Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

SOUTIEN AU PEUPLE PALESTINIEN

28 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #International

A Evreux aussi, la solidarité et l'indignation devant les méthodes de l'armée sioniste se sont exprimés lors d'un rassemblement unitaire samedi matin. Dans tout le pays, ce sont des milliers de personnes qui y ont participé.

A Paris, malgré l’interdiction, la solidarité s’est exprimée quand même, et nous sommes fiers d'avoir contribué à ce succès, en bravant les interdictions et intimidations de Hollande, Valls et Cazeneuve. Ils ont eu beau faire, ce sont encore des milliers de personnes qui sont venues crier leur révolte contre l’intervention militaire d’Israël à Gaza.

 

Alors que le bilan de cette intervention est déjà d'environ un millier de morts dans la bande de Gaza, alors que les grandes puissances gesticulent mais ne font rien, Cazeneuve, le ministre de l’intérieur n’a rien trouvé de mieux que de traiter d’ « irresponsables » ses organisateurs. En criminalisant la solidarité avec le peuple palestinien, c’est bien ce gouvernement qui est « irresponsable », comme l’a précisé dans l’unité l’ensemble du mouvement de solidarité lors d’une conférence de presse.

 

Le rassemblement place de la République s’est déroulé jusqu’à sa dispersion officielle de façon tout à fait pacifique. Les incidents, minoritaires, n’ont eu lieu qu’après l’appel à la dispersion par les organisateurs, incidents qui montrent que les déploiements policiers impressionnants sont tout à fait inutiles... Seule l’autorisation de la manifestation aurait pu les prévenir, comme cela a été notamment le cas mercredi dernier.

 

Alors que d’autres rassemblements en régions ont aussi réunis aujourd’hui des milliers de personnes, le NPA affirme que cette journée de manifestation ne peut rester sans lendemain. Plus que jamais, la lutte pour les droits du peuple palestinien doit continuer.

Un conflit colonial, pas une guerre de religions

 

Depuis le début de l'offensive, le gouvernement français n'a eu cesse de manifester sa proximité avec Netanyahou et son gouvernement d'extrême-droite.

 

Ce fut d'abord un communiqué de Hollande reprenant à son compte l'essentiel des thèses israéliennes. Puis ça a été l'interdiction des manifestations de solidarité avec les Palestiniens.

 

Hollande et Vals tentent maintenant de laisser croire que l’offensive israélienne contre Gaza s’inscrirait dans un conflit ayant des causes religieuses et ethniques. D'où la réunion organisée en grande pompe à l'Élysée avec divers dignitaires religieux. Le but de l'opération est évident : il s'agit d'occulter autant que possible l'horreur des crimes perpétrés par l'armée israélienne et la politique du gouvernement de Valls et Hollande.

 

Oui, nous sommes antisionistes !

 

Dans son discours de commémoration de la rafle du Vel d'Hiv, Valls a eu le cynisme d’accuser d’antisémitisme tous les jeunes « de nos quartiers populaires» qui sont révoltés par les crimes de l'État d’Israël. « Une jeunesse, a-t-il dit, souvent sans repère, sans conscience de l'Histoire et qui cache sa haine du Juif derrière un antisionisme de façade et derrière la haine de l'État d'Israël».

 

C’est exactement l’inverse. Si les démagogues dangereux qui font profession d’antisémitisme, comme Dieudonné, connaissent un certain succès, c’est parce que les dirigeants d’Israël eux-mêmes, avec la complicité d’un Valls et d’un Hollande, couvrent leurs crimes contre les Palestiniens au nom de la protection des Juifs.

 

Le NPA combat, il l’a toujours fait, l'antisémitisme sous quelle que forme que ce soit. Mais en assimilant antisionisme et’antisémitisme, Hollande, Valls, le CRIF comme la LDJ, ne font que faire progresser l’antisémitisme en France.

 

Combattre l'obscurantisme ne peut se faire si on reconnait la légitimité de l'État sioniste, d'un État religieux, basé sur une ségrégation des palestiniens de tous les instants. A l'inverse, le NPA soutient les revendications palestiniennes, notamment : droit à l’autodétermination pour l’ensemble des Palestiniens, droit au retour des réfugiés, démantèlement des colonies, levée du blocus de Gaza, libération des prisonniers politiques.

