Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Louviers, le NPA dans le colimateur (caméra diagonale)

31 Mars 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA Seine-Eure

http://www.cameradiagonale.com/.a/6a014e8b7d3443970d01a73d9bcb30970d-320wiQui peut en vouloir au Nouveau Parti Anticapitaliste? Depuis plusieurs semaines, ce dernier fait l'objet d'attaques par des tags peints dans divers panneaux et murs de la ville. Le parti est assimilé au nazisme, ce qui a amené les militants à déposer une plainte. Pierre Vandevoorde l'un des animateurs lovériens du NPA explique la situation.

Cela peut paraitre puéril et amusant, mais la réalité est probablement plus sèche. L'attaque à travers de simples tags, si elle traverse le temps arrivera à s'installer dans les esprits sans questionnement sur la réalité. "NPA = NAZI, est une injure faite, non seulement aux membres du NPA, mais surtout à l'Histoire. Les auteurs, non identifiés à ce jour, cerveaux fragiles ou provocateurs, peuvent surgir de n'importe où. La plainte du NPA a pour finalité de renvoyer ces "artistes" devant un tableau noir, avec une craie et un livre d'histoire.

 

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

 

Le NPA n'est pas "nazi", il est "anticapitaliste" c'est autre chose, il rêve peut-être juste de supprimer le droit à la propriété privé ?

Et il y a des personnes qui défendent le droit à la propriété privé parce que tout simplement il s'agit des droits de l'homme.

Le travail pour l'état, le travail obligatoire et bien souvent travail sans être payé existait sous le régime nazi de l'époque, donc voilà pourquoi certains pensent peut-être à cela et pas par rapport aux racisme ou l'extermination, mais par rapport à la "nationalisation" de tout, tout pour l'état et rien pour les autres... c'est "anticapitaliste", mais bon, pour connaître la vraie raison il faut trouver la personne en question et lui demander le pourquoi.

 

 

Sylvia je vois que tu n'a pas compris
Abolir la propriété privée, est-ce collectiviser la brosse à dent de tout le monde ? Pas du tout. Le programme communiste, c'est de supprimer la propriété privée du capital, c'est-à-dire des moyens de production.
En effet, sous le capitalisme, l'ensemble des usines, machines, terrains qui permettent de produire ce que nous consommons est concentré entre les mains d'une infime minorité. Si cette propriété privée existe, c'est donc parce que la majorité de la population en est dépossédée. Peu de gens en effet peuvent vivre des revenus de leur capital (entreprises, logements, actions…) La majorité n'a donc d'autre choix que de vendre sa force de travail à un capitaliste en tant que salarié. La propriété privée, c'est ce qui permet à un capitaliste de s'accaparer la richesse créée par ses salariés. Alors que ce sont les travailleurs salariés qui produisent presque tout, ils sont privés du pouvoir de décider ce qu'ils produisent, dans quelle quantité ou encore de quelle manière... quand ils ne finissent pas tout bonnement privés de travail.
Le communisme n'est rien d'autre que le mouvement par lequel les travailleurs se réapproprient collectivement ces moyens et les mettent enfin au service de l'ensemble de la société pour en satisfaire les besoins.

*Didier Chesne est militant du comité NPA Seine-Eure
source: http://www.cameradiagonale.com/blog/2014/03/louviers-le-npa-dans-le-collimateur.html
Lire la suite

Communiqué de la liste "la gauche qui lutte, l'écologie qui se bat, le citoyen qui décide": pour une gauche de combat!

31 Mars 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Municipales 2014

AFFICHE NormalPartout, les cadeaux aux grand patronat et aux plus riches ont amené une sanction magistrale dans les urnes et une abstention historique. A Louviers a joué aussi le rejet  de Martin et de ses dépenses de prestige, de son mépris de la parole simplement différente et des gens. Nous déplorons l'arrivée d’un représentant du FN au conseil qui ne sera en rien utile aux classes populaires.  

