Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

"...IL Y AURA DES BAISSES D'IMPÔTS QUOI QU'IL ARRIVE EN 2016..."

30 Août 2015 , Rédigé par NPA 27

"...IL Y AURA DES BAISSES D'IMPÔTS QUOI QU'IL ARRIVE EN 2016..."

Hollande

"La baisse d'impôts promise par François Hollande pour l'année prochaine sera inscrite dès le projet de loi de finances pour 2016" Valls

"L'Etat opprime et la loi triche, L'impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s'impose au riche,
Le droit du pauvre est un mot creux."
L'Internationale, 2ème c
ouplet
C'est toujours vrai: et ça fait mal quand on regarde le graphique des recettes de l'État :

TVA + TIPP (taxes sur l'essence)=51,9%%
Impôts sur le revenu (a priori équitable) : 24,1%
Impôts sur les sociétés (pour simplifier : les patrons...) : 17,9%

Lire la suite

Le jésuite des deux n’est pas le François qu’on pense !

30 Août 2015 , Rédigé par NPA 27

Le jésuite des deux n’est pas le François qu’on pense !

Le sujet s’y prêtant, j’emploie ici le terme « jésuite » au sens de « dissimulé », « hypocrite », « retors ». Dieu me pardonnera, car à la question « de François Hollande ou du pape François, lequel des deux est un jésuite ? » je réponds sans hésiter : le Président français. Face à lui, le pape incarne le « parler vrai ».

Dans son encyclique sur le climat, le pape écrit que « l’échec des sommets mondiaux sur l’environnement » révèle « la soumission de la politique à la technologie et aux finances ». Il s’insurge contre « une conception magique du marché, qui suggèrerait que les problèmes peuvent être résolus simplement en augmentant les profits », et plaide pour qu’une « certaine décroissance dans quelques parties du monde »permette « une saine croissance en d’autres parties ».

Ce texte contraste avec le rapport sur le climat pour la conférence des évêques européens, en 2008, qui exhortait les fidèles à la discipline, à l’humilité, et même à l’ascèse, dans une démarche dénuée de toute analyse sociale.

Le pape François gêne pas mal de monde. Il vient d’inviter Naomi Klein à participer au Vatican à une conférence de haut niveau sur le climat. Les climato-sceptiques sont furieux. Quant à la curie romaine, gageons que tous ses membres ne sont pas enchantés d’accueillir à Rome une… femme… qui dénonce le capitalisme destructeur et productiviste.

Et François Hollande, là-dedans ? Il a « formé le vœu » que la « voix particulière » du pape soit « entendue au-delà des seuls croyants ». J’ai envie de dire « Amen », tant ce vœu ruisselle d’hypocrisie. Une chose est en effet certaine : le sommet climatique que la France présidera, à la fin de l’année, battra tous les records de génuflexions devant la finance et de prières pour la croissance des profits. Hollande s’y est engagé personnellement.

Penser que le pape François changera la nature de l’Eglise est sûrement trop optimiste, mais s’imaginer que le PS français fait encore partie de la gauche, ça, c’est vraiment du délire.

Lire la suite

Le jésuite des deux n’est pas le François qu’on pense !

30 Août 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Le jésuite des deux n’est pas le François qu’on pense !

26 août 2015 sur le blog de Daniel Tanuro, ingénieur agronome autouer de "l'impossible capitalisme vert", dirigeant de notre organisation soeur en Belgique, la LCR-SAP, et de la IVème Internationale

 

Le sujet s’y prêtant, j’emploie ici le terme « jésuite » au sens de « dissimulé », « hypocrite », « retors ». Dieu me pardonnera, car à la question « de François Hollande ou du pape François, lequel des deux est un jésuite ? » je réponds sans hésiter : le Président français. Face à lui, le pape incarne le « parler vrai ».

Dans son encyclique sur le climat, le pape écrit que « l’échec des sommets mondiaux sur l’environnement » révèle « la soumission de la politique à la technologie et aux finances ». Il s’insurge contre « une conception magique du marché, qui suggèrerait que les problèmes peuvent être résolus simplement en augmentant les profits », et plaide pour qu’une « certaine décroissance dans quelques parties du monde » permette « une saine croissance en d’autres parties ».

Ce texte contraste avec le rapport sur le climat pour la conférence des évêques européens, en 2008, qui exhortait les fidèles à la discipline, à l’humilité, et même à l’ascèse, dans une démarche dénuée de toute analyse sociale.

