Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Bulletin d'entreprise LCR-METZELER- 28 mars 2007

28 Mars 2007 , Rédigé par LCR- Val d'Andelle Publié dans #Comité NPA VAL d'ANDELLE

                  Bulletin d'entreprise

       LCR-METZELER 

                                le 28 Mars 2007

                          lcrmetzeler@aol.com

Ce bulletin est le tien. Tu peux t’y exprimer. Fais-le circuler. Pense aux autres équipes.

Tu souhaites connaître un peu plus la LCR.

Réunion vendredi 30 mars  

à 14 H 15 dans la Vallée.

Tu es intéressé, prend contact auprès des militants-es. 06.88.16.08.65 / 06.83.49.76.98

 

ON A GAGNÉ UNE MANCHE.

Samedi, des semi-remorques entrent dans l’usine pour emmener la X 85 en Tunisie. Dès les premières heures, 200 personnes se retrouvent devant la grille pour s’opposer à cette délocalisation.

Durant 3 jours, l’intendance s’organise avec l’aide de la municipalité de Charleval. La population, des syndicalistes d’horizons différents, des élus PCF, du PS et la LCR sont là. Il n’y aura jamais moins de 80 personnes présentes. On se relaie, car tout le monde sait qu’on joue gros.

La direction ne s’attendait pas à ça, après avoir obtenu l’aval de la majorité des syndicats pour baisser les effectifs de 310 personnes. Elle avait cru pouvoir aller plus loin en délocalisant la X 85 en catimini. Elle a sous-estimé le rapport de force et la réaction de la CDTM, qui au pied du mur, ne pouvait faire autrement que de s’opposer au déménagement de matériel bien que signataire de « l’accord de méthode ».

Un peu partout dans le pays, les travailleurs en lutte, chez Alcatel, Citröen Aulnay, Aibus, entre autres, s’invitent dans le débat électoral. Dans cette ambiance, LSD, Le Clebs et La Levrette ont eu peur que le blocage de l’usine ne devienne une affaire nationale. Dans un tel contexte, la question de fond, la suppression de 310 emplois, risquait trop de devenir la question clé du mouvement.

Par crainte que les travailleurs combatifs s’approprient de leur lutte, de leurs propres revendications, de l’interdiction des licenciements, la direction a donc préféré laisser du lest. Après seulement une journée de grève, Metzeler a lâché sur la X85 pour préserver de l’essentiel: la suppression d’un tiers des effectifs.

LA DIRECTION A UNE MANCHE D’AVANCE

Certes, la fierté d’avoir gagné cette manche là domine. Ca fait du bien d’avoir réussi à faire caner Metzeler sur ces intentions de délocalisation. Ce qui a été possible par la lutte et par le vote aurait pu également l’être pour l’accord de méthode négocié à froid sans recours à la mobilisation et sans consultation ni approbation par les travailleurs. D’autre part, dans la négociation, on aurait pu s’attendre à ce que la cinquantaine d’emplois liés à la X85 soit déduite des 310 suppressions programmées par l’accord de méthode. Même pas ! La direction maintient son cap et le réaffirme dans l’accord de fin de conflit.

ALLIGATOR CONTRE ALLIGATOR.

Metzeler est une grande famille. Les directions se font et se défont, mais restent dans la maison. On se souvient de l’Alligator Intérimaire. Avant de quitter Metzeler, le simple roturier a modelé celui avec particule venant de Villers-la-Montagne.Le nobliau nous a été refilé juste après avoir participé aux licenciements de 9 cadres là-bas. Vraiment, l’usine commence à devenir un vivier de coupeurs de tête.

LE TABAC A BON DOS.

Le Clebs brandit l’amende et menace d’envoyer les fumeurs à la barrière. Il nous interdit de fumer en dehors de la pause. De notre santé, il n’en a rien à faire. Ce qu’il veut, c’est nous empêcher de prendre du temps pour fumer et qu’on produise plus. Ce personnage se croit tout permis, même de venir pendant le blocage discuter de groupe en groupe. De la même façon qu’il aurait été juste de le renvoyer sans ménagement dans son bocal lors du blocage, on se doit maintenant de le contraindre à respecter la dépendance de nos camarades fumeurs. Exigeons des locaux appropriés et le respect des pauses comme avant.

Y’ AURAIT-IL DU PARTI PRIS ?

Le journal local a commenté le blocage sur 3 pages. Le rédacteur a remarqué les présents et aussi les absents. Comme à la manifestation de Fleury, il n’a pas vu les militants LCR aux côtés des Metzeler. Pourtant, juste après avoir égratigné gratuitement la CGT Metzeler dans son article, le rédacteur a jugé indispensable d’insister sur le fait que son journal « laisse la parole à tous ceux qui le souhaitent ». Ce n’est pas vrai ! la LCR lui a demandé de pouvoir s’exprimer sur le conflit. On attend toujours la réponse.

 

Nos vies valent plus que leurs profits

 MEETING avec OLIVIER BESANCENOT

JEUDI 12 AVRIL

ROUEN - Parc Expo - 20 H 00

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article