrêt cumulés...
Force est de reconnaître que le nucléaire n'est ni fiable ni adapté à nos besoins.
Il est donc nécessaire d'admettre l'urgence de tourner la page du nucléaire pour construire ensemble un autre modèle énergétique local, participatif et solidaire

Spéciale dédicace aux agents de la centrale

Mais nous ne saurions clore ce communiqué sans reconnaître le dévouement et le professionnalisme des agents de la centrale de Penly qui ont connu le 05 avril 2012 un Jeudi noir.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article