Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Le “nouveau” gouvernement : la finance aux manettes

31 Août 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/large/public/images_5.jpg?itok=7Jy6ha2XManuel Valls a formé un 2ème gouvernement qui pour l'essentiel est dans la continuité du 1er, pour appliquer de façon encore plus claire et cohérente la feuille de route de Hollande faite de pacte de responsabilité, de compétitivité et dont le principal résultat est une hausse de 30% des dividendes des actionnaires du CAC 40. Immédiatement Pierre Gattaz a marqué sa satisfaction. L'aspect le plus significatif a été la nomination au ministère de l’économie et de l'industrie d'Emmanuel Macron, inspecteur des finances, ex-banquier d'affaires de la banque Rothschild et inspirateur du pacte de responsabilité. Et pour le reste presque rien de bouge. C'est un gouvernement de combat qui va poursuivre et amplifier la politique d'austérité, de casse sociale, d'affrontement avec celles et ceux qui la rejettent et la combattent. Même des députés PS ont exprimé des réticences : avec un banquier aux manettes, la réalité de la politique de Hollande paraît toujours plus au grand jour. Cela la rend encore plus difficile à assumer devant l’électorat populaire. Mais cette politique ne sera pas mise en échec uniquement dans des débats parlementaires, ni par un replâtrage sous une forme quelconque d'une stratégie d’union de la gauche ou par un inconsistant projet de 6ème République. Le risque est grand que seule l'extrême droite tire bénéfice de cette mascarade. C’est pourquoi plus que jamais, s’impose la nécessite de construire une opposition sociale et politique et la mobilisation contre cette politique de régression sociale. C'est pourquoi le NPA propose à toutes celles et ceux qui refusent cette politique, de construire sans attendre cette mobilisation autour de l’échéance que représente le vote du prochain budget d’austérité.

Port Leucate, le 27 août 2014

Lire la suite
Lire la suite

La fédé 27 avait sa délégation à l'université d'été du NPA

31 Août 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #NPA 27

L'université d'été du NPA s'est déroulée à Port Leucate et a réuni 600 personnes venues de toute la France pour partager leurs expériences de luttes, confronter les points de vue et se préparer pour la rentrée sociale. Le gouvernement de Manuel Valls qui s'apprête à appliquer de façon encore plus claire et cohérente la feuille de route de Hollande se rapproche encore et toujours des patrons et du Medef. Ne les laissons pas faire, faisons entendre la voix des celles et ceux qui n'ont que leur travail pour vivre. Comme Podemos en Espagne, reprenons la rue et la lutte.

 

UE_2014-copie-1.JPG
1: vue extérieure du bar, ça discute dans tous les coins
2: une député de podemos élue au parlement européen a enflammé le meeting
3: vue du meeting
4: christine poupin porte parole du npa
5: militants du Gers animateurs  l'atelier "agro-industrie ; nourrir les humains ou le capital, il faut choisir"
6,7,8,9: participants à l'atelier "autogestion : des expériences concrètes" animé par Philippe Poutou (photo 7), avec les Fralib de Marseille (ex thé éléphant) qui ont repris leur usine (photo 8) et Rachid, ex entreprise de glaces Pilpa,  venu présenté l'expérience de reprise de leur boîte 

Lire la suite

Plus que jamais, envoyons valser l’austérité

28 Août 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/large/public/vf_hollande_valls_553.jpeg_north_420x227_white.jpg?itok=gZyl8Z2wLa rentrée commence par une sortie. Suite aux états d’âme de Montebourg et Hamon, pourtant bien timides et tardifs, François Hollande vient donc de demander à Manuel Valls de « former un nouveau gouvernement en cohérence avec les orientations qu’il a lui-même définies ».

En accentuant la crise de sa majorité et la crise politique, Hollande et Valls choisissent d’amplifier la fuite en avant du gouvernement vers la défense des intérêts du Medef. Aucune tête ne doit dépasser pour cet objectif.

Le nouveau gouvernement nommé demain gardera donc bien le cap de la politique d’austérité menée et aggravée depuis plus de deux ans, politique qui détruit les conditions de vie de la majorité de la population et nourrit la progression du Front national.

Plus que jamais, la gauche sociale et politique, les salarié-e-s doivent exprimer ensemble, unitairement et dans la rue, le refus de cette politique et organiser les mobilisations qui permettront de faire valser la politique PS-Medef.

