Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Sarkozy, trois ans ça suffit ! Edito des tracts de la semaine

31 Mars 2010 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #EDITOS

 

EDITO des tracts de la semaine - 30-03-2010

Sarkozy, trois ans ça suffit !

revolution_logo.pngAucun doute, après la claque cinglante et sans appel du second tour des régionales, Sarkozy n'a rien retenu de cette sanction électorale. Il a cru même comprendre, dans le résultat des votes, un appel à poursuivre les « réformes » ! Dans le style arrogant qui lui est propre, il a tout simplement affirmé qu'il allait poursuivre sa politique de casse sociale. Bien sûr, il a dû lâcher du lest et abandonner la taxe carbone. Mais davantage sans doute parce qu'elle est impopulaire dans son propre camp que parce qu'elle est injuste socialement…

Avec sa démagogie maintenant légendaire, Sarkozy en a remis plusieurs couches sur la sécurité : dans les lycées, dans les rues, les quartiers... Le discours populiste est sa seule réponse dans cette période de crise sociale profonde. Le résultat du FN ne sert pas de leçon à ce gouvernement réactionnaire qui va continuer à jouer avec le feu, se servant du thème de l'insécurité ou désignant à la vindicte populaire les immigrés, les sans papiers...

 

23 mars et après?

Au lendemain de la journée de grève du 23 mars et malgré une mobilisation importante, le pouvoir ne compte pas reculer dans son objectif : détruire la retraite à 60 ans et la remplacer par une retraite par capitalisation pour le plus grand bonheur des assureurs privés. On ne doit pas se laisser endormir par le discours du chef de l'Etat quand il affirme qu'il ne passera pas en force sur la question des retraites. Car c'est ce qu'il fait déjà avec le soutien du Medef qui dicte sa loi. Il n'y a pas de négociations ni de dialogue social possibles avec un pouvoir qui compte faire discuter les directions syndicales  sur… le choix entre 61, 62 ans - voire plus … - pour partir à la retraite !

C'est pourtant dans ce cadre-là que François Hollande veut bien discuter, lui qui vient d’affirmer qu'il faudra « sans doute allonger la durée des cotisations ». Encore une déclaration révélatrice de la politique des dirigeants socialistes qui, depuis les dernières élections, se présentent comme l'opposition à Sarkozy.

La mobilisation du 23 mars n'est qu'un début et doit servir de première étape pour une mobilisation d'ampleur qui se construit dès maintenant.

 

Un pouvoir illégitime

Au lendemain des élections puis des manifestations du 23 mars, il est clair que ce gouvernement impopulaire, sanctionné et désavoué est désormais illégitime. Il n'est pas question de le laisser faire sur les retraites et il est nécessaire de l'affronter de manière déterminée. Il faut que l'ensemble de la gauche politique, syndicale, les organisations du mouvement social se retrouvent et constituent partout des comités unitaires exigeant qu'on ne touche pas à notre retraite à 60 ans. Déjà des cadres unitaires se constituent. A nous de les faire vivre.

Le NPA y défendra ses positions : une retraite à taux plein, contre les pensions de misère, avec un retour aux 37,5 annuités pour tous et toutes, l'exigence d'une autre répartition des richesses et du temps de travail.

30 mars 2010

Lire la suite

Philips-Dreux : des élus du CEE votent contre l'emploi

30 Mars 2010 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Luttes Ouvrières

Des élus du CCE syndicalistes jaunes votent contre l'emploi

 

Un vote contraire aux intérêts des travailleurs 

Au cours du CCE qui s’est tenu aujourd’hui lundi 29 mars 2010 au siège de Philips France à Suresnes (Hauts-de Seine), les élus de tous les syndicats (FO, CFTC, CFE-CGC, CFDT) sauf ceux de la CGT ont accepté d’être consultés sur le PSE, qui prévoit la fermeture du site de Philips EGP Dreux.

En donnant leur avis, même défavorable, ces élus permettent à la direction de continuer à mener sa casse de l’emploi.

C’est une très mauvaise nouvelle pour les travailleurs de Philips, comme pour tous les travailleurs  et habitants du bassin drouais et au-delà. 

Si Philips a dû lâcher des indemnités supplémentaires, c’est grâce à la lutte des salariés de Dreux. Le total des indemnités de licenciement proposé est compris entre 54 et 73 000 € bruts selon l’ancienneté.

Mais on est loin du préjudice subi par les salariés de Philips et des conséquences sur les emplois induits de la région (sous-traitants, commerces..). 
 