Notre liste et ses différentes composantes continueront à se battre pour défendre les services publics,  les emplois et à s’impliquer aux côtés des travailleurs en lutte. On a vu comme la loi M-real/Arcelor dite loi Florange a été vidée de son contenu par Hollande et Cie, et n'obligeait déjà plus de vendre une entreprise menacée de fermeture à un repreneur fiable. C’était encore trop pour le Medef. Elle vient d’être retoquée par le conseil constitutionnel. Au jeu des institutions, les travailleurs seront toujours perdants, et ce n’est pas le changement de gouvernement qui y changera quoi que ce soit. L’heure est à construire une alternative aux reculs sociaux et démocratiques qui font le lit du FN. Pour cela, l'opposition de gauche au gouvernement PS-Medef doit avancer, et la gauche sociale et politique doit reprendre la rue. C'est cela que nous porterons, avec d'autres, dans la manifestation unitaire du 12 avril, "Maintenant ça suffit".

Pour en discuter, nous vous invitons à notre réunion de ce jeudi à 18h salle Du conseil.

Philippe Thouément – Claudine Duteuil (NPA-PCF)

Lire la suite

Communiqué du NPA. Raclée confirmée pour le gouvernement ! Tous dans la rue le 12 avril !

31 Mars 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

 

Le second tour des élections municipales confirme la défaite du Parti socialiste avec plusieurs villes importantes basculant à droite. Derrière cette défaite, c'est bien la politique en faveur du patronat et des plus riches menée par le gouvernement depuis deux ans qui vent d'être sanctionnée dans les urnes et par une abstention une nouvelle fois historique. Ces élections marquent également une poussée inquiétante du FN qui gagne une dizaine de villes dont Béziers et Fréjus.

Le changement de personnel gouvernemental, annoncé pour demain, ne servira en rien car c'est bien de politique qu'il faudrait changer, ce que Hollande et le PS n'envisage évidemment pas. Au lieu des multiples cadeaux en faveur du Medef, tels le Pacte de responsabilité, il faudrait des mesures d'urgence en faveur du plus grand nombre, des classes populaires, contre l'austérité et le chômage, pour répartir les richesses, interdire les licenciements, ou la réduction du temps de travail. 

Face à cette situation, le NPA appelle à construire une alternative d’ampleur aux politiques de reculs sociaux et démocratiques que mène aujourd’hui le gouvernement et qui font le lit du FN. Ce combat ne sera gagné que par nos mobilisations. Pour cela, l'opposition de gauche au gouvernement PS-Medef doit avancer, et la gauche sociale et politique doit reprendre la rue. C'est cela que nous porterons, avec d'autres, dans la manifestation unitaire du 12 avril, "Maintenant ça suffit".

 

Montreuil, le 30 mars 2014

Lire la suite

Gallois, le « choc de compétitivité » (Hebdo l'Anticapitaliste, 27.03.14)

30 Mars 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

http://www.la-croix.com/var/bayard/storage/images/lacroix/actualite/s-informer/france/louis-gallois-un-grand-patron-au-rapport-_ep_-2012-11-05-872149/28061820-1-fre-FR/Louis-Gallois-un-grand-patron-au-rapport_article_popin.jpgHollande et le président chinois Xi Jinping ont signé le 26 mars 2014 l’accord qui va consacrer l’arrivée de l’État français et de Dongfeng dans le capital de PSA...
 
Alors que la mondialisation de l’économie et le pouvoir des multinationales s’amplifient, les États constituent encore l’assurance tout risque des plus grandes firmes comme des banques. Ce n’est pas nouveau : le sauvetage de General Motors aux États-Unis avait aussi mobilisé Obama et nécessité des milliards de dollars.
Du côté de la droite et du Medef, c’est silence radio, ils sont trop contents aujourd’hui que le gouvernement sauve la mise de la famille Peugeot. Pour eux, la propriété privée est à défendre lorsqu’elle rapporte des profits aux actionnaires, les pouvoirs publics étant là pour socialiser les pertes, c’est-à-dire les faire rembourser par les impôts de la population. La référence General Motors, vantée entre autres par Montebourg, c’est la « nationalisation temporaire ». Aux pouvoirs publics de restructurer à coups de suppressions d’emplois et de fermetures d’usines pour transmettre une entreprise rentable à des actionnaires privés.
 
