Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Au Manoir s/ seine,une centaine de manifestants contre l'autoroute (sur le site de François Charmot,27.06.13)

28 Juin 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

IMGP7701.JPGCinq ballons rouges flottant à une vingtaine de mètres de haut (pour symboliser la hauteur du viaduc inscrit au projet) et une sono diffusant le bruit des moteurs d'une autoroute.

L'association Non à l'autoroute multiplie les actions de mobilisation depuis quelques semaines. Après une première réunion à Val-de-Reuil, et un rassemblement au rond-point des Clouets pour réclamer la suppression du péage d'Incarville sur l'A 13, c'est au Manoir-sur-Seine que se sont retrouvés les opposants, jeudi en fin d'après-midi.


Le maire du Manoir, Jacqueline Pons (notre photo), François Merle, adjoint à Val-de-Reuil, Jérôme Bourlet de la Vallée, conseiller régional, ont chacun expliqué combien ce projet s'annonce " néfaste, inutile et coûteux. " Avec les autres élus présents, comme la maire de Tostes par exemple, et avec les populations des villes et villages concernés par le tracé de ce " contournement Est de Rouen ", ils sont convaincus que d'autres solutions existent.


Ce projet avait connu un sérieux coup d'accélérateur lorsque le nouveau préfet de Région l'avait sorti des cartons. Hier, (et les opposants s'en réjouissent), il a subi un coup de frein plus sec encore. En effet, le rapport Mobilité 21, préparé par Philippe Duron, député du Calvados, présenté ce jeudi au ministre des transports, n'en fait pas une priorité. Faute de financement (il en coûterait tout de même 800 M€), ce projet pourrait être repoussé non pas aux calendes grecques, mais à 2030 au mieux. D'ici là, de l'eau aura coulé sous les ponts, et les " exigences " des automobilistes ne seront peut-être plus les mêmes.


En tout cas, les opposants à l'autoroute A 13-A 28 ne baissent pas la garde. Le rapport Mobilité 21 n'établit que des préconisations, et les décisions seront prises début juillet. Et les collectivités territoriales (la Région notamment) se constituent des réserves financières qui pourraient se substituer au financement de l'Etat.


Une nouvelle encouragera les opposants : Au sein de la commission ayant travaillé sur ce rapport, les avis étaient très partagés sur l'opportunité même de ce projet de contournement Est. C'est en tout cas ce qui apparaît dans un extrait du rapport de la commission : 


Au sein de la commission, des avis divergents se sont exprimés quant à l’intérêt du projet. Certains commissaires ont notamment fait part de leur conviction que d’autres solutions par l’ouest, via le pont Flaubert, permettraient d’apporter une réponse satisfaisante aux problèmes qui se posent, tout en étant plus respectueuse pour l’environnement et les populations locales. 

Ils ont fait observer d’une part que le bilan carbone de cette nouvelle infrastructure routière était évalué à deux millions de tonnes émises et d’autre part que le projet ne répondrait pas à la problématique de la traversée par l’agglomération du transport de matières dangereuses, la plupart des industries et les sites SEVESO se trouvant à l’Ouest de l’agglomération. Ce tracé rallongerait de 20 minutes le temps de parcours et traverserait des zones urbaines

 

source: 'http://www.louviers-infos-culture-loisirs.fr"

Lire la suite

Les « territoriaux » en colère (PN, 25.06.13)

28 Juin 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

 

http://www.paris-normandie.fr/media/imagecache/article-taille-normale/protec/2013-06/2013-06-25/2013062551c8fc5aba461-0-576084.jpg

Des agents du conseil régional manifestent hier matin juste avant une séance plénière de l’institution