Un plan social toujours incomplet 

Pourtant, la direction de Philips a présenté quasiment le même projet sur lequel ces mêmes élus avaient refusé de se prononcer lors de la dernière consultation.

La direction a présenté  en CCE le même livre I avec le paragraphe litigieux qui avait pourtant fait l’objet d’une contestation unanime des salariés de PHILIPS ! 

Le cabinet d’expertise SYNCEA mandaté par le CCE a même soulevé un manque d’information dans la note économique de ce PSE et relévé (livre 2) « l’absence de présentation de la situation économique et financière de la division Consumer Lifestyle du groupe Philips alors qu’elle constitue selon nous le cadre d’appréciation des difficultés économiques qu’il convient de retenir ». 

C’est sur ce même constat, que le directeur départemental du travail et de l’emploi a indiqué par courrier en décembre 2009 à Philips France que l’information économique qui avait été remise au Comité d’Etablissement de Philips Dreux et au Comité Central d’Entreprise de Philips France « se rapportait uniquement à la Business Unit Télévision, et  ne comportait aucun élément concernant la situation économique et financière de la division Consumer Lifestyle et de la société Philips France. » 

Saisi par l’UD FO, le syndicat CGT, et les élus du CE et CCE, le juge du TGI de Chartres a dans son ordonnance du 19 février 2010 retenu l’absence d’information relative au secteur consumer lifestyle. 

Le rapport complémentaire fournit par la direction à ce CCE ne présente aucune prévision concernant la division Consumer Lifestyle et aucune information concernant les prévisions 2010-2013 de la division Consumer Lifestyle, le groupe ayant décidé de ne produire aucun business Plan à 3 ans, ni même de budget 2010 ! 

Aucune démonstration des difficultés économiques à venir (sauvegarde de compétitivité) n’a été effectuée. Compte tenu des échanges du cabinet d’expert avec la direction de Philips France, il apparaît quasi-certain que la direction et le groupe ne serait pas en mesure de prouver la menace sur la compétitivité en cas de maintien du site de Dreux, … les éléments n’existant pas. 

C’est donc au mépris des demandes de la DDTE, des décisions de justice et en violation du code du travail que la direction persiste à maintenir son projet de PSE dans la business unit « television » 

Enfin, la direction a mené la procédure en pas de course en mettant à l’ordre du jour du même CCE l’information sur le PSE, l’examen du rapport d’expertise et la consultation sur le PSE. 

Pour l’emploi, la lutte continue 

Le syndicat CGT de Philips Dreux va donc se concerter pour décider quels recours judiciaires il va entreprendre pour contester ce PSE. 

La CGT ne s’oppose pas aux salariés qui veulent partir. Ils peuvent souscrire aux départs volontaires.

Mais ceux-ci ne doivent pas empêcher les salariés qui ne veulent pas se retrouver au chômage, de continuer à lutter pour maintenir une activité industrielle à Dreux.  

Nous demandons aux élus du CE de Philips Dreux qui se tiendra mardi 30 mars sur le site de respecter les engagements qu’ils ont pris à l’égard des salariés et de ne pas participer à la consultation sur le PSE. 

Malgré ce mauvais coup porté contre l’emploi, la lutte continue. 
 

La CGT Philips EGP Dreux – Lundi 29 mars 2010

Lire la suite

Sortir du nucléaire-27 : un débat convivial à Evreux

30 Mars 2010 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Sortir du nucléaire-27 organisait un débat le samedi 27 mars à Evreux, à la maison de quartier de la Madeleine. Un débat convivial dont rend compte Eure-Infos du 30 mars 2010

 

SDN-27-Eure-Infos-30-03-10.jpg

 

 

Lire la suite

Louviers : "C'est parti", projection du film le jeudi 1er avril

29 Mars 2010 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX


Au Grand Foru
AFFICHE C'EST PARTI .jpgm à LOUVIERS
jeudi
1er Avril à 20H
Débat animé par le comité NPA de Louviers



C-est-parti-Louviers.jpg
Lire la suite

Louviers : dernier conseil municipal - Où économiser de l'argent ?

29 Mars 2010 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

Louviers : Où économiser de l'argent ?

Article publié dans Paris Normandie le 27 mars 2010

 

Près de trois heures de débat n'ont pas réussi à mettre les élus d'accord sur les orientations à prendre

LOUVIERS.

Le débat d'orientations budgétaires, jeudi soir, avait pour but de permettre aux élus municipaux de s'exprimer sur le futur budget. Ils l'ont fait.

