Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
NPA 27 -  Eure

Nucléaire : l’Etat condamné - Communiqué de la LCR du 30-11-2007

30 Novembre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Nucléaire : l’Etat condamné

Communiqué de la LCR

 logo-lcr1.jpgPour la première fois, une cour d’appel, celle de Douai, a condamné l’Etat à indemniser la famille d’une victime des essais nucléaires français souterrains en Polynésie pratiqués entre 1975 et 1996. La victime, Mr. Norberciak, a accompli son service militaire, en Polynésie, en 1979 et 1980. L’Etat, en la personne du Ministère de la défense, condamné une première fois, en 2006, avait fait appel de sa condamnation. Il a donc été débouté. Alors que les USA ont, depuis longtemps, créé un fonds d’indemnisation des victimes des essais nucléaires, la France a toujours nié ses responsabilités. Cette condamnation de l’Etat est donc une première. La LCR soutient l’Association des vétérans des essais nucléaires (AVEN) et « Mururoa e tatou » dans leur lutte pour la création d’un fonds français d’indemnisation des victimes des essais nucléaires en Polynésie et en Algérie (www.aven.org et www.moruroaetatou.org). 

Le 30 novembre 2007

Lire la suite

Déclaration d'Olivier Besancenot: Sarkozy président de la régression sociale.

30 Novembre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #OLIVIER BESANCENOT

Olivier Besancenot (porte-parole de la LCR) : "régression sociale"

APF : "La régression sociale généralisée, c’est son programme, qu’il veut faire partager par les organisations syndicales. Comme porte-parole du Medef, il a fait l’apologie du travailler plus longtemps, le dimanche, jusqu’à 65 ans, ce qui veut dire détruire les 35 heures, le contrat et le code du travail". "Question pouvoir d’achat et augmentation de salaires, c’est pipeau et bouts de chandelle".

Sarkozy président de la régression sociale

Déclaration d’Olivier Besancenot

olivier_b-2007-1.jpg Déstabilisé et pratiquant la fuite avant : tel est apparu N.Sarkozy. Son langage c’est celui de la peur, du tout sécuritaire et du flash-ball. Il n’a pas hésité à singer l’extrême-droite pour, une fois de plus, stigmatiser les immigrés. Revenant sur les événements de Villiers-le-Bel, il n’a pas eu un mot pour la douleur des familles qui ont perdu un fils, dont il a évoqué la mort tragique par raccroc . La régression sociale généralisée, c’est son programme qu’il veut faire partager par les organisations syndicales. Comme porte-parole du MEDEF, il a fait l’apologie du travailler plus longtemps, le dimanche, jusqu’à 65 ans, ce qui veut dire détruire les 35 heures, le contrat et le code du travail. Question pouvoir d’achat et augmentation de salaires, c’est pipeau et bout de chandelle. En clair, il n’a rien proposé alors que les récentes études statistiques ont montré que le revenu salarial a régressé sur les années qui viennent de s’écouler. Le président aux 19 000 euros mensuels est le président du pouvoir d’achat des plus riches. Il ne veut rien comprendre ni rien entendre des mobilisations sociales récentes ou en cours. Depuis plusieurs dizaines d’années, les richesses vont de plus en plus dans la poche des actionnaires. C’est pourquoi, la LCR exige une augmentation de 300 euros net pour tous et un SMIC à 1500 euros net tout de suite, au titre du rattrapage des richesses volées par le patronat. C’est par la mobilisation sociale que nous pourrons imposer une autre répartition des richesses. 

Le 29 novembre 2007

Lire la suite

Hausse des prix, salaires, ça ne va pas ! (AFP)

30 Novembre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Pouvoir d'achat, niveau de vie et inflation: la France a le moral en berne

PARIS (AFP) 

— La chute du moral des ménages en novembre illustre les craintes des Français pour leur pouvoir d'achat, au coeur d'une intervention télévisée de Nicolas Sarkozy jeudi soir, mais est également un "signal inquiétant" pour la croissance, selon les économistes.