 

L'indignation ne suffit pas : dans la rue pour Gaza ! Israël, boycott !

 

Dans le monde entier, les manifestations de soutien se multiplient. A Londres, des dizaines de milliers ont manifesté samedi. Mais il y a aussi New York, Vienne, Dublin... même Jérusalem !

 

Plus que jamais, tout doit être fait pour isoler le gouvernement de Netanyahou, C'est la fonction de la campagne de boycott de l'État d'Israël qui doit s'élargir et s'intensifier.

 

Enfin, au-delà des divergences (légitimes) qui peuvent exister au sein du mouvement de solidarité, l'unité la plus large doit se réaliser contre l'offensive sioniste, pour l'arrêt de l'opération « barrière de protection » et pour les droits des Palestiniens. Pour ces raisons, le NPA participera à toutes les actions de solidarité qui seront organisées.Evreux 26 Juillet Soutien Palestine

Lire la suite

Samedi 26 juillet à Evreux : non au massacre du peuple palestinien !

25 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

antik252_la_une.jpg

 

Samedi 26 juillet à Evreux : non au massacre du peuple palestinien !

Pour une paix juste et durable entre israéliens et palestiniens.

Manifestation unitaire (PCF, NPA...), 11h30, Parvis de la cathédrale

 

Lire la suite

Point de vue : Vers le fascisme (Michel Warschawski)

21 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #International

Point de vue : Vers le fascisme (Michel Warschawski)

 

7824_image.jpg

 

Michel Warschawski (né en 1949 à Strasbourg) est un journaliste et militant pacifiste d'extrême gauche israélien, cofondateur et président du Centre d'information alternative de Jérusalem et ancien président de la Ligue Communiste Révolutionnaire Marxiste israélienne.

Au cours des 45 dernières années, j'ai participé à de très nombreuses manifestations, de petits rassemblements, faits de quelques irréductibles à des manifestations de masses où nous étions plus de 100 000 ; des manifestations calmes, voire festives et des manifestations où nous avions été attaqués par des groupes de droite voire par des passants. J'ai pris des coups, j'en ai rendus, et il m'est arrivé, surtout quand j'avais des responsabilités, d'être nerveux. Mais je ne me souviens pas avoir eu peur.

Mobilisé – en fait détenu en prison militaire pour avoir refusé de rejoindre mon unité qui devait aller au Liban – je n'ai pas participé, en 1983, à la manifestation où a été assassiné Emile Grunzweig, par contre j'ai été responsable du service d'ordre de la manifestation qui un mois plus tard, a traversé Jerusalem pour commémorer cet assassinat. Nous y avons connu l'hostilité et la brutalité des passants, mais là non plus je n'ai pas eu peur, conscient que cette hostilité d'une partie des passants ne dépasserait pas une certaine ligne rouge, qui pourtant avait été transgressée un mois plus tôt.

Cette fois j'ai eu peur.

Il y a quelques jours nous étions quelques centaines à manifester au centre ville de Jerusalem contre l'agression a Gaza, à l'appel des "Combattants pour la Paix", A une trentaine de mètres de là, et séparés par un impressionnant cordon de policiers, quelques dizaines de fascistes qui éructent leur haine ainsi que des slogans racistes. Nous sommes plusieurs centaines et eux que quelques dizaines et pourtant ils me font peur : lors de la dispersion, pourtant protégée par la police, je rentre chez moi en rasant les murs pour ne pas être identifié comme un de ces gauchistes qu'ils abhorrent.

De retour a la maison, j'essaie d'identifier cette peur qui nous travaille, car je suis loin d'être seul à la ressentir. Je réalise en fait qu'Israël 2014 n'est plus seulement un Etat colonial qui occupe et réprime les Palestiniens, mais aussi un Etat fasciste, avec un ennemi intérieur contre lequel il y a de la haine.

La violence coloniale est passe à un degré supérieur, comme l'a montré l'assassinat de Muhammad Abou Khdeir, brulé vif (sic) par 3 colons : à cette barbarie s'ajoute la haine envers ces Israéliens qui précisément refusent la haine envers l'autre. Si pendant des générations, le sentiment d'un "nous" israélien transcendait les débats politiques et – a part quelques rares exceptions, comme les assassinats d'Emile Grunzweig puis de Yitshak Rabin – empêchaient que les divergences dégénèrent en violence meurtrière, nous sommes entrés dans une période nouvelle, un nouvel Israël.

