Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Journée noire pour l'emploi

28 Mai 2009 , Rédigé par NPA-27 Publié dans #EMPLOIS - LICENCIEMENTS

Journée noire pour l'emploi
Publié dans "Paris Normandie"

 

Le plan social de Goodyear est deux fois plus important que le précédent, en 2008, annulé par la justice. A l'époque, Olivier Besancenot avait rendu visite aux ouvriers d'Amiens

SOCIAL. 2 300 suppressions chez Goodyear, EDA (grossiste alimentaire), Altis Semiconductors et ABB (ingiénerie).

L'Insee prévoyait, en mars dernier, la destruction de 400 000 emplois sur les six premiers mois de l'année 2009. Soit un peu plus de 2 000 suppressions par jour.
Hier, avec quatre annonces, la France est malheureusement parvenue à tenir cette cadence…
C'est d'abord la direction de Goodyear qui a annoncé la suppression de 820 postes dans son usine de pneumatiques d'Amiens Nord (Somme), invoquant une surcapacité de production liée à la crise automobile. Le site emploie au total 1 400 personnes sur environ 3 500 en France. Les salariés de l'usine d'Amiens Nord sont au chômage partiel depuis six mois, à raison d'une semaine par mois, et la production journalière a été réduite à 9 000 pneumatiques contre environ 23 000 il y a deux ans.

Liquidation judiciaire
De son côté, le fabricant de composants électroniques Altis Semiconductors a annoncé un nouveau plan de suppressions d'emplois dans son usine de Corbeil-Essonne. Il touche 400 emplois sur les 1 500 qui y restaient. L'entreprise continue à dévider sa chronique d'une mort programmée. La direction a décidé de se désengager d'une manière ou d'une autre, malgré les 38 millions d'euros d'aides publiques à l'emploi qu'elle a accepté en 2003. La perspective de trouver un repreneur reste dans le flou.
En revanche, l'avenir du grossiste alimentaire EDA, spécialisé dans la fourniture d'articles alimentaires et de boissons aux entreprises (notamment les stations services), est tout tracé : c'est la liquidation judiciaire. Le tribunal de commerce de Paris l'a prononcé hier après-midi, autorisant dans la foulée un plan de 617 suppressions d'emplois.
Enfin, le groupe d'ingénierie helvético-suédois ABB prévoit de supprimer sur une demi-douzaine de sites en France 540 postes, dont la moitié à Saint-Ouen-l'Aumône (Val-d'Oise). Au total, c'est environ 20 % de l'effectif français qui devrait disparaître, ABB comptant quelque 2 500 salariés sur une vingtaine de sites dans l'Hexagone.

Article paru le : 27 mai 2009

Lire la suite

Stop EPR, ni à Penly, ni ailleurs!

27 Mai 2009 , Rédigé par NPA-27 Publié dans #ENVIRONNEMENT- ECOLOGIE

Stop EPR, ni à Penly, ni ailleurs

Le collectif "Stop EPR ni à Penly ni ailleurs" organise un rassemblement le 28 juin prochain à Dieppe.

 Il se déroulera sur le front de mer, dit « La Prairie ».

En voici le programme :

•    A compter de 11 h = rendez-vous et accueil de tous au « village »
o    Manifestation pédestre :De Penly au rassemblement du front de mer
o    Manifestation cycliste :de Forges les Eaux ( ou Neuchâtel en Bray), au rassemblement du front de mer

•    De 12 h à 14 h = pique-nique au « village »installé sur « La Prairie (chacun apporte son casse-croûte)

•    A 14 h =
o    Lancement officiel de la manifestation
o    Défilé et parade au centre ville
o    Animations au « village » : stands – maquillage enfants – cerfs-volants…

 

•    A 17 h =
o    Retour au « village » : musique……la fête

Contact :

Françoise : 06 03 71 84 16
Sylvie : 06 08 71 79 61
alain.correa@nanodata.com

Lire la suite

Halte à l'intimidation des familles des opposants politiques

27 Mai 2009 , Rédigé par NPA-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Communiqué du NPA
Halte à l'intimidation des familles des opposants politiques.