"Les résultats de l'enquête de conjoncture auprès des ménages font froid dans le dos", résume Alexander Law, économiste en chef au cabinet Xerfi, pour qui "on ne peut pas tout attribuer à la grève".

L'indicateur de l'Insee mesurant le moral des ménages est passé à -28 en novembre, contre -23 le mois précédent, "un chiffre très proche de celui enregistré à la fin 2005 suite aux troubles dans les banlieues", relève Alexander Law.

Tous les soldes d'opinion qui composent cet indice ont reculé, "mais le plus notable est la lourde chute des intentions d'achats (-19), soit le niveau le plus faible depuis septembre 2005", souligne Mathieu Kaiser (BNP-Paribas). "Cela est cohérent avec des anticipations de niveau de vie et de pouvoir d'achat nettement dégradées" de la part des ménages, qui redoutent également une hausse de l'inflation, analyse-t-il.

Selon l'Institut national de la statistique, les perspectives de niveau de vie en France ont chuté de 11 points en un mois, soit un plongeon de 36 points depuis l'élection de Nicolas Sarkozy en mai, rappelle Marc Touati (ACDEFI).

Entre la flambée des prix à la pompe et celle des denrées alimentaires, sans oublier les loyers qui progressent toujours à un rythme soutenu (plus de 3%), "les ménages ne peuvent que continuer à avoir le sentiment d'un pouvoir d'achat rogné par les dépenses contraintes", explique M. Kaiser.

"Il est difficile de voir quelles recettes efficaces à court terme le président de la République pourra annoncer pour relancer la consommation", note de son côté Alexander Law.

Nicolas Sarkozy, qui devait s'exprimer au journal de 20H00 sur cet épineux dossier, "s'est pris à son propre piège", renchérit Nicolas Bouzou, économiste en chef du cabinet Asterès.

"En ne cessant de marteler que le pouvoir d'achat reculait, il a certainement amplifié un sentiment par ailleurs justifié pour certains ménages" et "en donnant le sentiment que le volontarisme politique lui permettrait de modifier cet état de fait, il a fait naître des attentes qui risquent de se transformer en frustrations", lance-t-il.

Comme M. Bouzou, M. Law y voit un signe de "très mauvais augure pour la croissance française". "Quand on sait que les dépenses des consommateurs ont représenté entre 60% et 100% de la croissance du PIB depuis 5 ans, on comprend l'ampleur du problème", tranche-t-il.

Moins de pouvoir d'achat, réel ou ressenti, risque d'aboutir à une baisse de la consommation et donc à un ralentissement de la croissance dans le contexte français.

Lire la suite

La mobilisation contre la loi Pécresse se développe dans les lycées.

29 Novembre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

La mobilisation contre la loi Pécresse se développe dans les lycées.

JEUDI 29 NOVEMBRE:  Voici les événements heure par heure concernant la mobilisation des étudiants dans les universités et des lycéens, qui protestent contre la loi Pécresse sur l'autonomie des universités. Malgré la fermetures de nombreux sites universitaires et lycées par la hiérarchie aux ordres du pouvoir, malgré la répression policière à l'encontre des lycéens, la mobilisation se développe dans les lycées.


17h - Paris
Un peu plus de 2.000 étudiants et lycéens, selon l'UNL (syndicat lycéen), 1.300 selon la police, ont commencé à manifester peu après 15h depuis la place d'Italie à Paris en direction de la Bastille, pour protester contre la loi Pécresse sur l'autonomie des universités.

16h00 - Lyon
Entre 900 étudiants et lycéens, selon la police, et 1.500, selon les organisateurs, manifestent à Lyon à la fois contre la loi sur l'autonomie des universités, mais aussi pour soutenir une lycéenne marocaine, menacée d'expulsion.