«Nous ne sommes pas des fanatiques de la hausse d'impôt. L'année dernière, nous avons décidé d'augmenter la pression fiscale pour faire face à la crise. Le but était de nous reconstituer une marge de manœuvre. Mais la baisse de recettes, la diminution des dotations de l'Etat ne nous a pas permis d'atteindre cet objectif. »

Pas de dépenses nouvelles
Les élus de l'opposition s'attendaient sans doute à ce que le maire annonce une nouvelle augmentation d'impôts à Louviers. Il ne l'a pas fait. Ce qui ne signifie pas que les impôts n'évolueront pas. Mais l'heure n'était pas à ce genre d'annonce. Un débat, c'est fait pour débattre. Toutes les oppositions, tour à tour, ont donc pris la parole pour dénoncer à l'avance le budget 2010 de la ville et dire où elles voyaient des économies à réaliser.
Patrice Yung, adjoint aux finances, a décrit précédemment les ressources de la ville, les charges et les dépenses, les priorités, l'argent qui aurait dû rentrer et qui ne rentre pas parce que l'Etat ou d'autres organismes comme la CAF se désengagent progressivement. Il a expliqué les efforts de la ville pour faire des économies et la différence de 800 000 euros entre l'épargne brute et la dette.

Cela n'a pas suffi. « En commission des finances, vous nous avez demandé notre avis sur les dépenses à effectuer. Mais ce ne sont pas des dépenses nouvelles que nous voulons, ce sont des économies », attaque, le premier, Olivier Aubert.
Le socialiste Christian Renoncourt, lui, a bloqué sur le trou de 800 000 euros. « Vous avez été élu à 41 % des voix mais vous êtes responsable à 100 % de la gestion de la ville. Cette responsabilité, c'est dans les choix budgétaires qu'elle s'exprime. Le poids de la dette est entièrement à mettre à votre compte et nous nous attendions à ce que vous annonciez ce soir comment sortir de cette situation » accuse-t-il en s'adressant à Franck Martin. Pour lui, « le poids de la dette est trop élevé. Alors vous vous attaquez aux charges de personnel, vous supprimez des postes d'Atsem et vous ne remplacez pas les départs à la retraite. »
Pour Christian Renoncourt, le choix de Franck Martin est mince : soit trouver des recettes nouvelles, soit augmenter les impôts.

L'impôt à quel taux ?

Sophie Ozanne, elle, fait une proposition d'un autre genre.

L'élue NPA est consciente de la situation difficile à laquelle la majorité doit faire face : la crise, la baisse importante des subventions de l'Etat, et les dépenses incompressibles auxquelles la ville ne peut échapper. « Il reste donc 20 %. Ma suggestion est de porter le débat dans les commissions de quartier, de demander à la population quelles sont, selon elle, les priorités. Pour ma part, je supprimerais le contrat avec la Scène Nationale. Ses spectacles sont de qualité mais trop chers. » La résidence d'artistes de la ville Calderon est aussi superflue, tout comme les deux jardins contemporains, une partie du budget fêtes et cérémonies et la vidéosurveillance. « Vous avez les yeux plus gros que le ventre ! » estime Sophie Ozanne.
(...)
Aucune de ces propositions n'a semblé « sérieuse et pertinente » pour Franck Martin, qui assure à la population que « comme d'habitude, nous prendrons nos responsabilités ». L'augmentation d'impôt semble inéluctable. Seul le taux reste inconnu.
B. R.


Lire la suite

Solidarité avec les CONTI : Manifestation mercredi 7 avril à Compiègne

28 Mars 2010 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #Luttes Ouvrières

Solidarité avec les CONTI: tous mercredi 7 Avril à Compiégne !

Pas de vengeance financière de l’état contre les travailleurs en lutte

L’intersyndicale et le Comité de lutte des travailleurs de Continental-Clairoix appellent les travailleurs, la population, les organisations syndicales et politiques à se joindre à la manifestation organisée mercredi 7 avril à 12h30 à la gare de Compiégne en vue de se rendre au tribunal où sont convoqués six travailleurs de l’usine. En effet, la Cour d’appel d’Amiens a, le 5 février, annulé les peines de prison prononcées en septembre dernier par le tribunal de Compiègne, en les transformant en simple amendes. Cela dit l’état, c’est à dire le gouvernement, a maintenu à l’encontre de ces six salariés, des demandes de remboursements de sommes qui pourraient être totalement démesurées.