Le gouvernement en première ligne

Cette tâche est confiée à Louis Gallois. Il a été en 2012 auteur du rapport commandé par Hollande sur le choc de compétitivité. Baisser le coût du travail en exonérant le patronat de 30 milliards d’euros de cotisations, ce fut une première contribution à l’actuel Pacte de responsabilité. Le parcours de Louis Gallois est différent de celui des rentiers de la famille Peugeot, mais la politique qu’il défend et qu’il a déjà mise en œuvre est celle de la soumission aux impératifs de la compétitivité capitaliste. Dans l’univers automobile européen en crise, cela implique encore davantage de restructurations.
Le gouvernement se retrouve aujourd’hui actionnaire de PSA et de Renault, à hauteur dans les deux cas d’environ 15 %. Il soutient et vote pour Ghosn, Gallois ou Tavares. Le gouvernement est maintenant en première ligne : pas d’intermédiaire, les salariés de l’automobile savent maintenant qui sont les responsables et contre qui ils vont devoir se mobiliser tous ensemble !


Jean-Claude Vessillier

Lire la suite

Ce qu’il restait de la loi M-real était encore trop pour les capitalistes et leurs agents directs

30 Mars 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

mM-real_Interdiction.JPGLa proposition de loi élaborée par l’intersyndicale de M-real avait été soutenue par le candidat Hollande, déposée par les députés PS et rejetée par la droite juste avant la fin de la législature. Il avait encore fallu plus d’un an de tergiversations pour que la loi M-real/Mittal soit adoptée. Les députés Loncle et Destans avaient évidemment voté cette caricature, bien que l’essentiel ait été abandonné en route: l’obligation de vendre une entreprise menacée de fermeture si un repreneur fiable se manifestait. Mais il en fallait plus pour émouvoir de si de si fervents soutiens de l’ANI, de la réforme des retraites et autres « pactes de responsabilité ».
Mais c’était encore trop pour le Medef et ses agents directs : vous pensez, vouloir  contraindre  les dirigeants des entreprises de plus de 1000 salariés à chercher un repreneur pendant 3 mois entiers, sous peine de pénalités. Pourtant, aucune obligation de résultat. Et le montant des amendes restait bien peu craignant. le délai passé, les patrons licencieurs pouvaient sévir sans aucune restriction.
Hé bien, le Conseil Constitutionnel a invalidé le texte au nom de « la liberté d’entreprendre » et du « droit de propriété ». Autrement dit, même si par accident il se trouvait une majorité de  députés pour voter une loi véritablement favorable aux travailleurs, les bourgeois et les capitalistes ont encore ce joker pour garantir leurs intérêts. Le jeu est truqué. Ces gens-là ne cèdent que quand ils ont la trouille devant la mobilisation de ceux d’en bas, comme en juin 36 et mai 68.

Lire la suite

Syrie : mars 2011-mars 2014, l’indispensable solidarité

28 Mars 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #International

2014-Syrie.JPGPour marquer les trois ans de leur soulèvement, les révolutionnaires syriens ont rappelé que celui-ci s’inscrit dans les processus de la région, en donnant au vendredi 14 mars le slogan : « C’est une révolution populaire, et non une guerre civile ! ». Malgré les assassinats et les destructions massives provoquées par le régime Assad d’un côté, et l’oppression des forces réactionnaires islamistes de l’autre, le peuple syrien lutte toujours pour ses objectifs initiaux : la démocratie, la justice sociale et le refus du communautarisme.