15h50 - Paris Un peu plus de 2.000 étudiants et lycéens, selon l'UNL (syndicat lycéen), commencent à manifester au départ de la place d'Italie, pour protester contre la loi Pécresse, en direction de Bastille.

14h00 - Bordeaux Quelque 1.400 étudiants et lycéens, selon la police, entre 2.500 et 3.000 selon les organisateurs, manifestent à Bordeaux contre la loi Pécresse.

13h40 - Paris Xavier Darcos assure dans une lettre les proviseurs de son "soutien plein et entier", tandis que parallèlement la Fidl proteste contre une lettre du recteur de Nantes demandant aux mêmes proviseurs d'interdire les assemblées générales.

13h25 - Paris Le fonctionnement d'une "grosse vingtaine" de lycées est perturbé à Paris, dont plusieurs fermés administrativement.

11h40 - Lille La police charge pour disperser plusieurs centaines de lycéens qui voulaient bloquer un lycée à Lille pour protester contre la loi Pécresse.

9h30 - Lyon Le campus de la Porte des Alpes de l'Université Lumière Lyon 2 a été évacué par les forces de l'ordre mercredi soir, après le pillage d'un supermarché Leader Price, selon un communiqué de la présidence de la faculté.

Lire la suite

Jeudi 29 septembre: la mobilisation des magistrats, des avocats et des fonctionnaires contre la réforme de la carte judiciaire s'amplifie.

29 Novembre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

  Jeudi 29 septembre: la mobilisation des magistrats, des avocats et des fonctionnaires contre la réforme de la carte judiciaire s'amplifie.

Voici les principales mobilisations - passées, en cours et à venir- liées aux annonces par la ministre de la Justice, Rachida Dati, de suppressions de tribunaux, dans le cadre de la réforme de la carte judiciaire.

Jeudi 29 novembre:
Journée nationale de mobilisation
des magistrats, des avocats et des fonctionnaires contre la réforme de la carte judiciaire. Plusieurs syndicats appellent à la grève. Manifestations à 14 heures devant le ministère de la Justice et devant l'Assemblée nationale.

Strasbourg
Environ 150 personnes se sont rassemblées sur les marches du palais de justice, devant une caisse en carton portant les mentions des juridictions supprimées dans la région et une inscription "Justice morte" posée sur un drap noir.

Châteauroux
Mobilisés activement depuis six semaines, les avocats de Châteauroux (Indre) ont envoyé une délégation à Paris pour demander à rencontrer le président Nicolas Sarkozy, a dit Me Jean-Paul Thibault, leur porte-parole.

Laval
En grève depuis le 19 novembre au tribunal des enfants et pour les audiences civiles, les avocats du barreau de Laval se sont mis en grève totale et illimitée jeudi matin. 


Guingamp (Côtes-d'Armor)

Une opération ville morte a été organisée par le barreau. La grande majorité des magasins étaient fermés jeudi matin tandis que de 450 à 500 personnes ans défilaient les rues de Guingamp contre la suppression des juridictions de Guingamp, Morlaix et Lannion.

Bordeaux
Quatre cents avocats, magistrats et personnels de justice, selon la police, 600 à 700 selon les organisateurs, se sont rassemblés jeudi sur les marches du Palais de justice de Bordeaux pour protester contre la réforme de la carte judiciaire.

Mâcon
Les 45 avocats du barreau de la ville organisent une manifestation, jeudi à partir de 14h00 pour protester contre l'annonce de la suppression du tribunal d'instance de Charolles et l'absence de pôle de l'instruction à  Mâcon. Des magistrats prendront également part au cortège.

Laval
Les avocats du barreau de Laval s'associent à la journée d'action nationale aux côtés des magistrats et des greffiers.
Les avocats manifestent toute la journée devant le palais de justice de la ville dont ils ont bloqué l'entrée. Ils ont, par ailleurs, entamé une grève totale et illimitée des gardes à vue et des audiences.

