Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

BULLETIN des TRAVAILLEURS- section d'EVREUX - JUIN 2006

13 Juin 2006 , Rédigé par LCR- section d'Evreux Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

avec ou sans emploi

Bulletin de la section d'Evreux de la LCR - juin 2006

PLUS  DE  POSTE  A  NETREVILLE !

     

Pendant deux mois les usagers de la poste  n’auront plus de service public à Nétreville. C’est le résultat «des travaux de modernisation des locaux » d’après le directeur de la Poste, mais c’est surtout la conséquence d’une gestion privée du service postal dans laquelle les « clients » passent après le service au entreprises. Il est inconcevable que la direction n’ait pas maintenu un service provisoire sur ce quartier très excentré, pendant les mois des travaux. Le  « directeur de la communication » à la Poste d’Evreux déclare « que Nétreville est desservi par le réseau de bus du Transurbain qui permet à la population de rejoindre n'importe quel endroit d'Evreux. »

     Le problème c’est que ce  responsable « à la communication » ne connaît pas vraiment les problèmes des usagers du quartier, les personnes âgées, les personnes handicapées et les Rmistes. Car les deux distributeurs du bureau de Nétreville sont les seuls du quartier « On est obligé de se rendre dans d'autres quartiers pour retirer des lettres et des colis », déplore un homme d'une quarantaine d'années. « Le plus embêtant, c'est pour les personnes âgées et celles qui ne peuvent pas se déplacer », explique une habitante du quartier. Comment vont faire les centaines de personnes qui n’ont que du liquide, ceux qui n’ont qu’une carte  bancaire postale et ne pourront plus  utiliser le distributeur de billets. On est loin du service public accessible à tous et à toutes.

Et que se passera-t-il début juillet, où habituellement, il y a la queue, au moment où certaines familles viennent retirer le RMI ou les allocations ?

 Il y en a assez de ce mépris de la direction de la Poste pour les usagers du service public postal , comme à Louviers, où la Poste ferme aussi du 12 au 4 aôut ! L’heure est maintenant à l’action pour défendre le service public partout contre la « gestion d’entreprise » au profit des actionnaires !

 DES SERVICES PUBLICS DE QUALITÉ POUR TOUTES ET TOUS !

LA MADELEINE : LA REVOLTE DES LOCATAIRES DE LA SECOMILE CONTRE LA HAUSSE DU GAZ ET LA SECOMILE

   Les locataires Secomile de la Madeleine  ont constaté une hausse vertigineuse de leur note de « provision » de chauffage : pour un F5 le tarif est passé de 134Euros à 180 Euros ! et pour un F2 de 44 Euros à 90 Euros , soit le double ! Tout cela alors que le chauffage est coupé depuis le 1er Mai : « Beaucoup de locataires ont été obligés d’acheter des appareils d’appoint et des enfants sont tombés malades » dit un des locataires en colère.

Les locataires se sont organisés, ont rédigé une pétition qu’ils ont fait signer sur le Marché de la Madeleine : aujourd’hui plus de 800 signatures ont été récoltées. Ils ont rencontré deux fois le directeur de Sécomile qui leur a dit que cette augmentation de 30 % de la facture, en moyenne, « avait été décidée en accord avec l’association de locataires » ! Les locataires révoltés disent « qu’elle est inexistante, on est au courant de rien. Nous voulons connaître notre consommation» : elle ne défend pas leurs intérêts, la preuve, elle travaille de mèche avec la Sécomile !

Aujourd’hui les locataires de la Madeleine ont pris contact avec ceux de Navarre. Ils vont peut-être constituer une vraie association de défense des locataires.

On le voit la privatisation de GDF accélère la hausse du gaz au profit des actionnaires privés. Rien que la séparation des factures EDF et GDF a  coûté des centaines de millions d’Euros. Demain la fusion GDF et SUEZ exigée par De Villepin augmentera d’autant plus la facture de chauffage des millions de travailleurs avec ou sans emploi et des millions de locataires du logement social. Plus que jamais, il faut lutter et réclamer son dû face à ce gouvernement illégitime qui ne cesse de prendre aux pauvres pour donner toujours plus aux riches !


 

Soirée concert-buffet

 de solidarité

Lundi 19 juin, de 18h à 21h 

Place du Miroir d'Eau, à Evreux

Tous avec Maria, sa fille Carmen et tous les jeunes sans papiers scolarisés

... avec la participation de personnalités, auteurs, artistes et illustrateurs.  Exposition, dédicaces et ventes  solidaires ...

organisée par les personnels du collège Henri Dunant d’Evreux,

avec le soutien

  • du Collectif de l’EURE de soutien à Wei-Ying et Ming, aux Mineurs et Jeunes majeurs Scolarisés sans papiers

  • du CEFED (Collectif Français-Etrangers pour l’Egalité des Droits)

  • du collectif d’artistes (auteurs, illustrateurs, musiciens, peintres, comédiens …) contre les expulsions de mineurs et jeunes majeurs scolarisés de l’Eure.