C’est à dire qu’après avoir reçu un désaveu politique de la part de la Cour d’appel, qui a reconnu comme fondés les mouvements entrepris par les travailleurs de Continental menacés de licenciements, tout laisse à penser que les représentants du gouvernement voudraient avoir leur revanche en faisant tomber sur les travailleurs pris en otage, et derrière eux les 1120 autres, de lourdes condamnations financières.

C’est minable, sordide et indigne, mais c’est à l’image de ce qu’ont a subir tous les travailleurs. Le pouvoir, au service des grands groupes industriels, voudrait décourager les travailleurs de se défendre. Il n’y arrivera pas. Les travailleurs de Continental qui ont fait bloc avec leurs camarades poursuivis, et tous ceux qui sont venus leur apporter leur soutien, ont montré que la solidarité ouvrière n’était pas un vain mot.

Le combat continue pour demander l’arrêt de ce processus. L’état, qui distribue à qui mieux-mieux des milliards par centaines à tous les grands groupes et aux banques, doit retirer sa partie civile, et renoncer à toute vengeance financière.

Tous mercredi 7 avril à Compiégne !

Lire la suite

Une réussite : 250 manifestants à Evreux avec Ni Pauvres, Ni Soumis

27 Mars 2010 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

Photo 004Manifestation réussie pour Ni Pauvres, Ni Soumis à Evreux
contre la précarité des personnes hanicapées , pour un revenu d'existence digne, contre le démantèlement de la sécurité sociale (franchises, déremboursements, ...)

250 personnes, dont beaucoup de personnes handicapées, ont manifesté à Evreux, samedi 27 mars à l'appel du mouvement Ni Pauvres,Ni Soumis.
Les manifestants soutenues par l'APF et plusieurs associations, ont défilé du pré du Bel-Ebat à la mairie d'Evreux pour une halte de 15 mn puis retour vers le point de départ. Un tract du collectif  Ni pauvres, Ni Soumis a été distribué à la population au cours du défilé . La manifestation s'est terminée par l'intervention de plusieurs associations.
Une délégation du NPA a participé à la manifestation et a apporté son soutien. La commission Handicap du NPA a élaboré un tract et des propositions de revendications. Une rencontre entre le NPA-27 et les organisateurs locaux est  prévue prochainement.


Les  proPhoto-002.jpgpositions du NPA

- Pas de salaire en dessous de 1500 euros net en secteur ordinaire ou protégé.
- Pas de revenus à moins de 1500 euros net. Hausse immédiate de 300 euros des minimas
sociaux, dont l’AAH et les pensions d’invalidité.
- Respect des quotas de 6 % dans le public et dans le privé
- Maintien dans l’emploi des salariés du secteur ordinaire se retrouvant en invalidité.
- Non aux restructurations dans les EA et ESAT. Reconnaissance du statut de salariés aux
travailleurs des ESAT.
- Le droit à l’éducation, pas seulement à la scolarisation, la titularisation des accompagnants
(AVS) par le ministère de l’Éducation nationale, le maintien et le développement de l’action des
Rased.
- Gratuité de tous les frais de santé, suppression des franchises médicales.
- Pour un service public d’aide à domicile et un service public du logement comprenant des appartements adaptés et des appartements thérapeutiques.
- Accessibilité des transports publics et du bâti.

Photo-005.jpg
Photo-001.jpg
Lire la suite

NON aux 58 fermetures de classe dans l'Eure !

27 Mars 2010 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

NON aux 58 fermetures de classe dans l'Eure
(52 fermetures de classes, plus 6 menaces de fermeture)

12 classes sont fermées sur l'agglo d'Evreux (avec Gravigny), dont 8 à la Madeleine, classée RAR (Réseau Ambition réussite !) et  ; 5 classes fermées sur l'agglo de Vernon, ...
25 élèves par classe, c'est déjà trop!
Il faut exiger l'annulation de toutes les fermetures de classes !


Rassemblement devant l'Inspection académique

MERCREDI 31 MARS à 9h00


A l'appel  du SNU-ipp/FSU-Snudi/FO-SE/UNSA


Ladepeche-26-03-10-

LaDepeche-26-mars-26-03-10
























Fermetures de classes :

• Bernay - Bourg-Lecomte élémentaire 7 classe: 

• Bernay - Jean Moulin élémentaire 6 classes

• Bernay - Jean Moulin maternelle 4 classes

• Breteuil - J. Prévert / Maupassant 9 classes - 1 CLIS - 1 adapt

• Brionne - Louis Pergaud 10 classes - 1 CLIS - 1 adapt

• Charleval maternelle 4 classes

• Evreux - Joliot Curie élémentaire (RAR) 10 classes - 1 adapt - 1 CLIN

• Evreux - La Forêt (RAR) 6 classes

• Evreux - Le Clos-au-Duc 7 classes- 1 adapt (et 5 mat)