Toulouse
Quelque 150 à 180 avocats du barreau de Toulouse et avoués à la cour, selon la police, ont manifesté jeudi matin devant la cour d'appel, contre la réforme de la carte judiciaire.
Les magistrats et greffiers ont pris le relais des avocats et avoués en se rassemblant à la mi-journée devant la cour d'appel pour un "pique-nique protestataire".

Saint-Gaudens (Haute-Garonne)
Les avocats grévistes, les huissiers et le personnel de greffe poursuivent jeudi l'occupation du palais de justice, qui a débuté lundi.


Lire la suite

LCR : Rachida Dati "flingue la justice de proximité au nom de la rentabilité - AFP

29 Novembre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

LCR : Rachida Dati "flingue la justice de proximité au nom de la rentabilité"

PARIS, 28 nov 2007 (AFP) -
 
La LCR a accusé mercredi la Garde des sceaux, Rachida Dati, de "flinguer la justice de proximité au nom de la rentabilité" et s’est dit solidaire de la grève des professionnels de justice jeudi contre la "pseudo-réforme" de la carte judiciaire. "Même si nous pensons que la justice favorise souvent les plus aisés, la suppression de tribunaux d’instance, qui traite les petites affaires du quotidien, va rendre encore plus difficile l’accès à la justice pour les personnes les plus pauvres, les habitants des zones rurales, des petites villes et les salariés", affirme l’organisation d’Olivier Besancenot dans un communiqué. "Les justiciables méritent mieux que cette caricature de réorganisation qui va accroître les inégalités territoriales", selon la LCR.

Rachida Dati passe en force

Communiqué de la LCR

logo-lcr1.jpgLe 29 novembre, plusieurs syndicats des services judiciaires ainsi que le Syndicat de la magistrature et le Syndicat des avocats de France appellent à la grève contre la « réforme de la carte judiciaire » concoctée de façon totalement autoritaire par Rachida Dati. A ce titre, 178 tribunaux d’instance, 23 de grande instance, 55 tribunaux de commerce et 63 conseils de prud’hommes vont disparaître. Partout où elle est passée, la Garde des Sceaux a déclenché des manifestations, des grèves de la faim. Des magistrats se sont enchaînés aux grilles de Palais de Justice. A plusieurs reprises, la police est violemment intervenue contre des avocats. A chaque fois, Rachida Dati a totalement ignoré ces manifestations qu’elle a déclenché par ses décisions unilatérales, sa politique démagogique et clientéliste. Elle a même tenté d’imposer une franchise sur l’aide juridictionnelle. Même si nous pensons que la justice favorise souvent les plus aisés, la suppression de tribunaux d’instance, qui traite les petites affaires du quotidien, va rendre encore plus difficile l’accès à la justice pour les personnes les plus pauvres, les habitants des zones rurales, des petites villes et pour les salariés. En clair, Rachida Dati flingue la justice de proximité au nom de la rentabilité. La LCR soutient la grève du 29 novembre des personnels des services judiciaires, des avocats et des magistrats, contre la pseudo réforme de Rachida Dati. Les justiciables méritent mieux que cette caricature de réorganisation qui va accroître les inégalités territoriales. 

Le 28 novembre 2007

Lire la suite

Communiqué FSU - Brutalités policières inadmissibles à Nantes

29 Novembre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #REPRESSION

Communiqué FSU  -  Paris le 28 novembre 2007
 
Brutalités policières inadmissibles à Nantes
 
44.jpgLa manifestation du 27 novembre à Nantes, qui a rassemblé prés de  quatre mille jeunes témoignant de leur légitime inquiétude quant à leur  avenir, s’est pacifiquement déroulée jusqu’au Rectorat. Pourtant, elle a  donné lieu à une intervention brutale et disproportionnée des forces de  l’ordre .