De nombreuses manifestations populaires ont eu lieu à travers toute la Syrie ce 14 mars, tandis que divers événements étaient organisés dans les régions libérées pour célébrer le troisième anniversaire de la révolution.


Trois ans de révolution

Dans le cadre de la campagne « nous résistons malgré la violence du régime », des militantEs ont distribué à Alep des flyers dans les quartiers encore sous le contrôle du régime. Dans les territoires libérés de cette ville ont été organisées une pièce de théâtre retraçant ces trois années, des expositions de photos et dessins en mémoire des martyrEs, et la réalisation de fresques dans de nombreux quartiers sur le thème « les murs racontent les histoires de la révolution ». Dans la région d’Idlib, cette commémoration comprenait aussi une manifestation avec des chansons, la décoration des murs, une pièce de théâtre, etc.
Auparavant, le 8 mars, le groupe « initiative des femmes syriennes », qui défend un État démocratique et pluraliste dans lequel les droits des femmes seront garantis, a lancé une campagne pour que la révolution mette en avant les droits des femmes. Et pour la commémoration des dix ans de l’Intifada kurde, le 12 mars, des manifestations ont eu lieu dans les villes à majorité kurde (Amouda, Efrin, Qamichlo...). L’occasion de nombreux messages de solidarité en faveur de la révolution syrienne.

Le régime meurtrier et ses alliés
La révolution syrienne n’est pas morte, mais ses ennemis se renforcent. Le premier est sans conteste la machine à tuer du régime, dont les crimes contre l’humanité ne cessent d’être mis en lumière : récemment sont parvenues les images atroces des 11 000 suppliciés des prisons de Damas avant août 2013, morts sous les tortures et la faim… Rappelons que seule l’assistance politique, militaire et économique de ses alliés – la Russie, l’Iran, le Hezbollah et autres milices communautaires – permettent à Assad de se maintenir, et de reprendre du terrain, comme récemment la ville stratégique de Yabroud.
Le second ennemi, les forces islamistes réactionnaires qui montent et veulent un État islamique – soutenues financièrement par les monarchies du Golfe en opposition totale avec les objectifs de la révolution – s’attaquent aux militantEs révolutionnaires et s’appuient, tout comme le régime, sur le communautarisme, pour diviser les SyrienEs.
Parallèlement, la dernière conférence de Genève 2 a montré que la volonté des puissances impérialistes et régionales, ayant refait de Assad un interlocuteur pour le contrôle des armes chimiques, est de parvenir à un accord sur une transition politique négociée (une solution « yéménite »), qui maintiendrait la structure du régime tel quel dans l’intérêt supérieur de la « lutte contre le terrorisme ».
Mais les révolutionnaires syriens savent que le régime n’acceptera que sa victoire totale, et refusent de se soumettre, comme le symbolise cette bannière sur laquelle on pouvait lire : « 3 ans de faim et de souffrances, mais 3 ans de fierté et de dignité ».


« Pour une solidarité internationaliste » !
 

Face à cette situation, la mobilisation populaire internationale est plus que jamais indispensable. Ainsi, le samedi 15 mars dernier, des initiatives de solidarité avec le soulèvement et contre la répression du peuple syrien étaient organisées dans de nombreuses villes de France et du monde. Essentielles mais encore trop faibles, ces initiatives doivent absolument être consolidées.
Dans ce contexte, le Courant de la gauche révolutionnaire en Syrie, malgré ses faibles moyens, continue son combat au côté du peuple révolutionnaire tant au niveau civil que militaire. Il a fondé « les Factions de la libération du peuple » pour se joindre à la résistance militaire, et a lancé un appel « à toutes les forces de la gauche et du socialisme dans notre région comme dans le monde entier pour une solidarité internationaliste au plus haut niveau (solidarité ferme et intègre). Car, l’avenir de notre révolution aura une importance certaine dans l’évolution des processus révolutionnaires dans notre région et même plus loin encore». 