Le pape François gêne pas mal de monde. Il vient d’inviter Naomi Klein à participer au Vatican à une conférence de haut niveau sur le climat. Les climato-sceptiques sont furieux. Quant à la curie romaine, gageons que tous ses membres ne sont pas enchantés d’accueillir à Rome une… femme… qui dénonce le capitalisme destructeur et productiviste.

Et François Hollande, là-dedans ? Il a « formé le vœu » que la « voix particulière » du pape soit « entendue au-delà des seuls croyants ». J’ai envie de dire « Amen », tant ce vœu ruisselle d’hypocrisie. Une chose est en effet certaine : le sommet climatique que la France présidera, à la fin de l’année, battra tous les records de génuflexions devant la finance et de prières pour la croissance des profits. Hollande s’y est engagé personnellement.

Penser que le pape François changera la nature de l’Eglise est sûrement trop optimiste, mais s’imaginer que le PS français fait encore partie de la gauche, ça, c’est vraiment du délire.

 

http://www.lcr-lagauche.org/le-jesuite-des-deux-nest-pas-le-francois-quon-pense/

Lire la suite

L'Unité populaire est née !

27 Août 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Europe, #International, #Austerité

Par Stathis Kouvelakis1. 25 députés de Syriza ont quitté le groupe parlementaire de leur parti pour créer un nouveau groupe sous le nom d’Unité Populaire. La plupart de ces députés sont affiliés à la Plateforme de gauche de Syriza C'est une évolution majeure dans la politique grecque, mais aussi pour la gauche radicale, en Grèce et au niveau international.

Athènes, le 21 août 2015

Tôt dans la matinée [le 21 août 2015], 25 députés de Syriza2 ont quitté le groupe parlementaire de leur parti pour créer un nouveau groupe sous le nom d’Unité Populaire. La plupart de ces députés sont affiliés à la Plateforme de gauche [de Syriza], mais d'autres également se sont joints comme Vangelis Diamantopoulos ou Rachel Makri, une proche collaboratrice de Zoe Kostantopoulou. C'est une évolution majeure dans la politique grecque, mais aussi pour la gauche radicale, en Grèce et au niveau international.

Trois éléments doivent être soulignés.

• Le premier est que "Unité Populaire" est le nom du nouveau front politique qui regroupera les treize organisations de la gauche radicale qui ont signé le texte du 13 août appelant à la constitution du Front du Non. Ce Front est, par conséquent, le premier résultat concret d'une recomposition au sein de la gauche radicale grecque. Une recomposition qui tire les leçons de ces cinq dernières années et bien sûr, de l'expérience de Syriza au pouvoir et de la catastrophe qui en résulte. Mais le but du Front est plus large que ça, c'est de donner une expression à ces forces sociales qui ne se reconnaissent pas nécessairement comme faisant partie de la gauche mais veulent se battre contre l'austérité, les mémorandums et le retour de la Troïka via le nouveau mémorandum.

• Le deuxième est que l'objectif du front est de constituer l'expression politique du Non, comme il a été exprimé dans les élections de janvier et lors du référendum du 5 juillet. Les principales lignes programmatiques sont la rupture avec l'austérité et les mémorandums, le rejet de toutes les privatisations et la nationalisation sous contrôle social des secteurs stratégiques de l'économie, en commençant par le système bancaire, l'annulation de la majeure partie de la dette grecque (en commençant par l'arrêt immédiat du remboursement) et, plus largement, un ensemble de mesures radicales qui feront pencher l’équilibre des forces en faveur des travailleurs et des classes populaires et qui ouvrira le chemin de la reconstruction progressiste du pays, de son économie et de ses institutions.

Ces objectifs ne peuvent être réalisés sans sortir de la zone euro3, comme la récente catastrophe l’a abondamment démontré, et sans rompre avec l'ensemble des politiques institutionnalisées par l'UE. Le Front luttera également pour un combat internationaliste unitaire autour d'objectifs communs à l'échelle européenne et internationale et appuiera la sortie de l'OTAN, la rupture des accords existants entre la Grèce et Israël et l’opposition radicale aux guerres et interventions impérialistes. Ce programme de transition se place dans la perspective d'un socialisme du 21ème siècle.