Un élève de 17 ans, grièvement blessé au niveau de l’oeil par un tir de  flashball à courte portée, a été admis au CHU. 
 La FSU condamne fermement cette inadmissible violence. Elle demande  l’ouverture d’une enquête sur les événements de ce mardi. Elle  s’interroge sur l’attitude du Recteur et la volonté de répression qu’il  a affichée en ces circonstances.
 Elle appelle les ministres de l’Education, de l’enseignement supérieur  et de l’Intérieur à donner des consignes pour que le droit des jeunes à  manifester pacifiquement et en sécurité soit respecté.

Lire la suite

Communiqué de la Coordination Nationale Etudiante: Réponses à Bruno Julliard et à Pécresse - Appel à une journée nationale de manifestations le 29-11.

28 Novembre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

Communiqué de la Coordination Nationale Etudiante :

L'abrogation de la L.R.U reste et restera le préalable à toute négociation !

Après une journée nationale d'actions pour l'abrogation de la LRU, qui a vu le maintien du blocage d'environ 60 universités et la mobilisation de plus de 80 lycées, la croordination nationale étudiante tient à souligner, malgré
la rencontre du président de l'UNEF, Bruno Julliard avec la Ministre de l'enseignement supérieur, que le mouvement contre la LRU s'est construit sur une revendication simple, à savoir la lutte pour l'abrogation d'une loi dont nous contestons les fondements ainsi que les modalités d'adoption.

Ce que Bruno Julliard considère comme des « avancées importantes » ne sont que des leurres et ne concernent en aucun cas les causes de la mobilisation étudiante que nombre de personnels enseignants et non enseignants ainsi que de lycéens ont rejointe.

La mise en place d'un cadrage nationale des diplômes par une harmonisation des intitulés et des modalités d'évaluation des étudiants ne résout en rien le caractère néfaste qu'implique cette loi, caractère néfaste manifesté par la tentative de définir les diplômes universitaires à travers des contenus et des modes de financement laissés au bon vouloir de chaque établissement. A quoi bon harmoniser des intitulés si le contenu de nos formations ne s'établit plus exclusivement sur des critères scientifiques mais sont conditionnés par les financements de telle ou telle entreprise selon leurs besoins propres ?

Le passage de la dépense de 7000 à 10.500 euros par étudiant dans le budget 2008 ne remet absolument pas en cause le processus de privatisation de l'université et la mise en concurrence de ces dernières par la course au « mécénat » que prescrit la LRU et qui en est un des fondements.

Par ailleurs, nous insistons sur le fait que les seules réponses que le gouvernement a dispensées aux étudiants mobilisés contre la LRU, qui introduit  le germe de la privatisation du service public de l'enseignement supérieur, se sont réduites à des interventions d'une rare violence de la part de CRS qui ont été autorisés à pénétrer sur les campus afin de brise le mouvement étudiant. Les charges des forces de l'ordre contre la manifestation d'Aix en Provence le mardi 27 novembre sont les dernières violences policières en date contre les étudiants et les lycéens.

Nous condamnons fermement ce recours systématique à la violence et à l'utilisation massive de gaz lacrymogène.  Nous appelons toutes les forces démocratiques, syndicales, associatives, politiques, à s'insurger contre cette répression massive s'abattant sur les acteurs des mouvements sociaux.

Nous appelons à faire du 29 novembre une manifestation nationale des étudiants, lycéens et de l'ensemble de la communauté universitaire.

Pour l'abrogation de la LRU, contre la casse du service public et la répression de tous les mouvements sociaux, la lutte continue, nous restons déterminés à sauvegarder les principes d'une université gratuite, démocratique et populaire.


Contact : Kahina Mazari (co-porte parole de la Coordination Nationale Etudiante élue à Lille le 25 novembre 2007)

Lire la suite

Mouvement étudiant: 40 universités dans la lutte et 30 000 manifestants le 27-11-2007

28 Novembre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #RESISTANCE

Mouvement étudiant: une quarantaine de sites universitaires touchés (dont 35 bloqués)  par le mouvement étudiant contre l'autonomie et la privatisation des universités.