Joseph Daher et Jacques Babel


Pour l’aide financière et le communiqué du Courant de la gauche révolutionnaire en Syrie : http ://syriafreedomforever.wordpress.com/2013/04/25/solidarite-avec-la-revolution-syrienne-et-solidarite-avec-la-gauche-revolutionnaire-en-syrie

Lire la suite

12 avril : construire le 3e tour social!

27 Mars 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

img 4738 mAprès moins de 2 ans, le gouvernement Hollande-Ayrault prend une grande claque.

L'abstention atteint 38,62 %. Si l’on additionne les abstentionnistes et les personnes qui ne sont pas ou plus inscrites sur les listes électorales, c’est près de la moitié des électeurs et électrices qui n'ont pas voté. Il faudrait aussi ajouter les résidentEs étrangerEs  qui n'en ont pas le droit malgré une promesse qui date de 1981 !

C'est une rupture radicale et massive  entre un système politique et une population dont la situation ne fait que s’aggraver au quotidien : emploi, logement, égalité des droits, qualité de vie... Elle exprime le dégoût de tous ceux et celles qui n'espèrent plus aucune amélioration de leur situation dans le fait de voter à droite ou à gauche.

 

Le gouvernement est sanctionné...

Ce rejet est encore plus fort chez ceux qui avaient voté pour le Parti socialiste pour dégager la droite et qui constatent qu'il mène une politique de droite.

Au soir du premier tour, c'est cela que  traduisent  les résultats : 6 élus pour la gauche au gouvernement contre 16 pour la  droite et un pour le FN ! Dans la majorité des grandes villes, le PS est en ballottage même là où sa liste était passée au premier tour en 2008, ou bien il arrive en troisième position derrière le Front national, comme à Marseille par exemple.

 

...mais sa politique ne fait que renforcer le Front national.

La progression du FN est spectaculaire : il était présent dans 118 listes en 2008, il l'est dans 597 en 2014. Dès le premier tour,  il est arrivé en tête dans 17 villes et peut déjà se vanter d'avoir gagné 456 élus dans les conseils municipaux dès le premier tour.

Il surfe sur le désespoir social et le rejet  des affaires de corruption, des magouilles et mensonges qui touchent autant le PS que l'UMP, alors qu'il ne vaut pas mieux ! Sa réussite se construit sur les défaites des partis institutionnels et aucun front républicain de ces mêmes partis carbonisés ne lui fera barrage.

 

Maintenant ça suffit !

Le NPA était présent sur 87 listes, dont 54  unitaires,  pour défendre une politique  anticapitaliste, construire une opposition de gauche à ce gouvernement, combattre  le racisme et  l'extrême-droite. Ces combats ne seront gagnés que par nos mobilisations. Pour cela il faut reprendre la rue.

 

Toutes et tous dans le rue le 12 Avril

Le NPA, le Front de Gauche, l'Alternative Libertaire, de nombreuses organisations syndicales,  associations, collectifs pour le droit au logement, les droits des femmes, contre le racisme... de nombreuses personnalités appellent ensemble le samedi 12 avril à Paris à une marche nationale contre le gouvernement, contre l’extrême droite, pour l’abandon du « pacte de responsabilité », pour une juste distribution des richesses.

Celles et ceux qui sont en colère contre la politique d'austérité et de cadeaux aux patrons menée par le gouvernement, celles et ceux qui refusent de laisser l'extrême-droite en profiter doivent se retrouver partout dans les villes, les quartiers, les entreprises, la jeunesse pour préparer cette manifestation qui ne restera pas sans lendemain.