• Le troisième est que ce nouveau groupe parlementaire est maintenant le troisième en taille au parlement grec, devant Aube Dorée, le parti néonazi. Cela signifie que, dans les prochains jours, son dirigeant, Panagiotis Lafazanis, aura un mandat de constituer un gouvernement qui durera pendant trois jours, comme le stipule la Constitution grecque. Après la démission du gouvernement Tsipras ce mandat est maintenant entre les mains du deuxième parti du Parlement, la Nouvelle Démocratie, principal parti d'opposition de droite. Ce laps de temps sera utilisé par l’Unité Populaire pour déclencher un vaste débat et la mobilisation de toutes les forces sociales qui veulent combattre l'austérité et les mémorandums, les précédents ainsi que le nouveau.

Le programme du parti et l’ensemble de ses soutiens parmi lesquelles des personnalités de la gauche grecque, ce qui devrait être assez impressionnant, seront rendus publics en début de la semaine prochaine.

  • 1. Traduction (revue et annotée par Inprecor) de Matthias De Lozzo.
  • 2. Les députés signataires sont : Panagiotis Lafazanis, Stathis Leoutsakos, Kostas Isichos, Rachel Makri, Kostas Lapavitsas, Dimitris Stratoulis, Evgenia Ouzounidou, Thanasis Petrakos, Stefanos Samoilis, Athanasios Skoumas, Yannis Stathas, Alexandra Tsanaka, Despina Charalambidou, Eleni Psarea, Thomas Kotsias, Aglaia Kyritsi, Vasilis Kyriakakis,Michalis Kritsotakis, Ioanna Gaitani, Litsa Amanatidou, Yannis Zerdelis, Kostas Delimitros, Ilias Ioannidis, Zisis Zannas and Vangelis Diamantopoulos. La presse grecque spécule sur la possibilité que quatre autres député-e-s rejoignent les 25 premiers signataires.
  • 3. Lors de la conférence de presse organisée le 21 août dans le Parlement, Panagiotis Lafazanis, ancien ministre de l’Energie du gouvernement a expliqué que « si pour annuler le mémorandum il s’avère nécessaire de nous orienter vers la sortie de l’euro, nous le ferons », ajoutant qu’une telle sortie sera « préparé ».
Lire la suite

[Video] Grèce : pourquoi la capitulation ? Une autre voie est possible (cadtm.org)

27 Août 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Europe, #Austerité, #DES CHIFFRES, #International

Éric Toussaint analyse de manière critique l’attitude de Syriza en ce qui concerne la dette depuis 2010, pour expliquer comment le gouvernement grec en est venu à signer l’accord funeste du 13 juillet 2015. Une des explications fondamentales est la non prise en compte de l’audit de la dette qui aurait pourtant permis, en suspendant son paiement, de ne pas se soumettre aux diktats des créanciers. Éric Toussaint présente un plan B portant sur la dette, les banques, l’austérité, la monnaie et la fiscalité.

Une explication très facile à suivre, par le coordonnateur de la commission internationale pour la vérité sur la dette publique de la Grèce . A écouter si vous disposez d’une demi-heure.

Eric Toussaint est maître de conférence à l’université de Liège et, entre autres, membre du Conseil scientifique d’ATTAC France. Il est aussi un dirigeant de notre organisation soeur en Belgique, la LCR-SAP, et de la IVème Internationale Cette intervention a été faite à l'université d'été d'Attac.

 

Lire la suite

Pour mettre un terme aux provocations des pouvoirs publics, les Bouillons quittent de leur plein gré leur campement temporaire.

25 Août 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES, #RESISTANCE

Mercredi 19 août, le collectif à l'origine du sauvetage de la ferme des Bouillons était évacué par les forces de l'ordre, sans que son projet de reprise du site n'ait été étudié par les autorités compétentes.
Fidèles à nos principes de non-violence, cohérents dans notre recherche d'une solution qui soit responsable, et afin de couper court aux provocations des pouvoirs publics et à celles des nouveaux propriétaires du site, nous levons aujourd'hui volontairement le camp du terrain communal sur lequel nous étions temporairement installés.

Lors de notre installation faisant suite à l'expulsion, nous revendiquions deux objectifs au maintien de notre présence sur place :
- terminer le travail d'évacuation de notre matériel, notamment agricole, resté sur la ferme,
- disposer d'un lieu de rassemblement pour pouvoir informer nos adhérents et sympathisants sur les évolutions de la situation et mener les nécessaires débats sur les suites à donner à nos actions, dont en premier lieu nos recours contre la Safer.
Ces objectifs ont été communiqués à Mme la maire de Mont-Saint-Aignan et à M. le préfet de Seine-Maritime lors de nos rencontres, et le premier d'entre eux au moins a été reconnu comme parfaitement légitime. Notre demande de protection policière pour mettre un terme aux provocations des nouveaux occupants de la ferme et de leurs vigiles sont cependant restées lettre morte.

