Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27   Comités NPA de l'Eure

Toute ressemblance avec une situation réelle...

30 Janvier 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

Sent-copie-1.jpg

Le décompte, lui, est bien réel! 

Lire la suite

PSA AULNAY, RENAULT CLEON, CONSTRUIRE LA CONVERGENCE DES LUTTES

30 Janvier 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

affichelicenciements-copie-1.jpgLe mardi 29 janvier a été pour les grévistesd'Aulnay  une journée de rencontres avec d’autres entreprises mobilisées contre les suppressions d’emplois qui manifestaient dans Paris. Après s’être rassemblés devant le siège de PSA, où avaient lieu les négociations, et accompagné des Sanofi ainsi que des Candia, ils ont rejoints les Virgin, toujours sur les Champs-Elysées. L’ambiance chez les Citroën, qui avait monté d’un cran dès l’AG du matin où ils avaient appris que la restructuration proposée par PSA avait été retoquée par la Cour d’appel de Paris, s’est réchauffée à chaque rencontre avec une nouvelle boîte. Et c’est une partie au moins des PSA, Virgin, Candia et Sanofi rassemblés le matin qui s’est rendue à la rencontre des travailleurs d’autres entreprises qui s’étaient donnés rendez-vous, eux, l’après-midi devant le ministère du travail. Ce dernier n’a pas été atteint, sauf par une petite délégation, les gendarmes mobiles barrant son accès.

Cela n’a pas empêché le succès de cette journée, qui prouve une nouvelle fois, après le meeting commun des PSA d’Aulnay et des Renault de Flins la semaine dernière, que la convergence des travailleurs mobilisés est difficile certes, mais réalisable. Les chaînes retournent ce matin à Aulnay, mais une délégation était ce matin à Renault Cléon,  en grève. Parkings et accès à l'usine sont bloqués depuis ce matin 4h, mais il y avait plus de 300 grévistes sur les piquets aux accès de l'usine à 5h30.

La rencontre de ce jour, celle d'hier, démontrent que l’offensive patronale actuelle peut prendre des formes différentes (fermeture et licenciements chez PSA, accords de compétitivité chez Renault) elle ne peut aboutir qu’à une exploitation accrue de tous (chômage pour les uns, conditions de vie et de travail très dégradées pour les autres). Unir mobilisations et luttes est donc de l’intérêt de tous.

 

20130130JTFrance3.jpg

Pour accéder au reportage diffusé le 30.01 sur France 3 Hte-Normandie, cliquez ici

Lire la suite

Nous voilà rassurés!

28 Janvier 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

clip_image002.gif

En savoir plus sur le site de France 3 ici

Lire la suite

Agenda: Manifestation pour les services publics et la fonction publique (31.01)

27 Janvier 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

recul-services-publics-faujour.jpeg

Les politiques d'austérité avancées par le gouvernement sous prétexte des crises du capitalisme attaquent de front les services publics, l'emploi public et les salaires. Soyons touTEs dans la rue pour affirmer haut et fort le refus de payer la crise du patronat et de la finance.

Cette manifestation sera l'occasion de revendiquer touTEs ensemble :

  • L'augmentation des salaires par l'arrêt du blocage de la rémunération des fonctionnaires et le rattrapage nécessaire pour rattrapper les pertes de ces dernières années,
  • La création des emplois nécessaires à la satisfaction des besoins de la population en services publics,
  • La fin de la précarité dans la fonction publique par la titularisation de touTEs les précaires,
  • L'abrogation de la journée de carence retenue en cas d'arrêt maladie !

 

JEUDI 31 JANVIER 2013 - 14H00 RASSEMBLEMENT

PREFECTURE D'EVREUX

Lire la suite

M-real: APRES LA VICTOIRE, EVITONS LES REGLEMENTS DE COMPTE STERILES !

27 Janvier 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

MartinM-RealTribune1.JPGUne polémique sur le rôle des uns et des autres dans le succès est en train de gonfler "sur certains réseaux sociaux", comme on dit.
le NPA n'est pas du genre à glisser les questions qui fâchent sous le tapis, mais là nous invitons tout le monde à se calmer.


