Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

EN HOMMAGE AUX COMBATS D’ERNEST MARTIN

28 Janvier 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA Seine-Eure

Louviers_autogestion.JPG1977, c'était encore le temps des grandes espérances...

Christophe Wargny, collaborateur du "Monde diplomatique",  était alors secrétaire régional du Parti Socialiste Unifié (PSU), dont plusieurs militant-e-s jouaient un rôle influent dans le Comité d'Action de Gauche (CAG), en particulier la regrettée Elisabeth Boutelet, jusqu'à ce que la montée en puissance de la gauche de  gouvernement, avec François Loncle, ne réduise son rôle à néant. Le CAG est ensuite parti en lambeaux. La majorité a accompagné les revirements et renoncements de Mitterrand-Loncle, jusqu'à avaler par exemple la revente de Wonder à l'escroc Tapie soutenu par le Crédit Lyonnais  et le gouvernement, puis sa disparition après une belle opération en Bourse, puis son accession au gouvernement comme "secrétaire d'Etat à la ville" ! Une partie de ceux-là a suivi Franck Martin dans son aventure: réécriture du mythe paternel, invention d'une filiation mendesiste pour fonder une nouvelle formation locale bien droitière autour de sa personne, adhésion au PRG, prise de la mairie et de tous les leviers de pouvoir possible dans une relation de rivalité ou d'alliance avec le PS, selon les circonstances. Beaucoup d'autres se sont alors retirés de la vie politique, écoeurés. Quelques-uns ont continué à tracer leur sillon, de l'opposition à la guerre du Golfe au soutien à la grande grève de Renault Cléon en 91... dont certains ont aussi  malheureusement disparu. L'occasion de saluer la mémoire de Jean Lavignasse, et surtout de Madeleine Lemaire, qui fut une des co-fondatrices d'"A Gauche vraiment !",  regroupement local qui a contribué à la création du NPA.


 

Plus de 30 ans se sont écoulées et Ernest martin vient de mourir. Ce fut une personnalité hors du commun, un homme généreux, dynamique et visionnaire. Nous saluons sa mémoire et nous associons au deuil de ses enfants et de ses proches. Médecin engagé socialement, il devint sans l'avoir cherché maire de Louviers de 1965 à 1969, engagea à la surprise générale des transformations profondes, prit la tête du mouvement de mai 68, perdit la mairie du fait de la défection du PCF en 69, devint le leader du Comité d'Action de Gauche qui regagna la mairie de 1977 à  1983, avec la volonté d'en faire une commune "socialiste autogestionnaire".


La réaction de quelques anciens:

Si Louviers fut un temps considérée comme la ville de l’autogestion socialiste, c’est en grande partie grâce à lui. C’était un homme qui ne faisait pas de différence entre sa vie privée et sa vie publique, et c’est ainsi qu’il suscitait naturellement l’adhésion de celles et ceux qui ont rejoint le Comité d‘Action de Gauche, qui se réunissait tous les vendredis soirs au Châlet, rue Maupassant. Municipalité totalement au service des grévistes en 68 et ensuite, extension des services publics et de la culture en libre accès, « rendre le pouvoir aux citoyens », Louviers territoire sans nucléaire », centre d’orthogénie, service de la petite enfance, voici pêle-mêle quelques-unes de ses impulsions. L’arrivée de Mitterrand au pouvoir et les illusions qui l’ont accompagnée ont porté au CAG un coup fatal. Ernest Martin lui-même, qui a tant conspué les partis, a choisi d’adhérer « en famille » à celui de son fils. Pour notre part, nous continuons aujourd’hui à nous réclamer du meilleur de l’héritage du CAG, et c’est pourquoi nous soutenons la liste « La gauche qui lutte, l’écologie qui se bat, le citoyen qui décide ».
François Alcaraz, médecin, ancien interne à l’hôpital de Louviers dans le service du Dr Martin
Philippe Dieu, ouvrier chez Wonder-Ralston à la retraite, militant syndical, conseiller municipal de 77 à 83 Jean-Pierre Ledormeur, ancien ouvrier imprimeur chez Fromentin, conseiller municipal de 77 à 83 Gérard Martin, instituteur à la retraite, maire adjoint, membre du PSU, ancien président de la Fédération nationale des élus autogestionnaires

 

Qu'il est difficile à Frank Martin d'être le fils de son père!

Voici ce que déclarait Franck Martin lundi à propos de son père: "Il a alors mis en place une sorte de communisme municipal ou tout était gratuit:la culture,les spectacles ,la lecture.tout était accessible à tous.Il voulait donner à ses concitoyens le controle sur les décisions politiques,les informer les faire participer à la vie publique.Il exécrait l'argent" (Paris Normandie 27janvier). On peut discuter une telle présentation largement outrée. le père avait bien des qualités, mais aussi bon nombre de défauts. Ce fils-là n'a d'ailleurs hérité que du principal: l'incapacité à accepter que qui que ce soit lui fasse de l'ombre et donc à se plier aux lois du travail collectif. Pour le reste, une chose est sûre, le moule est cassé. Pour ce qui est de l'argent, on a vu comment il a contourné l'obligation qui lui était faite d'ecréter son trop-plein d'indemnités en le reversant à sa compagne. 
Qui a dit : "Les entreprises privées ne peuvent plus le faire parce que leurs marges sont insuffisantes." ?
Sarkozy ? Parizot? Gattaz ? non,  Martin le petit, fan de Hollande, lors du récent débat budgétaire de la Case.
Effectivement entre les convictions du fils et celles du père, du temps où il était encore un autogestionnaire convaincu, il y a un gouffre.
Le fils aura beau s'évertuer à recycler au service de ses petites ambitions personnelles de politicien cumulard le prestige acquis par le père du temps où il était à la fois médecin des pauvres, leader autogestionnaire de la contestation et l'un des leaders de l'équipe municipale, les souvenirs sontencore  assez vivants pour que cela ne trompe que ceux qui le veulent bien.



Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article