La préfecture et l'huissière n'ont pas tenu leurs engagements quant à notre matériel : depuis le 19 août, nous n'avons eu que deux plages horaires sur lesquelles récupérer des affaires, avec un nombre de participants restreint. Reste notamment à récupérer notre serre agricole, une éolienne, ainsi que les structures d'encadrement de nos buttes de permaculture, et le bar de notre salle d'accueil - ces deux derniers éléments ayant été construits avec l'aide de bénévoles lors de chantiers participatifs.

L'arrêté d'expulsion - avec astreinte journalière de 1 000 € - qui a été rendu ce matin au profit de Mme la maire de Mont-Saint-Aignan témoigne d'un véritable acharnement des pouvoirs publics contre notre mouvement, que nous dénonçons avec force. Loin de répondre à nos demandes réitérées de faire la lumière sur les dysfonctionnements de la Safer dans la vente de la ferme des Bouillons, le pouvoir s'emploie à fragiliser et tenter de faire taire notre mouvement.
Le but de nos actions n'étant pas de nous affronter aux forces de l'ordre - dont nous avons pu à plusieurs reprises ces derniers jours mesurer l'embarras au moment d'exécuter des ordres injustes - ni d'entrer dans un cercle vicieux d'occupations/expulsions, nous quittons volontairement le champ commun sur lequel nous sommes installés. En accord avec l'Association pour la Protection du Site Naturel de Repainville, notre Assemblée Générale journalière se tiendra aujourd'hui dans la maison du jardin de Repainville.

Nous sommes désormais un collectif citoyen sans terres à cultiver et à animer.
Nous dénonçons l'acharnement de la puissance publique à l'encontre de notre mouvement malgré notre attitude pacifique et constructive,
Nous maintenons nos exigences quant à la récupération de notre matériel,
Nous alertons le président de la Métropole Rouen Normandie, la maire de Mont-Saint-Aignan et les maires des communes de la métropole sur notre condition de collectif sans terres, et les appelons à se mobiliser pour nous proposer des solutions de court terme, ainsi que des solutions de long terme - celles-ci devant réunir les conditions minimales nécessaires à la poursuite de nos activités et projets.
Nous nous emploierons, avec nos partenaires de Terre de Liens, de la Confédération paysanne et du Conseil Régional, à obtenir que toute la lumière soit faite sur le traitement réservé par la profession agricole et la puissance publique à notre action et à notre projet.

Association de Protection de la Ferme des Bouillons

Lire la suite

Patrice, salut, ta mémoire restera vivante parmi nous !

25 Août 2015 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Luttes Ouvrières, #Les nôtres

Patrice, salut, ta mémoire restera vivante parmi nous !

Hier 24 Août avait lieu l'inhumation de notre camarade Patrice Lepesqueur au cimetière de Pinterville. La présence en nombre de ses proches, collègues de travail, camarades du syndicat CGT et du NPA montre comme il était apprecié et qu'il manquera. Ci- après la prise de parole au nom du NPA de Pierre Vandevoorde rendant hommage à ce héros du quotidien.

 

C’est à moi que revient la charge de saluer la mémoire de Patrice au nom des camarades du NPA.  Et c’est bien normal, puisqu’il y a déjà un moment que nos chemins ont commencé à se croiser. C’était  au début des années 80, quand nous avions acheté à peu près au même moment une maison aux Chalandons. Je me souviens d’une fête organisée par l’association de quartier où nous avons passé une bonne soirée à la même table. Puis il y a eu une grève pour les salaires dans sa boîte, et depuis on a toujours été en contact…  Quand on distribuait tous les mois notre bulletin d’entreprises chez Polygram, devenu ensuite Cinram,  le midi,  il passait à pied en allant au boulot ou en revenant de son équipe, et on discutait toujours le bout de gras…

Plus tard, on s’est aussi retrouvés à l’Union locale CGT. Et quand je lui ai proposé de se présenter avec nous aux élections municipales sur la liste menée par Gérard Prévost, c’est tout naturellement qu’il avait accepté, d’abord en 95, puis en 2001. En 2008, la campagne correspondait aux débuts du NPA, et il avait alors rejoint le parti d’Olivier Besancenot.