Deux policiers en civil ont fait irruption, récemment, au domicile de monsieur Loumamba Mohsni où se trouvait son épouse - qui vient de quitter l’hôpital suite à une intervention chirurgicale- et ses deux enfants- en pleine préparation pour les examens de fin d’année.

Sous prétexte de rechercher Monsieur Loumamba Mohsni, qui a quitté la Tunisie depuis plus de 4 ans et demi, et aujourd’hui, demandeur officiel d’asile en France, les deux policiers ont fouillé toute la maison et « promis de revenir ». Rappelons que Monsieur Loumamba Mohsni a été jugé par contumace à 3 ans de prison ferme pour ses activités politiques dans l’opposition de gauche en Tunisie. Nous nous élevons contre ces méthodes scandaleuses d’intimidation visant à briser, non seulement les militant-e-s, mais aussi les membres de leur famille et leu entourage.A quelques jours des élections, il faut rappeler que partout en Europe le droit d'asile est remis en cause. Les militantes et militants du NPA continueront dans les prochains mois à se mobiliser pour défendre le droit d'asile en France mais aussi partout en Europe.

Les candidat-e-s têtes de liste du NPA aux élections européennes : Omar Slaouti, Raoul Marc Jennar, Christine Poupin, Yvan Zimmermann, Myriam Martin, Christian Nguyen, Laurence de Bouard.

Le 27 mai 2009.

Lire la suite

Louviers : Le NPA à l'échelle de l'Europe

26 Mai 2009 , Rédigé par NPA-27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

Paris Normandie , article paru le 26 mai 2009 suite à la Conférence de presse du comité de Louviers

Louviers   : Le NPA à l'échelle de l'Europe
Gérard Prévost tente les élections européennes une deuxième fois

LOUVIERS. Gérard Prévost est quatrième sur la liste de Christine Poupin, pour les élections européennes.

Le NPA veut être de tous les combats, y compris à l'échelle européenne.
Gérard Prévost, 54 ans, a donc accepté d'être le numéro quatre sur la liste de la Haute-Normande, Christine Poupin.
C'est la deuxième fois que le Lovérien se présente à des élections européennes. « La première fois, c'était en 2004. En Europe, comme en France, ce sont les travailleurs, les plus pauvres, qui subissent les conséquences de la crise. Le NPA se propose d'être leur porte-voix, d'être la tribune de tous ceux qui perdent tout à cause de la crise et du système capitaliste » affirme Gérard Prévost.

Réunions publiques
Le NPA veut un Smic européen pour éviter que des entreprises délocalisent pour un autre pays de l'Union, souhaite l'interdiction des licenciements et un contrôle beaucoup plus strict des entreprises qui reçoivent des aides de l'Europe.
Le parti d'Olivier Besancenot exige aussi le maintien du service public, le développement des énergies douces pour sortir du nucléaire et le retour de la paysannerie en matière d'agriculture. « Il faut qu'un parti pointe du doigt les exagérations du système capitaliste, estime le candidat aux Européennes. A toutes les échelles (d'un pays ou de l'Europe), nous avons les mêmes combats : replacer l'humain au cœur des préoccupations. » Plusieurs réunions publiques du NPA sont organisées dans le département, notamment demain mercredi 27 mai à 20 h, salle du conseil à Louviers. Enfin, un meeting régional avec Christine Poupin et Olivier Besancenot se tient mercredi 3 juin à 20 h 30, au Parc-expo de Rouen. Un car partira de Louviers à 19 h 15, place du Champ-de-Ville, pour ceux qui souhaiteraient y assister.

Lire la suite

M-REAL : IL FAUT SE PREPARER A LA RIPOSTE ! Comité Val de Reuil

26 Mai 2009 , Rédigé par NPA-27 Publié dans #Comité NPA Seine-Eure

M-REAL : IL FAUT SE PREPARER A LA RIPOSTE !

