Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Carton Rouge -Bulletin des JCR-LCR de l'Eure - avril 2007

5 Avril 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #Jeunes NPA

 

Journal des lycéen-ne-s des JCR / LCR de l’Eure

- Avril 2007-

Olivier BESANCENOT,

candidat pour une autre société

 

A

 en croire les principaux candidats à l’élection présidentielle et les commentateurs politiques, les élections présidentielles et législatives, qui dominent l’actualité depuis des semaines et des mois, seraient cruciales. S’il fallait les croire, ce n’est rien moins que l’avenir de la société qui se jouerait !

Pourtant, aucun des « grands » candidats ne promet de régler les problèmes que nous vivons. Aucun ne promet d’en finir avec le chômage, la pauvreté, la précarité qui touchent de plus en plus de jeunes et de salariés. Aucun ne compte sérieusement résoudre la crise écologique.

Et pour cause : il faudrait pour cela ne pas hésiter à utiliser les richesses produites par le travail des salariés pour satisfaire les besoins sociaux plutôt que d’enrichir une minorité privilégiée. Il faudrait s’en prendre aux intérêts des groupes industriels et financiers qui dominent toute la vie économique.

Pour certains, l’enjeu de ces élections serait tout au plus d’instaurer un ordre un peu plus juste… pour mieux faire accepter l’injustice d’une société toujours plus inégalitaire.

Mais comment accepter que plus de 7 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté et que 700 000 personnes aient dû recourir aux soupes populaires pour passer l’hiver alors que jamais il n’y a eu autant de richesses dans le pays et que les grandes entreprises ont engrangé des profits records de 100 milliards d’euros pour la seule année 2006 ? Comment accepter que 5 millions de salariés soient réduits au chômage alors que ceux qui travaillent sont pressurés pour travailler toujours plus et toujours plus vite ?

A droite, Sarkozy promet du fric pour ceux d’en haut et des flics pour ceux d’en bas. Il promet de cogner encore plus durement sur les exclus du système

A gauche, Royal, la candidate du PS, ne s’engage même pas à remettre en cause les lois votées par la droite, tandis que Bayrou, vieux politicien et ancien ministre de droite, qui prétend être au centre, espère profiter du discrédit des uns et des autres alors même que son parti, l’UDF, a toujours géré le pouvoir avec l’UMP. De son côté, le milliardaire Le Pen, nostalgique du régime de Vichy et de la colonisation française, distille son racisme et ses idées réactionnaires prises dans les poubelles de l’Histoire.

Nous en avons assez des alternances sans changement si ce n’est pour le pire. Nous sommes la première génération à savoir que nous allons vivre moins bien que nos parents… sauf si les choses changent radicalement ! Et elles peuvent changer !

Nous ne sommes pas condamnés à la précarité, au chômage, à voir l’ensemble de la société reculer. A condition de construire une autre société qui fasse passer les intérêts du plus grand nombre avant ceux d’une minorité à qui tout profite aujourd’hui. A condition de s’organiser et de se battre car, comme le disait un slogan du mouvement contre le CPE, « nous n’aurons que ce que nous saurons prendre ».

Le 22 avril, en votant pour Olivier Besancenot, un jeune salarié, ceux d’entre-nous qui ont le droit de vote et l’âge de voter, pourront dire que nous en avons assez d’une société qui tourne à l’envers, assez des discriminations, qu’il faut une véritable répartition des richesses pour en finir avec la pauvreté, qu’il faut imposer l’interdiction des licenciements, la répartition du travail entre tous pour en finir avec le chômage.

Le 22 avril, en votant Olivier Besancenot, nous voterons pour exprimer non seulement notre révolte contre une société et un monde de plus en plus barbares et violents mais aussi pour affirmer notre volonté, notre détermination et notre espoir de changer, tous ensemble, radicalement la société.

MEETING AVEC OLIVIER BESANCENOT

JEUDI 12 AVRIL, 20H -ROUEN, PARC EXPO

Bientôt l’élection présidentielle...

PARISOT, Laurence

  Elle ne se présente pas, pas besoin, elle est déjà présidente du MEDEF, l’organisation patronale. Ses propositions sont reprises dans les programmes des quatre principaux candidats. Car ce sont bien les patrons et les actionnaires qui tirent les ficelles. A tel point qu’on a parfois du mal à distinguer le programme du candidat !

ROYAL,

 

Ségolène

 

 

 

Soi-disant de gauche, elle dit s’opposer à Sarkozy mais lui court après. Son programme pour la jeunesse : la Marseillaise et l’encadrement militaire pour les jeunes délinquants.

