Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Eté 2009: des licenciements en série...

24 Août 2009 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

Eté 2009:  des licenciements en série...

Voici quelques exemples de plans sociaux qui sont tombés sur les travailleurs en plein été.
L'heure est à l'action afin d'organiser dans l'unité une marche nationale pour l'interdiction des licenciements.


26.08.09 | 08:12 | L'Express/L'Impartial

DELÉMONT dans le JURA

Seize licenciements chez Simon & Membrez

La fabrique de boîtes de montres haut de gamme Simon & Membrez à Delémont licencie 16 personnes. L'entreprise jurassienne, qui emploie quelque 220 collaborateurs et compte parmi ses clients des marques horlogères de luxe, est confrontée depuis plusieurs mois à une baisse des commandes. Les ouvriers ont été informés de cette mesure, a indiqué hier Pierluigi Fedele, secrétaire régional du syndicat Unia Transjurane, confirmant une information de la RSR. Unia Transjurane relève que l'entreprise Simon & Membrez n'a pas eu recours au chômage partiel avant de prononcer ces suppressions de poste. Le syndicat souhaite qu'elle mette en place des réductions d'horaire de travail si la situation devait encore se détériorer. /ats-réd


Plan social chez ABB : 540 emplois supprimés!

[ 21/08/09  - 11H19 - AFP  ]

Le tribunal de grande instance de Lyon examinera lundi le dépôt de plainte de l'intersyndicale du groupe d'ingéniérie ABB visant à demander des documents supplémentaires sur le volet économique du plan social qui prévoit la suppression de 540 emplois, a-t-on appris de source syndicale.
"L'audience a été fixée à lundi 13H30 au TGI de Lyon et nous espérons que le juge suspendra la procédure jusqu'à ce que les experts aient tous les documents nécessaires pour pouvoir rendre un avis", a déclaré à l'AFP Antonio Lahiguera, délégué central CGT.
L'intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC-FO avait déposé plainte à la suite de la première réunion portant sur le plan social le 16 juillet.
Un nouveau comité central d'entreprise est prévu le 27 août.
La direction du groupe helvético-suédois a annoncé le 19 mai un plan de restructuration qui prévoit la suppression de 540 emplois, soit 20% des effectifs français, dont la fermeture des sites de Mâcon (27 salariés) et d'Aunay-sur-Odon dans le Calvados (53 salariés).
Les autres sites concernés sont Saint-Ouen-l'Aumône (Val-d'Oise, 277 licenciements), Montluel (Ain, 53 licenciements), Chassieu (Rhône, 96), Bagnères (Hautes-Pyrénées, 28) et Gespolsheim (Bas-Rhin, 6).
Une porte-parole de l'entreprise avait expliqué fin mai lors de l'annonce du plan social que "ABB France (faisait) face à une situation de marché structurellement difficile, dans la robotique et l'automation, avec une érosion des prix importante".
Le groupe avait pris des mesures de réduction de coûts, de congés, limité le personnel intérimaire et arrêté des contrats de sous-traitance et il avait lancé un programme de restructuration baptisé "Ambition 2010", comprenant des licenciements.


Loire Atlantique:
Groupe Samro : 109 licenciements, fermeture d'un site et de nouvelles mesures de chômage partiel prévues !


Un plan social de 109 licenciements et la fermeture du site de Nort-sur-Erdre (Loire-Altantique) ont été annoncés mercredi par le fabricant de semi-remorques qui fait face à la crise que connaît le secteur du transport routier en France et en Europe.

Un comité d'entreprise extraordinaire s'est tenu ce matin à Fontenay-le-Comte où est basé le groupe, qui a évoqué notamment des mesures de chômage partiel. Le dispositif, s'il est accepté par la direction départementale de l'emploi débuterait le 31 août et devrait se poursuivre jusqu'au 30 novembre. En janvier dernier, le groupe contraint par une chute de son activité de 50 %, avait déjà dû engager une telle mesure.

Durant plusieurs mois, jusqu'en juillet, 80% des salariés des sites de Fontenay-le-Comte, Balbigny, dans la Loire, et Nort-sur-Erdre avaient été contraints au chômage partiel deux jours par semaine. «Le chiffre d'affaires a baissé de 50%,. Il sera de 70 millions d'€ cette année au lieu de 180 M€. nous avons peu de visibilité», indique Willy, Renou directeur des ressources humaines du groupe Samro. «Cela fait plus d'un an que la direction se bat pour trouver des fonds.» Un plan de formation des salariés est à l'étude et pourrait être mis en place à la mi-septembre. Les représentants syndicaux, réunis ce matin à Fontenay ont évoqué leur inquiétude quant à l'avenir et redoutent «une casse sociale plus importante».
Source : Ouest-France


SOMME:

Pas de repreneur pour la Manufacture française de sièges: 352 licenciements!

AFP

La Manufacture française de sièges à Berteaucourt-les-Dames dans la Somme, en liquidation judiciaire depuis fin juillet, qui pouvait poursuivre son activité jusqu'à mardi, n'a pas trouvé de repreneur et ses 352 salariés vont être licenciés, a annoncé mercredi la CFDT. La dernière réunion du Comité d'entreprise concernant les modalités des licenciements qui touchent la totalité du personnel s'est tenue mercredi.
"Aucun repreneur ne s'est présenté", a dit José Matos, délégué CFDT, qui espère toujours l'arrivée d'un repreneur dans le cadre de la liquidation. Il a affirmé que les salariés allaient continuer à se battre, notamment en poursuivant l'occupation de l'usine, qui a commencé le 8 juillet, "pour protéger l'outil de travail". "Les lettres de licenciement vont partir dans les 24 heures", a déclaré à l'AFP l'avocat des salariés, Me Fiodor Rilov.
L'entreprise, spécialisée dans la fabrication de sièges et de canapés, a été victime d'un "effondrement des ventes lié à la crise et aux délocalisations", selon le PDG de l'entreprise, Jean-Claude Benedetti.
Les salariés "vont être licenciés par un liquidateur avec des mesures d'accompagnement extrêmement réduites, quasiment aucune possibilité de reclassement", selon Me Rilov. Il souligne la responsabilité du groupe Parisot, propriétaire du site jusqu'à son externalisation en 2007. "Le projet de reprise de cette société s'est terminée en déconfiture", a-t-il dit.
L'entreprise Parisot sièges International, devenue la Manufacture française de sièges, avait connu en 2006 un redressement judiciaire suivi d'une lourde restructuration qui avait entraîné 216 suppressions d'emplois sur 636. En 2007, elle avait été reprise par une dizaine de cadres avec M. Benedetti à sa tête.


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article