 

     Depuis février, de chômage partiel en arrêt technique, la production de pâte est de fait arrêtée. Il n’y a que la machine à papier qui tourne. Au CE de la mi-mai, la direction a annoncé la prolongation de l’arrêt jusqu’à la fin septembre. Seule note positive, tout le monde reste occupé avec maintien du salaire Manifestement, la direction et les pouvoirs publics connaissent la capacité de réaction des salariés avec leur syndicat CGT . Il est très vraisemblable qu’ils aient préféré reporter le problème à l’automne. En effet, ce printemps tout aurait pu exploser si les directions des grandes confédérations syndicales n’avaient  pas peur de ne plus rien contrôler, …

     Curieusement, la direction parle maintenant de reprendre les propositions CGT de modernisation écologique qu’elle avait toujours ignorées, avec une chaudière biomasse et une station de désencrage. Tant mieux, mais tout cela reste bien vague, au point qu’on peut se demander s’il n’y a pas là une tentative d’endormir tout le monde: car une station de désencrage, ce n’est que 15 emplois au total, et la chaudière biomasse ne créerait pas d’emplois nouveaux. Conclusion : si la fabrication de pâte ne reprend pas, c’est forcément 120 emplois sur 330 qui seront menacés en octobre.

     M-real a déjà connu une saignée il y a 3 ans, avec 110 suppressions d’emplois. La lutte avait permis que les départs se fassent dans de très bonnes conditions, avec seulement 7 licenciements et le reste en pré-retraites. Un nouveau plan de licenciements toucherait cette fois des camarades beaucoup plus jeunes, qui ne peuvent espérer les mêmes primes calculées sur l’ancienneté ! Par ailleurs, depuis ces départs, les conditions de travail sont dégradées, il n’y a plus assez de personnel. Avant même de parler de chaudière biomasse et de station de désencrage, c’est la résistance contre tout nouveau licenciement qui est à l’ordre du jour : la force de cette usine et de ses travailleurs, c’est  qu’elle produit à la fois de la pâte, de l’énergie et du papier, il n’y a pas à sortir de là !

 

CHEZ BOSCH, CHEZ M-REAL, CHEZ FAM, BATTONS NOUS POUR L’INTERDICTION DES LICENCIEMENTS !

 

     « C’est irréaliste » disent certains. « C’est hors de notre portée » affirment d’autres. C’est vrai qu’avec 3000 suppressions d’emploi par jour, il y a de quoi baisser les bras. Et pourtant, il n’y a aucune raison ce vivre avec la trouille de perdre son boulot. Alors que les bénéfices des grandes entreprises du CAC 40 pour 2008 sont de 99,7 milliards, il y a de quoi remettre la société à l’endroit, en privant les actionnaires, les spéculateurs et les boursicoteurs du pouvoir de plonger les gens dans la dépression, la misère, de briser des familles et des vies.

     Un emploi pour chacun, c’est vraiment de ça dont nous avons besoin, et c’est possible :

     - par la baisse du temps de travail à 30h avec maintien du salaire, avec répartition du travail disponible entre tous et toutes

     - par l’arrêt des subventions à fonds perdus au patronat : PS et PCF en sont les grands spécialistes dans les départements et régions. Ils disent toujours avoir demandé des garanties, mais les capitalistes ne remboursent jamais quand ils licencient.

     - par l’ouverture des livres de compte, la levée du secret bancaire et commercial.

     - par l’expropriation des actionnaires en cas de refus de préserver l’emploi, par la saisie de leurs avoirs et  la nationalisation de l’entreprise sous le contrôle des travailleurs

     C’est pour ça qu’il faudrait d’urgence organiser une manifestation nationale des entreprises touchées par les licenciements et le chômage partiel !

