Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Début de mobilisation à la SNCF contre l'avant-projet de loi sur le service minimum

27 Juin 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

SNCF :La CGT a appelé à des débrayages locaux pour dénoncer l'avant-projet de loi sur le service minimum, mais aussi les restructurations et les suppressions d'emploi.

Le trafic des trains était perturbé mercredi 27 juin sur le réseau Paris-Rive usine-r_sistance-1.jpggauche, le Centre et en Languedoc-Roussillon, en raison d'une journée de mobilisation des cheminots. A Paris, deux trains sur trois circulaient sur les lignes C, N et U du RER. Le trafic des TER était globalement normal, mais dans la région Centre, deux trains sur trois seulement circulaient sur la ligne Paris-Chartres et deux trains Paris-Orléans et Orléans-Paris étaient supprimés. Sept trains Corail ont été annulés.
En Languedoc-Roussillon, le trafic des TER était fortement perturbé, mais TGV et Corail n'étaient pas touchés. Seulement 50% du trafic régional devait être assuré, par les trains et des autocars. Le direction prévoyait le maintien de 60 à 70% du trafic sur Paris et dans la région de Montpellier.
A Paris, devant le siège de la SNCF, 400 à 500 cheminots se sont rassemblés mercredi midi sous les banderoles des syndicats CGT, Sud et Fgaac (agents de conduite).

Le jour du conseil d'administration de la SNCF

Ce mouvement a lieu le jour du conseil d'administration au siège de la SNCF.
La CGT-Cheminots a appelé les personnels de la SNCF à se mobiliser pour dénoncer pêle-mêle l'avant-projet de loi sur le service minimum dans les transports, les restructurations internes à l'entreprise, les suppressions d'emplois, et pour réclamer une revalorisation des salaires.
L'avant-projet de loi sur le service minimum "marque la volonté du gouvernement" de "rendre plus difficile l'exercice du droit de grève. Cet avant-projet n'a pas pour but (...) d'améliorer les conditions de transport au quotidien des usagers mais a plus l'ambition d'intimider, de culpabiliser les salariés grévistes et de restreindre leurs possibilités d'expression", estime la CGT dans un communiqué.
La fédération CGT exige aussi "une autre politique de l'emploi", notant que le budget 2007 prévoit 2.490 suppressions de postes, une "revalorisation du pouvoir d'achat, des salaires et des pensions, d'autres orientations pour le fret", et "l'amélioration des conditions de travail". 

(D'après AP)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article