Puisqu'il s'agit nommément d'Arnaud Levitre (PCF) et de Marc-Antoine Jamet, voici notre mise au point: A.Levitre a été un des piliers du "Collectif pour le maintien et le développement de l'emploi", un de ceux qui, dans les moments d'abattement, ont contribué à redonner confiance aux militants de l'entreprise de mobiliser largement et de gagner. M.-A. Jamet, dans le registre qui est le sien et dans les sphères qu'il fréquente, a incontestablement lui aussi "fait le job". La victoire est là, sachons en jouir pleinement, et soyons vigilants tous ensemble sur les conditions de réembauche, en particulier des trois qui ont été les plus exposés.


La seule présence indécente autant que scandaleuse lors de la cérémonie de vente, c'était celle du sieur Martin, maire de Louviers, conseiller régional PRG et responsable de la Case, l'homme qui avait enterré l'entreprise  et ses salarié-e-s avec l'aplomb, la morgue et le mépris qui lui sont propres. Mais force est de constater que parmi les personnalités qui se pressaient sur le podium (au nombre desquelles figuraient  A. Levitre et M.-A. Jamet), aucune n'a eu le cran de dénoncer sa présence pour l'empêcher de plastronner devant les caméras... certainement parce qu'elles étaient elles-mêmes  obsédées par la même idée. Certes, nous vivons à l'ère de la dictature de l'image, mais il y a des limites !


Les militant-e-s du NPA  de Seine-Eure, confrontés depuis de longues années aux insultes, à la malhonnêteté intellectuelle et aux attaques haineuses du maire et de ses fidèles supporters  (en particulier à l'endroit de nos conseillers municipaux successifs à Louviers), ont de  nombreuses raisons de refuser de saluer le sieur Martin. Ils n'en ont pas (encore ?) pour refuser de serrer la main à M.Jamet, même si la confrontation des idées et conceptions entre nous est rude. Rappelons que nous avons récemment condamné le "partenariat" avec Apple pour la fourniture de tablettes numériques à une école primaire, la récolte de fonds auprès de parrains tels que LVMH (hasard...?) pour le dernier festival de théâtre, et que nous n'avons toujours pas reçu de réponse à notre question:  le directeur général de LVMH gagne-t-il plus ou moins de 20 Smic par mois  ? Mélenchon et Poutou sont d'accord sur la nécessité de tout prendre au-dessus de ce seuil. Est-ce la présence d'élus PCF au conseil municipal de Val de Reuil qui explique le silence de la section Seine-Eure sur ces questions ?

Lire la suite

FRANCOIS LONCLE, LA FRANCAFRIQUE ET LA PARESSE INTELLECTUELLE

26 Janvier 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #International

 

 AVEC CETTE GUERRE, C'EST BIEN LA FRANCAFRIQUE QUI CONTINUE !

2013Malimanu-1-mali553.preview.jpgLa « paresse intellectuelle » qui, selon F.Loncle, nous conduit à une telle affirmation « nous condamnerait nous-mêmes » (La Dépêche du 18 janvier). Il devrait être plus prudent, lui qui, en octobre 1990 soutenait la guerre du Golfe, posait fièrement pour la presse devant des avions de chasse et qualifiait les opposants à la participation française de «collabos»… pour s’en excuser plus tard, il est vrai. La paresse intellectuelle, c'est justement elle qui avait  conduit le 16 janvier 1991 523 députés (sur 566) à approuver , l'utilisation de la force pour prétendument "libérer le Koweït". C'est elle qui le 12 juillet 2011 a fait soutenir l'opération "Harmattan" en Lybie par 482 députés sur 509 (Cette fois  les députés n'ont pas -encore ?- été consultés, mais nous ne doutons pas du résultat). Et s'il fallait décerner une prime de la paresse intellectuelle, elle reviendrait à Harlem Désir (voir plus bas).