Lire la suite

Le NPA tente d'attirer les abstentionnistes sur un "vote clair" à gauche (Le Monde)

26 Mai 2009 , Rédigé par NPA-27 Publié dans #Nouveau Parti Anticapitaliste

 
1 000 personnes à Lyon, 600 sympathisants à Bordeaux, 750 à Lille , 680 à Nancy (lire ci-dessous l'article du Monde),  1000 à Nantes le 26 mai...

Le NPA tente d'attirer les abstentionnistes sur un "vote clair" à gauche

LE MONDE | 26.05.09 | 09h06

Nancy, envoyée spéciale

 

Pas de doute chez Olivier Besancenot. Le leader du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) était venu soutenir, lundi 25 mai à Nancy, Yvan Zimmermann, la tête de liste de la région Est de son parti aux élections européennes. Les sondages ont beau montrer une légère pause dans sa progression – entre 6 % et 7 % des intentions de vote – et une concurrence plus rude des listes du Front de gauche – les deux listes sont presque au coude à coude –, le porte-parole et ses camarades affichent la même certitude. Le NPA remplit les salles et sa cote serait toujours aussi bonne auprès des "siens", les "prolos" et les jeunes.

Ils ont voulu en faire la démonstration devant une salle de plus de 600 sympathisants. "Si on est tant calomniés, c'est qu'on doit quand même les gêner !", a lancé M. Zimmermann après avoir rappelé le rôle de ses amis dans les grèves, les luttes étudiantes et les manifestations. "Avec nous, le mouvement social ne fait que commencer", a prévenu cet ouvrier de l'automobile. Le NPA n'a qu'un but dans ces élections : être le "porte-parole de ceux qu'on assassine en silence", a-t-il ajouté. Ce fut le leitmotiv de la soirée.

Olivier Besancenot veut "ramener la réalité, nos vraies vies" dans la campagne électorale. Face à des "politiciens" qui "font tout pour faire oublier la crise", il souligne la responsabilité de l'Europe dans la récession et annonce que "le gros des résistances sociales reste devant nous".

"MÊME À 6 %, CE SERA UN BOND"

A ceux qui l'accusent d'attiser le mécontentement social, il répond : "Et ouais, on la veut la grève générale". La salle crie "anti ! anti ! anticapitaliste ! " L'enjeu du renouvellement du Parlement européen n'a guère de place dans les discours. Tout est centré sur les luttes et leur unification. "Donnez nous un mandat pour continuer à faire après les élections ce qu'on faisait avant", lance M. Besancenot.

Pour mobiliser, les dirigeants du parti assènent que "le vote le plus clair à gauche, c'est toujours le NPA". Mais dans les couloirs, la concurrence avec les amis de Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon est l'objet de toutes les attentions.

Avec la popularité de leur leader, les jeunes militants du NPA pensaient qu'à la gauche du PS, ils étaient désormais les seuls à exister. Les sondages montrent une meilleure résistance du vote communiste, dopé par M. Mélenchon. En outre, les listes du jeune parti semblent, plus que d'autres, exposées à l'abstention.

"Là où Besancenot peut faire un tabac, son électorat ne se déplacera pas. Dans ce paysage, chaque voix va peser", note Jérôme Fourquet, directeur de l'IFOP. "Le climat social ne nous aide pas, car depuis le 1er mai, on sent un ressac des luttes. Les directions syndicales ont tout fait pour les canaliser !", reconnaît Pierre-François Grond, bras droit du porte-parole. Avant d'ajouter : "Si on atteint le score qu'on nous annonce, même à 6 %, ce sera un bond. En 2004, avec LO, on avait fait 2,5 %."

 

Sylvia Zappi

Article paru dans l'édition du 27.05.09

Lire la suite

Appel à soutien en faveur de Stéphane Lhomme

26 Mai 2009 , Rédigé par NPA-27 Publié dans #REPRESSION

 

Appel à soutien en faveur de Stéphane Lhomme

Appel pour un classement "sans suites" en faveur de Stéphane Lhomme,
porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire", menacé de 5 ans de prison
 pour avoir révélé la vulnérabilité du réacteur nucléaire EPR
en cas de crash d'avion de ligne

 

> SIgnez l'appel


> Interpellez la cour d'appel de Paris


La vérité doit aussi être faite concernant les espionnages dont le Réseau "Sortir du nucléaire"
et Stéphane Lhomme ont été l'objet de la part d'EDF et de sociétés privées mandatées par EDF.