 

BAYROU,

 

François

 

 

 

Il se présente comme une alternative au jeu politique traditionnel mais il a été régulièrement au gouvernement où il a toujours défendu une politique de droite.

 

SARKOZY,

 

Nicolas

 

Ministre de l’Economie, il a servi les plus riches, ministre de l’Intérieur, il a matraqué les jeunes et les pauvres. Démagogue et populiste, il cherche les voix de l’extrême-droite

LE PEN,

 

Jean-Marie

 

Milliardaire d’extrême-droite, nostalgique du régime de Vichy, il défend une politique violemment raciste. C’est le pire ennemi des jeunes et des travailleurs.

 

 


Notre drapeau, c’est l’internationalisme !

Après Sarkozy qui propose de créer un « ministère de l’immigration et de l’identité nationale », après Bayrou qui veut en finir avec le droit du sol dans les DOM-TOM, voici Royal qui donne dans la surenchère nationaliste en proposant que chaque Français ait un drapeau tricolore chez lui pour l’accrocher à sa fenêtre le 14 juillet… C’en est à tel point que Le Pen se félicite que ses idées chauvines soient reprises par ses adversaires !

Le nationalisme est un poison pour le monde du travail et la jeunesse, car il sert à opposer Français et immigrés qui ont les mêmes intérêts face aux possédants, il justifie la chasse aux sans-papiers, nourrit racisme et discriminations qui sont le quotidien des immigrés en France.

Les capitaux n’ont pas de frontières et nous avons toutes les raisons de nous sentir plus proches des peuples du monde entier que des capitalistes français. Notre projet, c’est d’abolir toutes les frontières et tous les barbelés, d’unir les travailleurs de tous les pays pour mettre fin à l’exploitation et à l’oppression.


Solidarité avec Augusto Da Silva et ses enfants !

Augusto Da Silva, originaire de Guinée-Bissau où il était député socialiste, a fui son pays en 2003 suite à un coup-d’état militaire avec ses 4 enfants car il y était en danger de mort. 3 de ses enfants sont scolarisés à Évreux. Le quatrième est un jeune adulte paraplégique.

Menacé d’expulsion, la mobilisation  à Évreux pour exiger sa régularisation ne faiblit pas. Plusieurs manifestations de lycéens de Modeste Leroy et de collégiens de Politzer (où sont scolarisés deux de ses enfants) ont eu lieu ainsi qu’une manifestation et des rassemblements devant la préfecture, à l’initiative des collectifs de défense des sans-papiers. Au collège Politzer, 80 % des profs étaient en grève le jeudi 29 mars. Les collégiens, eux, ont refusés d’aller en classe.

Le préfet refuse toujours d’annuler l’avis de reconduite à la frontière et même de recevoir une délégation. La mobilisation se poursuit donc. Une pétition en ligne à l’initiative du Collectif de l'Eure Wei-Ying et Ming peut être signé à l’adresse suivante :

www.educationsansfrontieres.org/?article4715


Sarkozy à l’assaut des maternelles !

Des flics à la sortie des écoles, des matraques, des jets de lacrymos sur des parents d’élèves et des bambins choqués, une directrice d’école placée en garde à vue pour avoir osé intervenir et avoir « tapé sur une voiture de police »… c’est la méthode Sarkozy pour piéger un grand-père sans-papiers venu récupérer ses petits-enfants à l’école de la rue Rampal dans le 19e à Paris. Mais c’est sans compter sur la solidarité, la résistance des enseignants et des parents d’élèves qui se sont interposés.

Contre la traque des sans-papiers, partout en France, la solidarité se met en place, des rassemblements, des manifestations sont organisées pour s’opposer aux rafles et exiger le droit, pour les parents et enfants sans-papiers, de vivre en paix.

Tous les sans-papiers doivent être régularisés !

Plusieurs départs collectifs de l’Eure sont prévus pour se rendre au meeting à Rouen. A Louviers : rendez-vous 19h15, place du champ de ville. A ÉVREUX, 18h30 place Dupont de l’Eure. Pour les autres villes, nous écrire.

 

Pour rejoindre la LCR, ou participer à la campagne d’Olivier Besancenot, recevoir des tracts ou des affiches, n’hésitez-pas à prendre contact avec nous :

 TÉL : 06 30 45 93 36  

 

E-MAIL : lcr27@wanadoo.fr

LCR 27   http://lcr-27.over-blog.com/

Site national:  www.lcr-rouge.org

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article