• Evreux - Maxime Marchand élémentaire (RRS) 12 classes - 2 adapt

• Evreux - Maxime Marchand maternelle (RRS ) 5 classes

• Evreux - Michelet élémentaire (RAR) 11 classes - 3 CLIS - 1 adapt

• Evreux - Michelet maternelle (RAR) 7 classes - 1 CLIS

• Evreux - Romain Rolland élémentaire (RAR) 8 classes - 1 CLIS - 1 CLIN

• Evreux - Romain Rolland maternelle (RAR) 5 classes

• Evreux Navarre élémentaire 9 classes - 1 CLIS - 1 adapt

• Fleury-sur-Andelle élémentaire 5 classes - 1 adapt

• Gaillon - Flora Tristan maternelle 4 classes

• Gisors - Joliot Curie maternelle 4 classes

• Gisors - Paul Eluard maternelle 7 classes

• Gravigny - Langevin Wallon élémentaire 11 classes- 1 CLIS - 1 adapt

• Gravigny - Marie Curie maternelle 6 classes

• Herqueville 1 maternelle - 1 élémentaire

• La Couture-Boussey maternelle 4 classes

• Le Manoir Albert Becquat 5 classes

• Le Neubourg - Dupont de l’Eure élémentaire 9 classes - 1 CLIS - 1 adapt

• Les Andelys Georges Pompidou (RRS) 8 classes - 1 CLIS - 1 adapt

• Louviers - Jean Moulin élémentaire 7 classes

• Louviers - Salengro maternelle (RRS) 4 classes

• Muzy 1 maternelle - 3 élémentaires

• Pacy-sur-Eure Maternelle 5 classes

• Pitres - Jacques Prévert 8 classes - 1 CLIS - 1 adapt

• Plasnes 1 maternelle - 3 élémentaires

• Pont-Audemer Louis Pergaud élémentaire 7 classes

• Rugles - Veuclin / Les Petits Prés 7 classes - 1 adapt

• Saint-Georges-Motel 1 maternelle - 4 élémentaires

• Saint-Marcel - Jules Ferry 14 classes

• Serquigny élémentaire 7 classes - 1 CLIS

• Serquigny maternelle 5 classes

• Val-de-Reuil - Jean Moulin élémentaire (RAR) 7 classes - 1 CLIS

• Val-de-Reuil - Le Pivollet (RRS) 9 classes - 1 CLIN

• Val-de-Reuil - Léon Blum maternelle 5 classes

• Val-de-Reuil - Les Dominos (RRS) 9 classes - 1 CLIS

• Vernon - L.R.B.A maternelle 1 classe

• Vernon - Les Boutardes élémentaire (RRS) 6 classes- 2 adapt

• Vernon - Les Pénitents maternelle 5 classes

• Vernon - Maxime Marchand maternelle 4 classes

• RP 24 Touville-sur-Montfort / Bosc-Renoult-en-Roumois / Theillement 1 maternelle - 4 élémentaires

• RP 26 Fiquefleur-Equainville / Manneville-la-Raoult 1 maternelle - 4 élémentaires

• RP 72 Brosville 2 maternelles - 3 élémentaires

• RP 98 Epaignes Michel Hocquard 3 maternelles - 5 élémentaires

• RP 92 Tilly / Heubécourt-Haricourt 1 maternelle - 3 élémentaires


Fermetures de classes à surveiller :

• Corneville-sur-Risle élémentaire 4 classes

• Evreux - Navarre maternelle 6 classes

• Louviers - La Souris Verte maternelle (RRS) 6 classes - 1 adapt

• Saint-André-de-l’Eure Les Petits Loups maternelle 6 classes

• RP 18 Ferrières-Haut-Clocher / Ormes /Portes 4 maternelles - 8 élémentaires

• RP 57 Douains 2 maternelles - 3 élémentaires



Lire la suite

27 mars : No Sarkozy Day !

26 Mars 2010 , Rédigé par NPA 27 Publié dans #RESISTANCE

27 mars : No Sarkozy Day !

no-sarko-day-huit.JPG

Samedi 27 mars, à l’exemple de ce qui s’est passé en décembre pour Berlusconi, un « No Sarkozy Day » est organisé en France avec manifestation, artistes de rue et concert gratuit.