Cela ne s'est pas fait en un jour, et de même que l'assassinat du Premier Ministre en 1995 a été précédé d'une campagne de haine et de délégitimation menée en particulier par Benjamin Netanyahou, la violence actuelle est le résultat d'une fascisation du discours politique et des actes qu'il engendre : on ne compte plus le nombre de rassemblements de pacifistes et anti-colonialistes israéliens attaques par des nervis de droite.

Les militants ont de plus en plus peur et hésitent à s'exprimer ou à manifester, et qu'est-ce que le fascisme si ce n'est semer la terreur pour désarmer ceux qu'il considéré comme illégitimes ?

Sur un arrière fond de racisme lâché et assumé, d'une nouvelle législation discriminatoire envers la minorité palestinienne d'Israël, et d'un discours politique belliciste formate par l’idéologie du choc des civilisations, l'Etat hébreu est en train de sombrer dans le fascisme.

Michael Warschawski

Lire la suite

Gaza: après les manifestations de samedi

21 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Gaza: après les manifestations de samedi


carte

Le pouvoir perdant, la solidarité avec la lutte du peuple palestinien a gagné !

En interdisant dans plusieurs villes et notamment à Paris, les manifestations de solidarité avec la Palestine, Hollande et le gouvernement Valls ont enclenché une épreuve de force qu’ils ont finalement perdue. Dans toute la France, ce sont ce samedi des milliers de manifestant-e-s qui sont descendus dans la rue pour exiger l’arrêt de l’intervention militaire de l’État d’Israël dans la bande de Gaza, pour crier leur révolte face au plus de 300 morts palestiniens depuis le début de cette intervention.

En particulier à Paris, plusieurs milliers de manifestants, malgré l’impressionnant quadrillage policier, ont défié l’interdiction du gouvernement. C’est un succès au vu des multiples menaces de la préfecture et du gouvernement. En fin de manifestation, des échauffourées ont eu lieu entre des manifestants et les forces de l’ordre. Comment aurait-il pu en être autrement au vu du dispositif policier et de la volonté du gouvernement de museler toute opposition à son soutien à la guerre menée par l’Etat d’Israël.

Le NPA condamne les violences policières qui se sont déroulées ce soir à Barbès et affirme que le succès de cette journée ne restera pas sans lendemain. Dès mercredi, une nouvelle manifestation aura lieu à l’appel du collectif national pour une paix juste et durable. La lutte pour les droits du peuple palestinien continue.

Le NPA appelle l’ensemble des forces de gauche et démocratiques, syndicales, associatives et politiques, à exprimer leur refus de la répression et leur solidarité active avec la lutte du peuple palestinien.


NPA, Montreuil, le 19 juillet 2014

Lire la suite

La Une du 17 Juillet 2014

17 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #International

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/largeur_content_hauteur_complet/public/antik251_la_une.jpg?itok=36zLtMkB

Lire la suite

VOTE UNANIME POUR CACHER LES PROBLEMES ? (Tribune NPA dans La Dépêche, 17.07.14)

17 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Le vote unanime à la CASE pour remplacer l’autoroute payante avec viaduc au Manoir par une route gratuite avec un simple pont n’y change rien : ce projet reste  inutile, destructeur et coûteux. Les élu-e-s croient encore que les autoroutes aident au développement économique, et vont même accepter de financer une sortie à Heudebouville. Mais l’A 13 et l’A 154 empêchent-elles les entreprises de licencier ici ou de partir ailleurs ? Pour diminuer les problèmes de circulation, il faut utiliser les voies existantes, à commencer par l’A13 qui pourrait relier Rouen-Louviers efficacement non pas en baissant le tarif du péage d’Incarville, mais en le supprimant.

D’autre part, il est impensable que les élus et décideurs ne réorientent pas la politique des transports des gens et des marchandises vers des moyens compatibles avec la crise écologique et sociale. On ne peut plus faire comme si  le réchauffement climatique et ses funestes conséquences n’existaient pas, comme si   la pollution de l’air ne tuait pas  chaque année des milliers de gens, comme si les énergies fossiles ne se raréfiaient pas. L’isolation des bâtiments peut créer des emplois autrement mieux qu’une route !