De l’université d’été du NPA, Port-Leucate, le 25 août 2014

Lire la suite

Le “nouveau” gouvernement : la finance aux manettes

28 Août 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/large/public/images_5.jpg?itok=7Jy6ha2XManuel Valls a formé un 2ème gouvernement qui pour l'essentiel est dans la continuité du 1er, pour appliquer de façon encore plus claire et cohérente la feuille de route de Hollande faite de pacte de responsabilité, de compétitivité et dont le principal résultat est une hausse de 30% des dividendes des actionnaires du CAC 40. Immédiatement Pierre Gattaz a marqué sa satisfaction. L'aspect le plus significatif a été la nomination au ministère de l’économie et de l'industrie d'Emmanuel Macron, inspecteur des finances, ex-banquier d'affaires de la banque Rothschild et inspirateur du pacte de responsabilité. Et pour le reste presque rien de bouge. C'est un gouvernement de combat qui va poursuivre et amplifier la politique d'austérité, de casse sociale, d'affrontement avec celles et ceux qui la rejettent et la combattent. Même des députés PS ont exprimé des réticences : avec un banquier aux manettes, la réalité de la politique de Hollande paraît toujours plus au grand jour. Cela la rend encore plus difficile à assumer devant l’électorat populaire. Mais cette politique ne sera pas mise en échec uniquement dans des débats parlementaires, ni par un replâtrage sous une forme quelconque d'une stratégie d’union de la gauche ou par un inconsistant projet de 6ème République. Le risque est grand que seule l'extrême droite tire bénéfice de cette mascarade. C’est pourquoi plus que jamais, s’impose la nécessite de construire une opposition sociale et politique et la mobilisation contre cette politique de régression sociale. C'est pourquoi le NPA propose à toutes celles et ceux qui refusent cette politique, de construire sans attendre cette mobilisation autour de l’échéance que représente le vote du prochain budget d’austérité.

Port Leucate, le 27 août 2014

Lire la suite

Numéro 1 ou 2, qu'importe: il faut faire valser ce gouvernement PS-MEDEF

26 Août 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Avec ce remaniement express pour mater les rebelles Hamont et Montebourg, c'est une véritable crise de régime qui se déroule en plein mois d'Aout... du jamais vu! On va nous annoncer un nouveau gouvernement dans la soirée, mais le casting importe au final peu puisqu'on connaît déjà le scénario : encore et toujours plus d'austérité, moins de services publics, la galère pour les uns et les cadeaux pour les gros pour courir après ce sacrosaint point de croissance et satisfaire les exigences du MEDEF.
Sourds à la difficulté pour boucler les fins de mois, à la crainte du lendemain d'une frange croissante de la population, il ne font qu'engendrer une colère toute légitime, mais qui ne s'est exprimée jusqu'ici d'une manière négative, comme par exemple lors des dernières élections avec un vote FN au plus haut.
Pour enrayer cette dynamique néfaste pour le camp des opprimé-es, il faut redonner confiance, reprendre la rue et s'opposer de toutes nos forces à ce gouvernement vassal des plus riches.
Le NPA 27 prendra toute sa part à la construction d'un tel mouvement unitaire.

Lire la suite

Ni zig-zag, ni godille, Hollande maintient le cap sur la régression sociale.

26 Août 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

La politique de Hollande-Valls ne donne aucun des résultats qu’ils avaient annoncés... mais il est hors de question pour eux de changer de cap.

Hollande, après Valls il y a trois jours, vient de le confirmer une nouvelle fois !

Il fait semblant de croire que les patrons vont utiliser « pleinement les moyens du CICE pour investir et embaucher et non distribuer des dividendes ».

La réalité est têtue et démontre le contraire. D’un côté les entreprises françaises ont bien enregistré une hausse de 30 % de leurs dividendes en un an et de l’autre le chômage reste extrêmement élevé et la précarité augmente à nouveau.

Il leur promet à nouveau de « lever les verrous », en clair de faire sauter les seuils sociaux de manière à réduire les possibilités de mise en place de représentants du personnel et d’élargir le travail le dimanche…

Après la censure par le Conseil constitutionnel de la baisse des cotisations dites « salariales » - fausse mesure sociale mais vraie arnaque - Hollande propose un nouveau bricolage. Soi-disant pour « favoriser la reprise du travail et améliorer la rémunération des salariés précaires » il veut fusionner la prime pour l’emploi et le RSA.