 

Debré nous trompe : où en est la nouvelle école maternelle Maxime Marchand ?

Depuis plus d’un an, les enfants de l’école maternelle détruite sont « logés » dans de très mauvaises conditions à l’intérieur des locaux vétustes de l’école primaire. Toujours pas l’ombre d’une reconstruction de la nouvelle école. Debré parlait de vitrine de la Madeleine en parlant de cette future école : une vitrine c’est ce qui cache l’arrière-boutique . A la Madeleine, il y a de nombreuses écoles délabrées, mal isolées, avec des infiltrations d’eau en permanence en cas de pluie : voilà ce que vivent les milliers d’enfants du quartier !

Ecrire à : LCR27@wanadoo.fr - Site de la fédération de l’Eure de la LCR :

http://bulletindestravailleurs.over-blog.com


 

L’INSECURITE, ELLE EST D’ABORD SOCIALE !
Sarkozy, concurrencé maintenant par S. Royal, a fait de l’insécurité son fonds de commerce principal. Sarko-flic, c’est la politique du gros bras, du caïd. En se disant intolérant contre les jeunes, contre les prostituées, les immigrés sans papiers, les gens du voyage, les quartiers « sensibles », il veut rafler l’électorat lepéniste. Il vient donc d’accélérer la mise en scène de son bilan depuis 2002, et, le moins qu’on puisse dire, malgré les polémiques de chiffres, c’est que la crise sociale générale, avec ses effets sur les comportements quotidiens, n’a pas reculé ! Certaines violences ont même progressé (par exemple dans les écoles, ou au sein même des familles). Pour presque la moitié des personnes interrogées, l’insécurité demeure ou progresse. Car, elle ne se combat pas par des méthodes sécuritaires. La révolte de novembre 2005 dans les quartiers populaires, qui a même mobilisé des adolescents très jeunes, est la preuve du fiasco total du système Sarko-flic Qui sème l’insulte et la violence récolte une violence encore plus grande. Sarkozy vient de dire qu’il en avait « plus qu’assez des incendies de voitures  » : c’est tout un aveu ! Et installer des détecteurs électroniques d’essence n’y changera rien.
La société Sarko-flic est une monstruosité
Laisser entendre que la justice n’est pas assez « sévère », contrairement aux forces de répression qui « font leur travail », c’est tomber dans la démagogie populiste et détruire les repères démocratiques, déjà fragiles. Car tout le monde voit bien que certains politiciens sont amnistiés (Guy Drut !), quand ils ont des « amis » à l’Elysée, ou que certains patrons-voyous s’enrichissent sur le dos de leur entreprise et de leurs salariés (comme le PDG de Vinci récemment), alors que des jeunes subissent à 100% les peines pour de petits larcins. Pendant des années, les patrons ont recherché la main d’œuvre immigrée bon marché et, aujourd’hui, on veut la chasser. Même les enfants de sans-papiers sont poursuivis jusque dans leurs écoles, pour les expulser. Une monstruosité pour plaire à Le Pen ! Le projet de loi sur la prévention de la délinquance, que Sarko-flic prépare, veut transformer les maires en responsables du maintien de l’ordre. « Nous ne serons pas des pères fouettards » disent certains maires UMP, très réticents devant la politique du pompier pyromane Sarkozy. Il veut même pourchasser de supposés futurs délinquants jusque dans les écoles maternelles, en dépistant les comportements à risque des enfants ! Une monstruosité !
La société est, d’abord, malade des injustices sociales
Si les relations de voisinage se dégradent, si la violence se développe, c’est d’abord parce qu’une proportion croissante de la population tombe dans l’insécurité sociale et matérielle, dans la pauvreté, la peur du lendemain. 7 millions de personnes vivent des minima sociaux (donc, bien en-dessous du SMIC). Beaucoup plus encore ont la crainte permanente de perdre leur emploi, d’être licenciées pour un oui ou pour un non, sans même explication du motif, lorsqu’on est en Contrat nouvelle embauche (CNE). Les femmes qui travaillent à temps partiel sont des salariées pauvres, obligées de galérer, dans des horaires irréguliers, souvent avec leur seul salaire et des enfants à charge. Depuis 1982, le pouvoir d’achat des revenus du patrimoine et de la propriété a grimpé de 202%, alors que celui des salariés et des pauvres stagne. Gagner la sécurité de l’emploi, augmenter les salaires, développer les services publics, rompre avec les mœurs corrompues de la Vème république, ce sont les seules voies pour regagner l’égalité, la dignité, la liberté d’aller et de venir, et le sentiment d’appartenir enfin à une société de justice et non-violente.
Le 12 juin 2006

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article