Nous, soussignés, demandons un classement "sans suites" de la procédure en cours pour  Stéphane Lhomme, porte parole du Réseau "Sortir du nucléaire", soupçonné de "terrorisme"  et menacé de 5 ans de prison.

En novembre 2003, le Réseau "Sortir du nucléaire" révèle qu'il détient un document confidentiel défense
issu d'EDF qui reconnaît que, contrairement à ce que prétendent les autorités françaises, le réacteur  français EPR n'est pas conçu pour résister à un crash d'avion de ligne (voir notre dossier  
Document confidentiel défense). Ce document a été évoqué à de nombreuses reprises dans la presse,  et a jeté le trouble sur le débat public officiel organisé en 2005 et 2006 sur le réacteur EPR :
la Commission nationale du débat public a même censuré (
voir ici, page 90) la contribution  de "Sortir du nucléaire" qui évoquait le fameux document.

 

En mai 2006 et mars 2008, Stéphane Lhomme, porte-parole du Réseau "Sortir du nucléaire", a été placé en garde à vue par la DST (aujourd'hui DCRI), sur réquisition du Parquet de Paris...section antiterroriste. Accusé de "compromission du secret de la défense nationale", alors qu'il  n'a fait que son devoir de citoyen, Stéphane Lhomme risque 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende.

 

Depuis mai 2006, Stéphane Lhomme est visé par une "enquête préliminaire" bien curieuse  puisqu'elle court... depuis plus de trois ans : une durée tout à fait hors norme. Les conséquences  principales de ce "sur-place" judiciaire sont l'impossibilité d'accéder au dossier et le fait de  garder sur la tête une "épée de Damoclès" de 5 ans de prison.

 

Le 4 avril 2008, le vice-procureur Alexandre Plantevin, sollicité à plusieurs reprises par l'avocat du  Réseau "Sortir du nucléaire" Me Busson, avait enfin répondu, assurant que l'accès au dossier serait  possible "sous quinzaine", dès que la DST aurait "transmis les derniers actes effectués". Or, plus  d'un an après, malgré d'autres relances, rien n'a changé.

 

Aussi, le 4 mai 2009, Réseau "Sortir du nucléaire" a saisi Laurent Le Mesle, Procureur général près la  Cours d'appel de Paris. Nous soutenons cette démarche, demandons la clôture de l'enquête  préliminaire et, surtout, demandons un classement "sans suites" en faveur de Stéphane Lhomme.

Par ailleurs, toujours dans cette affaire de document confidentiel défense, EDF aurait mis en place  des opérations illégales d'espionnage (*) de Stéphane Lhomme et du Réseau "Sortir du nucléaire",  lesquels se sont constitués parties-civiles. Nous demandons là aussi à ce que toute la vérité soit faite.


(*) Dans son édition du 8 avril 2009, le Canard enchaîné affirme que, depuis 2006, EDF a placé Stéphane
Lhomme sous surveillance par le biais de sociétés privées. Le magazine Le Point, dans son édition
du 23 avril 2009, affirme que "La boîte mail de Stéphane Lhomme aurait été espionnée grâce à un
contact chez Wanadoo"
.


Premiers signataires :

 

 

Corinne Lepage (CAP 21), Noël Mamère (Les Verts), Olivier Besancenot (NPA), José Bové (Europe écologie), Jean-marie Harribey (co-président d'Attac), Cécile Duflot (Secrétaire nationale des Verts), Corinne Morel-Darleux (Parti de Gauche), Roland Desbordes (Président de la commission de recherche et d'information sur la radioactivité (CRIIRAD)), Eugène Riguidel (navigateur), Michel Verna (Membre du conseil national de Génération Ecologie), Gustave Massiah (économiste), Gilles Lemaire (Attac - faucheur d'OGM), Bernard Laponche (Expert indépendant)...