La Françafrique ? On apprend que le gouvernement français prépare l'envoi très prochain des forces spéciales françaises "pour assurer la sécurité des principaux sites d'exploitation d'uranium de l'entreprise française Areva au Niger".  Les formes vont assurément être soignées : de même que l'armée française a été envoyée au Mali "à la demande du Président de ce pays ami", il est clair que le concours des forces spéciales françaises va être sollicité par le Président du Niger, M. Issoufou, qui n'est autre… qu'un ancien cadre d'Areva ! Soyons sérieux: la "Françafrique" a encore de beaux jours devant elle
Comme nous l'affirmons depuis le début, l’enjeu de cette guerre est bien d’abord de sécuriser les gigantesques mines d’uranium du Niger dans la région d’Arlit proche du nord Mali, exploitées par la multinationale Areva.


 La France maintient ainsi sa stature de puissance mondiale avec là aussi des retombées économiques importantes pour les capitalistes. La reconstruction de la Côte d’Ivoire est une aubaine pour les entreprises françaises. Quant à la Libye, il est déjà acquis que la France pourra faire main basse sur une partie de son pétrole.
C’est peut-être le général de division Desportes, ancien directeur du CID (Collège interarmées de défense) qui résume le mieux la situation : " Nous ne pouvons pas espérer conserver nos modes de vie et notre prospérité si nous n'allons pas à l'extérieur du territoire national participer à la stabilisation et au règlement des crises…"


Le gouvernement a justifié l'intervention au Mali par le drame de la prise d'otages en Algérie. Mais au contraire, ce drame la condamne ! Comment croire que la guerre pouvait rester limitée au seul Mali ? Comment ne pas penser que les djihadistes feraient tout pour engluer le conflit dans l’impasse ? Comme en Afghanistan. Le véritable enjeu de cette guerre n'est pas la lutte contre le terrorisme ou les pratiques barbares de groupes islamistes. Avec au moins 400 000€ par jour, on aurait pu en faire des routes, des puits, des dispensaires ! La France porte une responsabilité dans le pillage des richesses, les pénuries, l’explosion des prix, la corruption, la dictature. Les immigrés maliens ici sont trop souvent dans les travaux les plus durs, sans papiers et sans droits. Les opposants là-bas sont maintenant muselés par l’état d’urgence. La comparaison qu'a osée H. Désir avec l'aide accordée aux Républicains espagnols par la France ridiculise son auteur qui n'a fait que prouver soit son ignorance des camps de concentration qui les ont accueillis dans le sud de la France, soit son cynisme. On sait maintenant que l'armée malienne a été délibérément paralysée: la Cédéao, dirigée par Alassane Ouattara, qui doit beaucoup à la France pour son accession au pouvoir en Côte-d’Ivoire en 2011, a ainsi décidé d’un embargo, l’été dernier, bloquant des blindés, des munitions, des armes lourdes dans les ports de Dakar au Sénégal, et de Conakry en Guinée. Il est plus facile ensuite d'invoquer son incapacité à agir pour justifier une intervention ! Et pourtant,  c'est au peuple malien de chasser les bandes islamistes armées qui veulent imposer leurs lois, et en aucun cas à l'ancien colonisateur.


Il n’y aura pas de solution démocratique sans que ceux d’en bas prennent leurs affaires en main.

Lire la suite

Rail/matières radioactives: l'accident peut arriver près de chez nous !

24 Janvier 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

L'Eure est régulièrement traversée par des convois qui viennent ou vont à la Cogema de Cherbourg: à Bernay, à Vernon,  Evreux, nous avons souvent manifesté avec "Sortir du Nucléaire 27" et Sud-rail contre les dangers que présentent ces convois. .

Ca y est , un pépin sérieux est arrivé, dans la Drôme cette fois. Un wagon transportant de l'uranium appauvri a déraillé dans une gare de triage. On ne peut que vivement dénoncer l'exposition aux radiations des cheminots et du public lors de cet incident. Vers 17H30, un wagon (sur sept au total) parti de la centrale nucléaire du Tricastin (Drôme) à destination de la Hollande, et transportant des fûts d'uranium appauvri, a déraillé à Saint-Rambert d'Albon lors d'une manoeuvre, sans se coucher ni provoquer de fuite, selon les pompiers, la préfecture et Areva. Il ne faut pas oublier que stationnaient au même moment dans cette gare des wagons de type Castor chargés de combustibles usés, à destination de l'usine de recyclage de la Hague. L'accident était pourtant prévisible depuis de nombreuses années, la fédération Sud-Rail dénonçait le mauvais entretien des voies de service sur le domaine ferroviaire et statistiquement, les convois de matières dangereuses sont concernés par ces accidents.

