Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Franchise antipauvres : Article paru dans "Rouge", hebdomadaire de la LCR

2 Juin 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

Franchise antipauvres 

Article paru dans "Rouge", hebdomadaire de la LCR


En Sarkoland, un malade, c'est comme une voiture : avant de faire jouer l'assurance  pour le réparer, il faut commencer par payer la franchise. La carte bleue d'abord,  la carte vitale et la carte de mutuelle ensuite. Pour faire accepter à une  opinion plus que réticente cette mesure, Sarkozy et son gouvernement  ressortent de leur chapeau le vieux tour bien connu du « trou de la Sécu ».

Il s'agit, selon Sarkozy, de « responsabiliser » le malade, en le  contraignant à payer de sa poche, avant tout remboursement par l'assurance  maladie ou sa mutuelle complémentaire, une franchise de soins. On peut  douter que cette mesure « responsabilise » les habitants de Neuilly et du  16e arrondissement. En revanche, elle aurait des conséquences très graves  sur l'état de santé de la « France qui travaille » ou qui voudrait  travailler.

La franchise s'appliquerait aussi bien aux consultations médicales en ville,  aux soins hospitaliers, aux médicaments et aux examens en laboratoire. Pour  tenter de faire avaler la pilule, Roselyne Bachelot, nouvelle ministre de la  Santé, annonce que la franchise sera de 40 euros (quatre franchises de 10  euros) et, pour faire taire le président d'Emmaüs qui avait osé faire des  réserves, elle rappelle que les bénéficiaires des minima sociaux en seront  exemptés.

Qui croira un tel baratin ? Chacun a en tête ce qu'il est advenu du forfait  hospitalier, au début dérisoire, et aujourd'hui de 18 euros par jour ! Un  Français sur cinq renonce aujourd'hui à des soins pour des raisons  financières. La mise en place de la franchise aggraverait encore cette
situation, car les salariés les plus précaires, les retraités, les jeunes  seraient contraints de retarder ou de renoncer à des soins. En conséquence,  les malades arriveront plus tard, et dans un état beaucoup plus grave à l'hôpital  !

L'espace existe pour construire une véritable mobilisation contre cette  mesure massivement rejetée. Les organisations syndicales, les associations  humanitaires, l'ensemble des partis de gauche se sont prononcés contre la  franchise et, au sein même du camp Sarkozy, les syndicats de médecins  ultralibéraux en dénoncent l'inefficacité économique et l'absurdité du point  de vue des soins. Olivier Besancenot, au nom de la LCR, a proposé une  riposte unitaire et immédiate afin de mettre en échec cette nouvelle brèche  dans le droit à la santé. Il y a urgence !

Jean-Claude Delavigne

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article