Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Chômage, bas salaires, pauvreté : ras le bol ! : EDITO du 27-11-2006

29 Novembre 2006 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #EDITOS

Chômage, bas salaires, pauvreté : ras le bol !

Malgré la propagande gouvernementale, le chômage reste incrusté comme un cancer dans la société, depuis 30 ans. La peur d’être licencié, de ne pas être embauché s’accompagne des bas salaires, de la pauvreté et de mauvaises conditions de travail. Des quartiers entiers, des régions, des savoir-faire sont abandonnés. Les jeunes, les salariés âgés, les personnes sans diplôme, les fils et filles d’immigrés dont le « look » ne plaît pas, sont laissés sur le bord de la route. Une nouvelle vague de licenciements (chez DIM, Aubade...) révèle des entreprises soumises à des fonds d’investissements internationaux recherchant la rentabilité à très court terme, qui ferment les usines ou délocalisent. Les PME sous-traitantes de l’automobile ou de l’aéronautique sont à la merci de grands groupes (Renault, PSA, Ford, Airbus...) qui les mettent en crise dès que les profits ne grimpent plus.

Une baisse en trompe l’œil

Chaque mois, Villepin et Borloo se vantent de faire baisser le chômage. A 8,8%, nous en sommes, en réalité, revenu au taux de chômage qui sévissait quand ce gouvernement a débuté en 2002. Mais le taux de chômage officiel cache une grande partie du chômage réel. Il n’enregistre que les chômeurs disponibles à plein temps. Il laisse de côté les jeunes qui n’ont encore jamais décroché de contrat, ou les contrats Borloo sans avenir (plus de 400 000), les salariés âgés dispensés de recherche d’emploi, les formations plus ou moins bidons, les stagiaires diplômés (presque 100 000 emplois temps plein), les intérimaires (600 000), « remerciés » du jour au lendemain, les CDD (1,7 millions). Cela fait des centaines de milliers de travailleurs précaires entre deux passages à l’ANPE, oubliés par l’indice officiel. L’indice mensuel de l’INSEE enregistre donc moins de 50% du chômage réel, qui avoisine sans doute les 15% (ou 5 millions de personnes). C’est ce que chacun voit autour de lui, dans sa famille, ses amis, son voisinage, mais que l’on veut masquer. De plus, 48% seulement des chômeurs sont indemnisés par l’Assedic avec une indemnisation moyenne de 800 euros.

La pauvreté augmente, la richesse aussi...

L’INSEE le reconnaît : la pauvreté, qui avait légèrement reculé en moyenne, redémarre depuis 2003. Un rapport préparé pour Villepin par Jacques Delors, l’affirme : l’instabilité d’emploi diminue les ressources, car les durées de travail sont trop faibles. Non pas à cause des 35 heures, mais parce que les contrats sont précaires. Les salaires réels baissent pour 4 salariés sur 10. Pendant ce temps, on apprend que des PDG se payent des salaires équivalents à des dizaines d’années de travail de smicards, touchent des primes ou des retraites dorées, volées sur le travail d’autrui, ou spéculent en Bourse sur les actions de leur propre entreprise comme l’ex-patron d’Airbus qui a vendu ses actions juste avant la crise de l’A380 ! Officiellement (INSEE), 10% de la population française, très fortunée, possède 46% du patrimoine. Les 3% les plus riches ramassent 27% du patrimoine total !

C’est révoltant !

Ce n’est pas étonnant que la jeunesse se désespère et se révolte dans certains quartiers à l’abandon. Certains sondages montrent, aussi, la tentation de reporter sur le vote Le Pen toute la rancœur accumulée. Ce serait un danger mortel pour la démocratie, auquel nous habitue, déjà, la société policière prônée et appliquée par Sarkozy. Il faut au contraire se mobiliser, dans la rue, dans les luttes, dans les élections, pour une société qui interdise les licenciements, garantisse une vraie sécurité du travail et des salaires, éradique le chômage par la réduction du temps de travail et des créations d’emplois massives . Samedi 2 décembre, les organisations de chômeurs et de précaires appellent à manifester. Il faut les soutenir !

Le 27/11/06

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article