Cet accident n'est pas anodin, des cheminots et la population présente ont été en contact avec ces wagons. L'uranium appauvri contenu dans ces derniers est une substance qui présente une radioactivité tout à fait notable puisqu'elle est de plusieurs dizaines de millions de becquerels par kilos nous indique Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire et responsable du laboratoire de la Criirad, association qui a pour objet l'information des citoyens sur la radioactivité.Selon lui, même si la radioactivité reste confinée, elle émet des radiations qui traversent les parois du wagon, et il est préférable de ne pas s'en approcher et de ne pas stationner à proximité.

Décidément, la sortie du nucléaire en 10 ans, comme le propose le NPA, est une véritable urgence!


2013-03-Chainehumaine

Lire la suite

Lubrizol, la puanteur du mercaptan et la proximité des centrales de Paluel/Penly

24 Janvier 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Le 21 janvier 2013 au soir, une usine de Rouen, Lubrizol, classée Seveso, a laissé échapper un important nuage de mercaptan (présentant la même fonction sulfhydryle que l'hydrogène sulfuré ), un gaz sentant mauvais (l'œuf pourri) notamment utilisé pour donner de l'odeur au gaz de ville et pour les boules puantes. Le nuage était si important et l'odeur si forte qu'elle a été ressentie dans l'Eure bien sûr, mais aussi jusqu'à Paris à l'est et la côte anglaise au nord.


Première réaction des autorités, "ce n'est pas nocif"; ça rappelle étrangement le nuage de Tchernobyl  arrêté par la ligne bleue des Vosges. Et cela doit aussi nous raviver nos inquiétudes et notre activité cur les conséquences qu'auraient des fuites radioactives en provenance de Paluel ou de Penly, ce qui, bien entendu, est strictement impossible, puisqu'on nous le dit...*


Le 22 janvier, alors que le nuage continuait à sortir de l'usine, les autorités dont la ministre de l'écologie, Delphine Batho, se sont voulues rassurantes en affirmant que ce gaz n'est pas dangereux à cette concentration. Les éventuels maux de tête seraient sans conséquences pour la santé. Mais dans certaines concentrations, on le classe comme toxique par inhalation d'après l'avis de l'Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) . A partir d'une certaine dose, il peut provoquer des irritations pulmonaires, nausées, vomissements, diarrhées, puis des troubles de conscience. Des œdemes pulmonaires peuvent apparaître voir des atteintes aux reins. L'IRNS précise aussi qu'il est un puissant toxique dans l'eau.
Le soir, un match de foot devait avoir lieu entre Rouen et Marseille : il a été annulé parce que du personnel présent au stade vomissait sur la pelouse.


Le 23 janvier, la préfecture était dans l'incapacité de donner des mesures de la pollution. La population n'a eu droit qu'à un discours rassurant et tardif et il y a eu un véritable manque de mesures prises pour protéger la population : seuls 260 salariés des cinq usines voisines ont été évacués… alors que de l'autre côté de la Manche, les pompiers ont demandé aux gens de se calfeutrer chez eux. L'association Robin des Bois a rappelé que trois cheminots étaient morts en 1970 lors d'une fuite de ce même gaz depuis un wagon-citerne. Vue l'intensité du nuage, il est légitime que les salariés et les habitants proches s'inquiètent des probables conséquences sur leur santé.