Patrice, c’était un gars sur qui on pouvait compter : il mettait un point d’honneur à être en règle, et même souvent en avance, pour sa cotisation. Si il s’engageait à faire une distribution, on savait qu’il n’y avait pas besoin de le lui rappeler, c’était fait et bien fait.

Dans nos réunions, il ne disait pas toujours grand chose, mais il trouvait son compte dans nos échanges et ses réflexions pleines de bon sens nous manquent déjà, de même que son sourire plein de malice et son humour pince-sans-rire… Il nous faisait partager les combats menés avec ses copains de la CGT d’Eurarma, aux côtés de notre camarade Fredo, comme  la grève systématique le lundi de Pentecôte, jour de congé volé par le patronat, ou le bras de fer à rebondissement sur le temps d’habillage-déshabillage et le lavage des bleus….

Patrice s’est éteint mardi dernier, avec Martine à ses côtés, au bout de son ultime combat contre le cancer de l’amiante qui le rongeait.  La vie ne lui avait pas épargné les épreuves, et il compensait comme il pouvait, mais  là, c’est directement la recherche du profit maximum sur le dos des ouvriers qui a semé des ravages dans son corps. Nul doute que ça se paiera, et  le plus cher possible, nul doute que les copains du syndicat ne lâcheront pas l’affaire.

Mais il n’empêche, tu n’es plus avec nous Patrice, et ta disparition nous fait mal. Pour autant, tu ne pars pas sans laisser de trace. Toi qui, un jour qu’on faisait quelques pas dans la cour de l’hosto ensemble avec Fredo, nous disais dans un sourire vouloir faire grève avec le personnel pour le maintien des 35h, tu auras pris ta place dans la grande chaîne du combat ouvrier. Toi qui aimais la vie, ta belle collection de pièces de monnaies, les virées en camping-car, toi qui nous montrais les photos de ta toute petite-fille, tu es tombé, fauché par la rapacité du capital, et ce vide est horrible. Pourtant, il reste quelque chose de toi, car tu as contribué à la permanence de la lutte contre ce système aliénant et oppressif. Tu as contribué à ce que prenne forme, par touches successives, avec parfois de grandes avancées et en ce moment beaucoup de reculs,  l'esquisse d'un monde plus humain et plus solidaire. Patrice, salut, ta mémoire restera vivante parmi nous !

Lire la suite

Besancenot sur Francetv info : Quel avenir pour la gauche radicale ?

23 Août 2015 , Rédigé par NPA 27

Olivier Besancenot, membre du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), est l’invité du Soir 3 ce vendredi 21 août. Il vient évoquer le thème de la gauche radicale au lendemain de la démission du Premier ministre Alexis Tsipras en Grèce et de la scission de son parti, Syriza. Pour Olivier Besancenot, la politique d’Alexis Tsipras est vouée à l’échec. « Ce troisième plan d’austérité avec les attaques sur les retraites, l’augmentation de la TVA et des privatisations pour trouver des dizaines de milliards, ce sera de toute façon impraticable(…). Maintenant la question qui est posée, c’est de savoir si oui ou non on respecte la légitimité des derniers scrutins avec un non qui s’est exprimé par voie de référendum et qui était clair et net », commente Olivier Besancenot.

Bras de fer politique
La gauche radicale peut-elle gouverner seule ? « Nous avons une démonstration en live de ce qui est le rapport de force. Il y en a plein à gauche qui ont oublié ce qu’était la lutte des classes, le capital européen lui sait ce que c’est. C’est un vrai bras de fer politique. Malheureusement Mr Tsipras a oublié son programme(…). Il y a des forces anticapitaliste, il y a beaucoup de résistance, c’est pour ça que je garde de l’espoir », répond Olivier Besancenot.

Lire la suite

UNE PREUVE DE PLUS QU'IL FAUT INTERDIRE LES LICENCIEMENTS !

22 Août 2015 , Rédigé par NPA 27

UNE PREUVE DE PLUS QU'IL FAUT INTERDIRE LES LICENCIEMENTS !

Continental: la justice donne raison aux salariés protégés

Publié le 03/08/2015par "Le Courrier Picard"

Le Conseil d’État a annulé, vendredi, le licenciement de Xavier Mathieu (CGT) et Albano Abreu (CFTC). Des décisions capitales pour le recours devant le conseil des prud’hommes.