 

> Voir tous les signataires

Lire la suite

Quand GSK triche avec l'impôt...1,9 milliard de $ d'arriérés

25 Mai 2009 , Rédigé par NPA-27 Publié dans #DES CHIFFRES

Menace fiscale aux Etats-Unis sur Glaxo

Selon le Wall Street Journal, l'IRS, le grand service fiscal américain pourrait réclamer 1,9 milliard de dollars en arriérés d'impôts, pénalités et intérêts au laboratoire pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline.

La menace est lourde pour le grand laboratoire pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline ( GSK ). Selon le Wall Street Journal, l'IRS, les services fiscaux américains, pourraient lui réclamer 1,9 milliard de dollars en arriérés d'impôts, pénalités et intérêts.
Le groupe britannique est suspecté d'avoir artificiellement minoré son revenu imposable aux Etats-Unis via des versements à des filiales ou divisions situées à l'étranger.

GSK a déjà eu maille à partir avec le fisc américain. En 2006, il avait même accepté de lui de payer pour 3,4 milliards de dollars afin de mettre fin aux accusations de versements excessifs de la branche américaine à la maison-mère britannique afin de réduire les impôts à acquitter outre-Atlantique.

latribune.fr

Lire la suite

N.P.A.-27- Bulletin Santé-Social - CHS-Mai 2009

25 Mai 2009 , Rédigé par NPA-27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

N.P.A.-27- Bulletin Santé-Social - CHS-Mai 2009

--> Cliquer sur le titre en rouge pour lire le tract au format PDF

Secteur 4 : Du changement... pour que rien ne change!

Les collègues de Cassin ont du faire face en début d'année à une série de passages à l'acte agressifs parfois très violents. Ces incidents ont apporté un éclairage cru sur certains dysfonctionnements institutionnels. D'un coté il y a des soignants qui essaient de faire leur travail dans un contexte de manque de moyens, d'effectif et de place. De l'autre il y a quelques médecins qui méprisent le « petit personnel » et dénigrent les compétences des paramédicaux.

La direction a clairement choisi son camp : c'est le cadre de santé qui paie les pots cassés et qui perd son poste! Un vulgaire fusible en quelque sorte. Il est vrai que celle-ci avait le tort de prendre partie pour son personnel et a le mauvais goût d'être une responsable syndicale...  Mais que le directeur et les pontes du secteur 4 se méfient : à Cassin comme ailleurs l'humiliation est souvent source de révolte et avec ou sans cadre, les soignants pourraient bien se battre pour se faire respecter!

 

Des chocolats et des fleurs pour mieux faire passer la pilule.

A défaut de lits en nombre suffisant, le CHS a offert à ses patients des chocolats le jour de Pâques. Ceux qui ont été accueilli en chambres d'isolement ou sur des « lits d'appoints » faute de place ont du trouver le geste bien mince!On peut parier que les femmes recevront des fleurs pour la fête des mères... Des fleurs, ça coùte moins cher que le personnel qualifié qu'il faudrait pour qu'on puisse parler sans rire de « qualité des soins »!

 

Tapis rouge?

Le CHS recrute! Des infirmières fraîchement sorties de l'IFSI d'Evreux vont venir grossir les rangs bien minces de nos unités. Ils sont les premiers à bénéficier de la prime de bienvenue de 7000 euros. Certains seraient tentés de trouver cela injuste et excessif au regard de nos petits salaires. D'abord il n'y a pas de vase communiquant entre cette prime et nos salaires, et on ne peut que se réjouir que de jeunes diplômé(e)s choisissent la psychiatrie.

