Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Huntsman, Arkéma : non au démantèlement de l’industrie chimique dans le Sud Lyonnais: déclaration d'Olivier Besancenot

2 Avril 2007 , Rédigé par Olivier Besancenot Publié dans #OLIVIER BESANCENOT

Huntsman, Arkéma : non au démantèlement de l’industrie chimique dans le Sud Lyonnais.

Déclaration d’Olivier Besancenot.

226 licenciements programmés à l’usine Arkema de Pierre Bénite (Rhône) : presque le moitié de l’effectif de l’usine. Fermeture complète de Huntsman à St Fons : 214 emplois supprimés. Dans le même temps, la fermeture du lycée professionnel de chimie Interfora est annoncée : C’est l’industrie chimique de la région lyonnaise qui est touchée au coeur. Les usines sont occupées. La LCR exprime toute sa solidarité avec ces luttes. Arkéma et Huntsman sont deux entreprises en bonne santé boursière. Seule la volonté de faire monter encore plus haut la rentabilité des capitaux sert à justifier ces destructions massives d’emploi. Là, plus que jamais, revendiquons l’interdiction des licenciements pour les entreprises qui font du profit.

Les fermetures d’ateliers qui ont lieu à St Fons et Pierre bénite se font sous le prétexte de concentrer des productions ailleurs. Mais la recherche infinie d’une rentabilité supérieure c’est la précarité généralisée du travail. C’est aussi la circulation sans fin de marchandises dans le monde dans des camions, des bateaux, des avions, et donc une source de pollution, du gaspillage d’énergie, du danger lié à la circulation de matières dangereuses. Si des reconversions de productions devaient avoir lieu, il n’y a pas de raison qu’elles ne se fassent pas sur place. Une véritable politique industrielle devrait permettre d’intégrer dans un même espace les filières de production, depuis la matière première jusqu’au produit fini.

 Dans le Sud Lyonnais, il y a tout ce qu’il faut pour une industrie chimique intégrée et cohérente : La raffinerie, les installations industrielles, les entreprises sous traitantes, les compétences et les filières de formation. Pour mettre en oeuvre un tel projet, il ne faut pas laisser la loi du profit gérer l’industrie. Une autre politique industrielle, ce serait des décisions politiques qui aient force de loi et qui entament vraiment la toute puissance du patronat. Alors, aménagement du territoire, droit des travailleurs et écologie pourraient marcher de concert

Le 2 avril 2007.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article