M. Leroy a réussi à capter l’opposition de certains élus, le mécontentement populaire tout en confortant les partisans de la liaison A28-A13. Mais il faudra autre chose que cette unanimité qui marie la carpe et le lapin pour faire reculer les bétonneurs.

 Comité NPA Seine-Eure

Lire la suite

AVOCATS EN LUTTE CONTRE LA JUSTICE POUR LES RICHES

15 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

2014-greveavocats.JPGOn ne compte plus les condamnations par la Cour européennes des Droits de l’Homme de la France et sa Justice. De la débâcle d’Outreau à la récente réforme de la garde à vue, c’est en vain, et seulement par petites touches, que se font les tentatives d’amélioration.

Toutefois, entre les proclamations et la réalité, il y a un gouffre. La raison en est  simple : le budget alloué à la défense des Libertés est dérisoire. C’est ainsi que, selon la Commission Européenne pour l’Efficacité de la Justice (CEPEJ),  la France est classée au 37e rang sur 43 pays, derrière l’Azerbaïdjan et l’Arménie…

Comment s’étonner alors de trouver sur « le Bon Coin » une cynique annonce du Barreau d’Orléans recherchant désespérément un Juge aux Affaires Familiales. Et on comprend mieux les raisons d’un rassemblement de près de 10 000 avocat-e-s en robe à Paris, pour crier contre ce manque de moyens : c’est que la future réforme de l’Aide Juridictionnelle va créer une entrave insurmontable au principe de l’égal accès à la Justice.

L’Aide Juridictionnelle a vocation à indemniser l’avocat, auxiliaire de Justice, de son intervention pour assister les plus démunis. Le montant de cette rétribution, particulièrement dérisoire, n’a pas été revalorisé depuis près de 15 ans. Un seul exemple : l’assistance devant le Juge des Libertés et de la Détention. Ce type d’audience permet de déterminer si une détention provisoire en prison s’impose ou si la personne mise en examen conservera le bénéfice de sa liberté.  Cette intervention, fondamentale pour sauvegarder la liberté du justiciable, est indemnisée 3 Unités de Valeur, soit entre 60€ et 75€ selon les Barreaux. Soulignons que ce type d’audience mobilise l’avocat plusieurs heures et n’importe quand, week-ends et jours fériés. Ainsi, les milliers d’avocat-e-s qui acceptent de travailler avec l’aide juridictionnelle, pour les plus pauvres, le font très souvent à perte.

 

Cette réforme lisserait la rétribution vers le bas et supprimerait les modulations de tarifs selon les Barreaux, soit dans notre exemple, environ 63 € au lieu de 75 €. Et pour financer ce système, il est envisagé la création d’une taxe sur le chiffre d’affaire des avocats ! Et ce plutôt que d’imposer, par exemple, aux compagnies d’assurance de mettre en œuvre une protection juridique étendue ou de taxer les flux financiers des banques et assurances.

 

En définitive, c’est donc une triple peine pour les avocat-e-s : un travail à perte, une indemnisation dérisoire et un financement du système par une taxe sur la profession. En  bout de chaîne, les plus pauvres seront les plus grands perdants, puisque les avocat-e-s pouvant continuer à être indemnisés par ce système seront en voie d’extinction. Sans avocat-e-s pour les plus fragiles et les plus démuni-e-s, le bon vieux système dénoncé par La Fontaine a de beaux jours devant lui: « Selon que vous serez puissant et misérable, Les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir ».

Lire la suite

État d’Israël, État criminel !

15 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #International

http://www.npa2009.org/sites/default/files/styles/largeur_content_hauteur_complet/public/gaza-border.jpg?itok=BfTmh4mqUne nouvelle attaque israélienne est en cours contre la Bande de Gaza. Les victimes palestiniennes se comptent par dizaines, les blessés par centaines, et le gouvernement et l’état-major israéliens affirment qu’ils entendent poursuivre leurs bombardements meurtriers, voire même lancer une offensive terrestre. La violence à l’œuvre contre Gaza, petite bande de terre surpeuplée et martyrisée, témoigne une fois de plus des véritables objectifs des autorités israéliennes : refuser d’entendre la moindre revendication palestinienne, et avoir recours à la force militaire brute pour défendre leur projet colonial en réduisant les colonisés au silence.