2013-03-Chainehumaine

 

 


 

 


 

Lire la suite
Lire la suite

Communiqué: Nous, opposants à la guerre française (Libération, 18.01.13)

24 Janvier 2013 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #COMMUNIQUES

Monsieur Hollande, lors d’un point presse, le 15 janvier dernier, vous avez déclaré : « Qu’allons nous faire des terroristes ? Les détruire ! ». Déclaration choc, violente, et guerrière, qui rappellerait presque les intonations de Vladimir Poutine. Déclaration également quelque peu imprudente par son côté péremptoire. Car, au jeu de l’escalade verbale, les faits, eux, suivent un engrenage où, hélas, fréquemment les otages s’additionnent aux otages. La tragique prise d’otages qui s’est déroulé sur le site gazier de Tigantourine, en Algérie, qui nous révolte tous, en a donné, durant son dénouement, la dramatique illustration.

Alors qu’avez vous voulu prouver en utilisant ces mots ? Que vous étiez aussi chef des armées, chef de guerre. Et surtout, que vous assumiez entièrement la guerre au Mali. Comme c’est attristant de constater que le rare domaine où vous ne vous autorisez pas d’hésitations, soit celui de la guerre. Dans la plus grande tradition, vous emboîtez joyeusement le pas de vos prédécesseurs. Qu’on se le dise, vous aussi, postulez à la stature de président de la Françafrique (France « A fric » pour reprendre l’expression de l’association Survie). Comme c’est consternant de se retrancher, comme à l’accoutumée, derrière des raisons humanitaires - qui ne se rappellent à vous que selon les circonstances - pour masquer à l’opinion les vrais intérêts colonialistes que la France défend dans ce conflit. Alors, oui, Monsieur Hollande, dans le nord du Mali, des fanatiques religieux cherchent à imposer un régime odieux à la population malienne. Et oui, il y a des raisons de s’en émouvoir et de se sentir solidaires du peuple malien. La seule question qui vaille alors est de savoir si votre intervention militaire, menée en solo, risque d’améliorer ou d’aggraver la situation. Poser cette seule question dérange. Et pour cause. Les premiers applaudissements, rituel des débuts de guerre, qui ont salué votre initiative, s’estompent rapidement et le murmure des premiers doutes s’installe déjà. Aurions-nous, sur ce sujet aussi, perdu la mémoire de notre histoire récente ? Les différentes interventions militaires étrangères de ce type, qui se sont succédées ces 20 dernières années, en Irak, Afghanistan, Somalie, Libye, ont débouché sur une situation politique ingérable, chaotique, et le plus souvent sur une guerre civile doublée d’une catastrophe humanitaire. Car le décompte lugubre des milliers de morts ne s’arrête pas au cessez-le feu décrété par les puissances occidentales ; Il déroule inlassablement son lot de nouvelles victimes, énoncé en quelques secondes seulement durant nos journaux télévisés du soir. Au final, ces guerres qui prétendaient stopper, voire « détruire » le terrorisme, n’ont fait que renforcer bien souvent la position des plus déterminés, des plus extrémistes, et des plus radicaux d’entre eux. Quant à la défense du droit des femmes, qui oserait dire qu’elle s’est améliorée ? Et où ? En Irak, Afghanistan, Somalie, Libye ?

Monsieur Hollande, le monde politique vous tresse maintenant des lauriers. De quoi se sentir porté par cet élan d’union nationale probablement recherché. Au point d’en perdre un peu le sens des proportions. Vous êtes vous seulement rendu compte du ridicule de la situation lorsque, sans rire, vous êtes arrivé paré de votre nouvel accoutrement de chevalier universel de la démocratie, arborant fièrement vos belles valeurs - les droits de l’homme, des femmes, la lutte implacable contre l’obscurantisme religieux - pour faire le point sur cette guerre, durant une conférence de presse tenue… aux Emirats arabes unis ? Là-bas, la législation s’applique selon la « charia », et fait encourir la lapidation pour adultère, blasphème ou homosexualité. Mais, qu’importe. La délégation du CAC 40 est sortie repue, gavée de juteux contrats. Et nous voulons tous croire que le sommet sur la défense de l’environnement, sponsorisé par Total et Exon a du tenir des propos percutants et plein de bon sens. Malheureusement, un sujet a cependant empoisonné vos entretiens : s’entendre enfin sur un prix avec la présidence des Emirats afin de vendre 6O avions Rafale. Le groupe Dassault le sait bien : faire la guerre, c’est un métier.