Lire la suite

Quand l'appareil court-circuite: les militants PCF de Louviers ne cautionnent pas

27 Mars 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Ce jeudi 27 Mars, Frank Martin, en position fort délicate pour sa réélection, tiendra une réunion publique d'entre deux tours. Quand on est acculé, on sort l'artillerie lourde. Seront donc présents: Jean Louis Destans, président du Conseil général de l’Eure, François Loncle, député de l’Eure, Marc-Antoine Jamet, secrétaire fédéral du parti socialiste, et de nombreux élus de la communauté d’agglomération Seine-Eure.
Les militants PCF investis dans la campagne unitaire "la gauche qui lutte, l'écologie qui se bat, le citoyen qui décide" ont eux aussi été sollicités en début de semaine par Martin lui-même qui décidément ose tout... Fin de non recevoir de nos camarades, fort logiquement puisque cette liste d'opposition de gauche avait unanimement décidé dès le début de la campagne que nous serions indépendants du ps, représentants de ce gouvernement de l'austérité, de Martin et qu'on n'appellerait pas à voter pour leur liste si on faisait moins de 10%.
Que neni! Quand on veut l'étiquette pour prétendre au "rassemblement de la gauche" (quelle gauche?), on l'a! Et c'est Jean-Luc Lecomte, secrétaire départemental du PCF qui, en dépit des positions on ne peut plus claires de ses "camarades" de Louviers, apportera sa pierre à cet édifice branlant. Attitude méprisable de Lecomte qui avait donné sa signature pour notre comité de soutien, et qui s'assoit là sur la décision de ses "camarades" de Louviers. Quel déni de démocratie! C'est vraiment prendre les électeurs pour des imbéciles.
Voilà ou mène cette obstination à vouloir être dans les exécutifs: aux pires compromissions. Pour créer une opposition de gauche à ce gouvernement des riches, il faudra bien autre chose, et la dynamique  de la campagne de notre liste unitaire a montré une voie...

Lire la suite

EVREUX: LES RAVAGES DE LA LUTTE DES PLACES

26 Mars 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Municipales 2014

On trouvera ci-dessous le communiqué que le comité NPA d'Evreux s'apprêtait à envoyer à la presse locale suite à la décision de la liste menée par Thierry Desfresnes de se maintenir au deuxième tour. Malheureusement, la tambouille politicienne a fait son oeuvre avec la décision des responsables du PCF de rallier la liste Champredon.

Le communiqué ci-dessous est donc nul et non avenu. Nous le déplorons mais continuons à penser qu'il faudra bien pour offrir des perspectives aux victimes de la politique d'austérité menée par Hollande et ses soutiens, construire en toute indépendance une opposition de gauche résolue. Nous donnons à toutes celles et tous ceux qui partagent cette perspective rendez-vous à Paris le 12 avril pour faire entendre dans la rue la révolte de gauche.

 
 

Votez contre les candidats de l'austérité et l'extrême-droite, construisons une opposition de gauche !

Dimanche, à Evreux aussi, l’austérité à la sauce Hollande qui nourrit les recettes de peur et de régression portées par les émules de l’héritière Le Pen a été sanctionnée. Ce refus d'une politique qui ne profite qu'aux plus riches se traduit par une abstention record et s'est aussi exprimé dans le vote pour les listes citoyennes, LO et Front de gauche élargi. 

Ayant appelé au premier tour à « voter pour ceux qui ne chercheront pas à s’allier avec les partisans de Hollande au second tour », nous saluons la décision prise finalement par les partisans de la liste Desfresnes : pas de ralliement à Champredon-Hollande, maintien.
L’heure est en effet à construire une alternative aux reculs sociaux et démocratiques orchestrés par  un gouvernement au service du Medef et qui font le lit du FN. La prochaine étape, ce sera de réussir ensemble la manifestation unitaire « contre l’austérité,  pour l'égalité et le partage des richesses » du samedi 12 avril à Paris.

Comité d’Evreux du NPA

Lire la suite

LA VRAIE SANCTION CONTRE CE GOUVERNEMENT PS-MEDEF CE SERA DANS LA RUE ET PAR LA GRÈVE !