 

Évidemment, les tirs de roquettes ne sont, comme d’habitude, qu’un prétexte pour les autorités israéliennes. Le même prétexte avait été avancé lors de la précédente opération d’ampleur contre la Bande de Gaza en novembre 2012, alors qu’à l’époque, comme c’est le cas actuellement, les roquettes n’avaient fait aucune victime avant les bombardements massifs. Il s’agit en réalité pour Benyamin Netanyahu et ses alliés d’extrême-droite d’essayer, une fois de plus, de détruire l’esprit de résistance en semant la terreur dans la population civile et de saboter les efforts palestiniens qui avaient permis la mise en place d’un fragile gouvernement « d’union nationale ».

 

L’offensive en cours permet en outre de détourner l’attention médiatique des multiples exactions contre les Palestiniens de Cisjordanie, de Jérusalem et d’Israël, consécutives à la mort de 3 jeunes Israéliens à proximité d’une colonie : de la mort du jeune Mohammed Abou Khdeir au passage à tabac, par la police, de son cousin Tareq, en passant par les ratonnades menées par les colons, les dizaines d’actes criminels perpétrés ces derniers jours ont montré, à qui refusait de le voir, le vrai visage de la violence et du racisme de l’État d’Israël. Ces exactions, qui se poursuivent à l’heure actuelle et ont entraîné la mobilisation de milliers de Palestiniens, notamment en Israël et à Jérusalem, ne sont aucunement des incidents isolés : elles sont l’expression la plus visible des discriminations et des violences dont sont victimes les Palestiniens depuis des décennies, et les premiers responsables en sont les dirigeants israéliens eux-mêmes.

 

Une fois de plus, les pays occidentaux, France en tête, refusent de condamner la politique criminelle d’Israël et de prendre les sanctions nécessaires pour punir cet État hors-la-loi. Quand ils ne placent pas l’État agresseur et le peuple agressé sur un pied d’égalité, ils osent exiger des Palestiniens qu’ils cessent de se défendre sans avoir la moindre exigence à l’égard de l’État d’Israël. Le NPA rappelle son soutien à l’ensemble des droits nationaux du peuple palestinien et à sa lutte légitime. Diverses initiatives de protestation contre la politique criminelle d’Israël ont été prises, Nous continuerons à développer la campagne Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS), seule à même d’en finir avec l’impunité d’Israël et de lui faire payer le prix de ses crimes.  

Lire la suite

[Video]: Notre-Dame-des-Landes : quels projets utiles?

10 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE


Prise de parole de Christine Poupin, porte-parole du NPA au meeting central du 06 Juillet à Notre Dame des Landes

Lire la suite

BANQUET POPULAIRE, FESTIF et CITOYEN, LUNDI 14 JUILLET 19h00 place de l'Opéra de Rouen

10 Juillet 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

2014Partageonsnosluttes.JPG« Puisque le temps presse, pressons le pas. Mesurons nos puissances. Rencontrons-nous. »
Ils l'ont annoncé dimanche soir devant 40 000 spectateurs sur la scène des concerts de la Région, les précaires et intermittents de la région normande convient toutes les personnes concernées par l'accord du 22 mars à se rencontrer le lundi 14 juillet à 19h sur le parvis de l'Opéra de Rouen.
L'accord conclu entre le Medef, la CFDT, la CFTC et FO le 22 mars 2014 puis agréé par le gouvernement le 26 juin dernier est entré en vigueur le 1er juillet. Il concerne les intermittents, intérimaires, vacataires, les séniors, les travailleurs en CDD, les licenciés... et au final remet en cause toute l'assurance chômage et la solidarité interprofessionnelle. Cet accord concerne donc tout le monde, et il est temps d'en discuter ensemble et d'en prendre la mesure. Dans la région, comme dans tout le pays, des gens s'oragnisent pour reclamer l'abrogation de cet accord injuste.
Lundi 14 juillet à 19h, à Rouen, ce sera autour d'un banquet...
Il y a 225 ans, nos aïeux prenaient la Bastille, cette année et à Rouen nous prendrons la place de l'Opéra. De façon moins sanglante et plus festive. Amenez de quoi barbecuter et discuter, de quoi reflechir et réagir... et restaurons-nous !

Lire la suite
1 2 3 > >>