L’ancien instituteur, devenu président de Région, a de quoi froncer les sourcils. Il a beau dire que non, la Région a ses règles, son règlement intérieur, rien n’y fait. Plusieurs dizaines de collaborateurs de la collectivité prennent place, hier matin, dans les hauteurs de l’hémicycle, à l’heure d’une séance plénière. Et l’un d’eux prend la parole, dans la foulée d’un mouvement d’humeur orchestré plus tôt à l’entrée, puis dans le hall de la Région. Le mouvement n’ira pas plus loin cependant. Le compte administratif, des décisions à prendre… Alain Le Vern, sur un ton professoral, passe au programme du jour.
Quoi qu’il en soit, 150 à 200 personnes, à l’appel de la CFDT et de la CGT, ont sorti drapeaux et slogans. Si « seulement » une centaine de collaborateurs « n’ont pas badgé au siège » (étaient donc en grève), d’autres sont venus d’un peu partout, des lycées notamment. « Nous ne sommes pas d’accord avec la réorganisation des services », résume une manifestante.

 

« Les salariés se sentent dans l’incertitude »


Bruno Tenaille, secrétaire de la section CFDT, répète que les agents ne sont pas a priori contre le changement, qu’ils ont déjà su faire face, notamment après la première mouture de la décentralisation en 2003. Mais, il dit aujourd’hui le « mal-être grandissant que ressentent les agents, par des choses arbitrairement décidées, des instances paritaires qui sont bafouées et créent un dérèglement des conditions de travail ».
Secrétaire de la section CGT, Stéphane Godefroy lui emboîte le pas. « Depuis plusieurs années, il y a eu des réorganisations successives qui se sont assez mal passées. C’est un management où les salariés se sentent dans l’incertitude, quant à leurs fonctions, leurs missions ».
Ce mouvement marque la première grève interne de la Région. « Il n’y en a jamais eu sous l’ère Le Vern, affirment les syndicalistes, mise à part une prise de parole en octobre 2011. C’est le résultat d’une série de mécontentements accumulés. Depuis 2008, on vit à peu près une réorganisation par an, substantielle ». Les syndicalistes soulignent que les agents, « partis sur des bonnes bases de travail avec la nouvelle direction des services, n’ont pas vu des relais concrets ensuite ». S’ajoutent des incertitudes sur le renouvellement des temps partiels, le « refus d’une prime de fonction et de résultat, calqué sur un nouveau régime indemnitaire avec une part variable… Cette réforme n’a pas été discutée avec les organisations syndicales, d’où notre colère. Elle nous a été présentée dix jours avant le passage en commission technique paritaire. Ce n’est pas acceptable ».
Des salariés soufflent qu’ils « s’attendaient à autre chose de la part d’une politique régionale sous cette couleur (socialiste : N.D.L.R.). On est dépités. On a déposé un préavis de grève assez longtemps à l’avance. Personne n’a essayé de prendre contact avec nous pour éviter cette manifestation ».
Évidemment, le chef de file de l’opposition (Pour une nouvelle Normandie, Nouveau Centre/UMP-DVD), Bruno Le Maire, ne rate pas l’occasion de tacler le président. « Cet incident est révélateur de l’état du dialogue social à la Région. En plusieurs années, je n’ai jamais vu que les partenaires sociaux aient besoin d’intervenir en séance plénière pour manifester leurs revendications… ». Jean-Luc Lecompte, pour le Front de gauche, regrette « l’absence de dialogue social, de démocratie… Notre analyse est que le manque de discussion fait que la réorganisation n’est pas acceptable ».
En aparté, Alain Le Vern rappelle le contexte global qui est celui de la Région. « Compte tenu des enjeux, avec des compétences nouvelles à assumer, le personnel sait que depuis plus d’un an, j’ai engagé des adaptations. Ce serait quand même un paradoxe qu’on obtienne notamment de gérer les fonds européens, d’être le chef de file du développement économique, de traiter davantage des questions de l’énergie, et que l’administration ne suive pas. Il ne faut pas « surréagir » par rapport à tout cela… Quand on lit les documents produits, je ne vois pas de revendications très précises, à part que ça va trop vite. Arrêter cette mise en place serait une faute vis-à-vis des Haut-Normands ». Le président ajoute que le personnel « est au service des missions qui sont confiées à la Région. On ne peut pas comprendre que les seules personnes qui n’auraient pas à bouger seraient celles des collectivités locales ».