Le 5 décembre 2009, plus de 350 000 Italiens demandaient dans les rues de Rome la démission de Silvio Berlusconi au cours d’un « No Berlusconi day ». Le « No Sarkozy day » a vu le jour en France suite à cette belle démon
stration de nos voisins. En effet, peu de temps avant le « No Berlusconi Day », des utilisateurs de Facebook tentaient déjà de se regrouper dans l’idée de demander la démission de Sarkozy. Au lendemain de la manifestation italienne, l’idée a grandi et le groupe sur Facebook a changé de nom pour se transformer en « No Sarkozy day ! 27 mars 2010 objectif 1 million », l’idée n’étant plus de réclamer sa démission – assez irréaliste – mais plutôt d’envoyer un signal très clair disant non à la politique menée. Ce n’est pas l’homme qui est visé, mais le responsable politique, plus exactement la politique dont il est responsable. La date du 27 mars enfin fixée, il était temps de s’organiser concrètement.

Afin de centraliser toutes les initiatives, le site www.no-sarkozy-day.fr, géré par une équipe indépendante de tout syndicat ou parti politique, voit le jour. Tout le monde peu apporter sa contribution à cette journée. En allant sur le site, on peut télécharger les tracts pour les diffuser massivement afin d’associer un maximum de personnes à l’initiative. Celle-ci, ni politicienne ni partisane, doit fédérer tous ceux qui y adhèrent, indépendamment des structures existantes, partis ou syndicats. Un mois après la publication en ligne de l’appel pour un No Sarkozy Day, 120 blogueurs ont relayé le mouvement et plus de 8 800 personnes ont signé l’appel. 380 000 membres sont entrés dans le groupe Facebook consacré à cette journée, sans compter les groupes locaux. Aujourd’hui, on peut estimer que 1 500 personnes se sont réellement investies pour cette mobilisation, même s’il existe encore des difficultés à concrétiser les bonnes volontés issues d’Internet.

Dans les jours à venir, les organisateurs s’attendent à une augmentation du trafic sur le site internet qui accueille déjà en moyenne 5 000 visites par jour et un engouement plus massif de la part de tous ces gens usés par la politique menée par le gouvernement. Autour de l’événement, des réalisations diverses voient le jour afin de faire « buzzer » : vidéos, visuels d’affiches, autocollants... Si on peut regretter la tendance à la marchandisation de l’événement, on ne peut nier le fait que cette journée prend une certaine ampleur, du moins sur le net.
Mais qu’en sera-t-il samedi ? La manifestation prend peu à peu forme. À Paris déjà, le parcours a été déposé. Tout commencera à 14 heures, place de la République. Tout le long du parcours, des artistes de rue accompagneront la manifestation, notamment avec un char musical mis en place sur un 19 tonnes. À 19 heures, des assemblées ouvertes seront organisées, place d’Italie, pour réfléchir à la suite du mouvement. Ensuite, un grand concert gratuit sera donné après 20 heures. Le No Sarkozy Day parisien se veut en effet particulièrement rassembleur et festif. Mais partout en France, un même enthousiasme est palpable. Le mouvement, autogéré, pourra ainsi prendre la forme d’un festival, d’un mur d’expression, d’un rendez-vous de prises de parole selon les villes... Bref, tout ce qui s’annonce sera riche et diversifié. Mais justement, dans cette effervescence antisarko, que peut-on espérer de cette journée ?
On reproche déjà ici ou là, l’absence de perspective du No Sarkozy Day. Pourtant les organisateurs ne perçoivent cette journée que comme un point de départ, une étincelle pour la suite. Le rassemblement, qu’ils espèrent massif, sera l’occasion de se regrouper, au-delà des divergences politiques, toutes et tous. Une association, L’onde violette, a été créée afin de donner un cadre juridique à l’organisation et pour permettre un après 27 mars. Par le biais d’assemblées générales populaires, de cahiers de doléances, l’objectif est de redonner le pouvoir au peuple en touchant tous les milieux.

Le 27 mars, le No Sarkozy day, offre à la rue une possibilité de se faire entendre, puisqu’il est de notre devoir de nous rassembler pour dire non à ceux qui prétendent nous gouverner. « Les perspectives, comme l’explique Benjamin Ball, l’un des organisateurs du mouvement, c’est tous ceux qui seront dans la rue qui les poseront ». Faisons-nous confiance, et faisons de cette journée une vague de poings levés, en participant au No Sarkozy Day ou à la manifestation en soutien à la Palestine ou encore à celle – « Ni pauvres, ni soumis » – qui proteste contre la dégradation des conditions de vie des personnes handicapées.
Coralie Wawrzyniak

Publié sur le site national du NPA

Visiter le site http://www.no-sarkozy-day.fr/

Lire la suite

Le vatican, de scandale en scandale

25 Mars 2010 , Rédigé par NPA 27

Publié le 25/03/2010 - Agence Reuters

Un nouveau scandale de pédophilie éclabousse le Vatican


Click here to find out more!