PARIS, 27 nov 2007 (AFP) -
 
Une quarantaine de sites universitaires étaient  touchés mardi à 19H00 par le mouvement étudiant contre la loi Pécresse sur  l'autonomie des universités, tandis que les manifestations de lycéens et  étudiants ont réuni au moins 30.000 personnes, selon des sources concordantes. Selon un décompte des bureaux de l'AFP effectué à partir des chiffres  donnés par la police, les manifestations contre la loi Pécresse sur  l'autonomie des universités ont rassemblée au moins 30.000 personnes partout  en France.
L'Unef comptabilisait également 30.000 manifestants, dont 5.000 à Paris.
S'agissant des universités, le ministère de l'Enseignement supérieur a fait  état de "36 sites universitaires perturbés à des degrés divers" dont sept  fermés.
Quelques 150 lycées ont été bloqués (sur 2.500 lycées publics en France),  selon l'UNL, 104 selon le ministère de l'Education. Selon un comptage effectué à partir des informations recueillies par les  bureaux régionaux de l'AFP, le fonctionnement de 39 sites universitaires était  perturbé mardi soir, dont 35 par des blocages plus ou moins importants et  trois étaient fermés.
Etaient bloqués à des degrés divers mardi à 19H00: Amiens, Angers, Arras,  Besançon, Béziers, Bordeaux I, Bordeaux II, Bordeaux III, Caen, Chambéry,  Clermont-Ferrand, Lille I, Lille II, Grenoble, Le Havre, Lille III, La Rochelle, Limoges, Lyon II, Nantes, Orléans, Paris IV-Clignancourt, la  Sorbonne, Paris VII, Paris XIII, Pau, Perpignan, Poitiers, Rennes I, Rennes  II, Reims, Rouen, Toulouse III, Tours ainsi que l'IUT de Limoges.
Ce mardi, Montpellier II a voté la levée du blocage mais s'est prononcé  pour la grève et Paris XIII a voté une levée du blocage mais à partir de  mercredi.
Etaient fermées administrativement: Montpellier III, Toulouse II-Le Mirail,
Paris I-Tolbiac.
A Aix-Marseille I, réouvert lundi, il n'y a pas eu de reprise des cours.

Lire la suite

Non à la fusion ANPE-UNEDIC - Communiqué de la LCR du 27-11-2007

28 Novembre 2007 , Rédigé par LCR-27 Publié dans #COMMUNIQUES

Non à la fusion ANPE-UNEDIC

Communiqué de la LCR

logo-lcr1.jpgLes employés de l’ANPE et de l’UNEDIC sont en grève, aujourd’hui, à l’appel de leurs organisations syndicales et manifestent ensemble contre la fusion de leurs deux organismes, fusion inscrite dans un projet de loi gouvernemental qui doit venir en débat, début janvier 2008, à l’Assemblée nationale. Les employés en grève veulent rester des personnels d’un service public au service de la population et des chômeurs alors que la fusion privatise aussi bien l’ANPE que l’UNEDIC, renforçant ainsi le poids du MEDEF sur le fonctionnement de ces deux organismes et la gestion des chômeurs. Ils refusent une contre-réforme qui vise à transformer les employés de l’ANPE et de l’UNEDIC en police de l’emploi, renforçant le contrôle des chômeurs et les obligeant à accepter n’importe quel poste sous peine de radiation. LA LCR soutient totalement les revendications des grévistes et de leurs organisations syndicales. Cette grève contre la fusion, c’est un premier rendez-vous qui en appelle d’autres pour faire échec à la politique du gouvernement. Avec cette grève du 27 novembre, c’est un nouveau front de lutte qui s’ouvre contre la politique anti-sociale de Sarkozy. La convergence des luttes est plus que jamais d’actualité. 

Le 27 novembre 2007

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>