 

Paris-Normandie, édition du 25.06.13

Marc BRAUN m.braun@presse-normande.com

Lire la suite

NPA Seine-Eure: Tract du 25.06 "marchés et entreprises".

27 Juin 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA Seine-Eure

2013-tractNPAJuin.JPGRETRAITES: SE MOBILISER POUR IMPOSER UNE AUTRE REPARTITION DES RICHESSES !

Le bourrage de crâne organisé par le gouvernement et le MEDEF bat son plein : du matin au soir, aux infos, à la télé, dans les journaux : « Nous vivons plus longtemps et il y a moins d’actifs par rapport aux retraités, donc il faut travailler plus longtemps ». En 2010, c'était le trio Sarkozy, Fillon, Woerth qui nous la chantait, aujourd'hui, c'est le gouvernement Hollande-Ayrault ! (...)

 

A Lire également: "SANOFI-PASTEUR: UNE EMBAUCHE POUR UN DEPART, CA DEVRAIT ETRE LE MINI !", "4,5 MILLIARDS EN MOINS, ET LES ELUS FONT RISETTE A LA MINISTRE !", "LE MARITE, UN CAPRICE QUI NOUS COUTE CHER", "UN VENT DE MAI 68 SUR LA PLANETE !", "ENTENDEZ-VOUS LE BRUIT DES BOTTES ?", "DEFENDONS LES LIBERTES DEMOCRATIQUES ET SOCIALES !", "EMPLOIS D’AVENIR… DE GALERE"


Pour lire le tract, cliquez ici!

Lire la suite

Rouen : l’assemblée du conseil régional perturbée par une manifestation des agents territoriaux (France3, 24.05.13)

25 Juin 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

http://haute-normandie.france3.fr/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2013/06/24/mobilisation-24062013.jpg?itok=lw-34QciL’assemblée pleinière du conseil régional de Haute-Normandie perturbée ce lundi matin par des slogans revendicatifs

Un manque de concertation ?

A l’appel de plusieurs syndicats, les agents du conseil régional ont perturbé l’ouverture de l’assemblée pleinière de ce lundi matin (24 juin).
Ces agents territoriaux dénoncent le mode de fonctionnement de la réorganisation de  leurs services, la mise en place de primes de fonction et de résultats et le manque de concertation dans la mise en place de ces changements  au sein du conseil régional de Haute-Normandie.

 

Pour lire le tract distribué par l'intersyndicale CFDT-CGT, cliquez ici!

Lire la suite

NDDL: On lâche rien! Ni ici, ni ailleurs!

25 Juin 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

http://nonaeroportcholet.unblog.fr/files/2013/05/affiche-3-et-4-aout-2013-212x300.jpg

Pour lire l'appel, cliquez ici!

Lire la suite

REFLEXIONS SUR LA HAUSSE DU PRIX DU TABAC, LA COMBATIVITE ET LA DEMAGOGIE

23 Juin 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #NPA 27

REFLEXIONS SUR LA HAUSSE DU PRIX DU TABAC, LA COMBATIVITE ET LA DEMAGOGIE

clip_image001.jpg

« La guerre est déclarée, on ne se laissera pas faire, on va arrêter de manifester avec un petit drapeau et un bout de bois, ceux qui agissent et paralysent, comme les aiguilleurs du ciel, la SNCF, les taxis obtiennent ce qu’ils veulent ». Le président de la chambre syndicale des buralistes de l’Eure n’y va pas par quatre chemins. Voilà le type de propos qu’on aimerait entendre de la part des dirigeants des centrales syndicales ouvrières : si on considère que l’attaque qui se prépare sur nos retraites est insupportable, on commence par donner envie de se battre pour faire reculer le gouvernement, sur la seule base des revendications les plus élémentaires : Pas un jour de plus à cotiser ! Pas un centime de moins sur nos retraites !