Le Vatican n'a pas sanctionné un prêtre accusé d'avoir abusé sexuellement d'environ 200 enfants sourds aux Etats-Unis parce que ses lois n'exigent pas de punition automatique, a déclaré jeudi son porte-parole. Tags : dessin humoristique, gag politique, parodie, caricature, dessin de presse, image humour, joke, drôle, l'avis autorisé, dk, pape, Benoît XVI, Josef ratzinger, affaire pédophilie, évêque pédophile, amour, enfants, sévir,protéger,Vatican, catholique

Le New York Times révèle jeudi que le Vatican n'a pas défroqué le prêtre américain Lawrence Murphy dans les années 1990, m  algré les avertissements d'évêques sur la gravité de son cas et les possibles conséquences fâcheuses pour l'Eglise de ses actes remontant aux années 1950, 1960 et 1970.

Ce nouveau scandale vient s'ajouter aux allégations de plus en plus nombreuses visant des prêtres en Europe et aux appels à la démission d'évêques, notamment en Irlande, accusés d'avoir dissimulé des affaires de ce type aux autorités civiles.

Parmi les 25 documents mis en ligne sur le site du New York Times figure un courrier adressé en 1996 à Joseph Ratzinger, le futur pape Benoît XVI, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi (CDF), montrant qu'il était au courant de l'affaire.

La missive étant restée sans réponse selon le quotidien, son auteur, l'évêque de Milwaukee Rembert Weakland, s'est adressé huit mois plus tard à son second à la CDF, l'archevêque Tarcisio Bertone, aujourd'hui cardinal et secrétaire d'Etat - ou Premier ministre - du Vatican.

Celui-ci a alors recommandé une procédure secrète mais a fait marche arrière en 1998. Il a alors suggéré des "mesures pastorales", des sanctions internes réduites, lorsque Murphy, invoquant son repentir et sa santé fragile à 72 ans, a sollicité la clémence de Ratzinger. Le prêtre est mort quatre mois après.

Interrogé sur ces informations, le porte-parole du Vatican a reconnu que Lawrence Murphy avait enfreint la loi. Mais, a-t-il ajouté, l'enquête civile ouverte au milieu des années 1970 après des plaintes contre lui a été abandonnée et l'Eglise n'a eu connaissance de l'affaire que vingt ans plus tard.

"La question canonique soumise à la Congrégation n'était liée à aucune procédure civile ou criminelle contre le père Murphy", a dit Federico Lombardi. "Dans de tels cas, le code du droit canonique ne prévoit pas de sanctions automatiques".

UN CARDINAL CRIE AU "COMPLOT"

Le diocèse de Superior (Wisconsin), où Murphy a commencé à officier en 1974, après la découverte de l'affaire à Milwaukee, avait rejeté les recommandations de Bertone et lancé une procédure, stoppée de fait par la mort du prêtre.

Pour Lombardi, le "Cirmen sollicitationis", document de 1962 relatif à la gestion d'affaires se rapportant aux comportements sexuels, sur lequel s'était appuyé Bertone dans un premier temps, n'exige pas des prêtres qu'ils dissimulent les affaires aux autorités, ni ne les invite à les signaler.

Mais les détracteurs de l'Eglise catholique estiment que la culture du secret conduit les évêques à éviter les scandales en ne rendant pas de telles affaires publiques.

Les courriers que s'est procuré le Times montrent que Weakland et l'évêque de Superior Raphael Fliss ont alerté le Vatican sur l'ampleur des abus commis par Murphy lorsqu'il enseignait et dirigeait une école pour enfants sourds.

Le prêtre a admis avoir abusé sexuellement de 19 enfants mais concédé que les allégations portant sur 200 victimes étaient "sans doute assez justes", lit-on dans les notes d'un travailleur social, issues d'un entretien confidentiel en 1993.

A Rome, des victimes de prêtres et des responsables du Réseau des survivants des personnes abusées par des prêtres (SNAP), un groupe basé aux Etats-Unis, ont manifesté sur la place Saint Pierre jeudi, brandissant des photos de Murphy et appelant l'Eglise à se séparer des "prêtres prédateurs".

La présidente de SNAP, Barbara Blaine, a souhaité que Benoît XVI rende publics les dossiers de la CDF et transmette les informations à la justice. Les manifestants exhortaient le pape à mettre un terme à la culture du secret.