Vendredi dernier, le Conseil d’État a rendu deux décisions définitives sur le sort des salariés protégés Xavier Mathieu (CGT) et Albano Abreu (CFTC). La justice a tranché : l’argument de difficultés économiques, soulevé par les dirigeants de Continental dans le but de fermer l’usine de pneus de Clairoix, ne tient pas. Une vingtaine d’autres salariés protégés de divers syndicats attendent à leur tour la décision du Conseil d’État les concernant.

L’annulation d’un licenciement laisse deux choix aux salariés protégés : la réintégration ou la demande d’indemnités supplémentaires pour licenciement abusif. La réintégration était proposée à l’usine de Sarreguemines (Moselle). Xavier Mathieu remarque : « On ne peut pas les obliger à rouvrir l’usine de Clairoix… »

Antonio Da Costa, leader de la CFTC à Continental, a déjà saisi le conseil des prud’hommes de Compiègne pour licenciement abusif. Mais pour que cela aboutisse, le syndicat a besoin de toutes les décisions du Conseil d’État concernant ses troupes. Antonio Da Costa attend donc avec impatience de connaître son sort et celui des autres délégués CFTC. À la différence des salariés non-protégés, les représentants du personnel ne peuvent pas contester le licenciement directement devant le conseil des prud’hommes ; le passage par la case administrative est obligatoire. En entamant la procédure judiciaire avant la fin de la procédure administrative, le syndicat a pris un risque : celui de voir tomber à l’eau l’action prud’homale. Un choix totalement assumé par Antonio Da Costa : « On a pris le risque en connaissance de cause, il devrait être gagnant. »

« Encore un suicide cette semaine »

Sur le fond, Xavier Mathieu constate que « c’est la troisième fois que la justice dit que Continental était dans l’illégalité ». Quand on lui demande s’il est content de cette décision, le charismatique délégué syndical CGT répond avec sa verve habituelle : « Content ? Oui et non. Ça laisse un goût amer. C’est une victoire d’orgueil, de dignité, mais pas une victoire sociale. » Il ajoute : « Je suis quand même heureux de ne pas avoir lâché. Mais socialement, c’est une catastrophe et ça le restera. »

Sur les 1 120 personnes licenciées, un grand nombre est encore en grande difficulté : « Il y a encore 500 personnes sur le carreau. Il y en a même certaines qui se suicident », alerte Xavier Mathieu.

Antonio Da Costa constate le même gâchis social : « Il y a encore eu un suicide cette semaine. Un salarié qui au départ ne voulait pas entamer d’action judiciaire. Il était venu chez moi pour me dire qu’il avait changé d’avis. Nous avions travaillé son dossier ensemble… »

Le syndicaliste, qui est l’un des 17 délégués CFTC de Continental, dénonce un « désastre énorme » : « plus de dix suicides, trois cents divorces… Ces licenciements ont conduit à des situations dramatiques. »

Jointe vendredi soir, la direction de Continental n’avait pas encore pris connaissance des décisions du Conseil d’État. Leur réaction est attendue dans les prochains jours.

Lire la suite

COMMUNIQUE DES ZADISTES DE LA FERME DES BOUILLONS

20 Août 2015 , Rédigé par NPA 27

COMMUNIQUE DES ZADISTES DE LA FERME DES BOUILLONS

Une grande assemblée de plus de 350 citoyens s'est réunie mercredi soir à 17h avec calme et détermination.
Le sentiment d’écœurement vis à vis de la décision du Préfet aux ordres de l'Etat d'évacuer notre ferme était unanime.

Plus d'une centaine de CRS, la fourrière et les forces de police ont eu bien évidemment raison des occupants non-violents barricadés à l'intérieur de la maison.
A peine l'évacuation effectuée, dès 9h30, les Mégard sont passés sous nos yeux avec leur 4x4 pour aller prendre possession de la ferme tout juste acquise : quelle provocation et quel mépris pour les citoyens qui, pendant 32 mois, ont permis le sauvetage de cette ferme promise à la destruction par leurs "amis" de la famille Mulliez !

Il a été décidé ce soir de poursuivre notre résistance et d'installer la ferme sur les terrains situés à l'entrée des Bouillons. Les animaux y sont parqués !

Ce soir déjà, plus de 50 personnes dorment sur place.

Des actions juridiques sont envisagées pour dénoncer la vente à un prix aussi dérisoire et la complicité de la SAFER avec la famille Mégard.

Nous vous invitons à venir nous rejoindre à tout moment et à apporter vivres et matériel de campement.

Tenez-vous prêts, d'autres actions vont avoir lieu !

On reste ferme(s) !

Lire la suite
1 2 > >>