Tous les buralistes ne sont pas logés à la même enseigne, loin de là. Le sort des petits  acculés à la misère par la baisse de leur revenu n’est pas plus acceptable que celui des travailleurs écrasés par le rouleau compresseur des licenciements. Mais le comble de la démagogie hypocrite est atteint par le député PS Loncle, interviewé par La Dépêche du 21 juin: après des considérations diverses sur le plaisir de fumer et son appartenance au club des fumeurs de cigare de l’Assemblée, il déclare « Taxer le tabac pour des raisons de facilité budgétaire et non de santé publique est un peu hypocrite (…) je vais être de plus en plus regardant pour tout ce qui concerne les impôts et les taxes car il ne faut pas dépasser la mesure ». Plus regardant ! On se demande si on a bien lu. Mais ce défenseur acharné de l’action du gouvernement n’a pas été très regardant sur les droits des travailleurs quand il a voté pour des licenciements facilités,  le gel des salaires, la mobilité obligatoire, en cas de « difficultés de l’entreprise » ! A-t-il été si « regardant » pour devant cette loi M-real promise depuis février 2012, et qui s’annonce vidée de son contenu, puisque l’obligation de céder l’entreprise à un repreneur sérieux devient une amende en cas de refus, ce qui fait déjà bien rigoler les Mittal et consors ? Va-t-il être regardant sur le financement des retraites, alors qu’il y a eu 230 milliards de dividendes versés aux actionnaires en 2012 et non taxés,  80 milliards de fraude fiscale chaque année ?

Et pour revenir au tabac, rappelons que c’est quand même la première cause de mortalité dans le pays, avec 73 000 morts par an, dont 44 000 par cancer. Alors, prendre le problème à la racine, ce serait s'intéresser sérieusement à tout ce qui cause du stress, du mal-être, de l'angoisse dans notre société d’insécurité sociale et de dictature de la performance.

Lire la suite

Tantquillefaudra: le blog de la commission antifasciste du NPA

22 Juin 2013 , Rédigé par NPA 27

http://www.tantquillefaudra.org/squelettes/img/logo.pngLa commission nationale antifasciste (CNAF) du NPA est fière de vous présenter son blog. Celui-ci a pour objet de présenter les analyses et réactions du NPA sur la situation de l’extrême droite et des droites extrêmes. Il entend également relayer les articles d’organisations ou sites dont nous sommes proches, ainsi que les appels et compte-rendus d’initiatives antifascistes.

"Tant qu’il le faudra !" parce que l’antifascisme n’est pas pour nous une fin en soi, mais demeurera nécessaire "Tant qu’il le faudra", c’est à dire tant que l’extrême droite, le fascisme et ses racines ne seront pas éradiqués.

 

A mettre dans vos favoris, donc! http://www.tantquillefaudra.org/

 

http://www.tantquillefaudra.org/IMG/png/autoc5.png?129/2040bc7e08df03d63479fdd909955ef551fe95cc

Lire la suite

Retraites: organisons la riposte! (dépêche AFP)

21 Juin 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

 http://www.lexpress.fr/medias/4836/2476187.jpgLe Nouveau Parti anticapitaliste a organisé jeudi soir un "happening militant" au Trocadero pour "riposter contre la reforme des retraites" alors que le parti s'est vu refuser par la préfecture un rassemblement devant le Conseil économique, social et environnemental, où se tient jeudi et vendredi la conférence sociale.

Une soixantaine de militants du NPA, de la CNTSO et d'Alternative libertaire étaient réunis pour un "happening militant" pour dire...  "il y a des opposants à la réforme des retraites", a expliqué Olivier Besancenot, avec l'espoir de marcher vers le CESE.

Vers 18H30, les militants ont allumé des torches de cheminot puis ont tenté de se mettre en marche pour finalement se heurter à un cordon de gendarmes. Après quelques bousculades, un militant a été arrêté puis relâché en échange de l'arrêt de la manifestation.

Par cette action, le NPA espérait montrer "qu'il y a des opposants à la réforme des retraites", selon M. Besancenot, qui appelle à une "grande campagne unitaire sociale et politique" contre les mesures gouvernementales annoncées dans ce dossier et promet des "manifestations à la rentrée".