En matière de logement, pour Valls, « c’est la faute à Duflot » et de nouveaux cadeaux vont être faits aux investisseurs privés sans envisager de mettre en œuvre les lois de réquisition des logements vides et en continuant à brader le logement social.

Aux cadeaux au patronat et aux miettes pour les plus pauvres, il y ajoute le mépris pour toutEs celles et ceux qui critiquent sa politique : «  Les choix ne peuvent être rediscutés à chaque fois qu'un indice trimestriel est connu. La constance, c'est la confiance ».

Comme il le dit lui-même « il n’y a pas d’échappatoire ». Pas d’autre issue face à ce gouvernement que d’imposer par la mobilisation le partage des richesses, le partage du temps de travail, la défense et le renforcement de la protection sociale et des services publics.

Montreuil, le mercredi 20 août 2014

Lire la suite

6e université d'été du NPA : « Envoyons Valls'er l'austérité et le gouvernement PS-Medef »

26 Août 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

 http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/largeur_content_hauteur_complet/public/22888.jpg?itok=4kLsF4-Ta 6e Université d'été du NPA a lieu du dimanche 24 au mercredi 27 août inclus à Port-Leucate (10-Aude) dans le village-club de Rives des Corbières. Elle reste le rendez-vous de rentrée du Nouveau parti anticapitaliste.

 Comme chaque année, avec ses nombreux invités et intervenants, en particulier internationaux, l'Université d'été permet de revenir sur les événements marquants de l'année : éléments de la crise politique et sociale (lutte contre la montée de l'extrême droite, l'économie européenne et l'Euro ou le Pacte de responsabilité...), mobilisations et campagnes récentes ou à construire (à la SNCF, chez les intermittents et précaires, dans la santé, contre le traité transatlantique ou la crise climatique...), ou retour sur l'Histoire (Première guerre mondiale, fondation de la Première Internationale, Révolution des œillets au Portugal...).

Cette année, la situation internationale aura la part belle, avec de nombreux invités venus d'Union Européenne (Espagne, Portugal, Italie, Grèce, Allemagne...) et d'au-delà : Bosnie, Russie, Tunisie, Argentine, Palestine...

 

Dans le cadre de cette université d'été, le lundi 25 août à 21h aura lieu le meeting de rentrée du NPA. Y prendront la parole Salah Hamouri (Front de la jeunesse progressiste de Palestine), Teresa Rodriguez (députée européenne de Podemos – Etat Espagnol), des militants des luttes des cheminots et des intermittents et précaires, ainsi que Christine Poupin, porte-parole nationale du NPA.

 

Montreuil le 20 août 2014.

Lire la suite

[Édito] Pauvreté : la croissance est de retour

20 Août 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EDITOS

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/largeur_content_hauteur_complet/public/18099_image.jpg?itok=a21WhnzHIl n’y a que la croissance qui les obsède. Laquelle ? Celle du PIB, des profits du CAC40, du nombre de A des agences de notation. La réalité de ce système qui déraille et des politiques d’austérité menées par Hollande et ses prédécesseurs est autre. Les Restos du cœur, qui ouvrent cette semaine, nous le prouvent cruellement, avec 130 millions de repas servis l’an passé contre 8,5 millions l’année de leur création, et 1 milliard de repas servis depuis. Sombre réalité d’un capitalisme qui broie, jette les salariéEs des entreprises et des logements et les affame...

Les pauvres, c’est-à-dire les salariéEs privés d’emploi, les précaires, malades, exclus, sont légion et leur nombre ne cesse de croître, comme le rappellent les dernières études (1). Après une baisse du nombre de pauvres des années 70 jusqu’au années 90, une stagnation jusqu’aux années 2000, c’est depuis 15 ans une augmentation historique du nombre de personnes reconnues comme pauvres. Être pauvre en statistique, c’est vivre avec moins de 60 % du revenu médian (977 euros). La réalité et la vie est bien pire : qui boucle les fins de mois avec un SMIC ? Les estimations les plus pessimistes évoquent le chiffre de 8,7 millions de pauvres en France, soit une augmentation de 16 % en 11 ans. Quels seront ces chiffres si ce gouvernement va jusqu’au bout de sa politique d’austérité et de cadeaux au patronat ?

