Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

AFP : Olivier Besancenot pour un "nouveau parti" de gauche radicale sous la houlette LCR -29-05-2007

30 Mai 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

AFP : Olivier Besancenot pour un "nouveau parti" de gauche radicale sous la houlette LCR

PARIS, 29 mai 2007 (AFP) -
 
olivier1-1.jpgOlivier Besancenot, tout en appelant ses 1,5 million d’électeurs de la présidentielle à voter pour les candidats LCR aux législatives, a prôné mardi la création d’un "nouveau parti" de la gauche radicale sous la houlette de son organisation. L’ex-postulant à l’Elysée, qui ne se présente pas aux législatives - parce qu’il ne peut réclamer un nouveau congé sans solde à La Poste, précise-t-il - soutiendra les 475 candidats LCR et une quarantaine d’unitaires, a-t-il dit lors d’un point de presse. Il participera à trois meetings en région parisienne (1er juin Aulnay-Sous-Bois, 5 juin Evry, 8 Bezons) et un le 4 juin à Lens où il avait obtenu un bon score le 22 avril. Le leader trotskiste ne tiendra pas de meeting à Paris car il veut rester "près" de son électorat qui est issu des couches "populaires", "des jeunes, des ouvriers et des employés qui ont résisté au vote utile", explique-t-il. Le vote LCR aux législatives sera "un message clair de résistance" face à la "politique revancharde de Nicolas Sarkozy". Selon lui, les législatives sont aussi l’occasion d’une "clarification politique à gauche", alors que le PS s’est montré "inefficace pour s’opposer pendant cinq ans au gouvernement de droite" et a été "inutile pour battre Nicolas Sarkozy". Le jeune postier, qui a obtenu le meilleur score de la gauche radicale (4,08%), juge nécessaire la constitution d’un "nouveau parti" de la gauche radicale "sur une base politique claire" qui doit être "l’anticapitalisme et l’indépendance politique" vis-à-vis du PS. Ce projet, explique-t-il, ne peut être conduit "dans l’urgence" et nécessite "un débat", mais ce parti "ne sera pas un cartel d’organisations" et ne peut être le fruit d’accords avec des "partenaires nationaux" c’est-à-dire les directions d’autres formations (dont le PCF). "Une page a été définitivement tournée" après l’échec des antilibéraux à se doter d’un candidat commun à la présidentielle, affirme M. Besancenot. Il "tend une main fraternelle" à tous les militants de la gauche radicale et aux "déçus" du PS et présente son parti comme l’élément fédérateur de la gauche radicale.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article