 

http://npa-bn.org/wp-content/uploads/2013/05/arton24.jpg

 


AFP PHOTO / PIERRE ANDRIEU

Lire la suite

Soutien à la mobilisation de la jeunesse brésilienne! A bas la repression!

21 Juin 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

http://npa2009.org/sites/default/files/images/Protesto.jpgAprès une décennie de relative paix sociale sous les gouvernements successifs du Parti des Travailleurs, le Brésil se voit actuellement touché par la mobilisation la plus importante depuis la destitution de l'ex-président Collor en 1992. L'élément déclencheur du mouvement qui hier a mis dans la rue plus de 200.000 personnes, notamment des jeunes, dans toutes les principales villes du pays, a été la flambée des prix du transport en commun. A titre d'exemple, dans une ville comme São Paulo le prix du ticket de transport dépasse 1 euro alors que le salaire minimum est en dessous de 250 euros. Cependant, la vague de colère qui a engendré des épisodes tels que le siège du Parlement et les violents affrontements notamment à Belo Horizonte et Rio a des causes bien plus profondes.

Derrière l'image de puissance régionale émergente se cache une inflation vertigineuse entraînant une baisse importante du pouvoir d'achat dans un pays qui n'a jamais supprimé ses profondes inégalités ni surmonté l'absence de services publiques de qualité. Les dépenses faramineuses avec la préparation de la Coupe du Monde et les Jeux Olympiques, ainsi que les scandales de corruption successifs rendent cette réalité encore plus inacceptable aux yeux des travailleurs et des jeunes. C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre la baisse de popularité de la présidente Dilma Roussef, huée lors de l'ouverture de la Coupe des Confédérations il y a quelques jours. La répression violente déclenchée par une des polices les plus meurtrières au monde, jeudi dernier à São Paulo, n'a fait que légitimer et renforcer la mobilisation. C'est toute une nouvelle génération de militants qui fait ses débuts en s'identifiant spontanément à la jeunesse de Turquie et des pays arabes.

Le NPA condamne la répression contre les manifestants et porte tout son soutien à un mouvement pourrait être en train de marquer les prémisses de l'épuisement du "modèle brésilien" - au même titre que celui de la Turquie - et la rentrée des pays dits "émergents" dans la dynamique convulsive de la lutte de classes qui se développe dans le contexte de la crise capitaliste. Vu l'importance stratégique du Brésil, ce tournant peut faire basculer la situation dans le sous-continent sud-américain.

Le NPA appelle au rassemblement solidaire organisé à l'initiative de la communauté brésilienne samedi 22 juin à 17h à la Place Saint-Michel à Paris.

Montreuil, le 18 juin 2013

 

Crédit Photo: Brasil de Fato/Creative Commons
Lire la suite

Leurs avancées sont faites de nos reculs. Contre l'extrême droite, reprenons la rue !

21 Juin 2013 , Rédigé par NPA 27

http://npa2009.org/sites/default/files/images/ObNfuubF7YsFPirkAj6qO9PoRhqizFRwFjFfqPXeiJs.preview.jpg

Depuis des semaines, les fachos multiplient leurs actes de haine : agressions homophobes, de femmes voilées et assassinat de Clément Méric, jeune militant antifasciste et syndical. Et dans les urnes, l'extrême droite progresse. Appelé par la gauche sociale et politique, ce week-end de mobilisation doit être l'occasion d'enclencher une première riposte antifasciste qui ne doit pas rester sans lendemain.


Contrairement à ce qui a été dit et écrit ici ou là, la mort de Clément Méric n’est pas le résultat d’une simple bagarre qui a mal tournée ou, comme l'a honteusement mis en Une le journal d’extrême droite Minute le 12 juin, un « jeux de mains, jeux de vilains ! ». C’est bel et bien un crime politique dont il s’agit. Clément Méric a été tué car il était un militant antifasciste.
Et c’est évidemment le contexte actuel qui a permis ce drame. Pendant des mois, les opposants au mariage homosexuel ont occupé la rue et ont mené une démonstration de force de la droite réactionnaire qui a galvanisée les groupuscules fascistes qui ont repris confiance.