Cette politique n’est pas austère pour tout le monde, car d’autres chiffres paraissent dans la presse : les 500 Français les plus riches ont augmenté leur fortune de 25 % en un an, dix milliardaires de plus cette année, des fortunes qui représentent 16 % du PIB français. Des inégalités ? Non, tout simplement un hold-up, un détournement de fonds à grande échelle. Et pour justifier ce système prédateur, Hollande et Ayrault, tout comme Sarkozy avant eux, reprennent les mêmes rengaines : la dette, l’Europe... Des vieilles rengaines qui rallument de bien mauvaises flammes, bleu-blanc-rouge, celles du racisme, de la haine et de la division.
C’est ce poison et leur politique que nous combattrons dans la rue ces prochains jours.

Thibault Blondin

1. Observatoire des inégalités : http ://www.inegalites.fr

Lire la suite

Économie : la France dans la nasse

20 Août 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EDITOS

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/largeur_content_hauteur_complet/public/5cf9fa59d2f5f7181bb61137c5404.jpg?itok=BqgWyYpbLe journal économique Les Échos titrait un de ses articles du 18 août dernier : « la fin des illusions sur la reprise économique en France ». Effectivement, la progression du Produit intérieur brut a été nulle au 1er et 2ème trimestre 2014...

 L’investissement des entreprises, pourtant gavées de douceurs par ce gouvernement, est en berne. Le chiffre de la croissance prévue pour 2014 est divisé par deux (de 1 % à 0,5 %) et il y a de forts doutes sur le fait que même la nouvelle prévision puisse être atteinte, car il faudrait une accélération sensible en fin d’année, et celle-ci est loin d’être évidente.

Tout le discours économique de Hollande-Valls s’effondre. Non seulement, la fameuse courbe du chômage ne va pas baisser, mais, malgré les 50 milliards d’économies, le déficit budgétaire sera supérieur à 4 % et la dette publique va augmenter. Déjà, les agences de notation évoquent la baisse de la note française. Ceci, bien sûr, sans parler du chômage ! La France est dans la nasse : la politique supposée permettre de construire l’avenir, de réduire les déficits, de sortir de la crise… ajoute en réalité « la crise à la crise ».

L’économie française n’est pas seule à ralentir : la croissance au 2ème trimestre a été nulle dans l’ensemble de la zone Euro et négative en Allemagne et en Italie (- 0,2 % dans les deux pays). L’Europe confirme qu’elle est le maillon faible d’une économie mondiale en crise, ce qui pèse sur la croissance des autres économies capitalistes. Du coup, certaines voix critiques se font entendre jusque dans la presse américaine pour réclamer des ajustements.

 

Politique d'un système en crise...

Le discours des dirigeants européens est le même depuis des années : il faut de l’austérité et des « réformes de structure » (en clair : remise en cause des acquis sociaux, casse des services publics, baisse des salaires, etc.). Pour les économistes officiels et les gouvernements, c’est simple : si leurs réformes donnent les résultats prévus, c’est qu’elles sont bonnes, il faut continuer ; si les résultats ne sont pas au rendez-vous, c’est que les réformes n’ont pas été menées avec assez d’énergie. Dans les deux cas, il faut donc continuer. Même si des ajustements limités sont possibles dans les mois qui viennent (les objectifs budgétaires seront un peu assouplis dans les faits), l’essentiel va être maintenu : pour les patrons européens, l’inspiration vient des États-Unis où, comme le montre une étude la banque Natixis de juillet dernier, les salaires ont reculé durant la crise tandis que seuls les Américains les plus riches ont des revenus en hausse.

La politique de Hollande-Valls n’est pas une erreur, contrairement à ce que soutient maintenant l’ancienne ministre du Logement, Cécile Duflot (qui, à propos de Valls, a écrit que « seuls les fous persistent dans l’erreur »...). Elle correspond à la logique profonde du capitalisme en crise. La rentrée sera « difficile » a annoncé Valls. Certes, mais pour qui ? La politique de Hollande-Valls ne donne aucun des résultats qu’ils avaient annoncés... mais hors de question pour eux de changer de cap. Gattaz, le président du Medef, lui, sait où il va. D’ailleurs, son prochain objectif est clair : après avoir engrangé les bénéfices du Pacte de responsabilité, il s’agit de faire sauter au plus vite les seuils sociaux de manière à réduire les possibilités de mettre en place des représentants du personnel.

Henri Wilno

Lire la suite
1 2 > >>