Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Nous ne voulons pas perdre notre vie à la gagner ! Edito des tracts - semaine du 1er octobre 2007

2 Octobre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #EDITOS

Nous ne voulons pas perdre notre vie à la gagner !

 
LCR100pour100aGauche.jpgSarkozy n’a que cela à la bouche : « travaillez plus… »


Pour lui et le patronat, il s’agit de déréglementer totalement la durée du travail, d’autoriser les journées sans fin, les horaires imprévisibles, de mettre les salariés à l’entière disponibilité des patrons.

Le travail use, mutile, rend malade, déprime, tue…

Déjà, et de plus en plus, certains et certaines travaillent trop, trop longtemps, trop durement, ils et elles s’usent au travail. D’autres souffrent du chômage et de la précarité, ils veulent un emploi ou, comme les nombreuses femmes subissant le temps partiel imposé, simplement travailler à temps plein pour pouvoir vivre.
Les conditions de travail continuent de se dégrader, en particulier pour les ouvriers et employés. Les facteurs de risques pour la santé physique et mentale se multiplient : intensification du travail, stress, exposition au bruit, manutention de charges.

Les nouveaux cas de cancers d’origine professionnelle  reconnus sont de plus de 2000 par an, mais la réalité est de 5 à 10 fois plus importante. L'amiante sera responsable de plus de 100 000 morts sur les vingt prochaines années !
Un ouvrier a deux fois plus de risques de mourir avant 65 ans qu’un cadre.

Patrons responsables, coupables et … tricheurs !

 

Alors que le gouvernement convie patronat et organisations syndicales à une conférence sur les conditions de travail, à partir du 4 octobre, deux événements viennent remettre les pendules à l’heure.

La FNATH (Fédération nationale des handicapés du travail) et l’ANDEVA (association nationale des victimes de l’amiante) mènent, de longue date, le combat pour la reconnaissance et la réparation intégrale des accidents du travail et des maladies professionnelles. Rejointes par de nombreuses organisations, elles sont à l'initiative d'une manifestation nationale à Paris le 13 octobre, qui devient une échéance importante de la résistance.
Un rapport révèle l’existence, dans l’usine Renault de Cléon, d’un système organisé de pressions, visant à empêcher les salariés de prendre les arrêts de travail, prescrits à la suite d’un accident du travail. Cette dissimulation de la gravité des accidents du travail est bien connue, au sein des petites, comme des grandes, entreprises : elle est enfin révélée au grand jour !


Le droit à la santé dans et hors des entreprise.

Le chômage est un redoutable moyen de pression pour faire accepter les pires conditions de travail. Il faut réduire le temps de travail, sans flexibilité, et avec les embauches correspondantes, travailler moins pour travailler toutes et tous.

La flexibilité, le travail de nuit dégradent les conditions de travail et déstabilisent les conditions de vie. Le travail de nuit doit être réduit au strict nécessaire pour la santé et la sécurité, et, dans tous les cas, il doit être compensé par une durée du travail très inférieure et un départ en retraite anticipé. Il faut en finir avec les horaires flexibles, les heures supplémentaires et supprimer le temps partiel imposé, par le passage à temps plein automatique sur simple demande des salariés.
Les salariés sont les premiers exposés aux produits dangereux, cancérigènes, toxiques pour la reproduction. Pour mettre fin à l’impunité des capitalistes qui portent atteinte à la santé, tant de leur personnel que des consommateurs, il faut leur imposer l'évaluation systématique, puis l’interdiction et substitution des produits dangereux
Les suicides, mais aussi les dépressions, mettent en évidence la souffrance au travail. Ils doivent être reconnus comme accidents du travail et maladies professionnelles.
Alors que Sarkozy veut culpabiliser et taxer les malades avec les franchises médicales, il faut en finir avec le travail qui nuit gravement à la santé. Accidents du travail et maladies professionnelles mettent en danger la vie et de la santé des salariés. Les employeurs doivent en porter l’entière responsabilité financière et pénale. 

Le 0/10/07

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article