Quand la droite nourrit le FN
Depuis que Marine Le Pen a pris la tête du FN, elle dit avoir exclu ceux qui affichaient des croix gammées ou faisaient le salut nazi dans les rassemblements du FN… sauf visiblement à leur manifestation du 1er Mai dernier. Mais le Front national s’est créé et continue de prospérer sur une idéologie raciste et nationaliste. Il prétend se battre pour les salariéEs, contre le chômage… mais à condition d’être français. Il s’oppose à la baisse des allocations familiales pour les familles françaises, mais réclame la suppression de celles des travailleurs immigrés. Il n’y a donc rien d’étonnant de voir des nazillons grenouiller dans le milieu du FN. Et rien de surprenant à ce que Marine Le Pen elle-même soit liée personnellement aux gros bras des anciens du GUD ou de Troisième voie de Serge Ayoub, vieux skinhead notoire.
Ces dernières années, la droite tente de surfer sur les idées du FN. La « droite décomplexée » de Sarkozy, c'était le débat sur l’identité nationale, les « auvergnats » d’Hortefeux, une politique résolument anti-immigréEs et anti-Roms. Puis il y a eu Copé et ses fameux « pains au chocolat »… La droite se rapproche tellement de l’extrême droite que certains dirigeants et députés UMP ont manifesté bras dessus bras dessous avec les deux députés du FN contre le mariage pour tous, et sont même prêts à aller beaucoup plus loin dans le rapprochement, aidant ainsi à la propagation des idées du FN et à sa « banalisation ».

Quand le PS nous tire vers le fond
Aux affaires depuis un an, le Parti socialiste ordonne et justifie les expulsions des sans-papiers en organisant de véritables rafles, comme à Barbès dans le 18e arrondissement de Paris. Et alors que le candidat Hollande avait promis le droit de vote des étrangers extra-communautaires, au bout de quelques mois le gouvernement Hollande-Ayrault y a renoncé.
Sur fond de crise, d’aggravation du chômage et d’austérité tous azimuts, chacun de ces renoncements ne manque pas de renforcer le nationalisme, le racisme, le sexisme ou l’homophobie.
Après l’Oise où le Front national a effectué il y a quelques semaines une percée, le résultat du premier tour de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot le prouve une nouvelle fois. Le cocktail austérité + sécuritaire + affaires est dangereux. Et quand le PS mène une politique libérale, c'est bien l’UMP et le FN qui sont au second tour ! Et aucun « front républicain » ne peut constituer une résistance à long terme à la poussée des idées les plus réactionnaires. Pas plus qu'il n'y a de digue entre la droite et l'extrême droite, comme on aimait à nous le répéter ces dernières années…

Quand il faut reconstruire un front unitaire
Il est nécessaire et urgent de reconstruire un mouvement antifasciste et antiraciste de masse, un front de résistance unitaire à l’extrême droite. Initié par Solidaires et regroupant de nombreuses organisations politiques et associatives, l’appel national unitaire pour un week-end de mobilisation nationale, avec en point d'orgue la manifestation du 23 juin à Paris, est un bon début et doit être une réussite.
Au-delà de ces manifestations, il est nécessaire sur le long terme de remettre en place au niveau national et local un cadre militant pérenne s'appuyant sur des réseaux de mobilisation antifasciste. L'enjeu de ces prochains mois ? Déconstruire le discours de l'extrême droite mais également réagir aux interventions de celle-ci, dans les quartiers, les entreprises, les facs et les lycées, organiser des actions de masse. Construire un mouvement qui rassemble les nouvelles générations et les organisations du mouvement ouvrier.
Organiser la riposte antifasciste, c'est urgent !

Sandra Demarcq

 

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 200 (20/06/13)

Lire la suite
1 2 3 > >>