Et puis cette prime est assortie à un engagement de 30 mois avec le CHS. 230 euros par mois, c'est le prix de la liberté à Navarre et c'est bien mérité pour venir travailler dans de telles conditions! Et pour nous tous, la seule solution pour augmenter nos salaires c’est de se battre avec les autres travailleurs pour obtenir 200 ou 300 euros d’augmentation, comme en Guadeloupe !


Loi Bachelot : un premier recul...

Le projet de loi « Hôpital Patient Santé Territoire » est discuté ces jours-ci au parlement. Après des mois de mobilisation dans les hôpitaux, Sarkozy et sa ministre Bachelot ont revu leur copie. Ils sont finalement favorables à associer les médecins au « directeur entrepreneur », du moins dans les CHU. Ils espéraient ainsi faire tomber la colère des médecins sans rien retirer de leur projet de loi qui vise à faire de la santé un marché comme un autre. Et bien c'est raté, la mobilisation continue!

 

... insuffisant : c'est le retrait de la loi HPST qu'il faut!

A l'hôpital général d'Evreux, les médecins et les paramédicaux poursuive leur mobilisation, ils se sont rassemblés à deux reprises au mois de mai dans le hall de l'établissement pour exiger le retrait pur et simple de la loi. Dans de nombreux hôpitaux, à Paris, Besançon, Dijon, en Bretagne, etc, la colère contre cette loi s'accentue. La CGT du CHS appelle à un rassemblement contre cette loi le mardi 26 mai devant le bâtiment administratif, c'est un premier pas vers une mobilisation plus large!

 

A vos agendas!

Les sections CGT des hôpitaux d'Evreux, de Vernon et du CHS organisent une réunion publique d'information et de mobilisation sur les attaques contre le système de santé et l'hôpital public depuis la création de la sécu. On y parlera de la loi Bachelot, mais aussi de la T2A, des franchises, du forfait médical, etc...

Car la loi Bachelot n'est en effet que le dernier avatar de toute une série de réformes qui visent à privatiser la santé! Cette réunion aura lieu le jeudi 11 juin

20 heures, salle Jules Janin (face à l'hôpital général). Les militants du NPA seront présents et soutiennent sans réserve cette réunion!

 

Lire la suite

Tract GSK-Evreux - Bulletin des Travailleurs 20 mai 2009

25 Mai 2009 , Rédigé par NPA-27 Publié dans #Comité NPA d'EVREUX

 


Comité d’Evreux du
Nouveau Parti Anticapitaliste

Bulletin  GSK-Evreux  -  20 MAI 2009

Pour les salariés de GSK, la pilule est amère

Seuls 85 emplois sont vraiment sauvés. Les licenciements sont tombés : dans 10 mois l’essentiel des salariés licenciés (90%) seront chassés de l’entreprise dans laquelle ils sont travaillé tant d’années pour atteindre et même dépasser les objectifs de production.

Le système des indemnités de départ n’est pas satisfaisant, loin s’en faut : il individualise les primes et divise les salariés.

La dernière grève n’a pu améliorer vraiment les choses en raison de la division et de l’abandon des syndicats hormis les délégués CFDT.

La direction de GSK, aux ordres des actionnaires, a de l’argent, résultat du travail des salariés, dont ceux d’Evreux. : elle vient de céder les droits de commercialisation de l’antidépresseur Wellbutrin XL aux États-Unis au laboratoire canadien Biovail pour 510 millions de dollars !

Mais de l’argent pour sauver les emplois, elle n’en a pas !

Face à la grippe porcine, à la demande de l’OMS,  le groupe GSK a décidé d’augmenter considérablement le stock de l’antiviral Relenza : ce qui justifiait le maintient de l’activité sur le site ébroïcien, mais la direction ne le veut pas !

Pour s’opposer efficacement aux licenciements organisés par les multinationales afin de sauver leurs profits, la lutte des salariés dans chaque entreprise est insuffisante.

 Il y a urgence de se battre dans l’unité en coordonnant toutes les entreprises frappées par les plans de licenciements pour monter tous ensemble à Paris et exiger l’INTERDICTION des LICENCIEMENTS.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>