Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Bernay : liquidation de l'usine de cosmétiques BRP

17 Octobre 2011 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA de BERNAY


153 salariés à la rue ! Le capitalisme ruine la société !

Le tribunal de commerce de Bernay prononce la liquidation de l’usine de cosmétiques BRP

BRP-Bernay.jpgBernay perd son fleuron industriel : le tribunal de commerce a prononcé jeudi la liquidation de l’usine Beauté recherche production (BRP) en redressement judiciaire depuis novembre 2010. Les juges consulaires ont pris acte de l’absence d’offres fermes de reprise, malgré un délai supplémentaire accordé à la mi-septembre. Deux candidats à l’identité restée confidentielle s’étaient pourtant manifestés durant l’été mais ils n’avaient finalement pas donné suite. Cette liquidation marque l’échec de la cession en 2006 de l’usine qui appartenait à Yves Saint-Laurent Beauté (YSL, filiale de Pinault Printemps La Redoute) au holding Cervin. Spécialisé dans le conditionnement à façon de cosmétiques, cet acheteur possédait cinq autres sites, trois à Evreux où se situe le siège social, un à Maromme et un autre à Saumur. Afin de faciliter la transition, YSL s’était pourtant engagé à un niveau de commandes correspondant à l’emploi de 213 salariés durant trois ans. Malgré cet engagement tangible, la situation de l’usine s’était rapidement détériorée. Selon les syndicats, la trésorerie de BRP qui s’élevait à 12 millions d’euros au moment de la cession était devenue négative dès 2009 conduisant au dépôt de bilan un an plus tard. Selon les délégués CFDT Monique Vallée et CGT Catherine Guimard, Cervin s’était par ailleurs engagé "dans une logique effrénée de réduction des coûts, en dénonçant par exemple illégalement les avantages sociaux des salariés, en privilégiant les emplois précaires".

A cette dégradation des comptes et du climat social s’était ajouté un différend entre les délégués syndicaux CFDT et CGT et les élus du personnel au Comité d’entreprise. Les premiers soutenaient un recours de 27 salariés devant les prud’hommes portant sur des indemnités potentielles de 4,5 millions d’euros. Les seconds estimaient que cette démarche pouvait rebuter des repreneurs éventuels.

Le 25 octobre, la liquidation sera effective et l’usine BRP qui compte encore 153 salariés et qui a été peu soutenue par les élus locaux fermera définitivement ses portes. A moins que les deux candidats à la reprise ne reviennent sur le devant de la scène dans des conditions qui leur seront, dans ce nouveau contexte, plus favorables. "On suppose qu’ils sont toujours intéressés et on l’espère", dit Nicolas Guéroult, secrétaire CGT du comité d’entreprise. Dans ce cas, pourrait se poursuivre a minima l’histoire d’une entreprise née en 1964 sous le nom de Comptoir de diffusion internationale de parfumerie et qui a compté plus de 500 salariés dans les années 1990. Devenue une filiale d’Elf Sanofi beauté puis de PPR elle fabriquait des cosmétiques et des savons commercialisés sous les marques Roger et Gallet, Boucheron, L’Occitane ou encore Gucci.


Source : ANI
Date : 17/10/2011 09:15

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article