25 Mars 2014 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

img 4738 m

Le fait marquant de ces municipales, c’est une abstention à 38,5 %, un record. Elle touche principalement l'électorat traditionnel du PS qui ne s'est pas déplacé pour voter. Elle reflète l’écœurement à l’encontre de la politique clairement pro-patronale et anti-ouvrière de ce gouvernement PS-MEDEF. 

Le FN en tire profit. Se targuant d’incarner le rejet du système, il surfe sur la déception face au gouvernement et récupère des voix de droite, dégoûtées par les scandales à l'UMP. Mais ce n'est pas de ce parti pro-patronal, raciste et xénophobe que donnera une solution aux problèmes du monde du travail, bien au contraire !

Les listes faisant entendre une critique de gauche du PS (Front de gauche, LO, quelquefois EELV), obtiennent des scores non négligeables.  Dans plusieurs villes, des listes présentées ou soutenues par le NPA réussissent des scores à deux chiffres : près de nous Canteleu, Sotteville, Saint Etienne du Rouvray. A Louviers, avec 8,07%, nous perdons notre élu du fait d’une loi électorale anti-démocratique qui fixe un seuil de 10%, mais la campagne a été aussi dynamique que radicale (pas d'appel à voter pour les partisans de Hollande), et les liens entre le NPA et le PCF en sortent renforcés. Plus largement, une minorité d'électeurs s’est donc  retrouvée dans nos idées, convaincus que nous ne pouvons compter que sur nos propres luttes. Car heureusement, ce n'est pas dans les élections que se joue notre avenir.

 

Des attaques contre les salariés

On le voit avec la nouvelle Convention de l’assurance chômage. Malgré la montée record du chômage organisée par les grandes entreprises qui licencient massivement, les patrons avaient annoncé leur refus de toute augmentation des cotisations patronales. Mais avec l’accord, ils viennent, en plus, d’économiser 800 millions d’€ sur le dos des chômeurs. Ce qui n’a pas empêché la CFDT, FO et la CFTC de signer ce nouveau recul qui met à contribution les seniors, les cadres et les intérimaires, mais aucunement le patronat !

 

Ne pas se résigner

On ne peut pas accepter les attaques répétées. Les salariés de la Redoute ne se résignent pas : victimes comme tant d'autres de la rapacité des patrons, 1 178 salariés sur 3 437 vont être licenciés. Ils réclament des indemnités de départ de 40 000 euros: 1% de l'augmentation en un an de la fortune du milliardaire licencieur Pinault ! Les salariés de la Redoute ont mille fois raison de continuer à se battre, refusant d'écouter les dirigeants syndicaux qui leur conseillent la politique du moindre mal.

 

En Espagne, pas de résignation contre l’austérité

A Madrid, samedi 22 mars, des centaines de milliers de manifestants venus de tout le pays ont crié leur ras- le-bol des mesures d'austérité qui les frappent. Parce que la situation économique de l’Espagne préfigure ce que nous préparent ici gouvernement et patronat, la réaction des travailleurs espagnols nous montre la voie à suivre.

 

Le 12 avril à Paris !

En France aussi, il faut construire, un front de refus de gauche de toute la politique gouvernementale. Samedi 12 avril, des entreprises en lutte, de nombreux partis politiques de gauche, des associations et des organisations syndicales appellent à une manifestation nationale à Paris. Pour réclamer l'interdiction des licenciements, l'augmentation des salaires, et l'embauche des précaires, pour dire non au “pacte de responsabilité” et ses 30 milliards d'euros de cadeaux aux patrons, nous devons tout faire pour en assurer la réussite. C'est la seule façon de retrouver le moral et ainsi faire reculer les idées de repli sur soi, de haine et de peur de l'autre, mises en avant par le FN. Et de poser la première pierre vers la contre-offensive nécessaire de notre camp social.

 

Les comités du NPA27

Lire la suite
1 2 3 4 > >>