Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Eure : les militants tentent d'obtenir des signatures pour la Présidentielle

26 Janvier 2012 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #DES CHIFFRES

Eure : les militants tentent d'obtenir des signatures pour la Présidentielle

Publié dans Paris Normandie le mercredi 25 janvier 2012

 

PRESIDENTIELLE.Les « rabatteurs » sont à l'œuvre ! Ces militants rament afin de ramener le plus grand nombre de promesses dans l'escarcelle des candidats.

Sophie Ozanne en aura poussé des portes à la recherche de promesses de parrainage pour Philippe Poutou

On ne sait si les dimanches 22 avril et 6 mai, les pêcheurs à la ligne (le parti des abstentionnistes) seront les vainqueurs de la présidentielle. En tout cas, actuellement, les militants des partis politiques, surtout ceux des plus « petits », sont en chasse.

23 promesses pour Poutou actuellement dans l'Eure
 

 

De porte en porte, de mairie en mairie, ils sont à l'affût des élus, afin de remplir leur escarcelle des promesses de parrainage pour leur candidat. Un exercice qui n'est pas de tout repos. Et qui serait même de plus en plus difficile

Sophie Ozanne en aura poussé des portes à la recherche de promesses de parrainage pour Philippe Poutou

d'une élection présidentielle à une autre. « Ce qui gêne nombre d'élus, c'est que leur parrainage soit rendu public et les grands partis cadenassent », constate Sophie Ozanne (NPA). L'ancienne conseillère municipale de Louviers n'en est pas à sa première collecte de signatures, loin s'en faut.
Après avoir sillonné l'Eure en tout sens pour Alain Krivine puis Olivier Besancenot, cette militante a repris son périple « dès le printemps de l'année dernière », au nom de Philippe Poutou cette fois. Certes, le candidat ouvrier est moins connu que le facteur aux allures de Tintin. Mais la collecte effectuée dans l'Eure, sans plaquette sur papier glacé et autres supports, par Sophie Ozanne et une vingtaine de ses camarades ayant une foi à déplacer les montagnes, porte ses fruits.
Dans le département, dix-sept élus avaient parrainé Olivier Besancenot il y a cinq ans. « Nous sommes à vingt-trois promesses de signature aujourd'hui », confie la militante. Elle sait que l'effort doit se poursuivre, car, au niveau national, on est encore très loin des 500 signatures requises - un peu plus de 350 promesses actuellement actées.
Mais dans l'Eure, département industriel où la crise laisse de jour en jour de nouveaux salariés sur le carreau, le discours anti-capitaliste de l'extrême gauche porte. « Et d'une élection à l'autre, les élus nous reconnaissent », constate aussi Sophie Ozanne. Elle ne veut pas manquer les nouveaux édiles mais prend aussi rendez-vous avec les autres, qui ont plus de « bouteille. Même les élus de droite. Généralement, on est bien reçus, même si les maires ne partagent pas nos opinions. Et parfois, ils finissent par nous accorder leur promesse, parce qu'à leurs yeux, il est important que la démocratie puisse fonctionner et ses différents courants s'exprimer et se présenter devant les électeurs », conclut celle qui est contre ce système de parrainages pour lequel, pourtant, elle est bien obligée de « mouiller le maillot ».

Qui parraine qui ?

Logique qu'un élu UMP parraine Nicolas Sarkozy. Un socialiste François Hollande, un communiste Jean-Luc Mélenchon, un MoDem François Bayrou. Autant de candidats qui dépasseront allègrement les 500 signatures. Nous dressons une liste (non exhaustive), d'autres choix plus… surprenants.
Le PRG Claude Béhar, maire d'Aviron, choisit Jean-Luc Mélenchon. Tout comme son collègue conseiller général Francis Courel (divers gauche), maire de Saint-Philbert-sur-Risle.
Autre divers gauche, Jean-Rémi Ermont, maire de Fontaine-Heudebourg, après avoir parrainé Olivier Besancenot, « qui fut mon élève au collège à Louviers », parrainera Philippe Poutou.
Bien qu'UMP, c'est à Hervé Morin que Thierry Plouvier, maire et conseiller général de Lyons-la-Forêt, apportera son soutien. Un choix partagé, bien sûr, par son collègue maire et conseiller général de Beaumesnil, Marc Vampa (Nouveau Centre), qui suppléa sur les bancs de l'Assemblée nationale l'ancien ministre. Si cette candidature n'allait pas à son terme, l'un et l'autre réfléchiraient alors...
Maire d'Iville et conseiller général du Neubourg, Jean-Paul Legendre affirme n'avoir « jamais parrainé aucun candidat ». « Je suis contre ce système de filtrage, qui ne devrait pas incomber aux élus », poursuit-il.
Bien qu'encarté à l'UMP, Louis Petiet, maire et conseiller général de Verneuil-sur-Avre, entend, avant de signer tout parrainage, consulter son conseil : « Vous comprenez, il rassemble des gens de toutes tendances. J'ai même un adjoint communiste. »
Maire de Huest, Michel Molina ne veut pas s'engager. Pas plus d'ailleurs que Serge Bontemps, le maire de Saint-Sébastien-de-Morsent, par « respect de nos troupes », à savoir ses conseillers, de diverses obédiences.

« Un peu ras-le-bol »

Figure emblématique du MoDem dans l'Eure, Danielle Jeanne explique « en avoir un peu ras-le-bol de recevoir des demandes de parrainage ». D'autant plus que la patronne départementale du bayrouisme affiche allégrement son adhésion politique… « Je me demande où un candidat comme Dupont-Aignan trouve tout cet argent pour solliciter les élus à grands renforts de plaquettes si bien léchées », s'étonne le maire d'Aulnay-sur-Iton. Laquelle fait attention à ne pas, elle, se montrer trop intrusive : « Je vais frapper à la porte le plus possible mais je cible des gens que je connais. Quand Morin roulait pour Bayrou lors de la dernière présidentielle, nous avions obtenu une vingtaine de parrainages », confie l'édile. Danielle Jeanne, en militante qui n'use pas de la langue de bois, confirme que la démarche n'est pas toujours facile : « C'est plus simple de solliciter un élu quand il n'y a pas un Hervé Morin dans le département... »

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article