Un des principaux conseillers du pape, le cardinal José Saraiva Martins, avait dénoncé quelques heures auparavant un "complot" contre l'Eglise et dit comprendre que des évêques aient pu cacher des informations au public par le passé.

"Nous ne devrions pas être trop scandalisés si certains évêques l'ont su mais ont gardé le secret. C'est ce qui arrive dans chaque famille, on ne lave pas son linge sale en public."

Grégory Blachier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Le pape à son tour éclaboussé par les scandales de pédophilie

2 heures, 45 minutes

CITE DU VATICAN (AFP) - Le pape Benoît XVI a été à son tour éclaboussé jeudi par la cascade de scandales pédophiles au sein de l'Eglise catholique, accusé par le New York Times d'avoir couvert dans le passé un prêtre américain soupçonné d'avoir violenté quelque 200 enfants sourds.

Selon le quotidien américain, qui s'appuie sur des documents fournis par les avocats de victimes, le cardinal Joseph Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, n'a pris aucune sanction contre le père Lawrence C. Murphy pourtant accusé d'abus sexuels répétés sur des enfants de l'Etat du Wisconsin (nord des Etats-Unis) de 1950 à 1974.

Sans démentir les faits, le Vatican a pris jeudi la défense du pape en soulignant qu'il n'avait été saisi de cette question "pour la première fois" qu'"à la fin des années 90, soit plus de deux décennies" après les faits.

Tout en reconnaissant le caractère "tragique" de l'affaire concernant des enfants "particulièrement vulnérables", le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi, a souligné que les autorités civiles américaines avaient elles-mêmes abandonné une enquête menée sur le père Murphy dans les années 1970.

Lorsqu'enfin Rome a été informé, il "était vieux, en mauvaise santé, vivait en réclusion et il n'y avait eu aucune information sur d'éventuels abus au cours des 20 dernières années", selon le père Lombardi.

La Congrégation pour la doctrine de la foi s'est donc contentée de "suggérer" à l'archevêque de Milwaukee "d'envisager de restreindre les activités religieuses de père Murphy", a-t-il ajouté.

Le père Murphy est mort quatre mois plus tard sans avoir jamais été sanctionné.

Ces révélations interviennent alors que l'Eglise catholique est secouée par une accumulation de scandales concernant des abus sur des mineurs commis par des religieux et couverts par leur hiérarchie en Irlande, aux Pays-Bas, en Suisse, Espagne, Italie, Autriche et Allemagne.

Joseph Ratzinger a déjà été mis en cause par la presse allemande pour avoir accepté d'accueillir en 1980, lorsqu'il était archevêque de Munich, un prêtre pédophile présumé pour qu'il y suive une thérapie.

Benoît XVI est d'autant plus attaqué que la Congrégation qu'il présidait de 1981 à 2005 est précisément chargée d'instruire ce type d'affaires.

Or, les cas dénoncés aujourd'hui remontent souvent à plusieurs décennies.

"C'est un effet boule de neige: les victimes n'ont plus honte de parler des abus et l'Eglise va devoir changer profondément son attitude qui consistait avant tout à éviter le scandale", commente le vaticaniste Bruno Bartoloni.

Benoît XVI, qui a à maintes reprises condamné ces "actes abominables", a lui-même oeuvré pour briser le mur du silence. En 2001, il a été l'initiateur d'un décret du Vatican enjoignant aux évêques de priver les prêtres pédophiles de tout contact avec les jeunes.

Le week-end dernier, dans une lettre aux catholiques irlandais, il a exprimé "la honte" de l'Eglise pour les abus commis par des religieux sur des centaines d'enfants de la région de Dublin et, mercredi, il a accepté la démission d'un évêque impliqué dans un autre scandale de pédophilie en Irlande.

L'Osservatore Romano, organe officiel du Vatican, y voit un nouveau signe de "transparence, fermeté et sévérité" de Benoît XVI en la matière et a dénoncé jeudi soir une "tentative ignoble d'atteindre le pape" de la part des médias.

Mais sur la place Saint-Pierre, quelques membres d'une association américaine de victimes de prêtres pédophiles sont venus exiger au contraire que "soient rendus publics les dizaines de documents tenus secrets au Vatican" sur ces cas, a expliqué à l'AFP la présidente de l'association Barbara Blaine, elle-même victime à l'âge de 12 ans de violences sexuelles répétées de la part d'un prêtre dans sa paroisse de l'Ohio.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 > >>