Aux Emirats arabes unis, comme au Mali, vous suivez inexorablement votre mission : assurer le bon commerce de la France. Nous découvrons donc que le Sahel n’est pas qu’un désert mais qu’il est le confluent géostratégique de nombreux échanges, licites comme illicites. Il est aussi la clé d’entrée frontalière fragile qui donne accès à des zones que la France tient à sécuriser, en premier lieu les mines d’uranium qu’exploite au Niger Areva, fleuron français de l’industrie nucléaire. Vous n’êtes pas un héros désintéressé dans cette guerre. Ni un pompier volontaire qui serait venu éteindre un feu qui, rappelons-le, a été entretenu sciemment ces dernières années par tous les gouvernements français qui se sont succédés depuis le début des années 1980. En effet, les politiques libérales, les plans d’ajustements structurels, liés à la dette malienne, dont le remboursement intéresse particulièrement la France, ont désagrégé la société, la privant de ses services publics, de ses industries, et de ses entreprises de services... L’état s’est délité, au point de quasiment disparaître dans le nord du Mali. En outre, les récents évènements sont directement liés à la guerre en Libye. Or, l’intervention militaire française en Libye n’a pas consisté à livrer gracieusement des armes à la révolution légitime du peuple libyen. La France est intervenue militairement en tant que puissance extérieure pour rappeler au futur pouvoir toute sa dépendance, et espérer autant de gestes en retour, notamment sur le marché pétrolier. Il a dépossédé par là même la révolution libyenne de la possibilité de s’approprier politiquement le contrôle des régions prises militairement. Ainsi, la région du Sahel a été brutalement déstabilisée et a libéré un afflux de combattants surarmés dans leur pays d’origine, notamment au Mali. Enfin, vous êtes bien placé pour savoir que l’Etat français n’a pas vu d’un bon œil la destitution en mars 2012 du régime corrompu d’Amadou Toumani Touré, par une mutinerie militaire qui s’est transformé en coup d’état. Dès lors, la France n’a eu de cesse de priver l’armée malienne de ses propres appuis logistiques. La Cédéao, dirigée par Alassane Ouattara, qui doit beaucoup à la France pour son accession au pouvoir en Côte-d’Ivoire en 2011, a ainsi décidé d’un embargo, l’été dernier, sur des armes pourtant destinées aux militaires maliens, en bloquant des blindés, des munitions, des armes lourdes dans les ports de Dakar au Sénégal, et de Conakry en Guinée. Se défendre seul devient nécessairement plus compliqué.

Monsieur Hollande, le destin des maliens appartient aux maliens. Et si une guerre est à mener, ce n’est sûrement pas à la France de s'autoproclamer sauveur au Mali. Le paternalisme français en Afrique n’a que trop duré. En France, l’Etat s’intéressait jusqu’alors aux Maliens surtout pour les expulser. Cette France-là serait soudainement touchée par les plus sincères sentiments humanitaires ? Cette France qui n’arrive même pas à reconnaître sa responsabilité dans le génocide Tutsi qui s’est déroulé au Rwanda en 1994. Ne privons pas le peuple malien d’une solution politique que des voix réclament là bas avec insistance : le député Oumar Mariko de l’organisation Sadi (Solidarités, Afrique, démocratie, indépendance), par exemple, ou l’ancienne ministre Aminata Traoré, qui a lancé, il y a plusieurs mois, un manifeste contre cette guerre au nom du droit des femmes. Car la société civile, syndicale et politique est une réalité incontournable au Mali. En France, l’union nationale, au-delà des doutes exprimés sur le mandat français ou le peu de débat parlementaire, semble avoir contaminé quasiment tous les partis. A de trop rares exceptions près. Le meilleur moyen d’aider le peuple malien à mener son combat contre l’obscurantisme religieux, Monsieur Hollande, c’est que l'État français cesse de parler au nom des autres.


 

Le 18 janvier 2013

Christine Poupin, Olivier Besancenot, Philippe Poutou

Membres de la direction du NPA

Lire la suite
1 2 3 4 > >>